Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266297615
Code sériel : 17650
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm

Les Mille vies d'Irena

Daniel ROCHE (Traducteur)
Date de parution : 16/01/2020
Chacun a entendu l’histoire d’Oskar Schindler, cet industriel allemand qui sauva, pendant la guerre, plus de 1 000 juifs. Mais qui connaît l’extraordinaire destin d’Irena Sendler ?
1942. Le ghetto de Varsovie est, pour beaucoup de familles, la dernière étape avant l’extermination. Amenée chaque jour à s’y rendre, en tant qu’agent de...
Chacun a entendu l’histoire d’Oskar Schindler, cet industriel allemand qui sauva, pendant la guerre, plus de 1 000 juifs. Mais qui connaît l’extraordinaire destin d’Irena Sendler ?
1942. Le ghetto de Varsovie est, pour beaucoup de familles, la dernière étape avant l’extermination. Amenée chaque jour à s’y rendre, en tant qu’agent de la santé publique, une jeune polonaise prend fait et cause pour ces damnés. Au mépris du danger, ce sont plus de 2500 enfants qu’à travers son réseau elle parviendra à exfiltrer. Juste parmi les justes, oubliée parmi les oubliées : une héroïne méconnue qu’il est grand temps de redécouvrir…
 
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266297615
Code sériel : 17650
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Un exploit héroïque [...] que l'Américaine Tilar J.Mazzeo raconte avec une simplicité qui n'exclut pas l'émotion. Le genre de récit qui vous réconcilie avec l'humanité... » Le Républicain Lorrain

« Avec cette captivante biographie […], Mazzeo chronique une lueur d’espoir en des temps désespérés. » Kirkus Reviews
PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Luxi Posté le 16 Novembre 2018
    "Les héros font des choses extraordinaires, dira-t-elle. Ce que j’ai accompli n’avait rien d’extraordinaire. C’était normal." Voilà encore une incroyable et bouleversante leçon d’humanité. Le récit de Tilar J. Mazzeo débute à l’automne 43, dans une voiture allemande roulant vers la terrifiante avenue Szucha, au siège du quartier général de la Gestapo qu’on appelle aussi "l’abattoir". Irena va y être interrogée, battue, humiliée, profondément abîmée. Mais ce n’est que plusieurs centaines de pages plus loin que nous en apprendrons le dénouement. Irena Sendler, née Irena Stanis#322;awa Krzy#380;anowska, ne tient pas son extraordinaire bienveillance de nulle part : son père, médecin et chercheur, se dévoue toute sa vie pour sauver qui lui demande son aide, même à l’heure où les Juifs ne trouvent plus que des portes closes. On suit la jeune fille de Varsovie à Otwock, puis à Piotrków où elle rencontrera Mieczys#322;aw Sendler, dit Mietek, qu’elle finira par épouser. Elle étudie l’action sociale à Varsovie mais son mariage bat de l’aile, abîmé par la présence d’un autre homme qui jouera un rôle immense dans sa vie: Adam Celnikier. Lorsque les troupes d’Hitler pénètrent à Varsovie, les polonais se mettent automatiquement en mode Résistance et Irena en fait partie. Très vite, elle choisit... "Les héros font des choses extraordinaires, dira-t-elle. Ce que j’ai accompli n’avait rien d’extraordinaire. C’était normal." Voilà encore une incroyable et bouleversante leçon d’humanité. Le récit de Tilar J. Mazzeo débute à l’automne 43, dans une voiture allemande roulant vers la terrifiante avenue Szucha, au siège du quartier général de la Gestapo qu’on appelle aussi "l’abattoir". Irena va y être interrogée, battue, humiliée, profondément abîmée. Mais ce n’est que plusieurs centaines de pages plus loin que nous en apprendrons le dénouement. Irena Sendler, née Irena Stanis#322;awa Krzy#380;anowska, ne tient pas son extraordinaire bienveillance de nulle part : son père, médecin et chercheur, se dévoue toute sa vie pour sauver qui lui demande son aide, même à l’heure où les Juifs ne trouvent plus que des portes closes. On suit la jeune fille de Varsovie à Otwock, puis à Piotrków où elle rencontrera Mieczys#322;aw Sendler, dit Mietek, qu’elle finira par épouser. Elle étudie l’action sociale à Varsovie mais son mariage bat de l’aile, abîmé par la présence d’un autre homme qui jouera un rôle immense dans sa vie: Adam Celnikier. Lorsque les troupes d’Hitler pénètrent à Varsovie, les polonais se mettent automatiquement en mode Résistance et Irena en fait partie. Très vite, elle choisit ses premiers "compagnons de lutte" et commence à créer de faux dossiers pour permettre à de nombreux Juifs de bénéficier de l’aide sociale à laquelle ils n’ont pas droit. C’est le tout premier combat de "Jolanta". Et puis arrive LE drame : les Juifs sont regroupés dans un quartier misérable de la capitale. C’est la création du ghetto de Varsovie auquel Irena assiste, impuissante et terrassée. Impossible de résumer en quelques phrases ce que cette femme a fait, osé, risqué pour des milliers d’autres vies que la sienne. Assistée par des dizaines d’amis que je ne peux pas citer ici, Irena va se faufiler dans le ghetto et faire sortir de nombreux enfants juifs. Elle va également se rapprocher d’autres Résistants, et plus les mois passeront, plus ses actions seront risquées. Les noms des petits sauvés seront conservés sous la forme de codes sur de petits bouts de papier cigarette, mais c’est surtout dans sa mémoire qu’Irena protègera l’identité de "ses" enfants. Il y a des scènes d’une audace aussi folle que poignante. Il y a des scènes déchirantes qui marqueront profondément Irena, telle la célèbre procession des petits orphelins de Korczak marchant à la mort en chantant. Il y a des échecs aussi, des désenchantements, des malheurs fous et des actions frôlant la catastrophe. Mais jamais nos résistants ne déposent les armes. Il y a surtout 2500 enfants juifs dont la vie sera sauvée grâce à ce petit bout de femme débrouillard, magnifique et acharné. Irena n’acceptera jamais qu’on dise d’elle qu’elle est une héroïne. "Le courage n’est pas l’absence de peur mais la capacité de la vaincre" disait Mandela. Et on pourra dire d’Irena qu’elle a eu peur. Elle a paniqué, elle en a fait des cauchemars des nuits entières, elle a pleuré souvent, mais elle en est toujours ressortie plus déterminée. Et c’est ce qui fait d’elle quelqu’un d’exceptionnel. "Faire sortir un enfant du ghetto de manière illicite se paie d’une balle dans la tête à un coin de rue", écrit l’auteure, mais cela ne figera pas notre Irena. Elle le fera une fois, dix fois, cent fois, puis elle recommencera. Elle n’aura que cet unique objectif en tête, durant ces interminables années de guerre : sauver les enfants. Sa force d’âme, son caractère, son engagement, sont édifiants. "Les mille vies d’Irena" est un texte extrêmement bien écrit, passionnant à la manière d’un roman et immensément documenté, comme le confie l’auteure à la fin de son ouvrage. C’est magnifique, voilà, c’est fort, intense et admirable. Tous les noms des "compagnons" d’Irena y sont également recensés ainsi que de nombreuses photographies toutes plus saisissantes les unes que les autres. On ressort d’un tel récit ému et écrasé d’humilité devant ces belles âmes qui ont surpassé la terreur pour tendre une main et sauver leur prochain. Un grand merci aux éditions Belfond et à NetGalley pour cette lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • coquinnette1974 Posté le 13 Novembre 2018
    Les mille vies d'Irena de Tilar J. Mazzeo est un ouvrage retraçant la vie d'Irena Sendler, une Oskar Schindler au féminin. J'ai eu la chance de recevoir ce livre en service presse grâce aux éditions Belfond, via net galley ; et je les en remercie énormément. En 1942, alors que Varsovie est plongée dans la terreur et que tous les Juifs de la ville sont parqués dans le ghetto où ils tentent désespérément de survivre ; Irena Sendler, une jeune femme au caractère bien trempé, va faire preuve d'un courage exceptionnel. En tant qu'agent des services de santé publique, Irena est l'une des très rares non-Juives autorisées à se rendre quotidiennement au cœur du ghetto. Elle va alors tout mettre en oeuvre pour sauver des milliers d'enfants de l'enfer du ghetto. À elle seule, Irena Sendler aura sauvé 2 500 vies. Dans le ghetto de Varsovie, quatre-vingt-dix pour cent des familles ont péri. Les mille vies d'Irena est un magnifique ouvrage, très bien documenté. Bravo à l'auteure pour son travail de recherche, on sent que ce livre lui tient à cœur et qu'elle a tout fait pour le rendre le plus vivant et le plus passionnant possible. Je vous avoue que je n'avais jamais entendu... Les mille vies d'Irena de Tilar J. Mazzeo est un ouvrage retraçant la vie d'Irena Sendler, une Oskar Schindler au féminin. J'ai eu la chance de recevoir ce livre en service presse grâce aux éditions Belfond, via net galley ; et je les en remercie énormément. En 1942, alors que Varsovie est plongée dans la terreur et que tous les Juifs de la ville sont parqués dans le ghetto où ils tentent désespérément de survivre ; Irena Sendler, une jeune femme au caractère bien trempé, va faire preuve d'un courage exceptionnel. En tant qu'agent des services de santé publique, Irena est l'une des très rares non-Juives autorisées à se rendre quotidiennement au cœur du ghetto. Elle va alors tout mettre en oeuvre pour sauver des milliers d'enfants de l'enfer du ghetto. À elle seule, Irena Sendler aura sauvé 2 500 vies. Dans le ghetto de Varsovie, quatre-vingt-dix pour cent des familles ont péri. Les mille vies d'Irena est un magnifique ouvrage, très bien documenté. Bravo à l'auteure pour son travail de recherche, on sent que ce livre lui tient à cœur et qu'elle a tout fait pour le rendre le plus vivant et le plus passionnant possible. Je vous avoue que je n'avais jamais entendu parler de cette femme alors que j'ai pourtant lu pas mal d'ouvrages sur la seconde guerre mondiale, y compris sur le ghetto de Varsovie. Je suis ravie d'avoir lu cette biographie, qui m'a captivée, même si certains passages sont difficiles à lire. Ce qu'à fait Irena et tout son réseau est vraiment extraordinaire. Elle a fait preuve d'un courage fou. Ce livre est magnifique, bien écrit, captivant, touchant. Impossible de rester insensible face à un tel ouvrage. Je recommande à tous la lecture Les mille vies d'Irena. C'est un très bon ouvrage qui permet de ne pas oublier les horreurs de la guerre ; et le courage de ceux qui ont tout fait pour sauver les enfants (ou leurs pairs). Ma note : cinq étoiles.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.