Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266160919
Code sériel : 12924
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 512
Format : 108 x 177 mm

La dame au sari bleu

Florence Hertz (traduit par)
Date de parution : 03/05/2007

Âgée de vingt ans, Zelda sait peu de choses sur sa mère, Ellen, disparue alors qu’elle n’était encore qu’un bébé. Danseuse étoile, véritable star en Amérique, Ellen avait tout quitté par amour pour James. Ensemble, ils s’étaient installés en Tasmanie, avaient fondé une famille et l’arrivée de Zelda les avait...

Âgée de vingt ans, Zelda sait peu de choses sur sa mère, Ellen, disparue alors qu’elle n’était encore qu’un bébé. Danseuse étoile, véritable star en Amérique, Ellen avait tout quitté par amour pour James. Ensemble, ils s’étaient installés en Tasmanie, avaient fondé une famille et l’arrivée de Zelda les avait comblés avant que tout bascule...
Après la mort de son père, Zelda trouve un article de presse révélant qu’Ellen est vivante, quelque part en Inde.
La jeune fille décide de se rendre sur place pour affronter sa propre histoire.

« Un roman superbe ! » Côté Femme

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266160919
Code sériel : 12924
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 512
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un roman superbe ! »

Côté Femme

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Milllie Posté le 24 Février 2021
    Zelda a grandi avec son père qui a quitte les Etats Unis et une vie confortable pour devenir pêcheur de langouste sur une petite île perdue au large de la Tasmanie. Elle n'a que très peu de souvenirs de sa mère, Ellen, dont son père lui a dit qu'elle était morte quand elle n'avait que quelques années. Mais quand son père décède brusquement, Zelda découvre par le biais d'une coupure de journal que sa mère est toujours vivante en Inde et décide de la retrouver. J'ai bien du mal à donner un avis sur ce livre : si je devais résumer, je dirais que ce récit est tellement peu réaliste, parsemé de coïncidences improbables, naïf et plein de bons sentiments qu'il en devient touchant et finit par procurer un certain plaisir de lecture malgré tous ses défauts ! A partir du point de départ ténu de Zelda à la recherche de cette mère qu'elle n'a pas connue et qu'elle croyait morte, c'est en fait la vie de Ellen, la mère, qui occupe la plus grande part du récit. Mal aimée et maltraitée par une mère froide et distante, Ellen trouve (bien sûr !) un sauveur en la personne d'un voisin fantasque... Zelda a grandi avec son père qui a quitte les Etats Unis et une vie confortable pour devenir pêcheur de langouste sur une petite île perdue au large de la Tasmanie. Elle n'a que très peu de souvenirs de sa mère, Ellen, dont son père lui a dit qu'elle était morte quand elle n'avait que quelques années. Mais quand son père décède brusquement, Zelda découvre par le biais d'une coupure de journal que sa mère est toujours vivante en Inde et décide de la retrouver. J'ai bien du mal à donner un avis sur ce livre : si je devais résumer, je dirais que ce récit est tellement peu réaliste, parsemé de coïncidences improbables, naïf et plein de bons sentiments qu'il en devient touchant et finit par procurer un certain plaisir de lecture malgré tous ses défauts ! A partir du point de départ ténu de Zelda à la recherche de cette mère qu'elle n'a pas connue et qu'elle croyait morte, c'est en fait la vie de Ellen, la mère, qui occupe la plus grande part du récit. Mal aimée et maltraitée par une mère froide et distante, Ellen trouve (bien sûr !) un sauveur en la personne d'un voisin fantasque (et riche !) qui la prend en affection et décide de payer ses études de danse. Elle sacrifie sa jeunesse pour étudier la danse classique et devient (re bien sûr) une ballerine de talent et encore mieux une star planétaire, même si elle est plus otage du système que réellement heureuse de ce succès. L'auteur ne nous épargne aucun rebondissement : on croise dans ce roman de pauvres petites filles riches anorexiques, des agents de star qui roulent en limousine mais aussi dans la partie indienne du livre d'anciens domestiques nostalgiques des anglais comme de pauvres hères mourant de faim et bien sûr quelques gourous et maîtres yogis par ci par là. Étonnamment, alors que le résumé du roman aurait tout pour faire fuir le lecteur le plus endurci, à part s'il a absolument besoin d'une bonne dose de guimauve mâtinée de rocambolesque, le mélange finit par fonctionner et la lecture est plutôt plaisante. L'auteur possède un talent certain pour le récit et nous prend dans ses filets, les personnages sont attachants malgré tous les clichés qu'ils véhiculent et même si on n'y croit pas vraiment on a envie de savoir comment cette histoire va se finir. Au final je ne sais donc pas vraiment s'il faut recommander ce roman mais une fois la dernière page tournée je me rends compte que ma lecture a été plutôt plaisante et que j'ai passé un bon moment. Un bon divertissement pour s'évader et rêver un peu, c'est déjà pas mal !
    Lire la suite
    En lire moins
  • charlottelit Posté le 6 Novembre 2019
    tout comme Faura j'ai moins aimé ce roman ;
  • Faura Posté le 9 Juillet 2018
    Après avoir été enchantée par La Reine des pluies, Leopard Hall et Les fleurs sauvages des Bougainvilliers, j’ai un peu moins aimé ce livre. Peut-être parce que ce n’est pas l’histoire à laquelle je m’attendais. Zelda vit avec son père pêcheur sur une petite île de Tasmanie. Elle sait très peu de choses sur sa mère Ellen, qui est décédée alors qu’elle avait 4 ans. A la mort soudaine de son père, elle découvre qu’en fait sa mère est bien vivante, et comme elle n’a aucune attache, elle va partir pour essayer de la retrouver et comprendre pourquoi on lui a menti. L’histoire racontée est en fait celle d’Ellen, depuis son enfance, sa vie de danseuse célèbre qui a tout plaqué avec son mari pour échapper aux contraintes médiatiques, mais qui au contact de sa fille Zelda, va avoir peur de reproduire les mauvais traitements qu’elle a elle-même subis de la part de sa mère. Ellen a donc préféré s’enfuir plutôt que de faire du mal à son enfant. Mais elle a souhaité garder un lien avec Zelda, ce que son mari lui a dénié. Alors, avec l’aide de deux amies, riches et anorexiques, elle décide d’aller en Inde se ressourcer et tenter... Après avoir été enchantée par La Reine des pluies, Leopard Hall et Les fleurs sauvages des Bougainvilliers, j’ai un peu moins aimé ce livre. Peut-être parce que ce n’est pas l’histoire à laquelle je m’attendais. Zelda vit avec son père pêcheur sur une petite île de Tasmanie. Elle sait très peu de choses sur sa mère Ellen, qui est décédée alors qu’elle avait 4 ans. A la mort soudaine de son père, elle découvre qu’en fait sa mère est bien vivante, et comme elle n’a aucune attache, elle va partir pour essayer de la retrouver et comprendre pourquoi on lui a menti. L’histoire racontée est en fait celle d’Ellen, depuis son enfance, sa vie de danseuse célèbre qui a tout plaqué avec son mari pour échapper aux contraintes médiatiques, mais qui au contact de sa fille Zelda, va avoir peur de reproduire les mauvais traitements qu’elle a elle-même subis de la part de sa mère. Ellen a donc préféré s’enfuir plutôt que de faire du mal à son enfant. Mais elle a souhaité garder un lien avec Zelda, ce que son mari lui a dénié. Alors, avec l’aide de deux amies, riches et anorexiques, elle décide d’aller en Inde se ressourcer et tenter de les sauver. Là elle découvre des gens affamés, et le contraste est saisissant entre celles qui se privent sciemment de manger et la population qui mendie pour quelques miettes. Ellen va ouvrir une distribution de repas pour ces pauvres, et peu à peu, elle va devenir une sorte de sainte pour tous ces gens, la dame au sari bleu. Les descriptions de Katherine Scholes sont toujours aussi belles. Les rapports mère-fille sont très largement exposés dans cet ouvrage, violents et avec des résultats catastrophiques parfois, ainsi que le contraste entre la richesse des jeunes américaines habituées à être servies et la pauvreté du monde qu’elles vont découvrir. Des destins de femmes tourmentées par leurs origines. lirelanuitoupas.wordpress.com
    Lire la suite
    En lire moins
  • isamalo Posté le 24 Février 2018
    Zelda, 20 ans, est née sur une côte sauvage de Tasmanie, élevé par son père James, homme dur et austère. Sa mère Ellen est morte lorsqu'elle était encore bébé. Après le décès soudain de son père, Zelda trouve un article de presse lui révélant que sa mère est vivante ! Quelque part en Inde elle décide de la retrouver. Très belle leçon d'amour de la part de Zelda qui parcoure des millions de kilomètres pour retrouver sa mère. Les 3 parties du livre sont interessantes, le reste de la lecture tire en longueur... mais beau livre pour les amateurs d'amour familial et curieux de connaitre l'Inde.
  • troumoulou Posté le 4 Mars 2017
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.