Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266294751
Code sériel : 7283
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 800
Format : 108 x 177 mm

Le Moineau de Dieu

Béatrice VIERNE (Traducteur)
Date de parution : 26/09/2019
2019, un signal musical est capté par la Terre. Pendant que l’ONU palabre sans fin, la Compagnie de Jésus a déjà trouvé les financements et mis sur pied son expédition. À son bord, des athées et des jésuites, dont Emilio Sandoz, jeune prêtre et brillant linguiste, pour un voyage d’exploration... 2019, un signal musical est capté par la Terre. Pendant que l’ONU palabre sans fin, la Compagnie de Jésus a déjà trouvé les financements et mis sur pied son expédition. À son bord, des athées et des jésuites, dont Emilio Sandoz, jeune prêtre et brillant linguiste, pour un voyage d’exploration vers la planète Rakhat et ses habitants.
2059, Emilio Sandoz, mutique, les mains mutilées et marqué du sceau de l’infamie, est le seul rescapé de la mission. Sur Rakhat, il aurait tué et se serait prostitué. Qu’a-t-il donc pu se passer pour que la mission tourne si mal ?

« Non content d’être un parfait chef-d’oeuvre, Le Moineau de Dieu est aussi une belle porte d’entrée pour quiconque chercherait à faire ses premiers pas dans la science-fiction. » Simon Krug – Les Inrockuptibles
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266294751
Code sériel : 7283
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 800
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Non content d'être un parfait chef-d'œuvre, Le Moineau de Dieu est aussi une belle porte d’entrée pour quiconque chercherait à faire ses premiers pas dans la science-fiction. » Simon Krug, Les Inrocks
Les Inrocks
« De l'intense spéculation et de la grande littérature, qui se dévore, c’est promis. » La librairie Charybde
La librairie Charybde

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • celine13120 Posté le 23 Juillet 2019
    Il me manque encore 5 étoiles pour donner la note que ce livre mérite. C'est un roman de SF incroyable qui rassemble différentes thématiques chères à mon cœur : space opera, esoterisme, alien et rencontre de l'autre. Je n'en dit pas plus à vous de jouer !
  • jmb33320 Posté le 12 Novembre 2018
    C’est une véritable curiosité dans le domaine de la SF que ce « Moineau de Dieu », paru au début des années 1990. Mary Doria Russell s’est sûrement inspirée des missions réelles des Jésuites en extrême orient et en Amérique du Nord aux 16ème et 17ème siècles, qui souvent se sont soldées par des incompréhensions et des massacres, pour les transposer sur une autre planète. On sait dès le début du roman que cette expédition, qui mêlait religieux chrétiens et laïcs a été un échec puisque sur huit personnes une seule, Emilio Sandoz, un jésuite linguiste, a pu être rapatrié sur terre, et dans quel état… La narration prend tout son temps, ce qui ne me dérange pas car j’aime bien les intrigues un peu lentes à se mettre en place. Et les enjeux ne sont révélés que très progressivement. J’ai été assez captivé par ce roman pour le lire vite mais je dois reconnaître que j’ai beaucoup de réserves à son sujet. Tout d’abord, j’imagine que c’est inévitable, croyants ou pas, tous les membres de l’expédition se posent beaucoup de questions sur l’existence (ou pas) de Dieu, et sur ce que faire sa volonté veut dire. Donc beaucoup de prêchi-prêcha,... C’est une véritable curiosité dans le domaine de la SF que ce « Moineau de Dieu », paru au début des années 1990. Mary Doria Russell s’est sûrement inspirée des missions réelles des Jésuites en extrême orient et en Amérique du Nord aux 16ème et 17ème siècles, qui souvent se sont soldées par des incompréhensions et des massacres, pour les transposer sur une autre planète. On sait dès le début du roman que cette expédition, qui mêlait religieux chrétiens et laïcs a été un échec puisque sur huit personnes une seule, Emilio Sandoz, un jésuite linguiste, a pu être rapatrié sur terre, et dans quel état… La narration prend tout son temps, ce qui ne me dérange pas car j’aime bien les intrigues un peu lentes à se mettre en place. Et les enjeux ne sont révélés que très progressivement. J’ai été assez captivé par ce roman pour le lire vite mais je dois reconnaître que j’ai beaucoup de réserves à son sujet. Tout d’abord, j’imagine que c’est inévitable, croyants ou pas, tous les membres de l’expédition se posent beaucoup de questions sur l’existence (ou pas) de Dieu, et sur ce que faire sa volonté veut dire. Donc beaucoup de prêchi-prêcha, assez indigeste. Mary Doria Russell n’évite pas non plus les situations ou la chasteté des religieux s’oppose à leurs inclinations amoureuses, un véritable poncif depuis au moins « Les oiseaux se cachent pour mourir » ! La partie proprement SF est réussie. Le lecteur est vraiment placé dans une situation où il découvre une société dont il n’a pas les codes et où il est donc facile de commettre des impairs. Mais au final c’est une impression assez nauséeuse de dolorisme exacerbé que m’a laissé cette lecture. Il y a eu une suite, que je ne lirai probablement pas. Celui-ci m’a suffi.
    Lire la suite
    En lire moins
  • fabinogene Posté le 22 Février 2018
    Autant le dire tout de suite, ce n'est pas du tout de la hard SF et c'est très loin de la SF moderne (bien que le roman soit relativement récent) comme j'ai pu le lire dans d'autres critiques. Bien au contraire, on s'approche plutôt de romans des débuts de la SF du genre "rencontre avec les martiens": aucune technicité d'aucune sorte, les aspects techniques sont juste effleurés; la rencontre avec un peuple extraterrestre pourrait très bien être la rencontre des occidentaux avec des peuplades inconnues il y a quelques siècles, et le fait que l'expédition soit jésuite ne fait que renforcer la pertinence de ce parallèle, de plus, les extra-terrestres sont tout ce qu'il y a d'anthropomorphes et leur culture est très humaine dans tous ses aspects; l'aventure pourrait très bien se dérouler sur terre au 15ème siècle, tout est transposable, ce serait juste un peu moins exotique. L'intérêt du roman est ailleurs, dans une histoire très construite où l'auteure prend le temps (et c'est bien) de présenter les personnages qui deviennent attachants, et cela donne un roman d'aventure assez sympathique dont je conseille la lecture. La conclusion du livre, que je ne mentionnerai pas, est un peu trop... Autant le dire tout de suite, ce n'est pas du tout de la hard SF et c'est très loin de la SF moderne (bien que le roman soit relativement récent) comme j'ai pu le lire dans d'autres critiques. Bien au contraire, on s'approche plutôt de romans des débuts de la SF du genre "rencontre avec les martiens": aucune technicité d'aucune sorte, les aspects techniques sont juste effleurés; la rencontre avec un peuple extraterrestre pourrait très bien être la rencontre des occidentaux avec des peuplades inconnues il y a quelques siècles, et le fait que l'expédition soit jésuite ne fait que renforcer la pertinence de ce parallèle, de plus, les extra-terrestres sont tout ce qu'il y a d'anthropomorphes et leur culture est très humaine dans tous ses aspects; l'aventure pourrait très bien se dérouler sur terre au 15ème siècle, tout est transposable, ce serait juste un peu moins exotique. L'intérêt du roman est ailleurs, dans une histoire très construite où l'auteure prend le temps (et c'est bien) de présenter les personnages qui deviennent attachants, et cela donne un roman d'aventure assez sympathique dont je conseille la lecture. La conclusion du livre, que je ne mentionnerai pas, est un peu trop attendue, mais l'ironie du sort réservé à cette expédition jésuite voulant découvrir qui sont ces autres enfants de Dieu est bien pensée. Enfin, même si le rapport à la religion et à Dieu est omniprésent, cela n'a rien de gênant pour l'athée que je suis, je trouve au contraire que c'est traité avec recul et intelligence. Après, oui il y a quelques longueurs et beaucoup de bons sentiments, mais comme c'est assez bien écrit, on avance vite et le tout me laisse un souvenir agréable.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LaGeekosophe Posté le 31 Octobre 2017
    Le moineau de Dieu est un très bon livre. Dans un premier temps, l'approche anthropologique de l'auteur donne une véritable crédibilité au récit. En particulier lors des premières rencontres avec les extra-terrestres, où le livre nous donne un aperçu des méthodes utilisées pour décortiquer et apprendre une langue inconnue. Cet aspect rigoureux et scientifique donne à l'histoire une réelle crédibilité. Mais ce n'est pas tout, les personnages sont également colorés, attachants, ce qui permet de vraiment rester accroché au récit. En outre, l'auteure a choisi un structure très particulière et nous suivons différentes chronologies, ce qui rend les différentes découvertes de l'équipe progressives et nous donne constamment envie d'en savoir plus.
  • Xapur Posté le 14 Octobre 2017
    ActuSF nous propose la réédition d’un roman mêlant la religion et le space opera (enfin, peut-être surtout le planet opera), avec le récit d’une expédition partant découvrir une nouvelle planète. Des sons en ont en effet été captés, et il s’agit en fait de chants. Tandis que les Etats s’interrogent sur les moyens à mettre en oeuvre, les jésuites prennent tout le monde de vitesse et lancent leur propre vaisseau spatial ! Le récit alterne deux périodes. Le présent de l’histoire, tandis que le père Emilio Sandoz, seul survivant de l’expédition, mutilé, brisé psychologiquement, lâche à regret des informations fragmentaires quant au désastre qui le voit accusé de prostitution et de meurtre. Le passé, avec le long récit de la mise en place de la mission, l’histoire des différents membres, leur préparation et leur choix de quitter la Terre, sachant qu’ils perdront toute famille et amis à cause du voyage et de la relativité. Un long début, au rythme assez lent, et avec de nombreux détails sur l’équipe hétéroclite qui va se constituer peu à peu et se retrouver à bord du vaisseau. Les personnages sont assez attachants, même si certaines scènes sont quand même assez gentillettes et si les choses s’arrangent... ActuSF nous propose la réédition d’un roman mêlant la religion et le space opera (enfin, peut-être surtout le planet opera), avec le récit d’une expédition partant découvrir une nouvelle planète. Des sons en ont en effet été captés, et il s’agit en fait de chants. Tandis que les Etats s’interrogent sur les moyens à mettre en oeuvre, les jésuites prennent tout le monde de vitesse et lancent leur propre vaisseau spatial ! Le récit alterne deux périodes. Le présent de l’histoire, tandis que le père Emilio Sandoz, seul survivant de l’expédition, mutilé, brisé psychologiquement, lâche à regret des informations fragmentaires quant au désastre qui le voit accusé de prostitution et de meurtre. Le passé, avec le long récit de la mise en place de la mission, l’histoire des différents membres, leur préparation et leur choix de quitter la Terre, sachant qu’ils perdront toute famille et amis à cause du voyage et de la relativité. Un long début, au rythme assez lent, et avec de nombreux détails sur l’équipe hétéroclite qui va se constituer peu à peu et se retrouver à bord du vaisseau. Les personnages sont assez attachants, même si certaines scènes sont quand même assez gentillettes et si les choses s’arrangent un peu trop facilement. L’arrivée sur la planète d’où les chants sont émis amène peu à peu les problèmes liés à l’incompréhension culturelle, puis la confrontation finale à la barbarie et à la cruauté (selon le point de vue humain) qui peuvent en découler. Comment dans ce cas ne pas remettre en cause sa foi ? C’est l’épreuve que subit le père Sandoz, traumatisé physiquement et psychologiquement, dont le récit, allant crescendo, sera dévoilé lors d’entretiens laborieux avec ses pairs, impatients de comprendre ce qui s’est finalement passé et si le prêtre est réellement coupable des maux dont il s’accuse. J’ai trouvé que le récit souffrait parfois de longueurs, et d’un esprit trop bon enfant dans la première moitié. Heureusement, la suite est plus intéressante, les concepts évoqués également, ce qui fait que la lecture de l’histoire est au final satisfaisante. Bien sûr, les révélations finales, même si elles sont partiellement devinables, contribuent au choc et à la compréhension des réactions du héros malheureux de l’histoire.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.