RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La Reine des pluies - nouvelle édition

            Belfond
            EAN : 9782714482235
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 438
            Format : 140 x 225 mm
            La Reine des pluies - nouvelle édition

            Marthe LOMONT (Traducteur)
            Collection : Le Cercle Belfond
            Date de parution : 04/07/2019
            La redécouverte d’un roman culte. Dans les décors envoûtants de la Tanzanie, Katherine Scholes tisse le portrait de deux femmes passionnées, rebelles, inoubliables. Une fresque enivrante et tragique, dans la lignée de La Ferme africaine.
            De son enfance en Tanzanie, Kate Carrington a essayé d’effacer tous ses souvenirs. Âgée de douze ans lors de l’assassinat de ses parents missionnaires, près de la frontière rwandaise, la jeune femme a fait table rase de ses racines africaines pour se reconstruire en Australie. Bien des années plus tard,... De son enfance en Tanzanie, Kate Carrington a essayé d’effacer tous ses souvenirs. Âgée de douze ans lors de l’assassinat de ses parents missionnaires, près de la frontière rwandaise, la jeune femme a fait table rase de ses racines africaines pour se reconstruire en Australie. Bien des années plus tard, alors qu’elle tente de mener une vie normale, Kate fait la connaissance d’une vieille femme mystérieuse, qui l’intrigue autant qu’elle la fascine.

            Il faut dire que le destin d’Annah Mason a tout du roman d’aventures. Infirmière dans un hôpital de brousse, faiseuse de pluie dans le bush tanzanien : l’Afrique a révélé à cette Occidentale intrépide un monde d’une magie infinie. Et lui a offert sa plus grande histoire d’amour. Cette vie de passion ne s’est pourtant pas faite sans douleur ni drames. Désormais âgée et malade, celle qui fut la reine des pluies veut soulager sa conscience. Mais ses secrets pourraient bien mettre à mal l’univers fragile de Kate…
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782714482235
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 438
            Format : 140 x 225 mm
            Belfond

            Ils en parlent

            « Sous le signe de Doris Lessing, pour la subtilité des relations féminines, et de Karen Blixen, pour la vision d’un continent en proie au choc des ethnies et des cultures, la romancière fait de son intense Reine des pluies le beau symbole du deuil impossible, de la solitude et de l’ouverture aux autres. »
            L'Express
            Un magnifique portrait de femme doublé d'un voyage en Tanzanie.
            Marie-Chrstine Luton / Pep's

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • musemania Posté le 14 Septembre 2019
              Il est des livres qu’à peine la première page tournée, on s’envole pour d’autres destinations, très souvent lointaines et à mille lieues de chez nous. Ce que j’aime particulièrement dans la lecture, c’est de m’évader du quotidien, de pouvoir souffler dans une vie à 100 à l’heure et de me faire voyager très loin de chez moi, sans à avoir à quitter mon salon. Ce livre est pour moi un exemple criant de totale évasion. Que j’ai aimé découvrir le destin de ces femmes fortes aux confins de l’Australie mais aussi de la Tanzanie actuelle, deux pays où j’aimerais beaucoup y aller, ne connaissant le continent africain que par mes voyages réguliers au Cap-Vert. C’est un point de départ douloureux puisque cela débute en 1974, lorsque les parents missionnaires de Kate Carrington, âgée seulement de 12 ans, sont assassinés dans leur maison-hôpital au fin fond de la Tanzanie, à la frontière du Rwanda. Australienne d’origine, elle va grandir loin des terres africaines qui l’ont vu naître. Un jour, elle rencontre sa mystérieuse voisine, personnage haut en couleurs. Peu à peu, des liens vont se créer et l’histoire personnelle de cette voisine n’est pas si éloignée de Kate finalement. L’auteure, Katherine Scholes, a... Il est des livres qu’à peine la première page tournée, on s’envole pour d’autres destinations, très souvent lointaines et à mille lieues de chez nous. Ce que j’aime particulièrement dans la lecture, c’est de m’évader du quotidien, de pouvoir souffler dans une vie à 100 à l’heure et de me faire voyager très loin de chez moi, sans à avoir à quitter mon salon. Ce livre est pour moi un exemple criant de totale évasion. Que j’ai aimé découvrir le destin de ces femmes fortes aux confins de l’Australie mais aussi de la Tanzanie actuelle, deux pays où j’aimerais beaucoup y aller, ne connaissant le continent africain que par mes voyages réguliers au Cap-Vert. C’est un point de départ douloureux puisque cela débute en 1974, lorsque les parents missionnaires de Kate Carrington, âgée seulement de 12 ans, sont assassinés dans leur maison-hôpital au fin fond de la Tanzanie, à la frontière du Rwanda. Australienne d’origine, elle va grandir loin des terres africaines qui l’ont vu naître. Un jour, elle rencontre sa mystérieuse voisine, personnage haut en couleurs. Peu à peu, des liens vont se créer et l’histoire personnelle de cette voisine n’est pas si éloignée de Kate finalement. L’auteure, Katherine Scholes, a su me faire découvrir beaucoup de choses sur ce pays (très peu par moi) qu’est la Tanzanie. C’est aussi vrai pour ce mode de vie si particulier des missionnaires, mettant leur propre vie entre parenthèses tant leur dévouement est grand. Souvent au fil des pages, j’ai eu l’impression de me retrouver dans le roman-autobiographique « La ferme africaine » de Karen Blixen, dont le film « Out of Africa » est tiré. Ce livre n’est pas seulement un livre d’amour entre des personnes mais c’est surtout une passion pour un pays, une terre pour laquelle ils donneraient leur vie entière. La plume de Katherine Scholes m’a littéralement séduite. C’est un style d’écriture très dense mais tellement enrichissant. J’ai ressenti un vrai pincement au coeur de devoir quitter Kate, Annah, Stanley et devoir, hélas comme tout bonne chose, arriver à sa fin et tourner les dernières pages. Un tout grand merci aux éditions Belfond et en particulier, à Carine Verschaeve de m’avoir sélectionnée pour le Book Club de septembre et m’avoir ainsi permis de découvrir ce magnifique livre que je ne peux que conseiller !
              Lire la suite
              En lire moins
            • musemania Posté le 14 Septembre 2019
              Il est des livres qu’à peine la première page tournée, on s’envole pour d’autres destinations, très souvent lointaines et à mille lieues de chez nous. Ce que j’aime particulièrement dans la lecture, c’est de m’évader du quotidien, de pouvoir souffler dans une vie à 100 à l’heure et de me faire voyager très loin de chez moi, sans à avoir à quitter mon salon. Ce livre est pour moi un exemple criant de totale évasion. Que j’ai aimé découvrir le destin de ces femmes fortes aux confins de l’Australie mais aussi de la Tanzanie actuelle, deux pays où j’aimerais beaucoup y aller, ne connaissant le continent africain que par mes voyages réguliers au Cap-Vert. C’est un point de départ douloureux puisque cela débute en 1974, lorsque les parents missionnaires de Kate Carrington, âgée seulement de 12 ans, sont assassinés dans leur maison-hôpital au fin fond de la Tanzanie, à la frontière du Rwanda. Australienne d’origine, elle va grandir loin des terres africaines qui l’ont vu naître. Un jour, elle rencontre sa mystérieuse voisine, personnage haut en couleurs. Peu à peu, des liens vont se créer et l’histoire personnelle de cette voisine n’est pas si éloignée de Kate finalement. L’auteure, Katherine Scholes, a... Il est des livres qu’à peine la première page tournée, on s’envole pour d’autres destinations, très souvent lointaines et à mille lieues de chez nous. Ce que j’aime particulièrement dans la lecture, c’est de m’évader du quotidien, de pouvoir souffler dans une vie à 100 à l’heure et de me faire voyager très loin de chez moi, sans à avoir à quitter mon salon. Ce livre est pour moi un exemple criant de totale évasion. Que j’ai aimé découvrir le destin de ces femmes fortes aux confins de l’Australie mais aussi de la Tanzanie actuelle, deux pays où j’aimerais beaucoup y aller, ne connaissant le continent africain que par mes voyages réguliers au Cap-Vert. C’est un point de départ douloureux puisque cela débute en 1974, lorsque les parents missionnaires de Kate Carrington, âgée seulement de 12 ans, sont assassinés dans leur maison-hôpital au fin fond de la Tanzanie, à la frontière du Rwanda. Australienne d’origine, elle va grandir loin des terres africaines qui l’ont vu naître. Un jour, elle rencontre sa mystérieuse voisine, personnage haut en couleurs. Peu à peu, des liens vont se créer et l’histoire personnelle de cette voisine n’est pas si éloignée de Kate finalement. L’auteure, Katherine Scholes, a su me faire découvrir beaucoup de choses sur ce pays (très peu par moi) qu’est la Tanzanie. C’est aussi vrai pour ce mode de vie si particulier des missionnaires, mettant leur propre vie entre parenthèses tant leur dévouement est grand. Souvent au fil des pages, j’ai eu l’impression de me retrouver dans le roman-autobiographique « La ferme africaine » de Karen Blixen, dont le film « Out of Africa » est tiré. Ce livre n’est pas seulement un livre d’amour entre des personnes mais c’est surtout une passion pour un pays, une terre pour laquelle ils donneraient leur vie entière. La plume de Katherine Scholes m’a littéralement séduite. C’est un style d’écriture très dense mais tellement enrichissant. J’ai ressenti un vrai pincement au coeur de devoir quitter Kate, Annah, Stanley et devoir, hélas comme tout bonne chose, arriver à sa fin et tourner les dernières pages. Un tout grand merci aux éditions Belfond et en particulier, à Carine Verschaeve de m’avoir sélectionnée pour le Book Club de septembre et m’avoir ainsi permis de découvrir ce magnifique livre que je ne peux que conseiller !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Djustinee Posté le 8 Septembre 2019
              En 1974, en Tanzanie, non loin de la frontière Rwandaise, Sarah et Michael, un couple de missionnaires australien, sont assassinés de manière barbare. Ils laissent derrière eux leur fille, Kate, âgée de 12 ans. La fillette sera alors ramenée en Australie. Loin de la mission et loin de l'Afrique. Kate devenue adulte, elle a construit sa vie dans la maison australienne de ses parents, est devenue infirmière et a appris à prendre du recul par rapport à son passé. Kate se liera d'amitié avec sa vieille voisine un peu étrange et qui, en fait, ne lui est pas totalement inconnue. Retour dans le passé de Kate, de sa famille et de la Reine des pluies. Le concept et le récit me plaisent. On suit aisément tous les personnages de ce roman. Je me projette facilement en Afrique ou même en Australie. J'aime ce retour en arrière, c'est quelque chose qui me plaît toujours dans les romans. J'ai par contre trouvé que les chapitres étaient un peu lourds. J'aime en général les chapitres courts et aérés, même s'il y en a plus. Du coup je dois avouer qu'à 2 reprises, je me suis demandé où j'allais. Mais mais mais... Rien de rédhibitoire ! Une absence... En 1974, en Tanzanie, non loin de la frontière Rwandaise, Sarah et Michael, un couple de missionnaires australien, sont assassinés de manière barbare. Ils laissent derrière eux leur fille, Kate, âgée de 12 ans. La fillette sera alors ramenée en Australie. Loin de la mission et loin de l'Afrique. Kate devenue adulte, elle a construit sa vie dans la maison australienne de ses parents, est devenue infirmière et a appris à prendre du recul par rapport à son passé. Kate se liera d'amitié avec sa vieille voisine un peu étrange et qui, en fait, ne lui est pas totalement inconnue. Retour dans le passé de Kate, de sa famille et de la Reine des pluies. Le concept et le récit me plaisent. On suit aisément tous les personnages de ce roman. Je me projette facilement en Afrique ou même en Australie. J'aime ce retour en arrière, c'est quelque chose qui me plaît toujours dans les romans. J'ai par contre trouvé que les chapitres étaient un peu lourds. J'aime en général les chapitres courts et aérés, même s'il y en a plus. Du coup je dois avouer qu'à 2 reprises, je me suis demandé où j'allais. Mais mais mais... Rien de rédhibitoire ! Une absence si vous voulez ! Une histoire de femmes. Des femmes fortes qui ont vécu des épreuves terribles et ont dû se reconstruire. Des femmes courageuses. Prenez un roman aux saveurs africaines qui ravira les baroudeuses/baroudeurs et ajoutez y une histoire mettant en avant plan les femmes et vous ferez de moi une lectrice comblée. Je vous conseille donc ce roman.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Djustinee Posté le 8 Septembre 2019
              En 1974, en Tanzanie, non loin de la frontière Rwandaise, Sarah et Michael, un couple de missionnaires australien, sont assassinés de manière barbare. Ils laissent derrière eux leur fille, Kate, âgée de 12 ans. La fillette sera alors ramenée en Australie. Loin de la mission et loin de l'Afrique. Kate devenue adulte, elle a construit sa vie dans la maison australienne de ses parents, est devenue infirmière et a appris à prendre du recul par rapport à son passé. Kate se liera d'amitié avec sa vieille voisine un peu étrange et qui, en fait, ne lui est pas totalement inconnue. Retour dans le passé de Kate, de sa famille et de la Reine des pluies. Le concept et le récit me plaisent. On suit aisément tous les personnages de ce roman. Je me projette facilement en Afrique ou même en Australie. J'aime ce retour en arrière, c'est quelque chose qui me plaît toujours dans les romans. J'ai par contre trouvé que les chapitres étaient un peu lourds. J'aime en général les chapitres courts et aérés, même s'il y en a plus. Du coup je dois avouer qu'à 2 reprises, je me suis demandé où j'allais. Mais mais mais... Rien de rédhibitoire ! Une absence... En 1974, en Tanzanie, non loin de la frontière Rwandaise, Sarah et Michael, un couple de missionnaires australien, sont assassinés de manière barbare. Ils laissent derrière eux leur fille, Kate, âgée de 12 ans. La fillette sera alors ramenée en Australie. Loin de la mission et loin de l'Afrique. Kate devenue adulte, elle a construit sa vie dans la maison australienne de ses parents, est devenue infirmière et a appris à prendre du recul par rapport à son passé. Kate se liera d'amitié avec sa vieille voisine un peu étrange et qui, en fait, ne lui est pas totalement inconnue. Retour dans le passé de Kate, de sa famille et de la Reine des pluies. Le concept et le récit me plaisent. On suit aisément tous les personnages de ce roman. Je me projette facilement en Afrique ou même en Australie. J'aime ce retour en arrière, c'est quelque chose qui me plaît toujours dans les romans. J'ai par contre trouvé que les chapitres étaient un peu lourds. J'aime en général les chapitres courts et aérés, même s'il y en a plus. Du coup je dois avouer qu'à 2 reprises, je me suis demandé où j'allais. Mais mais mais... Rien de rédhibitoire ! Une absence si vous voulez ! Une histoire de femmes. Des femmes fortes qui ont vécu des épreuves terribles et ont dû se reconstruire. Des femmes courageuses. Prenez un roman aux saveurs africaines qui ravira les baroudeuses/baroudeurs et ajoutez y une histoire mettant en avant plan les femmes et vous ferez de moi une lectrice comblée. Je vous conseille donc ce roman.
              Lire la suite
              En lire moins
            • alapagedesuzie Posté le 3 Août 2019
              J'étais loin de me douter que j'allais tomber aussi facilement sous le charme de ce roman. Tout au long de ma lecture, j'ai eu l'impression de voyager sur les routes de l'Afrique. Quel dépaysement! L'auteure nous décrit avec détails l'environnement qui entoure Annah et du coup, c'est un peu comme si nous y étions. Je pouvais facilement imaginer les huttes et ses forêts qui parsèment la Tanzanie. Je pouvais presque sentir la poussière sous mes pieds tellement j'adhérais au récit. En fait, ce fut un réel plongeon dans un univers que je connais si peu et que j'ai appris à aimer par le biais de ce roman. Malgré le climat quelque peu instable de la région ainsi que les meurtres atroces de Michael et Sarah, il n'en reste pas moins que nous ressentons bien l'amour que Katherine Scholes porte pour ce pays où elle est née. Elle nous donne le goût d'aller découvrir cette région ainsi que ses habitants. En ce qui concerne notre protagoniste, nous sentons qu'Annah est déchirée avec sa nature de femme blanche et la limite que tente de lui imposer la mission. L'amour pour ce pays la pousse vers la culture africaine. Cette magie qui entoure les peuples... J'étais loin de me douter que j'allais tomber aussi facilement sous le charme de ce roman. Tout au long de ma lecture, j'ai eu l'impression de voyager sur les routes de l'Afrique. Quel dépaysement! L'auteure nous décrit avec détails l'environnement qui entoure Annah et du coup, c'est un peu comme si nous y étions. Je pouvais facilement imaginer les huttes et ses forêts qui parsèment la Tanzanie. Je pouvais presque sentir la poussière sous mes pieds tellement j'adhérais au récit. En fait, ce fut un réel plongeon dans un univers que je connais si peu et que j'ai appris à aimer par le biais de ce roman. Malgré le climat quelque peu instable de la région ainsi que les meurtres atroces de Michael et Sarah, il n'en reste pas moins que nous ressentons bien l'amour que Katherine Scholes porte pour ce pays où elle est née. Elle nous donne le goût d'aller découvrir cette région ainsi que ses habitants. En ce qui concerne notre protagoniste, nous sentons qu'Annah est déchirée avec sa nature de femme blanche et la limite que tente de lui imposer la mission. L'amour pour ce pays la pousse vers la culture africaine. Cette magie qui entoure les peuples qu'elle côtoie l'attire énormément. En fait, pourquoi devrait-il y avoir une ligne si étroite qui sépare les deux peuples? Pourquoi ne pas concilier les deux cultures et prendre le meilleur des deux? Quant à la structure du roman, j'ai trouvé intéressant que l'auteure divise le roman en quatre parties. Par contre, le style narratif m'a quelque peu déçue. Au moment où Annah raconte à Kate la vie qu'elle a eue en Afrique et comment sont réellement décédés ses parents, j'aurais trouvé pertinent que l'auteure relate les faits comme si c'était Annah qui nous le racontait. Au lieu de cela, c'est comme si nous étions des spectateurs alors que j'aurais préféré me sentir comme partie prenante au récit. Toujours est-il qu'au moment où j'ai refermé le livre, j'étais profondément émue. L'auteure a su faire vibrer ma petite corde sensible et je ressors de ce roman avec un petit coup de cœur. Je crois qu'Annah restera encore un petit moment dans mes pensées. Décidément, les romans de la collection Le Cercle me charment cette année!
              Lire la suite
              En lire moins
            Toute l'actualité des éditions Belfond
            Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.