RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Les oiseaux se cachent pour mourir

            Pocket
            EAN : 9782266211246
            Code sériel : 12858
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 896
            Format : 108 x 177 mm
            Les oiseaux se cachent pour mourir

            Jacqueline LAGRANGE (Traducteur), Jacques HALL (Traducteur)
            Date de parution : 16/06/2011

            Sur ces terres brûlantes d'Australie, les Cleary vont entamer une nouvelle vie, loin de la misère qu'ils ont connue dans leur Nouvelle-Zélande natale. Pour Meggie, neuf ans, seule fille de cette famille de huit enfants, ce nouveau départ se présente sous les traits du père Ralph. Séduisant, doux, généreux, le...

            Sur ces terres brûlantes d'Australie, les Cleary vont entamer une nouvelle vie, loin de la misère qu'ils ont connue dans leur Nouvelle-Zélande natale. Pour Meggie, neuf ans, seule fille de cette famille de huit enfants, ce nouveau départ se présente sous les traits du père Ralph. Séduisant, doux, généreux, le jeune homme la marque à jamais, lui inspirant des sentiments qui ne cessent de grandir au fil des ans...

            Pour se délivrer de cette attirance réciproque, Meggie n'a plus le choix à présent : elle se résout à accepter les avances d'un saisonnier. Quant à Ralph, fidèle à sa vocation, il décide de poursuivre sa carrière ecclésiastique loin de cet amour qu'il croit impossible...

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266211246
            Code sériel : 12858
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 896
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            10.80 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Aeternalis Posté le 16 Avril 2019
              Les relations entre les personnages étaient vraiment décrites avec force, rendant ce roman d’autant plus émouvant. Et je ne parle pas seulement de la relation entre Meggie et Ralph. C’est aussi les relations familiales ; autant les relations tendus entre père et fils, autant les sentiments étranges d’un fils pour sa mère, l’amour passionnel et irrationnel d’une vieille femme, les liens entre frères et sœurs, entre un homme et une femme. Ainsi que les relations entre les personnages et Dieu. Car oui, Dieu fait parti intégrante de récit ! Mais ne soyez pas effrayés ; c’est fait avec intelligence et subtilité. Au-delà des relations ce sont aussi les sentiments des personnages que l’auteure nous décrit avec, presque, violence ; j’ai réellement ressenti ce qu’ils ressentaient. Comme la résignation d’une femme, la détermination d’une autre, la volonté insensé d’avidité d’un, le conflit intérieur d’un autre, la profonde tristesse d’autres … [...]
            • mauriceandre Posté le 2 Mars 2019
              J'ai lu ce roman pour la première fois dans les années 80, éditer par France-Loisir, un gros bouquin de plus de 500 pages que j'avais dévoré. Cherchant dans ma bibliothèque un livre pouvant s’inscrire dans le CHALLENGE PYRAMIDE IV je l'ai ressorti de la naphtaline. Cette Histoire n'est pas la première oeuvre de Colleen McCullough mais c'est la plus connue. C'est aussi une fresque magistrale sur l'Australie et les colons qui l'ont peuplé doublé d'une histoire d'amour interdit. A l'époque ou se déroule l'histoire, la condition des femmes n'était pas affriolante. A l'époque j'avais été intrigué par le titre, les Oiseaux se cachent pour mourir, qui est basé sur une légende Australienne d'un oiseau qui se suicide en s'empalant volontairement sur un arbre aux rameaux épineux, et qui libère son plus beau chant alors a l'instant de mourir. La jeune Meggie Cleary est un personnage qui me donne envie de lui mettre des claques quand elle se soumettait au diktat de la gent masculine. La piété du père Ralph de Bricassart n'est qu'une façade, c'est l'ambition de rejoindre les hautes sphères du pouvoir catholique qui le motive. La richissime veuve Mary Carson dont le machiavélisme dirige le destin de beaucoup de... J'ai lu ce roman pour la première fois dans les années 80, éditer par France-Loisir, un gros bouquin de plus de 500 pages que j'avais dévoré. Cherchant dans ma bibliothèque un livre pouvant s’inscrire dans le CHALLENGE PYRAMIDE IV je l'ai ressorti de la naphtaline. Cette Histoire n'est pas la première oeuvre de Colleen McCullough mais c'est la plus connue. C'est aussi une fresque magistrale sur l'Australie et les colons qui l'ont peuplé doublé d'une histoire d'amour interdit. A l'époque ou se déroule l'histoire, la condition des femmes n'était pas affriolante. A l'époque j'avais été intrigué par le titre, les Oiseaux se cachent pour mourir, qui est basé sur une légende Australienne d'un oiseau qui se suicide en s'empalant volontairement sur un arbre aux rameaux épineux, et qui libère son plus beau chant alors a l'instant de mourir. La jeune Meggie Cleary est un personnage qui me donne envie de lui mettre des claques quand elle se soumettait au diktat de la gent masculine. La piété du père Ralph de Bricassart n'est qu'une façade, c'est l'ambition de rejoindre les hautes sphères du pouvoir catholique qui le motive. La richissime veuve Mary Carson dont le machiavélisme dirige le destin de beaucoup de personnages, a l'instar de son frère Paddy et de sa famille, qu'elle fait venir pour gérer l'immense domaine de Drogheda. Bref, un très bon moment de lecture que j'ai relu avec plaisir tellement ma première lecture était loin dans mon souvenir.
              Lire la suite
              En lire moins
            • sarahdu91 Posté le 10 Janvier 2019
              Je découvre Mme Mc Cullough avec "les oiseaux se cachent pour mourir" et son incontournable saga connue de tout le monde ou presque...pour ma part, j'en ai toujours entendu parler car le feuilleton a bercé mes tendres années mais je n'avais pas mis les yeux dessus car tellement encensé que j'ai pris mon temps pour le découvrir en lecture. Ma foi, mon roman est partagé en 2 tomes et je dois dire qu' arrivée à la fin du 1er on se trouve à la moitié du roman c'est pour cette raison que je le trouve banal à ce stade. Une histoire d'amour impossible, car la religion est plus forte que tout mais à part cela, rien de transcendant...j'ai connu d'autres sagas au pays des moutons d'Australie ou de Nouvelle Zélande bien plus riches en rebondissements... Je reviendrai pour le tome 2 pour étayer ma critique, pourvu qu'on aie un peu plus de dynamisme par la suite...
            • lila11 Posté le 16 Novembre 2018
              C'est une lecture que j'ai faite durant mon adolescence (il y a quelques années...) et dont je garde un excellent souvenir : une belle histoire d'amour impossible sous le soleil de l'Australie.
            • ElisabethJGranville Posté le 10 Octobre 2018
              Une saga familiale entre la Nouvelle-Zélande, l'Australie et la vieille Europe, avec au centre la vie de la seule fille de la fratrie et son amour impossible pour un séduisant et ambitieux prêtre. Une critique plus détaillée et d'autres sur
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.