En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le témoignage du pendu

        10/18
        EAN : 9782264066831
        Code sériel : 5084
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 336
        Format : 108 x 177 mm
        Le témoignage du pendu

        Collection : Grands Détectives
        Date de parution : 02/06/2016
        L'inspecteur Benjamin Ross et sa compagne Lizzie Martin enquêtent sur une cause perdue : une affaire classée racontée par un condamné à mort
        Un homme destiné à la corde dirait n’importe quoi pour sauver sa vie. Mais que faire si son témoignage était vrai ? Lorsque l'inspecteur Ben Ross est appelé à la prison de Newgate par un homme condamné à mort, il ne s’attend pas à accorder le moindre crédit à son témoignage.... Un homme destiné à la corde dirait n’importe quoi pour sauver sa vie. Mais que faire si son témoignage était vrai ? Lorsque l'inspecteur Ben Ross est appelé à la prison de Newgate par un homme condamné à mort, il ne s’attend pas à accorder le moindre crédit à son témoignage. Mais le récit d'un assassinat dont il a été témoin il ya plus de dix-sept années est si convaincant que Ben ne peut s’empêcher de se demander si ce qu'il a entendu est vrai. S’il est trop tard pour sauver la vie de l'homme, peut-il encore enquêter sur un crime passé inaperçu pendant toutes ces années ?
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264066831
        Code sériel : 5084
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 336
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        7.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • jo18 Posté le 28 Mars 2018
          Le Témoignage du pendu met en scène un duo d’enquêteurs fort sympathique. Il m’a fait penser à Charlotte et Thomas Pitt d’Anne Perry ou Esther et Monk du même auteur. Ma lecture fut agréable et plaisante mais j’ai trouvé que l’énigme était trop facile à résoudre.
        • Tuclasakoi Posté le 14 Septembre 2017
          J’aime l’ambiance et l’étude de la société de cette époque si bien décrites par l’auteure dans ses différents romans. Celui-ci est un peu moins surprenant que les quatre autres que j’ai lus mais je l’ai savouré quand même. J’attends la traduction du sixième avec impatience.
        • 9004089 Posté le 26 Août 2017
          Ben et Lizzie sont sur deux enquêtes à la fois. D’un côté, un condamné témoigne d’un crime vieux de plusieurs années, de l’autre, un homme déclare la disparition de sa femme et de sa fille. Et dans un cas comme dans l’autre, l’inspecteur et son épouse vont avoir du pain sur la planche. Dans ce cinquième tome, Ben est plus présent que Lizzie mais le lecteur les retrouve souvent ensemble et, comme je suis fan de ce couple, j’en ai été très heureuse. D’autant que l’inspecteur Ross exprime à plusieurs reprises son amour pour sa femme et mon coeur a beaucoup aimé ! Je continue à penser que ce duo est le point fort de la saga. Sans mon affection pour eux, je n’aimerais certainement pas autant ces livres, même s’ils sont bien écrits. J’aime que Lizzie sorte du lot, qu’elle se montre forte et indépendante, d’une certaine façon. C’est quelque chose qui n’est pas commun pour une femme de l’époque et c’est forcément inspirant d’avoir un personnage comme elle. Mais en ce point, Ben l’est également car il aime et accepte sa partenaire comme ça, même s’il aimerait parfois pouvoir la protéger plus. Outre les personnages, j’ai aimé le début de l’histoire.... Ben et Lizzie sont sur deux enquêtes à la fois. D’un côté, un condamné témoigne d’un crime vieux de plusieurs années, de l’autre, un homme déclare la disparition de sa femme et de sa fille. Et dans un cas comme dans l’autre, l’inspecteur et son épouse vont avoir du pain sur la planche. Dans ce cinquième tome, Ben est plus présent que Lizzie mais le lecteur les retrouve souvent ensemble et, comme je suis fan de ce couple, j’en ai été très heureuse. D’autant que l’inspecteur Ross exprime à plusieurs reprises son amour pour sa femme et mon coeur a beaucoup aimé ! Je continue à penser que ce duo est le point fort de la saga. Sans mon affection pour eux, je n’aimerais certainement pas autant ces livres, même s’ils sont bien écrits. J’aime que Lizzie sorte du lot, qu’elle se montre forte et indépendante, d’une certaine façon. C’est quelque chose qui n’est pas commun pour une femme de l’époque et c’est forcément inspirant d’avoir un personnage comme elle. Mais en ce point, Ben l’est également car il aime et accepte sa partenaire comme ça, même s’il aimerait parfois pouvoir la protéger plus. Outre les personnages, j’ai aimé le début de l’histoire. L’originalité d’un futur pendu qui livre son témoignage juste avant de partir. J’ai également apprécié le style simple mais efficace de l’auteure et la double enquête. Ce n’est pas le genre de livre avec lequel vous pouvez essayer de résoudre des énigmes aux côtés de policiers, les éléments arrivent un par un et ne permettent pas cette immersion, mais cela reste une lecture très agréable. Je pense que la saga Lizzie Martin pourrait être très bien adaptée à l’écran. En attendant, si des enquêtes dans un Londres victorien vous tentent, je vous recommande les différents tomes de cette série, qui peuvent être lus dans le désordre. Vous passerez probablement un bon moment.
          Lire la suite
          En lire moins
        • lau2810 Posté le 23 Novembre 2016
          C'est le premier roman de cette auteure que je lis et je n'ai pas été déçue. Cette histoire en plein coeur de l'Angleterre au XIXème siècle, la peine de mort et ce malheureux Mills au pied de la potence. Malgré tout, une ambiance "so british" avec ces vieilles demoiselles et ces règles de bienséance à respecter, et qui poussent au meurtre quelque fois. Déjà, à cette époque l'argent, le pouvoir tenait une importante place dans la vie des gens.
        • Cellardoorfr Posté le 11 Octobre 2016
          Le témoignage du pendu est le 5ème opus des enquêtes de Lizzie et de Ben Ross mais notre chère Lizzie va rester assez inactive, à part au début de l’ouvrage : c’est elle qui lance les recherches avec Bessie et le cocher qu’elle a rencontré dans le tome 1. Et oui, ce n’est pas toujours facile de construire des histoires plausibles avec deux enquêteurs, surtout sur le long terme ! [Même Anne Perry met parfois Charlotte entre parenthèses dans ses récits ) Cela n’en reste pas moins dommage, très dommage car Lizzie reste inexploitée et, il faut bien le dire, le personnage n’est plus aussi intéressant qu’au début… L’auteur nous sert malgré tout de quoi nous mettre sous la dent car nous avons affaire à une double intrigue : nous avons l’histoire avec Mills, le condamné à mort et une autre petite enquête, celle d’une femme et de son enfant, toutes deux disparues. de manière mystérieuse. Et le mari veut les récupérer ! Je ne vous cache pas qu’à un moment, les deux enquêtes vont se rencontrer, d’une manière que l’on pourrait trouver superficielle mais qui ne m’a, pour ma part, pas non plus choquée. Disons que j’étais déjà chagrinée par l’idée de... Le témoignage du pendu est le 5ème opus des enquêtes de Lizzie et de Ben Ross mais notre chère Lizzie va rester assez inactive, à part au début de l’ouvrage : c’est elle qui lance les recherches avec Bessie et le cocher qu’elle a rencontré dans le tome 1. Et oui, ce n’est pas toujours facile de construire des histoires plausibles avec deux enquêteurs, surtout sur le long terme ! [Même Anne Perry met parfois Charlotte entre parenthèses dans ses récits ) Cela n’en reste pas moins dommage, très dommage car Lizzie reste inexploitée et, il faut bien le dire, le personnage n’est plus aussi intéressant qu’au début… L’auteur nous sert malgré tout de quoi nous mettre sous la dent car nous avons affaire à une double intrigue : nous avons l’histoire avec Mills, le condamné à mort et une autre petite enquête, celle d’une femme et de son enfant, toutes deux disparues. de manière mystérieuse. Et le mari veut les récupérer ! Je ne vous cache pas qu’à un moment, les deux enquêtes vont se rencontrer, d’une manière que l’on pourrait trouver superficielle mais qui ne m’a, pour ma part, pas non plus choquée. Disons que j’étais déjà chagrinée par l’idée de départ, donc je n’étais plus à une mauvaise surprise près. Voyez-vous, je ne brille pas toujours par mon esprit d’analyse mais parfois, je bloque sur des choses. Dans le cas de ce roman, je n’ai jamais pu adhérer à l’idée de départ, soit celle selon laquelle un inspecteur déjà débordé par les crimes du présent trouve le temps (et l’envie !) d’aller déterrer une histoire vieille de 16 ans. Je suis peut-être cynique mais après 16 ans, que peut-on bien faire ? Encore, si l’enquête avait été demandée par un membre de la famille concernée, quelqu’un qui ne s’était jamais remis de cette mort, j’aurais dit ok ! L’enquête aurait eu une dimension sentimentale, Ben aurait fait une bonne action en partant en quête de la vérité… Mais là… Y aller parce qu’un condamné à mort lui a demandé… Moi j’ai trouvé ça étrange. On le sait, le style d’Ann Granger est simple, très fluide. J’aime bien généralement mais là, pour la première fois, je l’ai trouvé un poil trop simplet. Est-ce la faute de Zola que je prends en intraveineuse ces derniers temps ? La chose aurait encore été surmontable si je n’avais pas trouvé certains passages franchement relous. A bien des occasions, j’ai en effet eu l’impression qu’Ann Granger introduisait de manière quelque peu artificielle son savoir sur l’époque victorienne, notamment sur la condition féminine ou encore le sort des pauvres. Ai-je eu cette impression parce que j’avais déjà vu et revu ces thèmes chez Anne Perry ? Aucune idée. En bref, une enquête un peu légère, trop facile, pas assez fouillée, une Lizzie complètement effacée et quelques soucis de crédibilité (du moins pour moi mais bon, je me connais, des fois je tique sur des choses qui passent très bien chez les autres) = une 5ème lecture en demie teinte. Cela ne m’empêchera pas de lire le tome 6. Je sais qu’il est sorti en anglais en juin, il finira bien par arriver chez nous et je serai au rendez-vous !
          Lire la suite
          En lire moins
        Plongez dans l'univers du polar historique avec la newsletter Grands Détectives.
        Voyagez au fil des enquêtes de la collection Grands Détectives.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com