Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258117754
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 480
Format : 154 x 240 mm

Une avalanche de conséquences

Isabelle CHAPMAN (Traducteur)
Collection : Sang d'Encre
Date de parution : 22/09/2016
Et si le secret de famille était le plus indétectable des poisons ?
Qu’est-ce que Lily a bien pu découvrir dans le journal intime de son fiancé William Goldacre pour que celui-ci se précipite du haut d’une falaise du Dorset ? Et est-ce un hasard si, quelque temps plus tard, sa mère, Caroline Goldacre, se retrouve mêlée à une sombre affaire : la mort... Qu’est-ce que Lily a bien pu découvrir dans le journal intime de son fiancé William Goldacre pour que celui-ci se précipite du haut d’une falaise du Dorset ? Et est-ce un hasard si, quelque temps plus tard, sa mère, Caroline Goldacre, se retrouve mêlée à une sombre affaire : la mort suspecte de Clare Abbott, l’auteur féministe dont elle était l’assistante ?
Si le lien entre les deux décès semble ténu, voire inexistant, le sergent Barbara Havers est néanmoins déterminée à faire éclater la vérité. Il n’en faudra pas moins pour restaurer auprès de sa hiérarchie son image salement écornée par une précédente enquête. Elle est soutenue par son supérieur, l’inspecteur Thomas Lynley, qui suit une piste à Cambridge, où le corps de Clare a été retrouvé. Barbara Havers, de son côté, cherche quel mystère se cache dans la campagne du Dorset, d’apparence si paisible… 
 
D’une main de maître, Elizabeth George tire les ficelles d’une énigme troublante où la tragédie côtoie le crime. Lorsque resurgissent des secrets de famille depuis longtemps enfouis se déclenche inévitablement une avalanche de conséquences…
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258117754
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 480
Format : 154 x 240 mm

Ils en parlent

" Comme la plupart des "reines du crime", on lui donne le bon Dieu sans confession. Et pourtant : depuis maintenant une bonne vingtaine de polars (et autant de best-sellers), Elizabeth George explore méticuleusement les tréfonds les plus noirs et les plus tordus de l'âme humaine, sur fond de secrets de famille inavouables et de vilaines névroses ayant trop longtemps suppuré. Sans pudeur, sans tabou, la plus anglaise des romancières américaines transforme les collines crayeuses du Dorset en purgatoire et les petits meurtres entre amis en terrible descente en enfer."
 
Le Figaro Magazine

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Bouton Posté le 31 Octobre 2020
    19ème tome des aventures de Thomas Linley et Barbara Havers. Je suis leurs aventures depuis le tout début et j'adore ! Mais, franchement ce tome-ci est d'un ennui !!!! Il faut attendre au moins 350 pages avant que quelque chose se passe et encore ! Heureusement que j'aime bien son écriture et la description qu'elle fait de l'Angleterre et du style de vie des personnages. J'espère que le tome suivant sera à la hauteur des premiers...
  • JML38 Posté le 30 Mars 2020
    Je précise tout d'abord que ma précédente lecture d'un roman d'Elizabeth George ne date pas d'hier, n'ayant lu que quelques-unes de ses premières parutions. Je ne suis donc pas le mieux placé pour faire une comparaison avec les opus précédents. Dans celui-ci, on retrouve semble-t-il les habituels enquêteurs de l'auteure : Thomas Lynley, Barbara Havers et Winston Nkata. Le sergent Havers, qui tient une place importante, est dans le collimateur de sa supérieure, la commissaire Isabelle Ardery, qu'elle a fortement indisposée lors de l'enquête précédente, au point d'avoir au-dessus de sa tête une terrible épée de Damoclès, une mutation dans le nord du pays, à Berwick-upon-Tweed. Le récit débute comme l'évoque la quatrième de couverture par un événement tragique et incompréhensible, que l'on suppose être l'élément initiateur de l'avalanche de conséquences promise par le... Je précise tout d'abord que ma précédente lecture d'un roman d'Elizabeth George ne date pas d'hier, n'ayant lu que quelques-unes de ses premières parutions. Je ne suis donc pas le mieux placé pour faire une comparaison avec les opus précédents. Dans celui-ci, on retrouve semble-t-il les habituels enquêteurs de l'auteure : Thomas Lynley, Barbara Havers et Winston Nkata. Le sergent Havers, qui tient une place importante, est dans le collimateur de sa supérieure, la commissaire Isabelle Ardery, qu'elle a fortement indisposée lors de l'enquête précédente, au point d'avoir au-dessus de sa tête une terrible épée de Damoclès, une mutation dans le nord du pays, à Berwick-upon-Tweed. Le récit débute comme l'évoque la quatrième de couverture par un événement tragique et incompréhensible, que l'on suppose être l'élément initiateur de l'avalanche de conséquences promise par le titre. Il faut cependant patienter de nombreuses pages peu enthousiasmantes - à moins de se passionner pour les aventures shopping de Barbara et sa collègue Dorothea -, avant qu'un meurtre vienne sortir le lecteur de la torpeur dans laquelle il s'enfonçait doucement. C'est l'occasion pour Barbara qui connaissait un peu la victime, l'écrivaine féministe Clare Abbot, de prouver à sa chef - personnage assez désagréable au demeurant - qu'elle est toujours compétente, et surtout capable de mener une enquête sans sortir du droit chemin et se faire remarquer par des initiatives douteuses, étroitement encadrée cependant par Winston, chargé de lui éviter Berwick-upon-Tweed. Je dois avouer qu'après un premier tiers qui n'a de véritable intérêt que d'évoquer un élément important de l'histoire et de présenter très longuement une partie des protagonistes, la suite prend une tout autre allure dans laquelle on sent que l'auteure maîtrise parfaitement les codes et les ficelles du roman policier. Elle met en scène des personnages à la psychologie particulièrement fouillée, dévoilant de façon judicieuse et progressive des personnalités troubles, voire toxiques, brouillant malicieusement les pistes pour un lecteur cette fois bien éveillé et attentif. L'intrigue est plutôt bien construite et le suspense, si on excepte les passages concernant les états d'âme d'ordre privé de l'inspecteur Lynley, va crescendo jusqu'à une explication finale que j'ai trouvée assez déroutante. N'étant pas, comme indiqué en début de chronique, un lecteur régulier d'Elizabeth George, je n'ai été ni déçu ni totalement emballé par ce roman. C'est pour moi un bon polar, un peu trop long en raison de digressions superflues à mon goût, mais que je reconnais avoir lu avec un certain plaisir, grâce à une intrigue qui présente d'indéniables qualités et une intéressante galerie de personnages.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Snoopythecat Posté le 15 Décembre 2019
    Voilà longtemps que je ne m'étais plus plongée dans l'univers de Barbara et Thomas. Ce fut donc avec enthousiasme que je me suis ruée sur ce roman apparu sur les étagères de ma bibliothèque communale. Première constatation : où sont Barbara et Thomas ? Thomas est très peu présent, trop peu à mon goût. Peu ou pas d'interactions entre mes deux personnages préférés, quel dommage. Cette petite déception est toutefois tempérée par l'histoire elle-même, tout est bien expliqué, posé, déroulé. Je finis même par me dire que mes deux chouchous n'étaient pas indispensables à l'histoire. N'empêche, ils m'ont manqué.
  • saphoo Posté le 6 Décembre 2019
    soyons francs , j'ai lu ce pavé d'une je l'ai reçu en cadeau et de deux un challenge a fait que cette auteure soit de la partie. Donc ni une ni deux, je sors ce bouquin pour l'abattre. Mais que ce fut long, longggggggggg, longggggggggg que de longueurs et lenteurs....... que je me suis ennuyée, quelques points positifs malgré tout. Le côté British j'ai bien aimé, les directions diverses et variées que l'auteure s'est amusée à nous emmener pour nous semer dans des conclusions opposées. C'est cela que j'apprécie dans la lecture d'un polar de chercher le coupable, retrouver les indices, croire puis s’apercevoir que non au final, on s'est complètement trompé. Et j'apprécie la touche final, la tombée du rideau qui nous laisse surpris. Bien c'était une réelle découverte, je ne dirais pas que j'ai détesté mais je ne dirais pas non plus que je poursuivrai ma lecture de cette auteure. Trop de blabla pour par grand chose. Malgré tout aucun regret, ça fait du bien aussi de sortir de sa zone de confort, lire autre chose et s'apercevoir qu'au final, il y en a pour tous les goûts et les couleurs mais on ne sait jamais comment on... soyons francs , j'ai lu ce pavé d'une je l'ai reçu en cadeau et de deux un challenge a fait que cette auteure soit de la partie. Donc ni une ni deux, je sors ce bouquin pour l'abattre. Mais que ce fut long, longggggggggg, longggggggggg que de longueurs et lenteurs....... que je me suis ennuyée, quelques points positifs malgré tout. Le côté British j'ai bien aimé, les directions diverses et variées que l'auteure s'est amusée à nous emmener pour nous semer dans des conclusions opposées. C'est cela que j'apprécie dans la lecture d'un polar de chercher le coupable, retrouver les indices, croire puis s’apercevoir que non au final, on s'est complètement trompé. Et j'apprécie la touche final, la tombée du rideau qui nous laisse surpris. Bien c'était une réelle découverte, je ne dirais pas que j'ai détesté mais je ne dirais pas non plus que je poursuivrai ma lecture de cette auteure. Trop de blabla pour par grand chose. Malgré tout aucun regret, ça fait du bien aussi de sortir de sa zone de confort, lire autre chose et s'apercevoir qu'au final, il y en a pour tous les goûts et les couleurs mais on ne sait jamais comment on peut aimer tant ce genre de lecture, alors vite on retourne dans ses pénates, se réconforter avec un bon Bobin (un clin d'oeil à Sylvaine).
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lecteur_75015 Posté le 30 Octobre 2019
    L'intérêt du roman n'est pas tant l'identité du meurtrier mais plutôt le mobile et l'enchaînement des événements qui précèdent le meurtre. Tout paraît si illogique au départ.
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.