Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264033604
Code sériel : 2801
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 176
Format : 108 x 177 mm

Une chambre à soi

Clara MALRAUX (Traducteur)
Date de parution : 16/05/2001

Bravant les conventions avec une irritation voilée d'ironie, Virginia Woolf rappelle dans ce délicieux pamphlet comment, jusqu'à une époque toute récente, les femmes étaient savamment placées sous la dépendance spirituelle et économique des hommes et, nécessairement, réduites au silence. Il manquait à celles qui étaient douées pour affirmer leur génie...

Bravant les conventions avec une irritation voilée d'ironie, Virginia Woolf rappelle dans ce délicieux pamphlet comment, jusqu'à une époque toute récente, les femmes étaient savamment placées sous la dépendance spirituelle et économique des hommes et, nécessairement, réduites au silence. Il manquait à celles qui étaient douées pour affirmer leur génie de quoi vivre, du temps et une chambre à soi.

« Pourquoi un sexe est-il si prospère et l’autre si pauvre ? Quel est l’effet de la pauvreté sur le roman ? » Virginia Woolf

Traduit de l'anglais
par Clara Malraux

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264033604
Code sériel : 2801
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 176
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

Une chambre à soi. Ou plus littéralement un lieu pour soi. Tel est le sujet de la conférence donnée par Virginia Woolf en 1928. Même si elle s’en défend, son sujet est le métier d’écrivain autant que la place de la femme dans la société. Une démonstration brillante, un désir profond de la mise en oeuvre de talents d’écrivains, hommes ou femmes. On retrouve dans cet essai la virtuosité du langage et l’ironie mordante propre à Woolf.
Adeline Savy-Hadjadj-Auphan / Librairie Le Divan

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • nrisovics Posté le 9 Septembre 2020
    Pourquoi les femmes écrivent si peu et que leur"manque-t-il" pour cela? L'aisance matérielle, de ne pas avoir à se battre contre bien des éléments pour pouvoir écrire, ce qui est souvent mal vu par les hommes. Les hommes sont riches visibles alors que les femmes sont dans la discrétion, l'effacement mais devant s'occuper de l'éducation des enfants, du foyer. De ce fait elles sont très importantes car elles ont éduqué et donné aux plus grands. Visionnaire excellent avec l'exemple très parlant de la soeur de Shakespeare qui elle n'aurait pas pu commencer au théâtre comme son frère et monter les échelons, se faire du réseau. Elle n'aurait eu qu'un enfant d'un homme qui l'aurait prise en pitié et n'aurait pu écrire ou n'aurait pas été prise au sérieux car n'ayant pas eu accès à l'éducation à l'époque. Visionnaire, excellent, inoubliable, ironique, superbement écrit et juste indispensable. Fort par ses idées et sa construction Virginia Woolf est tout simplement une des plus grandes auteurs hommes et femmes confondus. Elle est également pour une réunion des sexes et de l'esprit, pour une forme de liberté n'empêchant pas la complémentarité entre le sexes et les éléments "masculins" et "féminins" de l'esprit.
  • jalleks Posté le 26 Mai 2020
    Plus qu'un essai pour expliquer à quel point un lieu à soi est important à la créativité. J'ai pris un véritable cours d'écriture. Une révélation ! Woolf, je vous aime, vous êtes merveilleuse de génie...
  • afadeau Posté le 13 Mai 2020
    Je n’avais jamais lu Virginia Woolf ! C’est en voyant le beau portrait d’elle sur la couverture d’ « Une chambre à soi » que je me suis décidé à l’acheter. Quelle photo magnifique ! Elle a tout juste 20 ans et le portrait réalisé en 1902 est signé d’un célèbre photographe britannique nommé George Charles Beresford. Une nouvelle traduction de Marie Darrieussecq est parue en 2016, avec un style plus vif, sous le titre « Un lieu à soi ». Ayant comparé quelques passages, je trouve la traduction de Clara Malraux plus littéraire, mais les nouvelles traductions sont utiles, elles font vivre les textes, les régénèrent en quelque sorte. Il s’agit d’un essai à partir de conférences données dans deux collèges réservés aux femmes. On lui a demandé de parler du thème de « la femme et le roman ». Dans la première partie l’auteure pose longuement le sujet et part dans la rêverie, les digressions et quelques poèmes où la nature a toute sa place : « Sur l’autre rive des saules, chevelure éparse, continuaient de se lamenter. La rivière reflétait ce qui lui plaisait du ciel et du pont et de l’arbre flamboyant. » Ensuite, elle... Je n’avais jamais lu Virginia Woolf ! C’est en voyant le beau portrait d’elle sur la couverture d’ « Une chambre à soi » que je me suis décidé à l’acheter. Quelle photo magnifique ! Elle a tout juste 20 ans et le portrait réalisé en 1902 est signé d’un célèbre photographe britannique nommé George Charles Beresford. Une nouvelle traduction de Marie Darrieussecq est parue en 2016, avec un style plus vif, sous le titre « Un lieu à soi ». Ayant comparé quelques passages, je trouve la traduction de Clara Malraux plus littéraire, mais les nouvelles traductions sont utiles, elles font vivre les textes, les régénèrent en quelque sorte. Il s’agit d’un essai à partir de conférences données dans deux collèges réservés aux femmes. On lui a demandé de parler du thème de « la femme et le roman ». Dans la première partie l’auteure pose longuement le sujet et part dans la rêverie, les digressions et quelques poèmes où la nature a toute sa place : « Sur l’autre rive des saules, chevelure éparse, continuaient de se lamenter. La rivière reflétait ce qui lui plaisait du ciel et du pont et de l’arbre flamboyant. » Ensuite, elle expose ses conclusions quant à la faible représentation des femmes dans la création en général et dans la production d’œuvres de fiction en particulier. Il leur faut « une chambre à soi » et des moyens de subsistance en propre (elle dit : cinq cents livres de rente). Le ton est très humoristique, voire caustique. Elle se moque avec finesse et délectation des hommes de son époque, de ses professeurs, exprimant des avis péremptoires – et ridicules, lus aujourd’hui – quant à l’incapacité des femmes à devenir des artistes à l’égal des hommes. Une bonne partie de ce petit livre de 171 pages est consacrée à combattre l’infériorité supposée des femmes : « Il est absurde de blâmer une classe ou un sexe en leur totalité. Les grands groupes humains ne sont jamais responsables de ce qu’ils font. » Ce thème est souvent mis en avant quand on entend parler du livre et j’ai été très surpris d’y trouver bien d’autres réflexions et critiques qui n’ont pas dû faire plaisir à la bonne société de Londres dont elle était issue. La critique de l’argent pour l’argent est terrible sous sa plume : « Regardez, à la clarté du soleil printanier, l’agent de change et le grand avocat entrer dans une maison afin de gagner de l’argent, et encore de l’argent, toujours de l’argent, alors que cinq cents livres par an vous permettent de vivre à la clarté du jour. » Ou encore : « N’est-t-il pas absurde pourtant, pensais-je, tournant la page du journal, qu’un homme avec tout le pouvoir qu’il a, se mette en colère ? Ou bien, me demandais-je avec curiosité, la colère ne serait-elle pas quelque chose comme le démon familier, le lutin qui vous suit au pouvoir ? Les riches, par exemple, sont souvent en colère, parce qu’ils soupçonnent les pauvres de vouloir s’emparer de leurs biens ? » Cet essai est publié pour la première fois en 1929. Virginia Woolf insiste sur le contexte historique du mouvement féministe naissant. Elle s’inscrit dans la dynamique des progrès timides réalisés : deux collèges de femmes fonctionnent depuis 1866 ; les femmes mariées ont été autorisées à posséder des biens en propre depuis 1880 et elles ont acquis le droit de vote en 1919 (les dates sont celles de Virginia Woolf dans cet essai... Il semble en fait que ce soit en 1918). Elle évoque la lutte des suffragettes ayant permis d’obtenir, par des luttes très dures depuis le début du siècle, des résultats décisifs. Elle donne un avis très ironique et plein de courage sur la poésie et le fascisme : « Il est à craindre que le poète fasciste ne soit un affreux petit avorton tel qu’on peut en voir dans les bocaux de verre des musées provinciaux. Cette sorte de monstre ne vit jamais très longtemps, dit-on ; on n’a jamais vu ce genre de prodige brouter l’herbe d’un champ. » Il vivra assez de temps pour faire beaucoup de mal à l’humanité et la bête immonde est toujours vivante mais c’était bien vu et bien dit. Virginia Woolf me surprend totalement. J’en étais resté à la femme dépressive, effacée, voire folle telle qu’on l’a souvent dépeinte, une sorte de romantique éthérée et passée de mode. Autant dire que je ne me sentais pas du tout attiré pour la lire. Je découvre une femme engagée, à l’honnêteté totale, à la critique joyeuse, qui va remonter les troupes dans les collèges, elle qui demande aux jeunes filles venues écouter ses conférences « de diriger le monde vers des fins plus hautes. » La Pléiade a édité, en 2012, l’intégralité de son œuvre romanesque en 2 tomes, laissant curieusement de côté tous ses autres écrits, essais, articles, textes expérimentaux... Virginie Despentes s’était alarmée de l’absence de « La chambre à soi ». On voit bien pourtant le côté moderne de cet essai. On peut aussi s’étonner des images de dépressive et de folle qui lui ont collé à la peau très longtemps. Il n’est pourtant pas difficile de trouver bien des éléments dans sa vie qui ont dû peser lourd dans cette décision de 1941, de se suicider par noyade – elle a alors 59 ans. Elle a bataillé dur toute sa vie, tellement en avance et à contre-courant sur son milieu social et son époque. Les disparitions familiales ainsi qu’une reconnaissance partielle de son œuvre ont dû jouer également, sans oublier son mari juif dans un contexte d’antisémitisme nazi et pas seulement... Nul doute que sa modernité, son exigence artistique, n’ont pas dû être faciles à assumer. Elle rejoint, en partie, Stéphan Zweig dans cette voie, dont on n’a jamais dit qu’il était fou. Peut-être est-ce une façon de discréditer une voix rebelle, une femme revendiquant sa liberté par rapport aux hommes, que de mettre en avant des troubles mentaux. Cela m’évoque Camille Claudel... et aussi l’hystérie dont on accusait bien des femmes, façon de disqualifier en refusant l’écoute. C’est un livre édifiant et une lecture passionnante, un beau texte en lien avec les luttes féministes toujours actuelles. J’ai eu le sentiment de lire une auteure majeure du 20ème siècle – les rééditions, les films, les émissions de radio dont celle d'Adèle Van Reeth sur France Culture cette semaine, voire les chansons et musiques lui rendant hommage en témoignent, avec une influence sur la culture encore cent ans après, comme elle le prédit pour ces femmes conquérantes dont elle fait partie. ***** Pour avoir les illustrations, ainsi que la musique "For Virginia" du jazzman Sébastien Lovato, visitez mon blog clesbibliofeel. A bientôt !
    Lire la suite
    En lire moins
  • OREILLYS Posté le 8 Mai 2020
    "Je sais, vous m'avez demandé de parler des femmes et du roman". Virginia tente de saisir la place (dans tous les sens du terme) de la femme au sein de la société de son époque. Qu'est-ce qui a changé en un siècle? On réfléchit toujours à la place de la femme dans la société. Pourquoi ne s'intéresse-t-on pas à l'homme? sa place? Ses envies? Les hommes écrivent sur les femmes, les femmes sur les femmes... L'argent a donné de l'autonomie aux femmes, mais peut-on parler de liberté? Aujourd'hui, les femmes écrivent des romanes, les femmes peuvent avoir un espace à elles, mais elles ne sont toujours pas de hommes et il me semble plus judicieux de nous battre pour nos différences que de vouloir les annihiler. Il me semble même que la question n'est plus d'une différence de genres mais de cultiver sa propre individualité asexuée. De plus, qu'est-ce qui définit un grand livre?
  • karmax211 Posté le 4 Mai 2020
    Un essai féministe brillant de Virginia Woolf, dans lequel elle pose la question de l'absence ou du peu de présence des femmes dans l'histoire de la littérature. Bien évidemment, et sans avoir lu le livre, nous pouvons d'emblée pointer du doigt le responsable, qui a pour nom "patriarcat"... à des degrés différents selon les époques et les pays. Virginia Woolf nous offre une analyse subtile et référencée dont la clé peut se résumer par cette formule : "500 livres par an et une chambre à soi"... formule illustrant la nécessaire indépendance des femmes pour pouvoir créer. Je la cite : " La liberté intellectuelle dépend des choses matérielles. La poésie dépend de la liberté intellectuelle. Et les femmes ont toujours été pauvres, et cela non seulement depuis deux cents ans, mais depuis le commencement des temps. Les femmes ont eu moins de liberté intellectuelle que les fils des esclaves athéniens. Les femmes n'ont donc pas eu la moindre chance de pouvoir écrire des poèmes. Voilà pourquoi j'ai tant insisté sur l'argent et sur une chambre à soi." Ce qui, pour ma part, a fait que cette lecture a été enrichissante, ce sont des affirmations telle celle de Cleridge qui dit " qu'un grand... Un essai féministe brillant de Virginia Woolf, dans lequel elle pose la question de l'absence ou du peu de présence des femmes dans l'histoire de la littérature. Bien évidemment, et sans avoir lu le livre, nous pouvons d'emblée pointer du doigt le responsable, qui a pour nom "patriarcat"... à des degrés différents selon les époques et les pays. Virginia Woolf nous offre une analyse subtile et référencée dont la clé peut se résumer par cette formule : "500 livres par an et une chambre à soi"... formule illustrant la nécessaire indépendance des femmes pour pouvoir créer. Je la cite : " La liberté intellectuelle dépend des choses matérielles. La poésie dépend de la liberté intellectuelle. Et les femmes ont toujours été pauvres, et cela non seulement depuis deux cents ans, mais depuis le commencement des temps. Les femmes ont eu moins de liberté intellectuelle que les fils des esclaves athéniens. Les femmes n'ont donc pas eu la moindre chance de pouvoir écrire des poèmes. Voilà pourquoi j'ai tant insisté sur l'argent et sur une chambre à soi." Ce qui, pour ma part, a fait que cette lecture a été enrichissante, ce sont des affirmations telle celle de Cleridge qui dit " qu'un grand esprit est androgyne", et des mots comme ceux-ci : " Les compte-rendus de littérature contemporaine ne sont-ils pas une perpétuelle illustration de la difficulté de juger ? "Ce grand livre", "ce livre dépourvu de toute valeur", c'est un même livre qui est ainsi qualifié. Ni louange ni blâme ne signifient rien. Non, quelque délicieux que puisse être le divertissement de faire des évaluations, c'est la plus vaine de toutes les occupations et se soumettre aux décisions des distributeurs de bons et de mauvais points, la plus servile des attitudes. Écrivez ce que vous désirez écrire, c'est tout ce qui importe, et nul ne peut prévoir si cela importera pendant des siècles ou pendant des jours. Mais sacrifier un cheveu de la tête de votre vision, une nuance de sa couleur, par référence envers quelque maître d'école tenant une coupe d'argent à la main... c'est la plus abjecte des trahisons." Voilà... j'espère vous avoir donné envie d'écouter et de lire les mots de l'illustre conférencière auteure de - Une chambre à soi -
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…