Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714459060
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

La Peur de l'insignifiance nous rend fous

Philippe DELAMARE (Traducteur)
Date de parution : 19/02/2015

Entre philosophie et psychologie, un diagnostique éclairant du mal de vivre contemporain et des solutions pour trouver sa place dans le monde d’aujourd’hui.

Jamais le champ de nos possibles n’a été si vaste, jamais nous n’avons eu accès à autant d’informations, jamais nous n’avons été aussi connectés. Et pourtant, jamais Carlo Strenger, psychanalyste réputé, n’a reçu de patients aussi déprimés, comme écrasés par leur propre insignifiance.
Dans une société qui exhorte à toujours se...

Jamais le champ de nos possibles n’a été si vaste, jamais nous n’avons eu accès à autant d’informations, jamais nous n’avons été aussi connectés. Et pourtant, jamais Carlo Strenger, psychanalyste réputé, n’a reçu de patients aussi déprimés, comme écrasés par leur propre insignifiance.
Dans une société qui exhorte à toujours se dépasser à coups de Just do it ou de Yes you can, où chacun cherche frénétiquement à vivre son quart d’heure de célébrité, où la valeur personnelle se juge à l’aune de la richesse matérielle et du nombre de followers sur les réseaux sociaux, quelle place pour l’individu ?
Entre philosophie, psychologie et sociologie, Carlo Strenger livre ici un essai passionnant, un brûlot incisif sur la nécessité d’un retour à l’exigence intellectuelle et à la pensée libre, et sur l’urgence de devenir un véritable citoyen du monde, responsable, engagé, conscient de ses limites mais bien décidé à ne pas se résigner.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714459060
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • mariedessaint Posté le 7 Août 2020
    En faisant une recherche sur nos besoins innés, à partir de plusieurs auteurs, j'ai trouvé, par hasard ce livre de Carlo Strenger. Si on y réfléchit bien, notre plus grande peur est d'être «insignifiant» aux yeux des autres, nous sentir inutile, rejeté, oublié. Ce besoin nous poursuit depuis notre enfance au point où nous pensons que, seul le succès peut exprimer et mesurer notre valeur. Alors, cela ouvre la porte à toutes sortes de dérives comme les télé-réalités... les ego-portraits sur Facebook, l'embrigadement dans des groupes pas toujours recommandables. Si ce livre de poche a pour sous-titre «Quelle place pour l'individu à l'ère de FaceBook», celui de la version d"origine aux éditions Belfond (2013) est meilleur à mon avis «Une quête de sens et de de liberté pour le XXIe siècle.»
  • Maclade Posté le 3 Mars 2020
    Deux ou trois très bonnes idées, un peu noyées dans beaucoup de blabla à l'américaine. C'est quand même intéressant, et les observations des manies et des injonctions de notre société sont très pertinentes.
  • JFrancisco Posté le 28 Août 2014
    Carlo est un psychologue suisse-israélien, un philosophe et un psychanalyste existentiel; il écrit pour plusieurs journaux et donne un cours de psychologie clinique à l'université Telaviv. Il a un très propre repère de vie : d'être Juif il est devenu l'athée. Sa femme est un psychologue politique. Dans son livre il parle (avec l'admiration) de Karl Jaspers, le philosophe allemand (pour certains l'avocat d'Existentialisme allemand) : son problème de poumons (jugé être incurable) et sa détermination de survivre. Il a vécu jusqu'à 86 ans. Jaspers a cherché la lucidité, pas la gloire. Strenger est très critique des slogans virulents de notre temps comme “just do it” de Nike et McDonalds “what you see is what you get [ce que vous voyez est ce que vous arrivez] ”de MacDonalds. Aussi, le moi (la célébrité) comme défini par les estimations. La richesse, la gloire et le pouvoir ne sont pas essentiels. L'Epicurist a restreint la vie à son objet indispensable (les besoins élémentaires inclus). La solution de ces problèmes sociétaux (de cette mentalité) est la plus grande individualité (Erik Erikson a parlé de "generativity" au milieu de la vie). Il cite à profusion les cas de crise d'âge mûr connue par Freud et Jung (qui a... Carlo est un psychologue suisse-israélien, un philosophe et un psychanalyste existentiel; il écrit pour plusieurs journaux et donne un cours de psychologie clinique à l'université Telaviv. Il a un très propre repère de vie : d'être Juif il est devenu l'athée. Sa femme est un psychologue politique. Dans son livre il parle (avec l'admiration) de Karl Jaspers, le philosophe allemand (pour certains l'avocat d'Existentialisme allemand) : son problème de poumons (jugé être incurable) et sa détermination de survivre. Il a vécu jusqu'à 86 ans. Jaspers a cherché la lucidité, pas la gloire. Strenger est très critique des slogans virulents de notre temps comme “just do it” de Nike et McDonalds “what you see is what you get [ce que vous voyez est ce que vous arrivez] ”de MacDonalds. Aussi, le moi (la célébrité) comme défini par les estimations. La richesse, la gloire et le pouvoir ne sont pas essentiels. L'Epicurist a restreint la vie à son objet indispensable (les besoins élémentaires inclus). La solution de ces problèmes sociétaux (de cette mentalité) est la plus grande individualité (Erik Erikson a parlé de "generativity" au milieu de la vie). Il cite à profusion les cas de crise d'âge mûr connue par Freud et Jung (qui a impliqué l'isolement prolongé). Aussi : le philosophe d'entreprise Charles Handy : pendant quelque temps il est devenu volontairement sans emploi (à 49 ans), en sentant "vide" et non satisfait de qu'il faisait; il a décidé de devenir un auteur et un expert des conférences; en fait, il est devenu un très réussi. Strenger parle d'une psychanalyse actualisée (Für eine aktuelle Psychanalyse). Identifie des mythes globaux (Globaler mythos) et accentue la réalité d'âme (“seelisch Realität”). Je l'ai trouvé intéressant la partie quand Strenger a analysé (du point de vue d'identité) les biographies de Philip Roth, Ayaan Hirsi Ali et de B. Obama (et d'autres): il a préféré cette solution : “l'équation existentielle” ne doit pas être "résolue", mais être "vécue". Bien que pas un existentialiste (toujours, je partage un peu d'admiration pour Jaspers *) je convienne que c'est un livre important comme une façon de regarder l'âge mûr et la société/culture au 21e siècle. Il y a d'autres voies. ---- *pour ceux qui veulent un peu de la Poésie d'Existence, surveillez vraiment cette vidéo de Jaspers, ses souvenirs d'enfance, ses promenades sur la plage avec son père, mais surtout : la MER, comme un miroir de Vie et de Philosophie. http://www.youtube.com/watch?v=Xd0R-E_3a4M
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Esprit d'ouverture
Les livres des plus grands spécialistes pour redonner du sens à nos vies