Lisez! icon: Search engine

L'enfant de Garland Road

Plon
EAN : 9782259263542
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 300
Format : 140 x 225 mm
L'enfant de Garland Road

Date de parution : 04/04/2019
Avec ce texte fort, Pierre Simenon envoûte et inquiète.
Kevin O’Hagan a 63 ans. Écrivain raté et veuf torturé par les affres toxiques d’un mariage déchu et d’un amour devenu haine que même la mort n’a pas réussi à éteindre, il vit retiré du monde, sans espoir ni recours, dans les collines boisées du Vermont. Alors qu’il tente sans... Kevin O’Hagan a 63 ans. Écrivain raté et veuf torturé par les affres toxiques d’un mariage déchu et d’un amour devenu haine que même la mort n’a pas réussi à éteindre, il vit retiré du monde, sans espoir ni recours, dans les collines boisées du Vermont. Alors qu’il tente sans succès d’en finir avec l’existence, il devient malgré lui le tuteur de David, son neveu de 10 ans, qui vient de perdre ses parents dans des circonstances aussi brutales que mystérieuses.

Au fil des jours se tissent des liens d’affection et de complicité entre le vieil homme et l’enfant, leur permettant à tous deux de lentement reprendre goût à la vie. Mais juste au moment où Kevin se met à espérer d’avoir enfin trouvé l’antidote au poison qui ronge son âme, la tragédie frappe à nouveau sans crier gare : un après-midi, David disparaît de son école, enlevé par un dangereux pervers. Pour le sauver de supplices innommables, Kevin se lance alors dans une traque effrénée qui exigera de lui toutes ses ressources et tout son courage. Sachant bien que, cette fois, il n’a pas droit à l’échec, et que tout se jouera sans merci ni pardon.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259263542
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 300
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Aubazaardeslivr Posté le 13 Août 2019
    Lorsque j'ai reçu ce livre de la part des éditions Plon, je n'en avais alors pas entendu parler. Le résumé me plaisait bien. Je publie donc ma chronique très longtemps après l'avoir lu, et je remarque que personne ou presque n'a parlé de ce roman qui pourtant est un très bon livre. Dans l'enfant de Garland Road, nous faisons la connaissance de Kevin, 63 ans, retraité. Kévin est un écrivain raté, veuf et père d'une fille qui s'est éloignée de lui. Alors qu'il pense mettre fin à ses jours, un évènement inattendu survient. On le nomme tuteur de son neveu de 10 ans dont les parents ont été assassinés dans de mystérieuses circonstances. Lui qui vit seul depuis si longtemps, comment va-t-il pouvoir s'occuper d'un enfant de 10 ans ? Petit à petit Kévin et David vont tisser des liens solides et cette relation va permettre à Kévin de reprendre goût à la vie. Alors que tout semble aller au mieux dans le meilleur des mondes, David est enlevé. Dès lors Kévin n'aura qu'une idée en tête : retrouver son neveu, avec l'aide de sa meilleure amie, ancienne shérif à la retraite. Je m'arrête là pour l'histoire. Comme... Lorsque j'ai reçu ce livre de la part des éditions Plon, je n'en avais alors pas entendu parler. Le résumé me plaisait bien. Je publie donc ma chronique très longtemps après l'avoir lu, et je remarque que personne ou presque n'a parlé de ce roman qui pourtant est un très bon livre. Dans l'enfant de Garland Road, nous faisons la connaissance de Kevin, 63 ans, retraité. Kévin est un écrivain raté, veuf et père d'une fille qui s'est éloignée de lui. Alors qu'il pense mettre fin à ses jours, un évènement inattendu survient. On le nomme tuteur de son neveu de 10 ans dont les parents ont été assassinés dans de mystérieuses circonstances. Lui qui vit seul depuis si longtemps, comment va-t-il pouvoir s'occuper d'un enfant de 10 ans ? Petit à petit Kévin et David vont tisser des liens solides et cette relation va permettre à Kévin de reprendre goût à la vie. Alors que tout semble aller au mieux dans le meilleur des mondes, David est enlevé. Dès lors Kévin n'aura qu'une idée en tête : retrouver son neveu, avec l'aide de sa meilleure amie, ancienne shérif à la retraite. Je m'arrête là pour l'histoire. Comme je vous le disais au début, je suis étonnée de n'avoir pas vu ce roman tourner plus que çà sur les réseaux sociaux et sur la blogosphère. Franchement c'est un livre que j'ai beaucoup aimé. Alors oui, Pierre Simenon est le fils du très célèbre Georges Simenon (honte à moi je n'ai jamais lu cet auteur), mais le fils a du talent ! A mon sens ce livre est une réussite. On y retrouve une intrigue bien ficelée, des personnages bien campés et présents, mais aussi des sujets abordés d'actualité, tels que l'homosexualité, le deuil, la dépression, la pédophilie... Pas un seul moment je ne me suis ennuyée et j'ai été rapidement prise dans l'intrigue avec le besoin de tourner page après page. Bref, j'ai pris plaisir à voir Kévin reprendre du poil de la bête grâce à la relation qu'il construit avec ce neveu qu'il connaît que si peu. Cette relation est touchante car Kévin et David s'apportent tant de choses mutuellement. Alors lorsque David disparaît, on a qu'une hâte : qu'il soit retrouvé au plus tôt ! Surtout lorsqu'on apprend que c'est pervers qui l'a kidnappé. En conclusion L'enfant de Garland Road est un livre que j'ai adoré ! Et je ne peux bien évidemment que vous le conseiller. C'est un très bon polar qui n'a rien envié à d'autres.
    Lire la suite
    En lire moins
  • croc1706 Posté le 12 Mai 2019
  • Eve-Yeshe Posté le 9 Mai 2019
    Kevin ne se remet pas de la perte de son épouse, décédée dans un accident. Il a élevé leur fille, mais depuis qu’il est seul, il boit plus que de raison et tous les soirs relit sa lettre d’adieu au monde, joue avec son révolver mais remet son suicide au lendemain. Il rumine sur sa vie d’écrivain raté, sur ce mariage loin d’être aussi idyllique qu’il ne veut bien le reconnaître, le temps ayant embelli les souvenirs. Il se trouve dans l’obligation de prendre en charge son neveu, David, dont les parents ont été assassinés devant lui, il a survécu en se cachant dans un placard. Cambriolage qui a mal tourné conclut la police. Il remet donc son suicide à plus tard et s’occupe du gamin, le console après ses cauchemars… Mais, les choses ne sont pas aussi simples et l’enquête rebondit. Son amie Fran, shérif à la retraite veille au grain, et l’enquête prend une toute autre direction… Ce thriller qui démarre en douceur, est passionnant ! Pierre Simenon alterne la progression de l’enquête et les souvenirs de Kevin : sa rencontre avec sa femme, leur vie à deux, elle ne pensant qu’à sa carrière et le reléguant au rang de nounou, car... Kevin ne se remet pas de la perte de son épouse, décédée dans un accident. Il a élevé leur fille, mais depuis qu’il est seul, il boit plus que de raison et tous les soirs relit sa lettre d’adieu au monde, joue avec son révolver mais remet son suicide au lendemain. Il rumine sur sa vie d’écrivain raté, sur ce mariage loin d’être aussi idyllique qu’il ne veut bien le reconnaître, le temps ayant embelli les souvenirs. Il se trouve dans l’obligation de prendre en charge son neveu, David, dont les parents ont été assassinés devant lui, il a survécu en se cachant dans un placard. Cambriolage qui a mal tourné conclut la police. Il remet donc son suicide à plus tard et s’occupe du gamin, le console après ses cauchemars… Mais, les choses ne sont pas aussi simples et l’enquête rebondit. Son amie Fran, shérif à la retraite veille au grain, et l’enquête prend une toute autre direction… Ce thriller qui démarre en douceur, est passionnant ! Pierre Simenon alterne la progression de l’enquête et les souvenirs de Kevin : sa rencontre avec sa femme, leur vie à deux, elle ne pensant qu’à sa carrière et le reléguant au rang de nounou, car elle le méprise en fait, l’évolution de leur couple. Chaque partie du roman commence par une scène du passé de Kevin, pour ensuite avancer dans l’histoire, les relations entre Kevin et son neveu, et l’enquête elle-même, cette façon de construire le récit m’a beaucoup plu. Les personnages sont très intéressants, avec leurs qualités et leurs faiblesses et l’auteur nous livre un portrait du pervers narcissique au féminin truculent ! Nicole est imbuvable avec sa suffisance, sa jalousie maladive (elle demande à Kevin qui il préfère entre elle et leur fille et surtout qui choisirait-il de sauver si elles étaient toutes les deux en train de se noyer!). Kevin en écrivain raté, plus ou moins alcoolo, qui trouve un sens à sa vie en s’occupant de David et les relations qu’il entretient avec la truculente Fran, géniale en femme shérif à la retraite, lesbienne qui ne se cache pas et a épousé sa compagne… Suivre leurs pas dans le Vermont sur les traces des responsables de la tuerie, est passionnant, avec des scènes où Fran et Kevin sont armés jusqu’aux dents et prennent leur destin en mains. On est loin de la passivité dans laquelle Kevin était noyé au départ… C’est le premier roman de Pierre Simenon que je lis, après avoir des critiques très positives et son style me plaît beaucoup. Il est le fils de Georges Simenon, et réussit très bien à se faire un prénom. Un grand merci à NetGalley et aux éditions Plon qui m’ont permis de découvrir cet auteur que je vais suivre. #LenfantDeGarlandRoad #NetGalleyFrance
    Lire la suite
    En lire moins
  • Alexmotamots Posté le 29 Avril 2019
    L’action se déroule dans le Vermont où Kevin O’Hagan s’est retiré après la mort de sa femme. Le veuf tente d’oublier que son ancien amour était en fait une femme de pouvoir désolée que son mari n’ai pas percé comme écrivain, préférant s’occuper de leur fille unique Nora. Nora est maintenant une adulte et Kevin se retrouve seul avec une « retraite » versée par son épouse défunte. Jusqu’au jour où les parents de son neveu sont assassinés. Il récupère donc la garde de David. Mais les méchants rodent toujours autour du jeune garçon. J’ai aimé qu’en chaque début de partie, Kevin se remémore sa vie avec sa femme, et sa façon de faire son deuil. J’ai aimé l’histoire qu’il invente pour sa fille Nora puis pour David. J’ai aimé l’amitié de Kevin avec Fran, shériff à la retraite mais toujours en action, qui aidera Kevin. La partie policière de l’histoire est plus classique. Un roman très américain, écrit par un français, fils de. L’image que je retiendrai : Celle de Point Dume en Californie, où se déroule les histoires inventées par Kevin.
  • Sharon Posté le 21 Avril 2019
    Le résumé de ce roman m’interpelait. De plus, je voulais découvrir l’oeuvre de Pierre Simenon, ayant « zappé » son premier roman, et ses deux récits suivants. Je commencerai par un petit bémol : pourquoi diviser le roman en autant de partie, alors que la division en chapitres existe déjà ? Certes, chaque partie est construite de la même manière, elle commence par un retour en arrière sur la vie de Kevin et de Nicole, sa femme, sur la lente décomposition de son mariage, sur son rôle d’homme au foyer et ses échecs d’auteur, puis elle nous replonge dans le présent, avec Kevin qui est chargé de prendre soin de son neveu par alliance, David. Oui, David est le fils de la soeur de Nicole, son épouse défunte. Elle et son mari ont été assassinés, par un cambrioleur semble-t-il. C’est une voisine, âgée, qui a courageusement donné l’alerte. Elle n’a pas sauvé la vie du couple, elle a permis à David d’être physiquement indemne. En effet, le cambrioleur est parti en n’emportant rien – ni argent, ni bijoux, ni objet précieux bien visible. Alors ? La police patine un peu. Les beaux-parents de Kevin sont trop âgés, en trop mauvaise santé pour... Le résumé de ce roman m’interpelait. De plus, je voulais découvrir l’oeuvre de Pierre Simenon, ayant « zappé » son premier roman, et ses deux récits suivants. Je commencerai par un petit bémol : pourquoi diviser le roman en autant de partie, alors que la division en chapitres existe déjà ? Certes, chaque partie est construite de la même manière, elle commence par un retour en arrière sur la vie de Kevin et de Nicole, sa femme, sur la lente décomposition de son mariage, sur son rôle d’homme au foyer et ses échecs d’auteur, puis elle nous replonge dans le présent, avec Kevin qui est chargé de prendre soin de son neveu par alliance, David. Oui, David est le fils de la soeur de Nicole, son épouse défunte. Elle et son mari ont été assassinés, par un cambrioleur semble-t-il. C’est une voisine, âgée, qui a courageusement donné l’alerte. Elle n’a pas sauvé la vie du couple, elle a permis à David d’être physiquement indemne. En effet, le cambrioleur est parti en n’emportant rien – ni argent, ni bijoux, ni objet précieux bien visible. Alors ? La police patine un peu. Les beaux-parents de Kevin sont trop âgés, en trop mauvaise santé pour s’occuper d’un pré-adolescent, et c’est pour cette raison que Kevin est chargé de cette tâche. Si Louise n’apprécie pas tant que cela son gendre, elle reconnaît ses qualités paternelles, et le fait qu’il a su élever sa fille malgré le deuil qu’ils avaient subi. Maintenant, Nora est grande, elle a réussi ses brillantes études, elle a, comme sa mère en son temps, un très bon travail. Mission accomplie pour Kevin. Ce que ses beaux-parents n’avaient pas mesuré, c’est à quel point, au fin fond de son Vermont, Kevin se sentait mal, seul, sans plus aucun but dans la vie, ressassant son deuil et surtout, ses années conflictuelles avec sa femme, entre humiliation et indifférence. On trouve ainsi inversé la structure traditionnelle romanesque de l’homme conquérant, à la réussite professionnelle éclatante face à l’épouse cantonnée au foyer. Certes, Kevin est écrivain. Même s’il publie, il n’a pas eu le succès qu’aurait souhaité Nicole. Ce n’est pas tant leur union qui en a souffert que leur amour, qui s’est effacé. A la mort de Nicole, en plus de la douleur, restait le regret de ne pas avoir dit à sa femme ce qu’il ressentait vraiment. Kevin trouve en David une nouvelle raison de (sur)vivre, même si je dois reconnaître qu’il est un enfant facile, compte tenu de ce qu’il a enduré. Avec lui, Kevin retrouve les gestes qu’il avait pour Nora, les histoires qu’il lui racontait, une affection qu’il n’avait plus depuis longtemps : une raison de vivre et d’écrire aussi. Tout pourrait aller pour le mieux, personne ne conteste le rôle de Kevin, et même sa meilleure amie, Fran, ex-sherif à la vie amoureuse sereine (oui, cela arrive) constate que tout va mieux, si ce n’est qu’une ombre plane toujours, celle du meurtrier des parents de David. Oui, le récit bascule, par leur « tâche » n’était pas terminé. Nous sommes dans le Vermont, le Trou perdu les Bruyères des Amériques, où l’on trouve aussi facilement une arme à feu que « des moustiques en été », la protection autour de David s’organise – parce qu’il est facile de profiter d’une période de deuil, donc de douleurs, pour obtenir des renseignements, parce que l’on ne se méfie pas de personnes en apparence anodine, parce qu’il est plus facile de passer inaperçu pendant des années qu’on ne le pense. On ne le répètera jamais assez, le tueur en série se fond dans la population, sinon, il serait facilement repérable, et non, le tueur en série n’est pas quelqu’un d’excusable. Un roman prenant, avec des personnages attachants – mention spéciale pour l’inoubliable Fran et sa ténacité : – Ah, vous, le secouriste, coupa Fran, occupez-vous de me garder envie et foutez-moi la paix !
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…

Lisez maintenant, tout de suite !