Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782823808780
Code sériel : VIRT
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

La première enquête de Montalbano

Serge QUADRUPPANI (Traducteur), MARUZZA LORIA (Traducteur)
Date de parution : 04/10/2018

Des assassinats d'animaux qui contiennent un message chiffré annonçant un massacre humain, l'enlèvement d'une petite fille qui dissimule des desseins encore plus infâmes, les projets homicides d'une jeune pauvresse pleine de ressources : les drames auxquels est confronté le commissaire Montalbano s'avèrent tous recéler un double ou un triple fond.

Dans...

Des assassinats d'animaux qui contiennent un message chiffré annonçant un massacre humain, l'enlèvement d'une petite fille qui dissimule des desseins encore plus infâmes, les projets homicides d'une jeune pauvresse pleine de ressources : les drames auxquels est confronté le commissaire Montalbano s'avèrent tous recéler un double ou un triple fond.

Dans ce volume, nous découvrons les premiers pas du commissaire dont les aventures enchantent depuis des années des millions de lecteurs dans le monde entier. C'est le livre de la rencontre entre un homme, sa manière toute personnelle de mener les enquêtes, sa gourmandise, ses humeurs, sa profonde humanité et une petite ville du bord de mer où les saveurs du parler et de la table dissimulent des drames d'une noirceur inédite.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823808780
Code sériel : VIRT
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lehibook Posté le 4 Août 2019
    3 récits : dans l’un on tue à coup de revolver poisson et poulet puis …un éléphant !Dans une autre on découvre les débuts de Montalbano à Vigata et son premier contact avec la mafia locale. Dans la dernière ,un sale histoire d’enlèvement d’enfant avec évidemment l’ombre de la Mafia en arrière plan.
  • Oxelaere44 Posté le 28 Avril 2019
    Aaaaah Montalbano!!! Toujours un bonheur!Je ne m'en lasse pas : de la langue (magnifique traduction) à l'intrigue, des personnages à leurs petites habitudes, des descriptions de paysages à celles des petits (!) plats (qui ne rêverait d'avoir une cuisinière comme Adelina!)... Et ce tome-là proposé 3 nouvelles, un bonheur triplé!
  • Colchik Posté le 31 Octobre 2018
    Je ne connais pas de meilleur remède contre un petit accès de mélancolie que la lecture d’un Camilleri. Le personnage de Montalbano est à lui seul un hommage à la vie simple, un culte à la gourmandise et une révérence à l’intelligence mâtinée d’un brin de ruse. Par ailleurs, le style Camilleri, c’est ce télescopage entre l’italien, le dialecte sicilien et les tournures locales qui fait chanter le texte de façon jubilatoire. Serge Quadruppani restitue merveilleusement le « jus » linguistique de la prose camillérienne. Si ce roman comprend la première enquête du commissaire Montalbano, muté pour sa plus grande joie à Vigàta après avoir été en poste à la montagne (un purgatoire pour ce tempérament océanique), il se compose aussi de deux autres longues nouvelles – ou brefs romans – Sept lundis et Retour aux origines. À tous ceux qui n’en peuvent plus des serial killers, je recommande Sept lundis où sévit un tueur en série d’animaux. L’histoire est hilarante et nous offre une énigme qui se dénoue non pas dans le sang versé, mais dans la révélation d’un deuil impossible. La première enquête de Montalbano est un sommet de délicatesse : elle nous dévoile la nature profonde de Salvo Montalbano, sondeur... Je ne connais pas de meilleur remède contre un petit accès de mélancolie que la lecture d’un Camilleri. Le personnage de Montalbano est à lui seul un hommage à la vie simple, un culte à la gourmandise et une révérence à l’intelligence mâtinée d’un brin de ruse. Par ailleurs, le style Camilleri, c’est ce télescopage entre l’italien, le dialecte sicilien et les tournures locales qui fait chanter le texte de façon jubilatoire. Serge Quadruppani restitue merveilleusement le « jus » linguistique de la prose camillérienne. Si ce roman comprend la première enquête du commissaire Montalbano, muté pour sa plus grande joie à Vigàta après avoir été en poste à la montagne (un purgatoire pour ce tempérament océanique), il se compose aussi de deux autres longues nouvelles – ou brefs romans – Sept lundis et Retour aux origines. À tous ceux qui n’en peuvent plus des serial killers, je recommande Sept lundis où sévit un tueur en série d’animaux. L’histoire est hilarante et nous offre une énigme qui se dénoue non pas dans le sang versé, mais dans la révélation d’un deuil impossible. La première enquête de Montalbano est un sommet de délicatesse : elle nous dévoile la nature profonde de Salvo Montalbano, sondeur imparable de la détresse humaine et fieffé bonimenteur. Camilleri traite de façon poignante l’histoire d’une jeunesse saccagée. Quant à Retour aux origines, qui met très classiquement en scène les agissements de la mafia, l’auteur parvient à nous surprendre sur la manière imparable du commissaire de déjouer les entreprises mafieuses. Aujourd’hui, la littérature policière a tendance à faire surenchère de violence et d’horreur pour appâter les lecteurs (CF le dernier livre de Saviano). Seuls les virtuoses du récit savent que ces recettes ne remplacent jamais la force des personnages, leur complexité et une bonne histoire. Camilleri est un maître.
    Lire la suite
    En lire moins
  • gonewiththegreen Posté le 31 Décembre 2017
    Premier contact pour moi avec Montalbano , puisque je ne l'avais lu ni vu à la télé. Ici, de l'aveu même de l'auteur , les trois petites énigmes ont été choisies pour leur absence d'hémoglobine . Lezs trois histoires ne se situent pas aux mêmes périodes.Il y a la première affaire de Montalbano dans son rôle de commissaire et deux autres histoires postérieures. Les trois intrigues sont bien menées , avec des histoires simples mais avec des rebondissements subtils. L'intérêt majeur d'un policier est souvent double : Le fond et la forme . Si vous avez une intrigue bien miteuse , avec de grosses ficelles , c'est foutu . ici , ce n'est pas le cas. ce qui va derrière différencier les livres , ce sont les contextes. Ici, on est gâté : La langue sicilienne , même traduite, garde tout son charme et le personnage principal , véritable épicurien , nous fait voyager à chacun de ses repas. le style de bouquin qui met un peu de soleil au cœur d'un pale hiver. C'est une belle découverte donc. je regrette le côté non chronologique car où est passé la chérie de la première intrigue dans les autres histoires ? Moi, ça me dérange.... Premier contact pour moi avec Montalbano , puisque je ne l'avais lu ni vu à la télé. Ici, de l'aveu même de l'auteur , les trois petites énigmes ont été choisies pour leur absence d'hémoglobine . Lezs trois histoires ne se situent pas aux mêmes périodes.Il y a la première affaire de Montalbano dans son rôle de commissaire et deux autres histoires postérieures. Les trois intrigues sont bien menées , avec des histoires simples mais avec des rebondissements subtils. L'intérêt majeur d'un policier est souvent double : Le fond et la forme . Si vous avez une intrigue bien miteuse , avec de grosses ficelles , c'est foutu . ici , ce n'est pas le cas. ce qui va derrière différencier les livres , ce sont les contextes. Ici, on est gâté : La langue sicilienne , même traduite, garde tout son charme et le personnage principal , véritable épicurien , nous fait voyager à chacun de ses repas. le style de bouquin qui met un peu de soleil au cœur d'un pale hiver. C'est une belle découverte donc. je regrette le côté non chronologique car où est passé la chérie de la première intrigue dans les autres histoires ? Moi, ça me dérange. Un héros récurrent, si on le prend n'importe où , autant ne pas se taper la série ! Mais pour un avant goût du personnage , ce roman est idoine. Bonnes fêtes à tous !
    Lire la suite
    En lire moins
  • BillDOE Posté le 15 Novembre 2016
    Un véritable petit bijoux. 3 enquêtes de Montalbano dans un cadre idyllique, la Sicile, et sans qu'il n y ai de mort : incroyable!
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !