Lisez! icon: Search engine
La Puissance et la Gloire
Marcelle Sibon (traduit par), François Mauriac (préface de), John Updike (préface de)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 14/11/2019
Éditeurs :
Robert Laffont

La Puissance et la Gloire

Marcelle Sibon (traduit par), François Mauriac (préface de), John Updike (préface de)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 14/11/2019

Dans son éclairante préface, John Updike note que « La Puissance et la Gloire est généralement considéré comme le chef-d’oeuvre de Greene, son roman le plus célèbre et le plus...

Dans son éclairante préface, John Updike note que « La Puissance et la Gloire est généralement considéré comme le chef-d’oeuvre de Greene, son roman le plus célèbre et le plus estimé par la critique ». En le relisant aujourd’hui, on comprend pourquoi ce roman a eu un tel impact auprès...

Dans son éclairante préface, John Updike note que « La Puissance et la Gloire est généralement considéré comme le chef-d’oeuvre de Greene, son roman le plus célèbre et le plus estimé par la critique ». En le relisant aujourd’hui, on comprend pourquoi ce roman a eu un tel impact auprès du public international.
Graham Greene y raconte le martyre d’un prêtre, intrigue que lui avait inspirée un voyage dans la province de Tabasco, au Mexique, en 1938 : sous la dictature du tristement célèbre Garrido Canabal, les prêtres étaient persécutés ou assassinés. Un seul avait réussi à se cacher pendant dix ans dans les forêts et les marais. Fuyant sans cesse les serviteurs d’un régime totalitaire, hostile à l’Église, il resta fidèle à une vocation à laquelle il croyait pourtant avoir failli.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221145623
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 352
Format : 122 x 182 mm
EAN : 9782221145623
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 352
Format : 122 x 182 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ADAMSY 24/12/2022
    Années 30, au Mexique, au temps des chemises rouges et d ela prohibition. Les prêtres s'enfuient ou choississent le mariage pour ne pas être fusillés. Tout au long de ce roman, nous suivons l'un de ces prêtres qui a pensé lui aussi à partir mais un peu tardivement. Certaines personnes ont pitié de lui et l'aident à se cacher. Pourtant, il ne peut rester longtemps quelque part sans risque pour les habitants eux-mêmes. Chaque fois, il est retardé ou dévié de sa route : on a besoin de lui, le religion est restée implantée dans les coeurs. C'est le moment pour lui de faire le point sur sa vie : un mauvais prêtre qui a succombé au désir et une petite fille est née. Il est aussi alcoolique et le vin prime lors de sa fuite, envers et contre tout. De plus, il reconnaît avoir été orgueuilleux. L'accès à la puissance et à la gloire était son seul souhait. C'est bien écrit mais assez répétitif. On est partagé visà vis de ce prêtre. On a parfois pitié et en même temps, il est tellement écoeurant, tenant plus à sa vie et à son alcool qu'aux pauvres âmes qui le... Années 30, au Mexique, au temps des chemises rouges et d ela prohibition. Les prêtres s'enfuient ou choississent le mariage pour ne pas être fusillés. Tout au long de ce roman, nous suivons l'un de ces prêtres qui a pensé lui aussi à partir mais un peu tardivement. Certaines personnes ont pitié de lui et l'aident à se cacher. Pourtant, il ne peut rester longtemps quelque part sans risque pour les habitants eux-mêmes. Chaque fois, il est retardé ou dévié de sa route : on a besoin de lui, le religion est restée implantée dans les coeurs. C'est le moment pour lui de faire le point sur sa vie : un mauvais prêtre qui a succombé au désir et une petite fille est née. Il est aussi alcoolique et le vin prime lors de sa fuite, envers et contre tout. De plus, il reconnaît avoir été orgueuilleux. L'accès à la puissance et à la gloire était son seul souhait. C'est bien écrit mais assez répétitif. On est partagé visà vis de ce prêtre. On a parfois pitié et en même temps, il est tellement écoeurant, tenant plus à sa vie et à son alcool qu'aux pauvres âmes qui le secourent et se mettent en danger pour lui.
    Lire la suite
    En lire moins
  • tristantristan 03/10/2022
    Suite à un séjour au Mexique en 1938 (une mission d'espionnage ?), l'auteur rend à travers ce roman, parfaitement compte de la situation politique, ecclésiastique et humaine du moment. Il constitue donc une photographie réussie, cependant ternie par le fait que l'écrivain ne parvient pas à masquer son dégout voire sa répugnance pour le pays (pour sa misère et ses pauvres, pour ces cancrelats qui reviennent à tout bout de champ). et de cela, le lecteur n'a vraiment pas grand chose à faire... Pour ce qui est de la dissection du caractère du prêtre-pécheur, là aussi elle est exhaustive et réussie mais, la troisième partie me semble beaucoup trop longue et, par conséquent, inutile. Avis mitigé.
  • Lamifranz 10/05/2022
    Dans la littérature anglaise, Graham Greene (1904-1991) est un cas à part. Aussi bien par son histoire personnelle que par celle de ses œuvres. Jugez-en plutôt. Après une enfance difficile (avec à la clé une tentative de suicide) il se lance dans le journalisme... et fait couler son journal après un article sur Shirley Temple et l'exploitation sexuelle de son corps par Hollywood ! Saisi par la bougeotte, il parcourt le monde, cumulant son activité de romancier avec celle d'agent secret (il a été recruté par le MI6). Finalement rattrapé par le fisc, il finit sa vie en Suisse, au bord du lac Léman. Son œuvre est toute aussi éclectique. Il fut romancier, nouvelliste, dramaturge, essayiste, auteur de livres pour enfants, de manuels pour agents secrets, et même scénariste pour le cinéma (Le Troisième homme, c'est lui). On peut quand même trouver des constantes dans sa production littéraire : le doute (en particulier religieux), la fuite, un certain goût pour la philosophie. Sa vie aventureuse lui inspire une série de thrillers d'espionnage, ou policiers, qui contrastent avec des romans moins légers, plus profonds, comme La puissance et la gloire, son chef-d'œuvre. La puissance et la gloire (1948) fait le portrait... Dans la littérature anglaise, Graham Greene (1904-1991) est un cas à part. Aussi bien par son histoire personnelle que par celle de ses œuvres. Jugez-en plutôt. Après une enfance difficile (avec à la clé une tentative de suicide) il se lance dans le journalisme... et fait couler son journal après un article sur Shirley Temple et l'exploitation sexuelle de son corps par Hollywood ! Saisi par la bougeotte, il parcourt le monde, cumulant son activité de romancier avec celle d'agent secret (il a été recruté par le MI6). Finalement rattrapé par le fisc, il finit sa vie en Suisse, au bord du lac Léman. Son œuvre est toute aussi éclectique. Il fut romancier, nouvelliste, dramaturge, essayiste, auteur de livres pour enfants, de manuels pour agents secrets, et même scénariste pour le cinéma (Le Troisième homme, c'est lui). On peut quand même trouver des constantes dans sa production littéraire : le doute (en particulier religieux), la fuite, un certain goût pour la philosophie. Sa vie aventureuse lui inspire une série de thrillers d'espionnage, ou policiers, qui contrastent avec des romans moins légers, plus profonds, comme La puissance et la gloire, son chef-d'œuvre. La puissance et la gloire (1948) fait le portrait d'un anti-héros : Au Mexique, où les autorités persécutent le clergé, un prêtre dont on ne connaît pas le nom, lâche, veule, alcoolique, terriblement conscient de ses faiblesses, porteur d'un passé coupable (il a eu un enfant d'une paroissienne) s'efforce d'exercer son ministère du mieux qu'il peut. Pourchassé par un policier, trahi par un métis qu'il croyait son ami, il va au martyre, en pensant expier ses propres fautes. Roman catholique certes, ou en tous cas chrétien, mais le héros aurait pu tout aussi bien être un révolutionnaire dans le doute, ou simplement un homme enfermé dans ses propres culpabilités, qui cherche l'expiation. La hiérarchie catholique a reproché à Graham Greene d'avoir fait un tableau si noir d'un serviteur de Dieu. Peut-être est-elle là l'ambivalence qu'on prête à l'auteur au sujet de la religion : le doute, ici, n'est pas de nature religieuse ou métaphysique, ce n'est pas sa foi en Dieu qui pose un problème au prêtre, c'est sa foi en lui-même, à assumer en tant qu'homme sa propre destinée. Dans tous les cas, un roman d'une force peu commune, qui s'adresse à tous, croyants ou non croyants...
    Lire la suite
    En lire moins
  • chris973 18/02/2022
    Relecture d'un roman , édité en 1940, lu dans mon adolescence, paru dans Le Livre de poche au milieu des années 60, comme 13 autres romans, (Livre de poche ou J'ai lu) .Mais je dois confesser (bien à propos) que j'ai beaucoup oublié ! Ne cherchez pas dans ce livre la signification du titre, vous ne la trouverez pas. Alors je vous la donne extraite du Notre Père des chrétiens : « Car c'est à toi qu'appartiennent le règne, la puissance et la gloire, pour les siècles des siècles ». En 1938 Graham GREENE, journaliste britannique de formation, que l'on qualifiait alors d'écrivain catholique effectue un voyage au Mexique mais n'a pas alors prévu d'écrire ce roman. Le Mexique sort d'une longue période de persécutions.due à tous ses dirigeants, plus ou moins connus,de DIAZ, Pancho VILA, ZAPATA, MADERO , OBREGON à CANABAL , organisateur des « Chemises Rouges » à sa solde. Des prêtres il n'en reste plus que 2 , l'un, le Padre José, est marié (plus ou moins contre son gré) l'autre est le héros de ce roman. L'histoire commence lorsqu'il arrive dans une petite ville d’une région où le catholicisme est interdit, puis le suit dans son parcours à travers le Mexique. Padre a eu, il y a quelques... Relecture d'un roman , édité en 1940, lu dans mon adolescence, paru dans Le Livre de poche au milieu des années 60, comme 13 autres romans, (Livre de poche ou J'ai lu) .Mais je dois confesser (bien à propos) que j'ai beaucoup oublié ! Ne cherchez pas dans ce livre la signification du titre, vous ne la trouverez pas. Alors je vous la donne extraite du Notre Père des chrétiens : « Car c'est à toi qu'appartiennent le règne, la puissance et la gloire, pour les siècles des siècles ». En 1938 Graham GREENE, journaliste britannique de formation, que l'on qualifiait alors d'écrivain catholique effectue un voyage au Mexique mais n'a pas alors prévu d'écrire ce roman. Le Mexique sort d'une longue période de persécutions.due à tous ses dirigeants, plus ou moins connus,de DIAZ, Pancho VILA, ZAPATA, MADERO , OBREGON à CANABAL , organisateur des « Chemises Rouges » à sa solde. Des prêtres il n'en reste plus que 2 , l'un, le Padre José, est marié (plus ou moins contre son gré) l'autre est le héros de ce roman. L'histoire commence lorsqu'il arrive dans une petite ville d’une région où le catholicisme est interdit, puis le suit dans son parcours à travers le Mexique. Padre a eu, il y a quelques années cinq minutes d'égarement qui ont fait de lui un vrai père . Il va alors rencontrer un métis, en fait un traître, qui ne pense qu'à la prime promise par les autorités pour la capture du Padre. Autre personnage important du livre : le lieutenant, sans nom, froid à la morale irréprochable mais aussi envahi par le doute, qui exécute impitoyablement les ordres et fera des otages qu'il fera exécuter puisque les villageois ne veulent pas trahir le Prêtre qui continue de pratiquer certaines tâches, baptêmes, communions, confessions, souvent contre quelques pesos qui lui permettent d'acheter l'alcool dont il a besoin pour vivre. Bien que soupçonnant un piège le prêtre finira par suivre le métis qui doit le mener à un mourant (un étranger) qui veut se confesser. Le lieutenant arrête le prêtre qu’il considère comme un danger. Il montre cependant de la miséricorde et tente de convaincre le Padre José de confesser le condamné ce qu'il refusera. Le lieutenant pense avoir  nettoyé la province de ses prêtres  mais dans la conclusion un autre prêtre arrive en ville, suggérant ainsi que l'Église catholique ne peut être détruite.
    Lire la suite
    En lire moins
  • dezecinte 31/01/2022
    Magnifique roman, "au dessous du volcan" mâtiné de Bernanos, comme quoi les Bibliothèques idéales ont du bon, puisque c'est dans celle de Boncenne que j'ai pêché ce bouquin. Les tribulations d'un prêtre alcoolique et damné par la paternité (biologique, pas spirituelle!) dans un Mexique en révolution, qui ne peut s'empêcher, malgré sa lâcheté et sa pusillanimité, d'accomplir son sacerdoce. Des pages à la beauté mémorables : la rencontre avec son enfant perdue, le séjour en prison, l'exécution… Chaudement recommandé, à déguster avec une téquila à portée de main.
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.