RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Les Hauts de Hurle-Vent

            Robert Laffont
            EAN : 9782221215531
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 592
            Format : 122 x 182 mm
            Les Hauts de Hurle-Vent

            Lydie SALVAYRE (Préface), Frédéric DELEBECQUE (Traducteur)
            Collection : Pavillons Poche
            Date de parution : 24/05/2018
            À l’occasion du bicentenaire de la naissance d’Emily Brontë, « Pavillons Poche » publie son chef-d’oeuvre et unique roman, Les Hauts de Hurle-Vent, avec une préface de Lydie Salvayre.

            « Il est l’orgueil en personne. Il est l’excès. Il est la foudre. Il est élégant et sauvage. Il est tendre et brutal comme un tranchant de scie. Il s’appelle Heathcliff. De Heathcliff, Emily Brontë a le caractère entier, l’insolence prompte et le refus têtu de se plier aux contraintes...

            « Il est l’orgueil en personne. Il est l’excès. Il est la foudre. Il est élégant et sauvage. Il est tendre et brutal comme un tranchant de scie. Il s’appelle Heathcliff. De Heathcliff, Emily Brontë a le caractère entier, l’insolence prompte et le refus têtu de se plier aux contraintes sociales dès lors qu’elles ne s’appuient que sur des faux-semblants. De lui, le goût de la lande que, depuis l’enfance, elle parcourt en tous sens, une lande qui meurt l’hiver sous le poids de la neige et les hurlements du vent pour renaître au printemps dans les bruyères roses et les crocus dorés dont elle fait des bouquets. Mais Emily ne partage en rien la noirceur effroyable de son héros, pas plus que sa classe sociale dite inférieure, une classe contre laquelle Heathcliff, l’enfant trouvé, l’enfant sauvage, l’enfant sans nom et sans lignage, se révoltera et se vengera avec un acharnement qui confinera à la démence. » Lydie Salvayre

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221215531
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 592
            Format : 122 x 182 mm

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • MDWI Posté le 2 Septembre 2019
              Ce fut une lecture déconcertante. L'intrigue est tellement affreuse qu'elle en devient fascinante dans le sens où j'ai attendu désespéremment un retournement de situation positif. Mais au contraire, l'auteure se complait dans la cruauté pour ce huis-clos jusqu'à la toute fin, qui parait presque inappropriée après un tel déballage d'horreurs. Des personnages tous antipathiques à des degrés divers à part la narratrice, spectatrice du drame, seule figure à laquelle j'ai pu m'attacher. Un livre tellement atypique que je peine à déterminer si j'ai aimé ou non, tellement il est peu conforme au côté divertissant que je me fais de la lecture.
            • cyrilbooks Posté le 30 Août 2019
              1847 fut riche. Cette année-là, Thomas Edison naissait. Balzac, sous les lueurs orange de sa lampe à huile, noircissait son papier de la Comédie humaine. Au mois d'octobre de cette année-là fut publié Jane Eyre, de Charlotte Brontë. Un mois plus tard Les Hauts de Hurle-vent le fut à son tour, à Londres. Il demeurera le seul roman de son auteure, Emily Brontë, déguisée à l'époque par le pseudo Ellis Bell. C'est empressé que je me jetai dans ses mots. Quelle erreur, encore ! On ne foule pas la terre boueuse des Hauts de Hurle-vent comme on parcourt les plaines de Flandre. Pour pénétrer dans l'antre de cette tragédie familiale, pour ne pas me laisser surprendre par la tempête qui s'annonçait, pour m'accrocher à son oeil et rien ne perdre de la plume tragique et gracieuse d'Emily Brontë, il m'a fallu d'abord gribouiller un fouillis de notes baveuses. Ajoutez à cela des arrêts répétitifs pour être bien sûr de comprendre un vocabulaire oublié, et cela donna une lecture anormalement longue. Ses mots, j'ai souhaité les déguster comme on savoure ses derniers baisers d'été. Alors cette lenteur, je l'ai aimée, cajolée. Je voulais être sûr d'avoir bien lu. Car l'histoire est belle,... 1847 fut riche. Cette année-là, Thomas Edison naissait. Balzac, sous les lueurs orange de sa lampe à huile, noircissait son papier de la Comédie humaine. Au mois d'octobre de cette année-là fut publié Jane Eyre, de Charlotte Brontë. Un mois plus tard Les Hauts de Hurle-vent le fut à son tour, à Londres. Il demeurera le seul roman de son auteure, Emily Brontë, déguisée à l'époque par le pseudo Ellis Bell. C'est empressé que je me jetai dans ses mots. Quelle erreur, encore ! On ne foule pas la terre boueuse des Hauts de Hurle-vent comme on parcourt les plaines de Flandre. Pour pénétrer dans l'antre de cette tragédie familiale, pour ne pas me laisser surprendre par la tempête qui s'annonçait, pour m'accrocher à son oeil et rien ne perdre de la plume tragique et gracieuse d'Emily Brontë, il m'a fallu d'abord gribouiller un fouillis de notes baveuses. Ajoutez à cela des arrêts répétitifs pour être bien sûr de comprendre un vocabulaire oublié, et cela donna une lecture anormalement longue. Ses mots, j'ai souhaité les déguster comme on savoure ses derniers baisers d'été. Alors cette lenteur, je l'ai aimée, cajolée. Je voulais être sûr d'avoir bien lu. Car l'histoire est belle, tragique, émouvante, et que ce genre de littérature, dure et ténébreuse à tout pour m'attraper dans ses filets. Les hauts du Hurle-vent, c'est une histoire d'amour et de mort, une histoire de vengeances froides et de rivalités brûlantes. le lire, c'est s'inviter dans une tragédie, jouée dans un décor sauvage, presque inapproprié pour l'homme. Allez-donc au chevet de Mr Lockwood, trouvez Mrs Dean, réclamez Heathcliff, et alors vous saurez. Une année après la publication de son oeuvre, Emily Brontë s'éteignit de la tuberculose. Sans penser, surement, que sa participation littéraire et que l'écho de son nom résonneraient encore des siècles après sa mort. Ce livre a déchaîné les foules, de par la profondeur de son récit, de par sa technicité, de par ses outrages et ses transgressions, et laissa derrière lui une question qui passionna et passionne toujours les littéreux. Comment une femme si jeune et si recluse, a-t-elle pu livrer un récit si riche et si noir ?
              Lire la suite
              En lire moins
            • AmourDesMots Posté le 21 Août 2019
              Les Hauts de Hurle-Vent...mais quel diamant !! Il possède une énorme intensité ! "Sois toujours avec moi...prends n'importe quelle forme....rends moi fou ! Mais ne me laisse pas dans cet abîme où je ne puis te trouver. Oh ! Dieu ! C'est indicible ! Je ne peux pas vivre sans ma vie ! Je ne peux pas vivre sans mon âme !" Dès que je suis tombée sur ce passage j'ai su que ça allait être un de mes romans préférés de tous les temps ! Je dirais que l'histoire commence tout doucement, puis beaucoup d'événements s'enchaînent d'un coup, et j'avoue que cela m'a rendu accro. Les personnages font le charme du roman, ils sont complexes et vraiment attachants !! Tout particulièrement Heathcliff, qui reste mon personnage préféré. Mais quelle personnalité...je dirais que cela est vient de sa plus jeune enfance, le fait qu'il ait été abandonné. Cette abandon va faire de lui un enfant sombre (un esprit torturé), puis sa venue dans la famille Earnshaw ne va pas l'aider...de part la ''maltraitance" si je puis dire ?! Une relation passionnée va naître entre Catherine et Heathcliff, qui demande de la maturité pour la comprendre. Et puis le roman avance de surprises en... Les Hauts de Hurle-Vent...mais quel diamant !! Il possède une énorme intensité ! "Sois toujours avec moi...prends n'importe quelle forme....rends moi fou ! Mais ne me laisse pas dans cet abîme où je ne puis te trouver. Oh ! Dieu ! C'est indicible ! Je ne peux pas vivre sans ma vie ! Je ne peux pas vivre sans mon âme !" Dès que je suis tombée sur ce passage j'ai su que ça allait être un de mes romans préférés de tous les temps ! Je dirais que l'histoire commence tout doucement, puis beaucoup d'événements s'enchaînent d'un coup, et j'avoue que cela m'a rendu accro. Les personnages font le charme du roman, ils sont complexes et vraiment attachants !! Tout particulièrement Heathcliff, qui reste mon personnage préféré. Mais quelle personnalité...je dirais que cela est vient de sa plus jeune enfance, le fait qu'il ait été abandonné. Cette abandon va faire de lui un enfant sombre (un esprit torturé), puis sa venue dans la famille Earnshaw ne va pas l'aider...de part la ''maltraitance" si je puis dire ?! Une relation passionnée va naître entre Catherine et Heathcliff, qui demande de la maturité pour la comprendre. Et puis le roman avance de surprises en surprises...avec Heathcliff qui devient un homme sans scrupule, qui jure de se venger des deux hommes ayant empêché le déploiement de son amour pour Catherine. Je pense m'arrêter ici, car je pourrais continuer encore et encore ma critique !! Vous l'aviez compris, les Hauts de Hurle-Vent reste pour moi un des romans incontournables de la littérature ! Je vous le recommande plus que jamais !! En espérant qu'il vous plaira autant qu'à moi :)
              Lire la suite
              En lire moins
            • pannette13 Posté le 21 Août 2019
              Cela faisait quelques années qu'on m'avait offert ce livre, que je redoutais de commencer. Je suis d'accord, on ne devrait jamais avoir à "redouter" de lire un livre. Mais "Et si l'écriture est trop subtile pour moi? Et si je ne suis pas prise par l'histoire? Et si je n'aime pas alors que tout le monde adore ce roman?...". Finalement, cette dernière question n'a pas eu à se poser, car dès les premières pages, j'ai adoré ce livre. Je ne rentrerai pas dans les détails de l'histoire des "Hauts de Hurle-Vent", tout simplement car elle serait beaucoup trop longue et complexe à résumer et qu'elle est plus ou moins connue de tous. De plus, l'histoire de ce roman ne suffirait pas à se faire une idée de sa véritable tonalité -loin de là . Car ce qui fait l'âme de ce monument de la littérature anglaise, c'est avant tout le caractère de ses personnages, qui suintent de regrets et de rancœur, les liens sombres qui les relient les uns aux autres ainsi que son cadre froid, où le temps est rude et la nature intransigeante et farouche. Ce livre m'a tout à fait pénétrée, j'ai senti le vent de la lande... Cela faisait quelques années qu'on m'avait offert ce livre, que je redoutais de commencer. Je suis d'accord, on ne devrait jamais avoir à "redouter" de lire un livre. Mais "Et si l'écriture est trop subtile pour moi? Et si je ne suis pas prise par l'histoire? Et si je n'aime pas alors que tout le monde adore ce roman?...". Finalement, cette dernière question n'a pas eu à se poser, car dès les premières pages, j'ai adoré ce livre. Je ne rentrerai pas dans les détails de l'histoire des "Hauts de Hurle-Vent", tout simplement car elle serait beaucoup trop longue et complexe à résumer et qu'elle est plus ou moins connue de tous. De plus, l'histoire de ce roman ne suffirait pas à se faire une idée de sa véritable tonalité -loin de là . Car ce qui fait l'âme de ce monument de la littérature anglaise, c'est avant tout le caractère de ses personnages, qui suintent de regrets et de rancœur, les liens sombres qui les relient les uns aux autres ainsi que son cadre froid, où le temps est rude et la nature intransigeante et farouche. Ce livre m'a tout à fait pénétrée, j'ai senti le vent de la lande fouetter mes joues alors que j'étais en fait bien au chaud, j'ai haï certains personnages avec autant de force que j'ai eu pitié d'autres, j'ai été emportée dans ce tourbillon d'amour et de haine dont Catherine et Heathciff sont à l'origine. J'ai constaté avec horreur que ces sentiments crus, sauvages et qui me paraissaient inhumains étaient en fait les plus humains qui soient. Lors de ma lecture, je ressentais un doux sentiment de malaise, dû au fait que je ne savais si je trouvais belle ou terrible cette passion destructrice, cette haine née de l'amour. Sans doute les deux.
              Lire la suite
              En lire moins
            • meknes56 Posté le 23 Juillet 2019
              Un livre que j'ai trouvé très sombre et morbide. Mais j'avoue que je suis content d'avoir découvert ce livre dont beaucoup en parlait en bien.
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Lisez

              8 classiques de la littérature pour s'émouvoir

              Incontournables, intemporels, les grands classiques de la littérature ne sont jamais aussi puissants que lorsqu'ils se mettent à l'heure de l'amour et de la passion. De Charlotte Brontë à Marcel Proust, découvrez notre sélection de romans classiques parfaits pour s'émouvoir.

              Lire l'article
            • Par Lisez

              L'amour en littérature : 7 grands classiques à lire et à relire

              "En vain ai-je lutté. Rien n’y fait. Je ne puis réprimer mes sentiments. Laissez-moi vous dire l’ardeur avec laquelle je vous admire et je vous aime". Cette déclaration, point d'orgue du roman culte Orgueil et préjugés, est le symbole même de l'amour en littérature. Enflammées, déçues, tragiques, salvatrices... ces histoires d'amour-là sont fantasmées et continuent pourtant de nous toucher droit au coeur des siècles plus tard. Voici 7 grands classiques de la littérature qui rendent hommage à l'amour, à lire et à relire sans plus tarder. 

              Lire l'article