Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221215531
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 592
Format : 122 x 182 mm

Les Hauts de Hurle-Vent

Lydie SALVAYRE (Préface), Frédéric Delebecque (Traducteur)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 24/05/2018
À l’occasion du bicentenaire de la naissance d’Emily Brontë, « Pavillons Poche » publie son chef-d’oeuvre et unique roman, Les Hauts de Hurle-Vent, avec une préface de Lydie Salvayre.

« Il est l’orgueil en personne. Il est l’excès. Il est la foudre. Il est élégant et sauvage. Il est tendre et brutal comme un tranchant de scie. Il s’appelle Heathcliff. De Heathcliff, Emily Brontë a le caractère entier, l’insolence prompte et le refus têtu de se plier aux contraintes...

« Il est l’orgueil en personne. Il est l’excès. Il est la foudre. Il est élégant et sauvage. Il est tendre et brutal comme un tranchant de scie. Il s’appelle Heathcliff. De Heathcliff, Emily Brontë a le caractère entier, l’insolence prompte et le refus têtu de se plier aux contraintes sociales dès lors qu’elles ne s’appuient que sur des faux-semblants. De lui, le goût de la lande que, depuis l’enfance, elle parcourt en tous sens, une lande qui meurt l’hiver sous le poids de la neige et les hurlements du vent pour renaître au printemps dans les bruyères roses et les crocus dorés dont elle fait des bouquets. Mais Emily ne partage en rien la noirceur effroyable de son héros, pas plus que sa classe sociale dite inférieure, une classe contre laquelle Heathcliff, l’enfant trouvé, l’enfant sauvage, l’enfant sans nom et sans lignage, se révoltera et se vengera avec un acharnement qui confinera à la démence. » Lydie Salvayre

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221215531
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 592
Format : 122 x 182 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • HaLoHan Posté le 4 Décembre 2019
    Contente de quitter l'ambiance '' hurlevent''. J' ai trouvé ce roman très sombre. En quatrième de couverture il est dit : peut être la plus belle la plus profondément violente des histoires d'amour... Cette histoire est tous sauf belle.. A mon goût, les personnages ne sont pas attachants et pauvres en sentiments je ne comprends vraiment pas comment H et C ont réellement pu s'aimer.. D'ailleurs ça ne ressemble pas à de l'amour mais à de la folie. Ceci dit.. Je ne critique pas le roman en lui même, je pense que c'était le sentiment qu Emily Brontë désirait faire naître chez son lecteur. Il se démarque des romans de ses sœurs et ce n'est pas plus mal. Mais la pauvre.. Ce devait être l'enfer dans sa tête pour inventer des personnages aussi insensibles et immoraux. Bonne lecture.
  • camelooz Posté le 1 Décembre 2019
    Surprenant. Bien écrit. Un classique quoi.
  • floeden Posté le 21 Novembre 2019
    Quelle tragique histoire que voilà. Je dois l'admettre, j'ai été totalement absorbée par ce roman. Bien que Heathcliff et Catherine soient détestables, leur amour est si fort qu'on leur pardonnerait presque leur violence. La quasi totalité des personnages ont des caractères complexes, certains sont d'une générosité sans bornes, quand d'autres sont d'une noirceur et d'une perversité incroyable. Ce qui m'a le plus surpris dans cette histoire est le fait qu'elle ait été écrite par une jeune femme du 19e. Emily Brontë avait sans conteste un talent incommensurable.
  • LoupAlunettes Posté le 17 Novembre 2019
    " Je vous conseille de laisser la chienne tranquille, a grogné Mr. Heathcliff à l'unisson. Elle n'est pas habituée à être gâtée...elle n'a pas été élevée pour l'agrément...". "Thrushcross Grange m'appartient, monsieur, a t-il interrompu, et je ne me laisse gêner par personne quand j'ai le moyen de m'opposer ...Entrez!..." Deux phrases qui illustrent bien le caractère d'un des personnages principaux cette histoire, le propriétaire du manoir de Hurle-Vent, Heathcliff. C'est son nouveau locataire, de sa propriété voisine Thrushcross Grange, qui racontera son propriétaire et tout de suite, le décor sera planté. Nous serons reçus mais il ne faudrait pas trop se sentir chez soi. Nous passerons donc par une tierce personne ( plusieurs d'ailleurs après, dont des domestiques également) pour conter ce qui se passe et l'auteure ne nous donnera pas tout de suite accès à ses humeurs secrètes et aux tempêtes de ses pensées. Nous sommes dans le présent du roman. Le 1er narrateur nous fera rencontrer aussi une maîtresse des lieux et nous serons surpris. Pour la plupart, nous avons entendu parlé de ce roman d'Émily Bronté, de cette orageuse passion qu'il promet et pourtant là, nous sommes un peu arrêté. Le couple, si il est celui préposé à l'offre idyllique du roman, semble morne, poli et... " Je vous conseille de laisser la chienne tranquille, a grogné Mr. Heathcliff à l'unisson. Elle n'est pas habituée à être gâtée...elle n'a pas été élevée pour l'agrément...". "Thrushcross Grange m'appartient, monsieur, a t-il interrompu, et je ne me laisse gêner par personne quand j'ai le moyen de m'opposer ...Entrez!..." Deux phrases qui illustrent bien le caractère d'un des personnages principaux cette histoire, le propriétaire du manoir de Hurle-Vent, Heathcliff. C'est son nouveau locataire, de sa propriété voisine Thrushcross Grange, qui racontera son propriétaire et tout de suite, le décor sera planté. Nous serons reçus mais il ne faudrait pas trop se sentir chez soi. Nous passerons donc par une tierce personne ( plusieurs d'ailleurs après, dont des domestiques également) pour conter ce qui se passe et l'auteure ne nous donnera pas tout de suite accès à ses humeurs secrètes et aux tempêtes de ses pensées. Nous sommes dans le présent du roman. Le 1er narrateur nous fera rencontrer aussi une maîtresse des lieux et nous serons surpris. Pour la plupart, nous avons entendu parlé de ce roman d'Émily Bronté, de cette orageuse passion qu'il promet et pourtant là, nous sommes un peu arrêté. Le couple, si il est celui préposé à l'offre idyllique du roman, semble morne, poli et vidé de sa substance " joie de vivre". Nous pourrions nous demander si on ne nous aurait pas menti, si tout cela ne ressemblerait pas à un guet-apens pour faire lire, nos deux mains plongés dans les chapitres d'un couple de vampires, prenant peut-être acte du premier paiement de leur locataire ce futur déjeuner. L'amour a déserté les lieux et la cheminée ne saurait ranimer tous les foyers présents. Des journaux intimes trouvés à Hurle-vent par le nouveau locataire ( le pauvre est coincé une nuit chez son propriétaire pour cause de mauvais temps) viendront éclairer sur la ténébreuse attitude d'Heathcliff. Il nous apparaît comme un petit démon avec son entourage et pourtant, là, dans les écrits d'une certaine Catherine, nous comprendrons qu'il fut élevé dans une "forge" dont il était difficile de ne pas se laisser pousser des cornes avec le temps. Qui est cette Catherine? L'histoire dans l'histoire s'enclenche et nous en viendrons à la passion attendue. Le lieu Hurle-Vent semble vraiment être propice aux passions violentes d'amour et de haine, tout cela hante le site. Il était une fois, un petit garçon va-nu-pied qui se nommait Heathcliff et qui fut "adopté" par un riche homme du nom d'Earnshaw. Cet homme avait déja 2 enfants, Hindley et Catherine. Les lecteurs s'arracheront un peu cheveux à savoir qui est qui au début, certains personnages partageront le même prénom pour nous perdre, mais nous leur conseillerons d'insister, le meilleur est pour la suite. La cohabitation avec Heathcliff sera complexe et difficile. Heathcliff se montrera un esprit sauvage, libre et indomptable ( une façon polie pour dire insupportable). Catherine trouvera de l'inspiration à courir pieds nus dans la lande en sa compagnie, comme une sauvageonne. Bien que l'enfant reste assez fermé, Earnshaw le préférera de loin à son propre fils et celui-ci le lui rendra bien à la mort de son père, à coup de fouet. Fini les privilèges, Heathcliff sera traité plus mal qu'un domestique. De son côté, Catherine fera la connaissance des enfants bien éduqués des nouveaux locataires de Thrushcross Grange, les Linton. Elle en sera transformée, au grand damne d'Heathcliff qui perdra son âme soeur, on le comprend. Les enfants Linton ont quelque chose d'un peu malsain sous le vernis des bonnes manières et le roman de Bronté sera un peu tissé de cette fibre douteuse où l'on se demande si la consanguinité et la folie ne sont pas des traditions portées très haut à Hurle-Vent. Le roman, un classique anglais, est passionnant dans sa violence et sa tristesse singulière. Une mélancolie revendiquée. Ça n'est que jalousie et orgueil mal placé qui soufflent entre ses protagonistes. A part se faire du mal au quotidien, nous avons du mal à imaginer autre chose sur ces hauteurs bizarrement habitées. Quelle drôle de propositions de héros et d'amoureux! Ces personnages diffèrent complètement d'autres rencontrés ailleurs, plus vertueux, lumineux, leur tempérament ici est violent, d'une passion blessante. Ils ne peuvent se désunir et pourtant devraient se fuir le plus loin possible. Catherine est romantique mais pas pour autant délicate. Elle se découvre un amour indéniable pour Heathcliff, sans pour autant adopter une attitude respectueuse de sa nature simple. Heathcliff est dur comme la pierre, comment l'aimer? Mais on ne peut s'empêcher d'éprouver de la pitié pour cette drôle d'âme. Il ne se défait pas de son statut de charge tout du long. Nous avons du mal à lui imaginer une vie meilleure. Et pourtant, au début du roman, il est l'actuel nouveau propriétaire de Hurle-Vent. Alors, que s'est-il passé? Qu'est devenu Catherine? Une intrigue qui accroche, où nous finissons par raccrocher les wagons de ce Qui est Qui terrible et où nous dévorons les pages pour savoir comment les personnages restant auront éviter de se transformer les uns les autres en pain de viande servis aux nouveaux invités, tant l'ambiance est tendue à Hurle-Vent.
    Lire la suite
    En lire moins
  • steph5977 Posté le 1 Novembre 2019
    ETRANGE : j'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire au début, mais une fois tous les personnages identifiés, je suis finalement parvenue à aimer ce livre, il y a un malaise qui plane tout au long de l'histoire, c'est sombre, on est entouré par la folie et une espèce de mysticisme et l'idée finale que je retiendrais sera la lutte du bien contre le mal
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par Lisez

    Dans ces 7 romans, la vengeance est un plat qui se mange froid

    Un homme qui n'écoute que ses propres lois, une manipulatrice de génie, une traque sans pitié : pas de doute, dans cette sélection de romans, la vengeance est reine. Cruauté, perversité, démence... Vous ne sortirez pas indemne de ces lectures.

    Lire l'article
  • Par Lisez

    8 classiques de la littérature pour s'émouvoir

    Incontournables, intemporels, les grands classiques de la littérature ne sont jamais aussi puissants que lorsqu'ils se mettent à l'heure de l'amour et de la passion. De Charlotte Brontë à Marcel Proust, découvrez notre sélection de romans classiques parfaits pour s'émouvoir.

    Lire l'article