Lisez! icon: Search engine
Une chambre à soi (Edition Spéciale)
Clara Malraux (traduit par)
Date de parution : 16/05/2001
Éditeurs :
10/18

Une chambre à soi (Edition Spéciale)

Clara Malraux (traduit par)
Date de parution : 16/05/2001

Bravant les conventions avec une irritation voilée d'ironie, Virginia Woolf rappelle dans ce délicieux pamphlet comment, jusqu'à une époque toute récente, les femmes étaient savamment placées sous la dépendance spirituelle...

Bravant les conventions avec une irritation voilée d'ironie, Virginia Woolf rappelle dans ce délicieux pamphlet comment, jusqu'à une époque toute récente, les femmes étaient savamment placées sous la dépendance spirituelle et économique des hommes et, nécessairement, réduites au silence. Il manquait à celles qui étaient douées pour affirmer leur génie...

Bravant les conventions avec une irritation voilée d'ironie, Virginia Woolf rappelle dans ce délicieux pamphlet comment, jusqu'à une époque toute récente, les femmes étaient savamment placées sous la dépendance spirituelle et économique des hommes et, nécessairement, réduites au silence. Il manquait à celles qui étaient douées pour affirmer leur génie de quoi vivre, du temps et une chambre à soi.

« Pourquoi un sexe est-il si prospère et l’autre si pauvre ? Quel est l’effet de la pauvreté sur le roman ? » Virginia Woolf

Traduit de l'anglais
par Clara Malraux

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264033604
Code sériel : 2801
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 176
Format : 108 x 177 mm
EAN : 9782264033604
Code sériel : 2801
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 176
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

Une chambre à soi. Ou plus littéralement un lieu pour soi. Tel est le sujet de la conférence donnée par Virginia Woolf en 1928. Même si elle s’en défend, son sujet est le métier d’écrivain autant que la place de la femme dans la société. Une démonstration brillante, un désir profond de la mise en oeuvre de talents d’écrivains, hommes ou femmes. On retrouve dans cet essai la virtuosité du langage et l’ironie mordante propre à Woolf.
Adeline Savy-Hadjadj-Auphan / Librairie Le Divan

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Justinerye 19/03/2024
    Un livre à avoir obligatoirement dans sa bibliothèque et/ou sur sa table de nuit pour amener un peu plus le sujet de la condition des femmes, notamment les écrivaines du 19° siècle absolument pas reconnue comme tel. Cet essai montre bien à quel point au 19° siècle il est un poids d'être une femme lorsqu'on veut être écrivaine et qu'il n'existe qu'une infime reconnaissance masculine pour ce statut. Un livre qui aujourd'hui encore résonne pour la parole des femmes.
  • IngridNM 22/02/2024
    J’ai aimé le ton de ce livre. Plein d’intelligences, d’humours et de critiques. On réalise qu’il y a 100 ans la vie d’une femme n’était pas la même que celles aujourd’hui. L’évolution de cette indépendance, des mentalités, de notre place dans la société. L’importance qu’on eu certaines écrivaines qui sont lus encore aujourd’hui m’a frappé. Quelques passages un peu long et pompeux mais globalement essai très intéressant
  • oceaneclaer 16/02/2024
    Je l’ai lu en une après-midi. Je pensais que c’était un genre de pamphlet féministe (que je ne renie pas bien sûr) un peu sérieux, un peu édifiant. Pas du tout. D’abord, on marche à la suite de Virginia dans les jardins de l’université, où elle se fait éjecter parce que femme. J’ai pris ça pour un tic littéraire qui m’a un peu déconcertée. Puis je me suis laissée embarquer par le style, d’une ironie fine et délicieuse, j’imaginais bien Virginia se moquer du monde, essentiellement masculin. Son propos est étonnamment actuel. Elle enfonce les portes qui ont été (entr’) ouvertes cinquante ans après elle ! Elle avait une exceptionnelle longue vue. Son passage sur la sœur de Shakespeare est d’une telle évidence qu’il sera repris par nombre de nos féministes actuelles. Je suis d’accord avec elle sur son portrait de Jane Austen, la précurseure des écrivaines qui comptent (en Angleterre) . C’est effectivement celle qui a le regard le plus féministe (sur la nécessité du mariage, sur la dépendance financière, sur le besoin de se réaliser par le travail tout simplement, ou l’art.) Bref, j’ai surtout aimé le livre à cause de son style, je n’ai rien appris, bien sûr sur son constat. Mais j’ai passé une après-midi agréable à converser avec une bonne copine (intelligente !) On est tombé d’accord sur le fait que, ici et maintenant, un siècle après, une chambre, un boudoir, un coin, à soi pour une femme est encore un luxe qui se paie cher en renoncements. Je l’ai lu en une après-midi. Je pensais que c’était un genre de pamphlet féministe (que je ne renie pas bien sûr) un peu sérieux, un peu édifiant. Pas du tout. D’abord, on marche à la suite de Virginia dans les jardins de l’université, où elle se fait éjecter parce que femme. J’ai pris ça pour un tic littéraire qui m’a un peu déconcertée. Puis je me suis laissée embarquer par le style, d’une ironie fine et délicieuse, j’imaginais bien Virginia se moquer du monde, essentiellement masculin. Son propos est étonnamment actuel. Elle enfonce les portes qui ont été (entr’) ouvertes cinquante ans après elle ! Elle avait une exceptionnelle longue vue. Son passage sur la sœur de Shakespeare est d’une telle évidence qu’il sera repris par nombre de nos féministes actuelles. Je suis d’accord avec elle sur son portrait de Jane Austen, la précurseure des écrivaines qui comptent (en Angleterre) . C’est effectivement celle qui a le regard le plus féministe (sur la nécessité du mariage, sur la dépendance financière, sur le besoin de se réaliser par le travail tout simplement, ou l’art.) Bref, j’ai surtout aimé le livre à cause de son style, je n’ai rien appris, bien sûr...
    Lire la suite
    En lire moins
  • MontoirCoralie 10/02/2024
    Comme pour Mrs. Dalloway, je commence à aimer le livre à partir de sa moitié. J’adore la toute dernière partie où elle s’adresse directement aux étudiantes. Et le fond et la forme sont exceptionnels. Tandis que la première partie me perd : l’écriture, si poétique soit elle, m’est inaccessible. Sans parler des nombreuses références anglaises de son époque que je ne connais pas. Heureusement je suis familière des sœurs Bronte (et je dois absolument lire Orgeuils Préjugés de J.Austen). Malgré cette entame qui me rend confuse, le style de l’écrivaine - fleuri, brillant, évocateur - sublime le fond auquel j’adhère complètement. Malheureusement, 100 ans après 1928, la femme n’est pas exactement l’égale de l’homme, comme V. Woolf féministe semble l’imaginer…
  • Manyoth 25/12/2023
    Ce qui n'était à la base qu'une longue conférence sur la place des femmes dans la littérature est devenu un très long texte enrichi par l'écrivain. Virginia Woolf a le mérite de faire réfléchir, d'après elle l'épanouissement littéraire créatif n'est possible que si la femme possède un espace privé une sécurité financière. La nécessité de l'isolement dans une chambre à soi est une condition sinequanone pour écrire. De promenades narratives en divagations littéraires, ce  récit est dynamique, audacieux, pragmatique, bien construit et d'une grande résonance toujours.  Un livre profondément féministe où la gent masculine est nullement épargnée  Un livre fondateur pour les femmes écrivains.
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Femmes inspirantes : une sélection engagée

    Célébrons la Journée Internationale des Droits des Femmes avec une sélection captivante. De l'affirmation de soi à la lutte pour l'égalité, plongez dans des récits inspirants. Découvrez des personnages forts, réels ou fictifs, qui ont marqué l'histoire. Des lectures engagées pour honorer la force et la résilience des femmes à travers le monde.

    Lire l'article
  • Sélection
    10/18

    Cadeaux de Saint-Valentin : 5 livres qui mettent les femmes à l'honneur

    Honneur aux femmes (inspirantes) pour la Saint-Valentin 2023 ! Feel good books, (auto)biographies ou essais classiques… Les éditions 10/18 vous soufflent 5 idées de livres à offrir à des femmes… ou des hommes qui aiment les femmes !

    Lire l'article