En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Les Hauts de Hurle-Vent

        Robert Laffont
        EAN : 9782221215531
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 592
        Format : 122 x 182 mm
        Les Hauts de Hurle-Vent

        Lydie SALVAYRE (Préface), Frédéric DELEBECQUE (Traducteur)
        Collection : Pavillons Poche
        Date de parution : 24/05/2018
        À l’occasion du bicentenaire de la naissance d’Emily Brontë, « Pavillons Poche » publie son chef-d’oeuvre et unique roman, Les Hauts de Hurle-Vent, avec une préface de Lydie Salvayre.

        « Il est l’orgueil en personne. Il est l’excès. Il est la foudre. Il est élégant et sauvage. Il est tendre et brutal comme un tranchant de scie. Il s’appelle Heathcliff. De Heathcliff, Emily Brontë a le caractère entier, l’insolence prompte et le refus têtu de se plier aux contraintes...

        « Il est l’orgueil en personne. Il est l’excès. Il est la foudre. Il est élégant et sauvage. Il est tendre et brutal comme un tranchant de scie. Il s’appelle Heathcliff. De Heathcliff, Emily Brontë a le caractère entier, l’insolence prompte et le refus têtu de se plier aux contraintes sociales dès lors qu’elles ne s’appuient que sur des faux-semblants. De lui, le goût de la lande que, depuis l’enfance, elle parcourt en tous sens, une lande qui meurt l’hiver sous le poids de la neige et les hurlements du vent pour renaître au printemps dans les bruyères roses et les crocus dorés dont elle fait des bouquets. Mais Emily ne partage en rien la noirceur effroyable de son héros, pas plus que sa classe sociale dite inférieure, une classe contre laquelle Heathcliff, l’enfant trouvé, l’enfant sauvage, l’enfant sans nom et sans lignage, se révoltera et se vengera avec un acharnement qui confinera à la démence. » Lydie Salvayre

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221215531
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 592
        Format : 122 x 182 mm
        Robert Laffont
        6.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Levant Posté le 11 Septembre 2018
          L'amour n'existe-t-il sur terre qu'en prémices de ce qu'on en attend dans l'au-delà ? Ma première lecture des Hauts de Hurle-vent m'avait fait m'attrister sur le sort des protagonistes. J'étais jeune. Cette seconde lecture me fait m'interroger sur l'état d'esprit de son auteure. A plusieurs années d'écart, nous ne sommes plus le même lecteur. L'ouvrage en devient de facto lui aussi tout autre. Une troisième lecture me donnera-t-elle la capacité d'en faire un décodage plus savant ? Qu'est-ce qui a bien pu tourmenter une jeune fille de bonne famille pour produire un ouvrage aussi sombre et violent, parfois morbide. Un ouvrage dans lequel l'amour ne cohabite bien qu'avec la mort. Son portrait peint par son frère nous confie d'Emily Brontë l'image d'une jeune femme au regard perdu dans le vague. Ses biographes la décrivent solitaire et insaisissable. Sa courte vie ne lui fera pas connaître l'amour et ne lui donnera pas non plus l'occasion de confirmer le talent avec lequel elle a dressé cette fresque désespérante de la vie. Dans ce quasi huis-clos entre vallons et collines livrés aux rigueurs du climat sur la lande de cette région du nord de l'Angleterre, l'ambiance entre les personnages reflète les humeurs du temps.... L'amour n'existe-t-il sur terre qu'en prémices de ce qu'on en attend dans l'au-delà ? Ma première lecture des Hauts de Hurle-vent m'avait fait m'attrister sur le sort des protagonistes. J'étais jeune. Cette seconde lecture me fait m'interroger sur l'état d'esprit de son auteure. A plusieurs années d'écart, nous ne sommes plus le même lecteur. L'ouvrage en devient de facto lui aussi tout autre. Une troisième lecture me donnera-t-elle la capacité d'en faire un décodage plus savant ? Qu'est-ce qui a bien pu tourmenter une jeune fille de bonne famille pour produire un ouvrage aussi sombre et violent, parfois morbide. Un ouvrage dans lequel l'amour ne cohabite bien qu'avec la mort. Son portrait peint par son frère nous confie d'Emily Brontë l'image d'une jeune femme au regard perdu dans le vague. Ses biographes la décrivent solitaire et insaisissable. Sa courte vie ne lui fera pas connaître l'amour et ne lui donnera pas non plus l'occasion de confirmer le talent avec lequel elle a dressé cette fresque désespérante de la vie. Dans ce quasi huis-clos entre vallons et collines livrés aux rigueurs du climat sur la lande de cette région du nord de l'Angleterre, l'ambiance entre les personnages reflète les humeurs du temps. Plus souvent glaciale et tourmentée que baignée de soleil. Il y a comme une compression du temps autour des épreuves de la vie et de l'étrangeté des comportements. Nul n'y échappe. Une forme de masochisme les pousse à se confiner dans le malheur. La mort aura-t-elle été pour Emily Brontë la seule perspective de connaître la félicité de l'amour ? Ses personnages ne la craignent pas. Ils la perçoivent comme l'issue libératrice d'une vie terrestre qui les aura condamnés à l'affrontement. Les espoirs de connaître quelques bribes de bonheur sur terre sont timides ou à peine esquissés, comme par superstition. Avec une construction que l'on dit moderne pour l'époque, les Hauts de Hurle-vent n'aura-t-il été qu'un exutoire à la violence contenue d'une vie recluse et trop sage, une forme de révolte ? L'ego de chacun ne se révélant que dans le miroir de l'être aimé, ce manque fondamental a-t-il enfanté chez Emily Brontë de ce cocktail de désespoir et de perversion ? Que de questions restent en l'esprit après cette relecture. Les revenants ne sont en tout cas pas craints dans les Hauts de Hurle-vent. Ils sont épiés. On attend d'eux qu'ils témoignent d'une fortune meilleure dans l'au-delà pour les êtres qui s'aiment sur terre. On retrouve ce fol espoir dans certains poèmes d'Emily Brontë, comme Souvenance: "Ce bonheur de ma vie, tout entier, c'est avec toi qu'il gît." Ce vers à lui-seul résume assez bien le seul roman qu'elle ait écrit. Il est curieux que cette fille de pasteur n'ait pas évoqué le secours de la religion pour redonner à ses personnages l'espoir que leur a volé un imaginaire lugubre. Mais peut-être y a-t-il dans cette lacune une réponse à cette détresse froide et assumée ? Encore une question.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Sassenach33bx Posté le 2 Septembre 2018
          Un livre noir de tristesse mais avec des sentiments tellement intenses. Des émotions si poignante et dur. L'écriture est fluide, on se plonge au cœur de ces événements et de ces personnages torturés
        • Melou13 Posté le 29 Août 2018
          Je viens de finir ce roman avec regrets tant je l’ai adoré ! Il fait partie de ces livres que d’un côté on a envie de dévorer d’une seule traite et que de l’autre on n’a pas envie de voir se terminer. J’ai donc lutté pour ne pas faire défiler les pages trop rapidement et pour rester le plus longtemps possible immergée dans la lande des Hauts de Hurle-Vent. Dès le début, on est emporté par le récit de Nelly, on a envie de connaître l’histoire et les secrets des personnages des Hauts de Hurle-Vent. Heathcliff et Catherine s’aiment d’un amour destructeur qui fait ressortir la noirceur de leurs âmes. Rien ne peut séparer ces deux êtres, même pas la mort. Catherine hantera les pensées d’Heathcliff jour et nuit le conduisant à la folie. Cet amour inconditionnel va dicter les actes de vengeance et de cruauté d’Heathcliff. C’est un être brisé à qui on a arraché la seule personne qui comptait pour lui, la seule qu’il aimait et qui l’aimait en retour. Sans elle, sa vie n’a plus de sens et plus aucune saveur. La seule chose qui le maintien en vie est sa haine et la vengeance qu’il compte exercer... Je viens de finir ce roman avec regrets tant je l’ai adoré ! Il fait partie de ces livres que d’un côté on a envie de dévorer d’une seule traite et que de l’autre on n’a pas envie de voir se terminer. J’ai donc lutté pour ne pas faire défiler les pages trop rapidement et pour rester le plus longtemps possible immergée dans la lande des Hauts de Hurle-Vent. Dès le début, on est emporté par le récit de Nelly, on a envie de connaître l’histoire et les secrets des personnages des Hauts de Hurle-Vent. Heathcliff et Catherine s’aiment d’un amour destructeur qui fait ressortir la noirceur de leurs âmes. Rien ne peut séparer ces deux êtres, même pas la mort. Catherine hantera les pensées d’Heathcliff jour et nuit le conduisant à la folie. Cet amour inconditionnel va dicter les actes de vengeance et de cruauté d’Heathcliff. C’est un être brisé à qui on a arraché la seule personne qui comptait pour lui, la seule qu’il aimait et qui l’aimait en retour. Sans elle, sa vie n’a plus de sens et plus aucune saveur. La seule chose qui le maintien en vie est sa haine et la vengeance qu’il compte exercer envers tous ceux qui se sont mis en travers de leur amour. Son seul but désormais est de les faire souffrir comme lui souffre. C’est un personnage complexe, qui par moment m’a touché, que j’ai aimé détester et qui a marqué ma mémoire pour un long moment. Le personnage qui m’a le plus rebuté n’est pas Heathcliff mais son fils Linton. C’est un être faible, insupportable et égoïste. C'est aussi, le seul personnage du roman qui fait passer son amour pour lui-même avant l’amour pour autrui. A contrario, j’ai beaucoup aimé Hareton qui va être en quelque sorte «sauvé» de son existence misérable par l’amour. Contrairement à Heathcliff, l’amour ne va pas le faire sombrer dans les ténèbres mais le ramener parmi les vivants.
          Lire la suite
          En lire moins
        • AmoureusementLilik Posté le 27 Août 2018
          Il y a quelques année, j'ai lu « Jane Eyre » de Charlotte Brontë et j'en suis tombée amoureuse. Je connaissais Emily Brontë, mais je ne m'étais jamais aventurée à lire son œuvre « Les Hauts de Hurle-Vent ». Il y a quelques jours, je décide de l'emprunter à la médiathèque de ma ville grâce à une internaute sur un forum qui me disait vouloir lire ce livre. Amoureuse des classiques anglais, je me suis lancée. Heathcliff, jeune orphelin bohémien, est hébergé par M. Earnshow et élevé comme son fils. Si la présence de se garçon est jalousé par le fils, Hindley Earnshow, Catherine Earnshow se prend d'une grande affection pour Heathcliff. A la mort de M. Earnshow, Hindley décide de martyriser Heathcliff et le place au rang de subalterne. En grandissant, Catherine, bien qu'amoureuse de Heathcliff, décide d'accepter la demande au mariage d'Edgar Linton. Heathcliff s'enfuit et revient trois ans plus tard, riche et très désireux de se venger non seulement de la famille Earnshow, en s'accaparant de la propriété des Hauts de Hurle-Vent, mais aussi de la famille Linton. Dès le début, Mrs Dean, la femme de chambre, décrit Heathcliff comme un être insensible de l'amour que lui porte M. Earnshow et... Il y a quelques année, j'ai lu « Jane Eyre » de Charlotte Brontë et j'en suis tombée amoureuse. Je connaissais Emily Brontë, mais je ne m'étais jamais aventurée à lire son œuvre « Les Hauts de Hurle-Vent ». Il y a quelques jours, je décide de l'emprunter à la médiathèque de ma ville grâce à une internaute sur un forum qui me disait vouloir lire ce livre. Amoureuse des classiques anglais, je me suis lancée. Heathcliff, jeune orphelin bohémien, est hébergé par M. Earnshow et élevé comme son fils. Si la présence de se garçon est jalousé par le fils, Hindley Earnshow, Catherine Earnshow se prend d'une grande affection pour Heathcliff. A la mort de M. Earnshow, Hindley décide de martyriser Heathcliff et le place au rang de subalterne. En grandissant, Catherine, bien qu'amoureuse de Heathcliff, décide d'accepter la demande au mariage d'Edgar Linton. Heathcliff s'enfuit et revient trois ans plus tard, riche et très désireux de se venger non seulement de la famille Earnshow, en s'accaparant de la propriété des Hauts de Hurle-Vent, mais aussi de la famille Linton. Dès le début, Mrs Dean, la femme de chambre, décrit Heathcliff comme un être insensible de l'amour que lui porte M. Earnshow et non reconnaissant. En grandissant, il devient un homme cupide, de nature mauvaise, avide de vengeance, violent que ce soit de manière psychologique ou physique. C'est un homme torturé et haineux. Beaucoup décrivent la relation entre Heathcliff et Catherine comme étant de l'amour. Je n'ai rien vu de tel. Je suis d'ailleurs choquée qu'on puisse parler d'une histoire d'amour entre ces deux personnages. Mise à part quelques passages où Catherine, prise de tourments, parle de son amour pour Heathcliff et vice-versa, je n'ai pas réellement ressenti le lien amoureux. C'était plutôt une passion violente et destructrice. A mon sens, Heathcliff n'est pas capable d'aimer. Isabelle dit à un moment « Après tout il vaut mieux être haï qu’aimé par lui ». Soyons honnête, Heathcliff fait peur et à aucun moment, je me suis prise de compassion pour lui ou Catherine. J'ai eu pitié pour le personnage de Edgar Linton qui, jusqu'à la dernière seconde, a gardé intact son amour pour Catherine. J'ai lu ce roman pratiquement d'une traite. J'ai eu l'impression d'être dans une histoire d'horreur psychologique. Cependant, je suis restée sur ma faim et, quelque part, j'ai été un peu déçue.
          Lire la suite
          En lire moins
        • leathian Posté le 14 Août 2018
          J'avoue que ce bouquin m'a fait passer par toutes les couleurs. Le tout début m'a un peu ennuyée, ensuite je suis rentrée dans l'histoire et m'en suis passionnée. Puis les personnages m'ont profondément agacée, au point que j'avais parfois envie de jeter le livre par terre. Tous, à part peut-être la servante Nelly, se complaisent dans le drame, la souffrance et la mort. A la longue, on finit par se sentir des accès de violence, à se mettre dans la peau de Heathcliff, ce sombre démon pourtant idéaliste. Et puis... la fin est magistrale, comme un dernier morceau d'un puzzle qu'on a mis des lustres à assembler. Arrivé là, on se calme doucement avec les derniers mots de l'auteur et on sait brusquement qu'on se trouve devant un chef d'oeuvre.
        ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
        Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
        Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com

        Lisez maintenant, tout de suite !