Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266202886
Code sériel : 6058
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 768
Format : 108 x 177 mm

Vingt mille lieues sous les mers

JEAN DELABROY (Préface)
Date de parution : 14/12/2009

Édition présentée et commentée par Claude Aziza (université de Paris III) et Jean Delabroy (université de Paris VII).

 

Panique sur les océans en cette année 1866 où un cétacé géant sème la terreur. Lancée à sa poursuite, une frégate américaine identifie le Nautilus, sous-marin de l’insaisissable capitaine Nemo. Qui est ce...

Édition présentée et commentée par Claude Aziza (université de Paris III) et Jean Delabroy (université de Paris VII).

 

Panique sur les océans en cette année 1866 où un cétacé géant sème la terreur. Lancée à sa poursuite, une frégate américaine identifie le Nautilus, sous-marin de l’insaisissable capitaine Nemo. Qui est ce navigateur inconnu à la poursuite d’une Atlantide engloutie ? Sa fortune est sans limites, sa force physique terrifiante. Son intelligence, son savoir universel, son génie – ou sa folie –, ses pouvoirs pourraient faire de lui le maître du monde. Quel desseins poursuit cet « archange de la haine » au fond des mers, en quête de trésors fabuleux, défiant les orages, les tempêtes et l’humanité tout entière ?

Nemo, le surhomme inflexible et visionnaire, est le rêve de Jules Verne, utopiste et poète passionné par la mer et les merveilles de l’univers.

 

Lire avec le texte intégral et la préface
Comprendre avec Les clés de l’œuvre
27 pages pour aller à l’essentiel 
128 pages pour approfondir

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266202886
Code sériel : 6058
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 768
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • sgilbert1973 Posté le 14 Juillet 2020
    #9733;#9733;#9733;#9733; Un classique de science-fiction Cher journal... Ce voyage que j'avais déjà fait, je voulais le refaire. Je ne me souvenais plus que la description longue des classifications des poissons était omniprésente tout au long de ce roman fabuleux.
  • matislapis Posté le 11 Juillet 2020
    Un livre qui fait voyager dans un monde presque parallèle, ou alors complètement différent : le domaine de Neptune. Ce livre est bluffant sur l'anticipation dont à fait preuve l'auteur, qui aurait pu croire à cette époque que le spectacle qui se déroule devant les personnages pourrait tant se rapprocher de la réalité de nos jours ? L'action est rondement bien menée et le mystère qui englobe le capitaine et sa monture reste entier, même après la fin. Malgré quelques longueurs naturalistes et une relation aux animaux quelques fois... de l'époque, ce livre transporte dans un autre élément, l'eau. Je ne suis pas un habitué des critiques, je m'excuse si c'est un peu brut.
  • Roupille Posté le 7 Juillet 2020
    Quand j'étais gamin, j'étais bête. Enfin… Plus bête qu'aujourd'hui. C'est-à-dire vraiment très bête. A chaque fois que, mes parents et moi, nous allions chez mes grands-parents, ceux-ci m'offraient un beau volume relié des Voyages Extraordinaires, de Jules Verne. Ces livres, dans une édition parfaitement nostalgique, étaient magnifiquement ouvragés, avec une couverture cartonnée aux teintes rouges, bleues et or, aux pages épaisses, subtilement grainées, et dont les tranches semblaient couvertes d'or. La dernier détail notable de cette collection était ce petit marque-page tissé à la reliure du livre. Une édition sublime, à n'en point douter, mais bon… ça faisait "livre de vieux", alors je décrétai que je n'aimais pas et je n'y ai jamais touché. En même temps, je crois que je l'ai déjà dit, mais quand j'avais 10 ans, j'étais vraiment bête. 25 ans plus tard, en vacances chez mes parents et en panne d'inspiration pour ma prochaine lecture, je décidai de consulter mon ancienne bibliothèque à la recherche d'un livre oublié, d'une madeleine de Proust, ou d'une découverte inattendue. Malgré les déménagements, ma bibliothèque restait rangée comme à l'époque, et constituée essentiellement de livres éducatifs sur les animaux, l'astronomie, l'architecture ou encore les sciences, de livres jeunesse lus et... Quand j'étais gamin, j'étais bête. Enfin… Plus bête qu'aujourd'hui. C'est-à-dire vraiment très bête. A chaque fois que, mes parents et moi, nous allions chez mes grands-parents, ceux-ci m'offraient un beau volume relié des Voyages Extraordinaires, de Jules Verne. Ces livres, dans une édition parfaitement nostalgique, étaient magnifiquement ouvragés, avec une couverture cartonnée aux teintes rouges, bleues et or, aux pages épaisses, subtilement grainées, et dont les tranches semblaient couvertes d'or. La dernier détail notable de cette collection était ce petit marque-page tissé à la reliure du livre. Une édition sublime, à n'en point douter, mais bon… ça faisait "livre de vieux", alors je décrétai que je n'aimais pas et je n'y ai jamais touché. En même temps, je crois que je l'ai déjà dit, mais quand j'avais 10 ans, j'étais vraiment bête. 25 ans plus tard, en vacances chez mes parents et en panne d'inspiration pour ma prochaine lecture, je décidai de consulter mon ancienne bibliothèque à la recherche d'un livre oublié, d'une madeleine de Proust, ou d'une découverte inattendue. Malgré les déménagements, ma bibliothèque restait rangée comme à l'époque, et constituée essentiellement de livres éducatifs sur les animaux, l'astronomie, l'architecture ou encore les sciences, de livres jeunesse lus et relus parlant de trésors sur une île ou protégés par un dragon, de grand Nord ou de gamins faisant l'école buissonnière dans le Mississipi, et, toujours intacts, de ces fameux Voyages Extraordinaires. C'est ainsi que je mis la main sur Vingt Mille Lieues sous les Mers, et que pour la première fois, je plongeai enfin dans ces extraordinaires aventures du grand précurseur de la science-fiction que fut Jules Verne. Quel voyage ! Nous sommes en 1866 et toute la communauté scientifique est en émoi. Un monstrueux animal inconnu, probablement un narval géant, est parvenu à faire couler plusieurs navires, entraînant une vague de panique jusque-là inédite sur les océans. le professeur Pierre Arronax est sollicité pour représenter la France auprès d'un bâtiment américain lancé autour des océans dans la chasse au monstre marin, accompagné de son domestique. Arronax, jeté à la mer avec le chasseur Ned Land par un choc entre la frégate et le monstre des profondeurs, sera secouru par le capitaine Nemo, qui en fera les prisonniers de son "monstre des mers", le sous-marin Nautilus. C'est ainsi que démarre ce voyage de vingt mille lieues sous les mers. Des personnages extraordinaires ! Dans Vingt Mille Lieues sous les Mers, il n'est difficile ni de lister, ni de reconnaître les principaux protagonistes de l'histoire. Celle-ci est racontée du point de vue de Pierre Arronax, professeur au Muséum d'Histoire Naturelle, médecin, sociable, curieux, à l'enthousiasme débordant et ayant une appétence toute particulière pour les descriptions complètes, précises, détaillées mais non dénuées d'une joie communicative. Le Pr Arronax est toujours accompagné de son fidèle domestique Conseil, jeune homme taciturne qui, comme le dit si bien Arronax, "en dépit de son nom, ne [donne] jamais de conseils". Ensemble, ils rencontreront le chasseur Ned Land, harponneur géant canadien, sorte de capitaine Haddock avant l'heure, avec qui ils seront faits prisonniers par le capitaine Nemo. Ce dernier, commandant misanthrope du Nautilus, a construit son sous-marin afin de s'éloigner du vice des hommes et s'isoler dans ce monde aquatique capable de subvenir à tous ses besoins. Un voyage extraordinaire ! Jules Verne, c'est l'un des précurseurs de la science-fiction, un auteur d'aventures avec un grand A, et la lecture de ces Vingt Mille Lieues sous les Mers est comme un bonbon acidulé aux multiples saveurs : c'est frais, c'est piquant, c'est rafraichissant, et quand on a terminé, on a envie d'en reprendre un ! Alors bien sûr, il y a ces descriptions longues, prolixes, abondantes, interminables, copieuses, peut-être un peu excessives quand il s'agit de passer 2 pages entières à décrire les types d'écailles d'un poisson ou les types de rivets et boulons utilisés pour construire le mythique Nautilus, mais d'un enthousiasme tellement communicatif qu'elles parviennent, sinon à se rendre toujours passionnantes, à contribuer à cette immersion dans ce monde marin avec force détails et explications scientifiques. Le langage et le style parfois désuets de l'ouvrage peuvent prêter à sourire, mais cela contribue aussi au charme incroyable de l'oeuvre, épopée sous-marine véritablement spectaculaire, extraordinairement moderne, au traitement visuel extrêmement cinématographique, vingt-cinq ans avant l'invention du cinématographe, et dont certains moments sont absolument grandioses. On est totalement plongé dans ce voyage sous les mers, où les découvertes se succèdent aux moments de bravoure et les discussions philosophiques entre Arronax et Nemo aux festins pêchés lors de leurs multiples explorations. On est littéralement happé dans ces aventures que tout gamin rêverait un jour de vivre, et l'on en ressort avec une seule envie : c'est d'en vivre d'autres comme celles-ci ! Quand j'étais gamin, que j'étais bête !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Moulinaie Posté le 4 Juillet 2020
    Jusque là, mon Jules Verne préféré ! Un grand roman d'aventure scientifique et humaine sorti en 1870 avec des prédictions tragiquement justes. L'auteur s'inquiète déjà de la surpêche, de l'éventuelle disparition des grands cétacés et des perturbations climatiques désastreuses pour l'Europe qu’entraînerait une modification du Gulf Stream. J'imagine que pour l'époque, cette plongée en eaux profondes, la découverte de ce monde totalement inconnu du public a dû être un ravissement pour l'imaginaire des lecteurs. Autant qu'ont pu l'être les premiers films de l'équipe du commandant Cousteau. La personnalité complexe du Capitaine Nemo, aussi brillant, humain qu'inquiétant et tourmenté constitue un point fort du roman. Si on cherche un petit défaut, je le trouve dans la longueur de certaines pages décrivant la flore et la faune observées. Ceci mis à part, le roman se lit avec plaisir, l'écriture est simple et moderne malgré 150 ans passés.
  • Edouard_Jhil Posté le 3 Juillet 2020
    Lectrices, lecteurs, bonjour ! 📗📘📙 #lectureterminée: "20.000 lieues sous les mers", de Jules Verne. Je vous emmène aujourd'hui à bord du Nautilus (quelques chroniques seulement après Octobre Rouge 😏) en compagnie de Pierre Aronnax, océanologue de son état, et de ses amis, ainsi que du charismatique Capitaine Nemo. "En 1866, le monde entier est en émoi ! Un phénomène inconnu terrorise les mers du globe. Animal marin fabuleux ? Monstre préhistorique régnant sur les océans ? Nouvelle arme étrangère ? Toutes les nations tombent d'accord : il faut percer le mystère. Une expédition navale américaine est alors mise en eau à la recherche de la menace mystérieuse." J'avoue avoir été dérouté par ce roman élevé au rang de chef d'œuvre, et je me suis rendu compte au cours de ma lecture que l'image mythique qu'il a laissé dans nos mémoires et dans le subconscient global est très largement due au film de Disney de 1954, celui avec Kirk Douglas. Le livre, lui, est une série d'épisodes à but éducatif, et le thème du voyage sous-marin autour du monde est un prétexte à faire le bilan des connaissances humaines de l'époque en matière de... Lectrices, lecteurs, bonjour ! 📗📘📙 #lectureterminée: "20.000 lieues sous les mers", de Jules Verne. Je vous emmène aujourd'hui à bord du Nautilus (quelques chroniques seulement après Octobre Rouge 😏) en compagnie de Pierre Aronnax, océanologue de son état, et de ses amis, ainsi que du charismatique Capitaine Nemo. "En 1866, le monde entier est en émoi ! Un phénomène inconnu terrorise les mers du globe. Animal marin fabuleux ? Monstre préhistorique régnant sur les océans ? Nouvelle arme étrangère ? Toutes les nations tombent d'accord : il faut percer le mystère. Une expédition navale américaine est alors mise en eau à la recherche de la menace mystérieuse." J'avoue avoir été dérouté par ce roman élevé au rang de chef d'œuvre, et je me suis rendu compte au cours de ma lecture que l'image mythique qu'il a laissé dans nos mémoires et dans le subconscient global est très largement due au film de Disney de 1954, celui avec Kirk Douglas. Le livre, lui, est une série d'épisodes à but éducatif, et le thème du voyage sous-marin autour du monde est un prétexte à faire le bilan des connaissances humaines de l'époque en matière de technologie, notamment électrique, de cartographie insulaire, de biologie et de zoologie marine, et d'histoire de l'exploration navale. Cela donne à certains chapitres un côté encyclopédique franchement redondant et rébarbatif, avec des énumérations, des classements et des listes interminables. Heureusement que le talent narratif de l'auteur parvient à faire passer la pilule ! Autre chose de perturbant : l'absence totale d'explications (voulue par l'auteur) sur les origines du capitaine Nemo, sur ses motivations actuelles et sur ses desseins. Tout ce que je croyais savoir sur lui vient donc du film 😔. On pourra également critiquer les personnages caricaturaux, ainsi qu'une fin abrupte et bancale. Je garderai néanmoins d'excellents souvenirs de la visite de l'Atlantide, de l'exploration du Pôle Sud, de la plongée en extrême profondeur, du cimetière de corail, de l’huître géante, etc... Sans nul doute le plus célèbre des Voyages Extraordinaires, mais qui, à mon sens, a peut-être un peu mal vieilli.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.