Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264068781
Code sériel : 5158
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm

La Voix secrète

Collection : Grands Détectives
Date de parution : 05/01/2017
Une enquête criminelle dans les bas-fonds de Paris en 1835, retraçant les derniers jours du célèbre dandy, assassin et poète Pierre-François Lacenaire
Durant l’hiver 1835, sous le règne de Louis-Philippe, alors que Paris est rongé par la misère et les attentats, la police enquête sur un tueur d’enfants. Tous les indices orientent Allard, chef de la Sûreté, vers le célèbre poète et assassin Pierre-François Lacenaire. Incarcéré à la Conciergerie, celui-ci passe ses... Durant l’hiver 1835, sous le règne de Louis-Philippe, alors que Paris est rongé par la misère et les attentats, la police enquête sur un tueur d’enfants. Tous les indices orientent Allard, chef de la Sûreté, vers le célèbre poète et assassin Pierre-François Lacenaire. Incarcéré à la Conciergerie, celui-ci passe ses journées à recevoir des visiteurs et à rédiger ses Mémoires en attendant de passer sous la guillotine. Un autre crime se produit, révélant davantage de similitudes avec ceux commis jadis par Lacenaire. Allard décide alors de le solliciter dans l’espoir de résoudre au plus vite cette enquête tortueuse. Entre le policier et l’assassin s’instaure une relation ambiguë, faite de respect et de manipulation, qui  les entraînera tous deux dans les coulisses d’un Paris mystérieux et violent.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264068781
Code sériel : 5158
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • marina53 Posté le 22 Juillet 2021
    9 janvier 1836, Paris. Sous bonne escorte et sous les cris du peuple qui réclament sa tête, Lacenaire, vêtu élégamment, se dirige vers l'échafaud. À ses côtés, son ami et amant, Avril. Après avoir nargué l'inspecteur Canler, il fait ses adieux au lieutenant Allard et c'est avec un immense soulagement, heureux de quitter cette France pathétique, qu'il observe la guillotine. Elle qu'il attend depuis si longtemps. La foule se tait, la lame s'abat... ... sur la tête de la petite Madeleine, 8 ans, qui roule sur le sol, avant d'être livrée au préfet Gisquet en ce 1er décembre 1835. Aussitôt, il fait venir Pierre Allard, le chef de la Sureté, à qui il confie l'enquête, bien que ce dernier a déjà une affaire en cours, l'attentat des républicains. La France qui connaît des heures déjà bien agitées, il va de soi que l'affaire ne doit pas s'ébruiter. Lorsque le corps d'un enfant est retrouvé sans tête, la police constate certaines similitudes avec les meurtres commis par Pierre-François Lacenaire. Or ce dernier est en prison, attendant la guillotine en écrivant ses Mémoires... Lorsque des têtes puis des corps d'enfants sont retrouvés disséminés dans Paris, toute la population prend peur. L'ambiance n'étant pas... 9 janvier 1836, Paris. Sous bonne escorte et sous les cris du peuple qui réclament sa tête, Lacenaire, vêtu élégamment, se dirige vers l'échafaud. À ses côtés, son ami et amant, Avril. Après avoir nargué l'inspecteur Canler, il fait ses adieux au lieutenant Allard et c'est avec un immense soulagement, heureux de quitter cette France pathétique, qu'il observe la guillotine. Elle qu'il attend depuis si longtemps. La foule se tait, la lame s'abat... ... sur la tête de la petite Madeleine, 8 ans, qui roule sur le sol, avant d'être livrée au préfet Gisquet en ce 1er décembre 1835. Aussitôt, il fait venir Pierre Allard, le chef de la Sureté, à qui il confie l'enquête, bien que ce dernier a déjà une affaire en cours, l'attentat des républicains. La France qui connaît des heures déjà bien agitées, il va de soi que l'affaire ne doit pas s'ébruiter. Lorsque le corps d'un enfant est retrouvé sans tête, la police constate certaines similitudes avec les meurtres commis par Pierre-François Lacenaire. Or ce dernier est en prison, attendant la guillotine en écrivant ses Mémoires... Lorsque des têtes puis des corps d'enfants sont retrouvés disséminés dans Paris, toute la population prend peur. L'ambiance n'étant pas au beau fixe depuis des mois (attentats, misère...), le lieutenant Allard est prié, par ses supérieurs, de résoudre cette horrible affaire au plus vite. Ce roman policier se démarque de par son aspect historique des plus passionnants. En effet, de par sa plume immersive et descriptive, Michaël Mention nous plonge parfaitement dans un Paris des années 1830 en relatant les terribles attentats visant le Roi (le plus meurtrier étant celui mené par Fieschi), la population qui se tue au travail ainsi que la misère sociale mais aussi en mettant sur le devant de la scène de véritables personnages, le préfet Gisquet ou encore Pierre-François Lacenaire, poète escroc et assassin. C'est d'ailleurs à partir de ses Mémoires que l'auteur a tissé son roman. Ainsi, en mélangeant les genres, il nous offre un roman sombre, captivant, mené tambour battant mais aussi glaçant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Crossroads Posté le 28 Mai 2021
    Un Mention, mention très bien, une fois encore. Mention ou l'art de mixer habilement Histoire et fiction afin d'instruire sans avoir l'air d'y toucher. Nous sommes en 1835, à Paname. On se les caille sévère suite à une nouvelle grève d'Engie. Louis-Philippe sur le trône, Pierre-François Lacenaire incarcéré à la conciergerie et occupé à l'écriture de ses mémoires en attendant la faiseuse de veuves. Le gars, y s'en fout, il est pas marié et ne semble vivre que pour ce moment fatidique, alors. Tout irait presque pour le mieux dans le moins pire des mondes si des crimes d'enfants ne venaient hanter l'esprit souffreteux de parisiens un rien traumatisés par de tels agissements. Un copycat sévirait-il en hommage à notre assassin poète ? Allard, chef de la sûreté doublé du statut de proche, s'en va, tout de go, requérir l'aide précieuse de notre célèbre PFL. Rien à voir avec le pseudo duo musical, tiens-je à préciser, pour respecter et sa mémoire et surtout ses esgourdes. C'est court mais c'est bon. Mention a taffé en amont et ça se sent. Amalgamant habilement personnage historique intrigant et récit fictif addictif, l'on en ressort à la fois jouasse et un peu moins benêt ce qui, dans mon cas, ne suffira certes pas à masquer les innombrables... Un Mention, mention très bien, une fois encore. Mention ou l'art de mixer habilement Histoire et fiction afin d'instruire sans avoir l'air d'y toucher. Nous sommes en 1835, à Paname. On se les caille sévère suite à une nouvelle grève d'Engie. Louis-Philippe sur le trône, Pierre-François Lacenaire incarcéré à la conciergerie et occupé à l'écriture de ses mémoires en attendant la faiseuse de veuves. Le gars, y s'en fout, il est pas marié et ne semble vivre que pour ce moment fatidique, alors. Tout irait presque pour le mieux dans le moins pire des mondes si des crimes d'enfants ne venaient hanter l'esprit souffreteux de parisiens un rien traumatisés par de tels agissements. Un copycat sévirait-il en hommage à notre assassin poète ? Allard, chef de la sûreté doublé du statut de proche, s'en va, tout de go, requérir l'aide précieuse de notre célèbre PFL. Rien à voir avec le pseudo duo musical, tiens-je à préciser, pour respecter et sa mémoire et surtout ses esgourdes. C'est court mais c'est bon. Mention a taffé en amont et ça se sent. Amalgamant habilement personnage historique intrigant et récit fictif addictif, l'on en ressort à la fois jouasse et un peu moins benêt ce qui, dans mon cas, ne suffira certes pas à masquer les innombrables lacunes dans moult domaines mais pourrait bien me permettre de faire illusion, l'espace d'un instant, durant mon dîner de con hebdomadaire. Historique et paradoxalement rafraîchissant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Olivier43 Posté le 16 Avril 2021
    Un vrai grand polar historique qui se sert admirablement du Paris des années 1830 et de l'histoire de Lacenaire. L'intrigue est habilement construite et navigue entre thriller à la Jack l'éventreur et les bouleversement de la société parisienne. L'auteur nous plonge dans les arcanes de la vie parisienne avec ses intrigues, ses odeurs, ses magouilles. Le passage dans les Halles parisiennes est véritablement un grand moment du roman, tout comme l'abattoir de Montmartre. Une vraie réussite et un auteur à suivre.
  • MahaultMots Posté le 26 Août 2020
    Une bonne lecture, qui n'a rien à envier à d'autres Grands détectives : le contexte historique est intéressant et bien posé - et en plus moins vu et revu que d'autres - et les personnages romanesques.
  • PJN Posté le 11 Août 2020
    Ce roman policier historique remplit les critères. Il nous plonge dans un contexte historique précis : le Paris de Louis-Philippe, avec l'intervention d'un personnage réel Lacenaire, l'évocation de la misère sociale et de la fragilité de la monarchie de Juillet, pour le cadre politique. La traque de l'assassin est prenante, avec un côté gore, mais la fin m'a paru abrupte.
Plongez dans l'univers du polar historique avec la newsletter Grands Détectives.
Voyagez au fil des enquêtes de la collection Grands Détectives.