Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258147195
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 140 x 225 mm

Les Murmures du lac

Collection : Terres de France
Date de parution : 12/03/2020
En Vendée. Jusqu’où Isaure est-elle prête à aller pour endosser la vie presque rêvée et l’identité de sa jumelle décédée, celle à qui tout a réussi jusqu’alors ?
Cette sœur qu’elle a tant jalousée depuis l’enfance ?
Un suspense entre passé et présent autour de jumelles que tout sépare…
Plus aucune réconciliation ne sera possible entre Isaure et Lucille, vraies jumelles que tout sépare. Après avoir surmonté le choc de l’accident mortel de sa soeur – dont elle est l’unique témoin –, Isaure prend une folle décision : endosser l’identité de la défunte le temps de récupérer sa fortune. Le... Plus aucune réconciliation ne sera possible entre Isaure et Lucille, vraies jumelles que tout sépare. Après avoir surmonté le choc de l’accident mortel de sa soeur – dont elle est l’unique témoin –, Isaure prend une folle décision : endosser l’identité de la défunte le temps de récupérer sa fortune. Le destin n’a pas toujours été tendre avec la jeune femme, qui s’est exilée vingt ans durant loin de tous. Lui offrirait-il enfin une seconde chance ?
Entre les îles d’Yeu et de Noirmoutier, le danger d’être démasquée est là, permanent, notamment face au séduisant Matthias. Comment être crédible dans la peau de celle qui était son exact contraire ? Une femme sûre d’elle, aimantant les hommes, à qui tout réussissait. Avec sa part d’ombre aussi…
D’autant que, dans la jolie maison familiale, une surprise de taille attend Isaure : un bébé, Noé. 
Un suspense vertigineux sur le thème de l’identité et des maux jamais guéris de l’enfance.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258147195
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

"Un suspense haletant."
Femme Actuelle Jeux Régions
"Un roman profond et subtil."
Entreprises Magazine (Luxembourg)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • bebi Posté le 26 Août 2020
    Isaure est revenue au pays après des années. Elle a retrouvé la trace de sa sœur jumelle, et l’ayant suivie discrètement, Isaure assiste à sa noyade. Coincée, elle décide de prendre l’identité de sa jumelle. Mais les obstacles vont lui compliquer la chose. En effet, sa sœur a un bébé! Un événement auquel elle ne s’attendait pas du tout. Et puis, ses proches et ses relations pourraient remarquer certains changements dans la personnalité de la femme qu’ils connaissent. Surtout que certains d’entre eux sont des amis d’enfance… J’ai plutôt apprécié ma lecture, je dois dire. Le sujet de la gémellité fait partie de mes prédilections. Aussi, je me pense toujours avec grand plaisir sur un roman qui le traite. Ce n’est pas le premier roman que je lis de Karine Lebert. Mais jusqu’ici, je n’avais découvert sa plume que sur le thème des romans de terroir. Aussi, j’étais curieuse de découvrir cette nouvelle façon d’aborder ce style de roman. Et je n’ai pas été déçue. On sent ce rythme qui est si particulier aux romans de terroir, mais pas seulement. En effet, se greffe sur ce rythme des éléments plus énergiques, plus intrigants, et plus sombres. Cela forme... Isaure est revenue au pays après des années. Elle a retrouvé la trace de sa sœur jumelle, et l’ayant suivie discrètement, Isaure assiste à sa noyade. Coincée, elle décide de prendre l’identité de sa jumelle. Mais les obstacles vont lui compliquer la chose. En effet, sa sœur a un bébé! Un événement auquel elle ne s’attendait pas du tout. Et puis, ses proches et ses relations pourraient remarquer certains changements dans la personnalité de la femme qu’ils connaissent. Surtout que certains d’entre eux sont des amis d’enfance… J’ai plutôt apprécié ma lecture, je dois dire. Le sujet de la gémellité fait partie de mes prédilections. Aussi, je me pense toujours avec grand plaisir sur un roman qui le traite. Ce n’est pas le premier roman que je lis de Karine Lebert. Mais jusqu’ici, je n’avais découvert sa plume que sur le thème des romans de terroir. Aussi, j’étais curieuse de découvrir cette nouvelle façon d’aborder ce style de roman. Et je n’ai pas été déçue. On sent ce rythme qui est si particulier aux romans de terroir, mais pas seulement. En effet, se greffe sur ce rythme des éléments plus énergiques, plus intrigants, et plus sombres. Cela forme un joli mélange. L’histoire d’Isaure et Lucille est intéressante. A travers les événements présents, on remonte dans l’enfance des jumelles, et on finit par découvrir la raison du départ d’Isaure de son village natal. Dans le même temps, on voit évoluer la personnalité d’Isaure au fil des mois et de sa nouvelle vie. J’ai trouvé que c’était vraiment bien tourné, que la trame tenait la route, et que le roman était suffisamment consistant. Bref, j’ai passé un bon moment de lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Valmyvoyou_lit Posté le 30 Juillet 2020
    Cela fait vingt ans qu’Isaure a quitté la France et n’a plus contacté sa famille. De retour dans sa ville natale, sans prévenir personne, elle est l’unique témoin de la mort de sa jumelle, Lucille. Elle décide de prendre la place de sa dernière, afin de récupérer sa fortune. Le risque d’être démasquée est immense : elle ne connaît rien de la vie de sa sœur. Elle découvre que Lucille a un bébé de quelques mois, Noé. De plus, les deux femmes, qui étaient en rivalité, ont des personnalités totalement opposées. La défunte avait une grande confiance en elle, elle réussissait tout ce qu’elle entreprenait et elle attirait les hommes, alors qu’Isaure est plus effacée et moins sûre d’elle. Karine Lebert montre l’influence de l’éducation sur la personnalité. Lucille a été valorisée par ses parents, contrairement à sa sœur. L’injustice de leur mère est à l’origine des dissensions : l’une a pris le pouvoir dans la relation et en a joué, l’autre s’est mise en retrait. Les blessures de l’enfance sont ancrées en Isaure et ont une incidence sur sa vie adulte. Alors qu’au départ, j’ai été choquée par la volonté d’Isaure de mettre la main sur la fortune, que sa... Cela fait vingt ans qu’Isaure a quitté la France et n’a plus contacté sa famille. De retour dans sa ville natale, sans prévenir personne, elle est l’unique témoin de la mort de sa jumelle, Lucille. Elle décide de prendre la place de sa dernière, afin de récupérer sa fortune. Le risque d’être démasquée est immense : elle ne connaît rien de la vie de sa sœur. Elle découvre que Lucille a un bébé de quelques mois, Noé. De plus, les deux femmes, qui étaient en rivalité, ont des personnalités totalement opposées. La défunte avait une grande confiance en elle, elle réussissait tout ce qu’elle entreprenait et elle attirait les hommes, alors qu’Isaure est plus effacée et moins sûre d’elle. Karine Lebert montre l’influence de l’éducation sur la personnalité. Lucille a été valorisée par ses parents, contrairement à sa sœur. L’injustice de leur mère est à l’origine des dissensions : l’une a pris le pouvoir dans la relation et en a joué, l’autre s’est mise en retrait. Les blessures de l’enfance sont ancrées en Isaure et ont une incidence sur sa vie adulte. Alors qu’au départ, j’ai été choquée par la volonté d’Isaure de mettre la main sur la fortune, que sa jumelle a héritée de son premier mari, au fil du récit, mes sentiments se sont inversés. Je souhaitais qu’elle ne soit pas découverte. En effet, plus elle se confiait sur son enfance et sa jeunesse, plus je souhaitais que la vie lui offre une revanche, qu’elle soit heureuse. L’auteure montre la difficulté de s’approprier la vie d’une personne : la ressemblance physique lui facilite l’usurpation, mais elle n’efface pas les différences d’attitude. De plus, Isaure ne sait pas les liens que sa sœur entretenait avec son entourage, ni les souvenirs qu’elle est censée connaître. Même le quotidien est dangereux pour elle : ce sont des petits riens qui peuvent la trahir. La vie secrète de Lucille est, également, une source de péril. Le suspense grandit, lorsque certains de ses proches remarquent des détails qui peuvent démasquer la supercherie. Enfin, le corps n’a pas été retrouvé… J’ai adoré ce suspense psychologique qui décrit un aspect original de la gémellité et les difficultés engendrées par la spirale du mensonge.
    Lire la suite
    En lire moins
  • PascalPaleHardi Posté le 14 Juillet 2020
    Après 20 ans d’absence sans donner de nouvelles, Isaure assiste à la disparition de sa sœur jumelle ; elle décide de prendre son identité.
  • nathavh Posté le 29 Mai 2020
    Isaure Martineau a quitté l'île d'Yeu depuis plus de 20 ans. Elle vit au Mexique à Ciudad Juàrez. Le destin n'a pas été tendre avec elle, elle survit de façon misérable avec presque rien. Isaure vient de rentrer en France, avec un espoir de réconciliation avec sa soeur jumelle Lucille qui est tout son opposé. C'est l'hiver en Vendée, nous sommes en février, Isaure observe discrétement sa soeur Lucille au bord du lac du Jaunay. Celle-ci chevauche sa moto à toute vitesse le long du lac, soudain, elle s'élance sur le ponton et s'arrête net au bord. Elle aime l'adrénaline mais voilà qu'elle recommence une seconde fois, sous le choc Isaure ferme les yeux, lorsqu'elle les rouvre, Lucille a disparu. Elle va tout faire pour la retrouver, plonger dans le lac glacé sans résultat..Et puis l'idée va germer, et si ... oui prendre sa place. Lucille est veuve, elle est riche, elle a tout alors qu'Isaure n'a rien. Elle entreprend de se glisser dans la peau de Lucille, oui mais l'exercice ne sera pas facile car elle est à l'opposé de sa soeur, discrète, timide, réservée, douce alors que Lucille a toujours été méchante envers elle,... Isaure Martineau a quitté l'île d'Yeu depuis plus de 20 ans. Elle vit au Mexique à Ciudad Juàrez. Le destin n'a pas été tendre avec elle, elle survit de façon misérable avec presque rien. Isaure vient de rentrer en France, avec un espoir de réconciliation avec sa soeur jumelle Lucille qui est tout son opposé. C'est l'hiver en Vendée, nous sommes en février, Isaure observe discrétement sa soeur Lucille au bord du lac du Jaunay. Celle-ci chevauche sa moto à toute vitesse le long du lac, soudain, elle s'élance sur le ponton et s'arrête net au bord. Elle aime l'adrénaline mais voilà qu'elle recommence une seconde fois, sous le choc Isaure ferme les yeux, lorsqu'elle les rouvre, Lucille a disparu. Elle va tout faire pour la retrouver, plonger dans le lac glacé sans résultat..Et puis l'idée va germer, et si ... oui prendre sa place. Lucille est veuve, elle est riche, elle a tout alors qu'Isaure n'a rien. Elle entreprend de se glisser dans la peau de Lucille, oui mais l'exercice ne sera pas facile car elle est à l'opposé de sa soeur, discrète, timide, réservée, douce alors que Lucille a toujours été méchante envers elle, dominatrice, aimant se mettre en avant.. Sa décision est prise, elle prend le bateau et va s'installer à l'ile d'Yeu dans la maison de Lucille. En arrivant elle découvre un joli bébé de deux mois , Lucille a un fils, ce n'est que le début des problèmes... Réussira-t-elle à berner tout le monde? Les ami.e.s de Lucille, le père de Noé... aura-t-elle l'étoffe de sa soeur? Un jeune flic, Raoul Manneville va entrer en scène, il a l'intuition que quelque chose ne tourne pas rond, il va enquêter et compliquer la vie d'Isaure. Sera-t-elle à la hauteur ? Isaure trouvera-t-elle sa place et le bonheur ? C'est un thriller psychologique que nous propose Karine Lebert, elle se penche sur le passé de cette famille, l'enfance d'Isaure, oh combien difficile; une mère perverse narcissique privilégiant Lucille toujours, un père en retrait et une soeur diabolique, méprisante, dominatrice. Petit à petit on va comprendre les raisons qui avaient poussé Isaure à la fuite, tout cela en découvrant une belle région de France. C'est la Vendée qui est mise à l'honneur, l'île d'Yeu, Noirmoutier, le lac du Jaunay mais aussi Coulon capitale de la Venise verte dans les Marais Poitevin. Comme toujours une plume très agréable, fluide qui nous fait à chaque fois voyager, de part la découverte d'une région mais aussi ici sur le thème de la gémellité et du poids du passé. Une lecture agréable comme à chaque fois. Ma note : 7/10
    Lire la suite
    En lire moins
  • paulmaugendre Posté le 13 Mai 2020
    Après vingt ans passés à l’étranger, au Mexique principalement, Isaure est de retour en France, aussi fauchée que lors de son départ, de sa fuite plutôt. Elle est arrivée près du lac de Jaunay en voiture de location et surveille sa sœur jumelle Lucille qui se promène en moto. Sa sœur, athlète accomplie, fonce sur le ponton, et s’arrête pile au bord du lac, puis elle repart et recommence, mais cette fois elle ne freine pas. La moto dérape sur les planches de bois et Lucille tombe à l’eau. Isaure se précipite mais malgré ses recherches, elle ne récupère pas le corps de Lucille. De plus en ce mois de février 2010 l’eau est froide, et elle a du mal à revenir sur la terre ferme. Elle ne sait que faire, mais prévenir les pompiers lui semble tache hasardeuse. Si les hommes du feu en informent les forces de l’ordre, celles-ci ne vont-elles pas conclure à un meurtre ? D’ailleurs s’agit-il vraiment d’un accident ou d’un suicide ? Isaure se rend sur l’île d’Yeu, où elle a vécu toute son enfance, décidée à prendre la place de sa sœur, qui est veuve et est devenue riche grâce à l’héritage conséquent de feu son... Après vingt ans passés à l’étranger, au Mexique principalement, Isaure est de retour en France, aussi fauchée que lors de son départ, de sa fuite plutôt. Elle est arrivée près du lac de Jaunay en voiture de location et surveille sa sœur jumelle Lucille qui se promène en moto. Sa sœur, athlète accomplie, fonce sur le ponton, et s’arrête pile au bord du lac, puis elle repart et recommence, mais cette fois elle ne freine pas. La moto dérape sur les planches de bois et Lucille tombe à l’eau. Isaure se précipite mais malgré ses recherches, elle ne récupère pas le corps de Lucille. De plus en ce mois de février 2010 l’eau est froide, et elle a du mal à revenir sur la terre ferme. Elle ne sait que faire, mais prévenir les pompiers lui semble tache hasardeuse. Si les hommes du feu en informent les forces de l’ordre, celles-ci ne vont-elles pas conclure à un meurtre ? D’ailleurs s’agit-il vraiment d’un accident ou d’un suicide ? Isaure se rend sur l’île d’Yeu, où elle a vécu toute son enfance, décidée à prendre la place de sa sœur, qui est veuve et est devenue riche grâce à l’héritage conséquent de feu son mari. Seulement, ce qu’Isaure n’avait pas prévu, c’est que Lucille était une jeune mère. Une jeune fille garde Noé, l’enfançon de quelques mois. Comme elle s’est emparée du portefeuille de sa sœur, Isaure peut payer la baby-sitter occasionnelle qui a remplacé sa mère, la nourrice, pour quelques heures. Mais Noé ne l’accueille pas avec toute la joie qu’il devrait ressentir en revoyant sa mère. Même le chat Domino lui fait la tête malgré la gamelle octroyée. Isaure va devoir les apprivoiser si elle ne veut pas que les soupçons se portent sur sa personne. Le retour au pays réserve de nombreuses surprises à Isaure qui doit se réhabituer au bout de vingt ans à évoluer dans la maison familiale, et à côtoyer les amis et connaissances de Lucille. Diane, par exemple, amie intime de sa sœur, et auprès de laquelle elle effectue quelques boulettes, tentant de se rattraper maladroitement. Et puis elle n’honore pas certains rendez-vous, dont un à l’hôpital, les reportant à une date ultérieure. Grâce à l’agenda de Lucille, elle se familiarise avec sa nouvelle vie, essayant d’endosser la défroque corporelle et mentale de sa sœur. Toute petite et jusqu’à son départ, sa fuite, Isaure et Lucille ne s’entendaient pas. Lucille était la préférée de leur mère et Isaure toujours reléguée au second plan. La mère ne voyait que par Lucille, toujours prête à l’encenser, tandis qu’Isaure était constamment rabrouée, mise de côté, dédaignée. Isaure pense tenir sa revanche, mais elle n’avait pas pensé aux aléas qui inexorablement se dressent devant elle. Outre les bévues inévitables qu’elle commet, elle ne savait pas que sa sœur avait fréquenté Matthias dont elle s’est séparée, mais qui se rappelle à son bon souvenir, étant le père de Noé, le gamin. Là encore elle commet quelques bévues qu’elle parvient à effacer de l’esprit de Matthias, obligée à se servir de son corps, malgré ses réticences à l’acte physique, tout le contraire de sa sœur qui cumulait les bonnes fortunes, les provoquait même. Elle décide alors de déménager, de quitter l’île d’Yeu pour s’installer dans une autre propriété de Lucille, sur l’île de Noirmoutier, dans le quartier huppé du Bois de la Chaise. Mais les ennuis la poursuivent, sous la forme d’un gendarme qui prend trop son rôle au sérieux. Ce suspense psychologique est presque digne des romans écrits par les pointures du genre, tels que Boileau-Narcejac ou encore Louis C. Thomas, un auteur un peu trop oublié, qui connurent leur heure de gloire dans les années 1950 à 1980 de par la finesse de leurs analyses et de la mise en scène des personnages. Parfois étouffant, ce roman nous change des thrillers actuels qui privilégient plus les scènes de violence et de sexe qu’à la psychologie des personnages. Isaure se montre attachante, au début, dans ses démarches vacillantes, dans son retour au pays, dans l’approche et les relations qu’elle peut avoir avec les voisins et les amis de Lucille. Elle tâtonne parfois, parvenant toutefois à trouver des excuses plus ou moins valables à ses erreurs, inévitables lorsque l’on a tout quitté depuis vingt ans. La montée de l’angoisse puis la sensation d’Isaure quant à sa résurrection dans le rôle de sa sœur sont progressivement décrites, mais le lecteur un peu pinailleur (comme moi) se pose quelques questions. Avant de suivre sa sœur Lucille, Isaure a dû se préparer physiquement et mentalement pour se substituer à elle. Ne serait-ce que par la coiffure afin de coller au personnage. Et d’autres petites perfections nécessaires afin de ne pas trop se démarquer dans son nouveau rôle, même si elle a réussi à glaner des informations par Internet et les réseaux sociaux ou ayant suivi sa sœur durant quelques jours dans ses déplacements. Comment se fait-il alors qu’elle ne sache pas que Lucille avait un enfant en bas âge ? Bref de petites invraisemblances se glissent dans le récit, surtout dans ce que je qualifierais de deuxième partie qui font que l’intérêt porté sur l’intrigue au début fond peu à peu. Ensuite il y a, vers la fin du roman (page 329) un petit problème de datation qui m’a gêné, mais c’est mon côté pinailleur (je l’ai déjà dit) qui fait que je relève ce genre de détail. Dans l’ensemble un bon roman qui pêche toutefois par son dénouement et certaines situations.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité de la collection Terres de France
Découvrez des histoires riches des couleurs de nos régions et des saveurs d'antan pour de magnifiques moments de lecture.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Interview
    Presses de la Cité

    Karine Lebert : "On ne guérit jamais des maux de l'enfance, on s'en accommode"

    Karine Lebert nous parle de son nouveau roman, Les Murmures du lac, qui paraît aux Presses de la Cité. Deux sœurs que tout oppose vont se retrouver liées. Après avoir assisté à la mort de sa sœur Lucille, Isaure décide de prendre sa place et de vivre la vie qu'elle a toujours jalousée. La chance pourrait enfin lui sourire, mais à quel prix ? Un suspense vertigineux sur le thème de l'identité et de la gémellité. Rencontre.

    Lire l'article