Lisez! icon: Search engine
J'ai choisi la terre
Date de parution : 20/12/2012
Éditeurs :
Robert Laffont

J'ai choisi la terre

Date de parution : 20/12/2012

 L'agriculture, pour Claude Michelet, c'est un choix. Tout jeune, il s'est attaché à ce petit domaine proche de Brive, exploité par un domestique, où la famille passe les vacances :...

 L'agriculture, pour Claude Michelet, c'est un choix. Tout jeune, il s'est attaché à ce petit domaine proche de Brive, exploité par un domestique, où la famille passe les vacances : la terre de Marcillac. À douze ans, il décide qu'il sera paysan. Son père, Edmond Michelet, ne s'oppose pas à ce...

 L'agriculture, pour Claude Michelet, c'est un choix. Tout jeune, il s'est attaché à ce petit domaine proche de Brive, exploité par un domestique, où la famille passe les vacances : la terre de Marcillac. À douze ans, il décide qu'il sera paysan. Son père, Edmond Michelet, ne s'oppose pas à ce qui semble être une vocation. À l'école d'agriculture de Lancosme-en-Brenne, Claude apprend qu'il existe d'autres méthodes de culture que celles que l'on pratiquait alors dans la basse Corrèze. En 1960, il s'installe à Marcillac, dix-neuf hectares cinquantes ares de terres usées en friches, cinq vaches et une génisse, c'est toute sa richesse. Il se met à l'ouvrage.

Ici, très simplement, il dit ce que furent ces années de reconquête : ses travaux et ses peines, ses réussites et ses échecs, ses bonheurs et ses déboires. Parlant de lui et des siens, de sa terre et de ses bêtes, il exprime l'inquiétude de centaines de milliers de petits exploitants désorientés par les décisions souvent contradictoires  venues d'en haut et de très loin, qui craignent l'avenir et parfois se révoltent. Ces hommes-là se reconnaîtront dans ses propos. Les autres, les citadins, y découvriront une réalité qu'ils ignorent. Et chacun prendra conscience, à travers les pages de ce livre passionné, qu'une partie de la plus haute importance se joue dans les milliers d'exploitations qui jalonnent la France : la survie d'une civilisation à visage humain.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221120606
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
EAN : 9782221120606
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • babel95 08/06/2022
    Comment choisit-on de devenir paysan, au milieu du XXème siècle ? C'est ce que nous raconte Claude Michelet dans un ouvrage paru en 1975, bilan de quinze années de retour à la terre, à Marcillac, près de Brive, en Corrèze. Alors qu'il vivait à Paris dans une famille bourgeoise, il choisit à quatorze ans de partir en pension dans un lycée agricole à Lancosme (Indre) pendant trois ans, puis de reprendre la propriété familiale de Marcillac : 20 hectares en friche, et six vaches. J'ai choisi la terre nous raconte ses débuts difficiles, ses tentatives, ses espoirs. C'est le témoignage sincère, sans concession d'un petit exploitant du Limousin dans les années 1970 qui s'est fait connaître tout d'abord en écrivant des articles dans des revues agricoles. Ce témoignage date de 47 ans, et pourtant, le regard que porte Claude Michelet sur la culture et les aléas climatiques, la protection de la nature et la richesse de la biodiversité (même s'il n'emploie pas ce terme), l'importance des produits naturels (le bio, là encore il n'emploie pas ce terme) est tout à fait actuel. Les difficultés financières rencontrées par les petits exploitants, le besoin de se moderniser, l'endettement, la solitude, le sentiment d'exclusion sont... Comment choisit-on de devenir paysan, au milieu du XXème siècle ? C'est ce que nous raconte Claude Michelet dans un ouvrage paru en 1975, bilan de quinze années de retour à la terre, à Marcillac, près de Brive, en Corrèze. Alors qu'il vivait à Paris dans une famille bourgeoise, il choisit à quatorze ans de partir en pension dans un lycée agricole à Lancosme (Indre) pendant trois ans, puis de reprendre la propriété familiale de Marcillac : 20 hectares en friche, et six vaches. J'ai choisi la terre nous raconte ses débuts difficiles, ses tentatives, ses espoirs. C'est le témoignage sincère, sans concession d'un petit exploitant du Limousin dans les années 1970 qui s'est fait connaître tout d'abord en écrivant des articles dans des revues agricoles. Ce témoignage date de 47 ans, et pourtant, le regard que porte Claude Michelet sur la culture et les aléas climatiques, la protection de la nature et la richesse de la biodiversité (même s'il n'emploie pas ce terme), l'importance des produits naturels (le bio, là encore il n'emploie pas ce terme) est tout à fait actuel. Les difficultés financières rencontrées par les petits exploitants, le besoin de se moderniser, l'endettement, la solitude, le sentiment d'exclusion sont parfaitement décrites et nous parlent toujours. Claude Michelet, traité de "paysan" à Paris et de "Parigot" à l'école d'agriculture, rit de ces deux termes et se définit comme un bizarre mélange "un hybride en quelque sorte". le paysan-éleveur est devenu un écrivain à succès avec Des grives aux loups en 1979 et les Palombes ne passeront plus en 1980. Il s'est défini avec modestie comme "écriveur", parce que ça rime avec "agriculteur-éleveur". Un écrivain dit "régionaliste", catégorie et expression qui ne me plaisent pas beaucoup. "Car chaque ferme est un navire indépendant et libre qui roule au milieu des bois et des champs. Il navigue au gré des vents et du temps, et chaque capitaine a ses secrets, ses recettes, sa façon de tenir la barre et de faire le point, de franchir les orages et les typhons"... L'auteur des Grives aux Loups est décédé il y a une dizaine de jours à Marcillac, à l'âge de 84 ans.
    Lire la suite
    En lire moins
  • bfauriaux 05/12/2019
    Superbe livre de cet auteur qui a epouse un travail une vie celle de paysan au sens le plus noble du terme et qui a ce milieu chevillé au corps et nous livre ici un livre splendide tres bien ecrit et passionnant: à lire absolument !
  • RaphThiKiMaster 18/04/2019
    J'ai eu envie de lire ce livre car je vis depuis maintenant presque 10 ans avec un passionné de son métier. Ouvrier agricole souhaitant s'installer, j'ai retrouvé dans ce livre ce qui mène ces hommes à la terre, d'une manière quasi instinctive. L'auteur nous fait par de la passion de son métier, mais nous livre aussi la dure réalité des choses (qui sont toujours les mêmes aujourd'hui...). Il ne cherche pas à dégoûter, ni à pousser les jeunes vers l'agriculture, ce roman est un témoignage authentique. J'ai beaucoup apprécié cette lecture, avec un bémol pour toute la partie politique un peu longue, certe tellement vraie mais qui n'est vraiment pas ma tasse de thé.
  • lecassin 07/06/2013
    Le titre est clair : « J’ai choisi la terre »… Il s’agit bien d’un choix de l’auteur, Claude Michelet qu’il annoncera à son père alors qu’il n’a pas douze ans ; son père, le parlementaire corrézien, ex ministre du Général De Gaulle vivant à Paris… Ecole d'agriculture de Lancosme, et fraîchement rentré de la guerre d’Algérie, il s’installe sur la terre de ses ancêtre avec quelques animaux ; une terre appauvrie par des lustres de cultures traditionnelles. Il n’aura de cesse de moderniser cette agriculture pour en vivre, sous l’œil parfois goguenard de ses voisins. Un petit livre qui, dans la période (1975) où certains faux écolos, faux agriculteurs, mais vrais bobos, s’installent de façon militante, lui s’installe humblement et nous décrit par le menu, la vie des agriculteurs de cette époque qui comme lui, vivent avec difficulté de cette activité à laquelle il souhaitent garder malgré tout un visage humain, dans un contexte rural en pleine mutation. Un petit bouquin qui, malheureusement reste encore et toujours d’actualité, à l’époque où les campagnes se vident…
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.