Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266300261
Code sériel : 17826
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

Moi, le dernier Tutsi

,

Date de parution : 22/10/2020
À douze ans, Charles a vu ce que des yeux ne devraient jamais voir : l’extermination des siens.
Avril 1994. Son pays, le Rwanda, bascule dans l’horreur et la folie criminelle. Son père et son oncle sont assassinés devant lui ; sa mère, ses frères, ses sœurs, jetés vivants dans des...
À douze ans, Charles a vu ce que des yeux ne devraient jamais voir : l’extermination des siens.
Avril 1994. Son pays, le Rwanda, bascule dans l’horreur et la folie criminelle. Son père et son oncle sont assassinés devant lui ; sa mère, ses frères, ses sœurs, jetés vivants dans des fosses. Comme tous les Tutsi de son village. Comme tous les autres Tutsi du pays. Tous sauf Charles. Ses bourreaux décident de faire de lui le symbole du génocide en marche. Il sera « le dernier Tutsi », celui que l'on tuera lorsque le « travail » sera terminé. Lorsque tous les autres auront été éliminés. Un mort en sursis.
Le témoignage de Charles Habonimana nous plonge dans ce qui fut l’une des plus grandes tragédies du siècle passé : le génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda.

Texte intégral
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266300261
Code sériel : 17826
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un message d’espoir pour son pays. » Livres Hebdo
Livres hebdo
« Il y a des livres qui vous marqueront à jamais… Celui-là en fait partie. » Manon Catal – Un Avocat en cuisine
Un avocat en cuisine

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Natacha851 Posté le 10 Août 2021
    C'est un format court mais percutant. Il n'était pas nécessaire d'en dire plus, l'effet est là, nous sommes...difficile à dire en fait tellement nous passons par différents stades émotionnels. L'horreur que nous, les Hommes, sont capables de faire à nos semblables pour tous types de raisons n'est pas nouveaux. L'auteur reste sobre dans les descriptifs de la violence. Nous ne sommes pas dans le gore, le sensationnel mais nous sommes dans les sentiments. Tous types de sentiments : la peur pour sa famille et lui, l'horreur, la tristesse... il a réussi à nous amener dans ses souvenirs et nous les faire vivre. L'auteur donne également des éléments historiques, des explicatifs sur les raisons de ce génocides qui permettent un questionnement sur le sujet.
  • nanouspi Posté le 3 Août 2021
    Je n'ai pas de mots pour définir l'horreur que ce gamin et tout un peuple ont subit. Pour moi La question de ce livre n'est pas ce qu'il s'est passé , je connaissais malheureusement cette partie de l'histoire mais bien aurais-je pu pardonner ? Aurais-je pu vivre dans ce pays qui à tué ma famille, mes amis, ma torturé ? Un énorme bravo à Charles, qui représente la partie restante des tutsis qui est resté et a pardonner. Je le dis haut et fort, je n'aurai pas eu ce courage. Extrait Qui était là pour nous tuer, nous achever ou simplement nous regarder, ou peut-être pour faire semblant de s'associer à ce carnaval furieux ? La mémoire d'un gamin de 12 ans est redoutable. D'autant qu'en tant que "dernier tutsi " , mort et ressuscité plusieurs fois, j'ai vu tant de choses. Une biographie à lire pour ne jamais oublier !!!
  • LudovicDesvaux Posté le 11 Juin 2021
    S'il ne devait rester qu'un livre, ce serait lui Quand le plus grand des drames prend vie, celui dont le but n'est autre que de la retirer, qu'il fait couler le sang et salit l'Histoire pas seulement de sa Nation mais du monde entier, on ne peut pas, on ne doit pas chercher à le faire sortir de nos mémoires. Rwanda. 1994. Ca vous semble loin ? C'était hier ! Un génocide a débuté en un claquement de doigts, il s'est propagé à la vitesse du feu, et a brulé des centaines de milliers d'existences, laissant en cendres un pays qui était à portée de main. Car dans les années 1990, on peut vérifier dans n'importe quelle source, l'ONU existait bien, avec à sa tête de grands responsables politiques qui se concertaient pour savoir s'il fallait intervenir ou non lorsque toutes sortes d'incidents, même plus "mineurs", se produisaient. Qu'avons-nous fait ? Dans un roman qui n'est autre qu'un témoignage de l'innommable, Charles Habonimana se souvient. De l'horreur. De la perte des êtres qui lui étaient le plus cher. Pratiquement tous. Souvent dénoncés ou tués par ceux qui, la veille, étaient encore des voisins. Pire, des amis. Le petit enfant de douze ans n'a... S'il ne devait rester qu'un livre, ce serait lui Quand le plus grand des drames prend vie, celui dont le but n'est autre que de la retirer, qu'il fait couler le sang et salit l'Histoire pas seulement de sa Nation mais du monde entier, on ne peut pas, on ne doit pas chercher à le faire sortir de nos mémoires. Rwanda. 1994. Ca vous semble loin ? C'était hier ! Un génocide a débuté en un claquement de doigts, il s'est propagé à la vitesse du feu, et a brulé des centaines de milliers d'existences, laissant en cendres un pays qui était à portée de main. Car dans les années 1990, on peut vérifier dans n'importe quelle source, l'ONU existait bien, avec à sa tête de grands responsables politiques qui se concertaient pour savoir s'il fallait intervenir ou non lorsque toutes sortes d'incidents, même plus "mineurs", se produisaient. Qu'avons-nous fait ? Dans un roman qui n'est autre qu'un témoignage de l'innommable, Charles Habonimana se souvient. De l'horreur. De la perte des êtres qui lui étaient le plus cher. Pratiquement tous. Souvent dénoncés ou tués par ceux qui, la veille, étaient encore des voisins. Pire, des amis. Le petit enfant de douze ans n'a pas oublié. Avec son regard d'adulte devenu conférencier et militant des droits de l'homme, il ne permet évidemment pas de comprendre l'incompréhensible, mais de raconter l'inracontable, dans un style littéraire grâcieux. Comment tout s'est déroulé. Si vite. Comment il a dû se passer des siens. Comment il a survécu. Mais aussi l'implication des autorités étrangères, principalement de la France. Un récit bouleversant à plus d'un égard. Le petit enfant de douze ans n'a pas oublié. Et quel que soit notre âge, n'oublions jamais, non plus.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Elsaragon Posté le 13 Septembre 2019
    Dur, très dur, obligée de faire des pauses dans la lecture pour ne pas être écœurée. Le génocide rwandais à travers le témoignage de celui qui n'était alors qu'un enfant, la découverte horrible de ce que firent leurs "amis", leurs compagnons de vie et de route, leurs voisins. Découvrir tout à coup que l'Autre est tout à coup déclaré différent, s'octroyant le privilège de vie et de mort, voir sa famille décimée et ne plus savoir qui est réellement l'Ami ou l'Ennemi. Texte franc, sans fioritures, sans envolées romanesques, uniquement un récit, un témoignange. Et en bout de ligne, ce désir de vouloir témoigner, de faire comprendre au monde entier ce que le Pays des Mille Collines a subi.
  • Unavocatencuisine Posté le 8 Mai 2019
    Il est de ces romans qui vous attirent et ne vous lâchent pas et celui là en fait partie. J'ai eu la chance de pouvoir le demander aux éditions Plon, que je remercie d'ailleurs, et je l'ai entamé quelques jours après sa réception. J'ai toujours été sensible à ces sujets, particulièrement à ceux dont on entend peu parler, aussi tragiques qu'ils ont pu être. Je me souviens que, petite, mon beau-père avait voulu nous sensibiliser, mes frères et moi, à la question du génocide rwandais à travers le film Hotel Rwanda. J'étais mortifiée, abasourdie que des humains soient capables de faire une chose pareille. Je ne vais pas revenir sur ce film car j'ai été pétrifiée par les images, mais paradoxalement je voulais savoir, je voulais comprendre comment cela avait bien pu arriver ! Sauf qu'avec des yeux d'enfant on ne voit et ne comprend pas la même chose. Aujourd'hui, à 27 ans, j'ai été submergée par l'émotion tout au long du récit de Charles, 12 ans à l'époque.  Ce qu'il décrit est tellement réel que j'en ai eu la nausée, forcée de faire des pauses entre les chapitres. Pourtant encore une fois, j'avais envie de savoir comment cet enfant et son... Il est de ces romans qui vous attirent et ne vous lâchent pas et celui là en fait partie. J'ai eu la chance de pouvoir le demander aux éditions Plon, que je remercie d'ailleurs, et je l'ai entamé quelques jours après sa réception. J'ai toujours été sensible à ces sujets, particulièrement à ceux dont on entend peu parler, aussi tragiques qu'ils ont pu être. Je me souviens que, petite, mon beau-père avait voulu nous sensibiliser, mes frères et moi, à la question du génocide rwandais à travers le film Hotel Rwanda. J'étais mortifiée, abasourdie que des humains soient capables de faire une chose pareille. Je ne vais pas revenir sur ce film car j'ai été pétrifiée par les images, mais paradoxalement je voulais savoir, je voulais comprendre comment cela avait bien pu arriver ! Sauf qu'avec des yeux d'enfant on ne voit et ne comprend pas la même chose. Aujourd'hui, à 27 ans, j'ai été submergée par l'émotion tout au long du récit de Charles, 12 ans à l'époque.  Ce qu'il décrit est tellement réel que j'en ai eu la nausée, forcée de faire des pauses entre les chapitres. Pourtant encore une fois, j'avais envie de savoir comment cet enfant et son pays ont eu la force de s'en sortir, de se relever mais surtout d'accorder leur pardon ! Le récit de Charles Habonimana est emprunt de dureté mais aussi de vérités sur la participation de l'Europe à ce "huis clos" comme il l'appelle.  Comment l'Homme est-il capable de s'infliger autant de souffrances ? Pourquoi avoir voulu dès le départ "caser" les Hommes dans des catégories et ainsi créer une supériorité ? Mais surtout, a-t-on touché le fond de la Haine ? Toutes ces questions, je n'ai pas arrêté de me les poser tout au long de ma lecture. Je ne sais même pas quoi dire d'autre sur ce magnifique et tragique témoignage, si ce n'est que je vous le conseille vivement afin de recevoir une belle "leçon d'humanité" du peuple rwandais, le plus sûr du monde.  Vous pouvez retrouver l'ensemble de mes chroniques sur mon blog : www.unavocatencuisine.com
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.