Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221128077
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Le désert des tartares

Michel ARNAUD (Traducteur)
Collection : Pavillons
Date de parution : 20/12/2012

Un chef-d'œuvre de Dino Buzzati.

«Le monde de Buzzati, comme celui de Kafka, est plein de détours, à la manière des labyrinthes: ce carrefour d'espace et de temps où l'homme est placé et qu'il déplace avec lui, sans pouvoir le laisser derrière lui, univers mobile dont les dimensions sont celles d'une cellule de prison dont...

«Le monde de Buzzati, comme celui de Kafka, est plein de détours, à la manière des labyrinthes: ce carrefour d'espace et de temps où l'homme est placé et qu'il déplace avec lui, sans pouvoir le laisser derrière lui, univers mobile dont les dimensions sont celles d'une cellule de prison dont on barbouille les murs aux couleurs de l'infini, c'est le bastion où l'on guette jour après jour l'invasion des Tartares, sans savoir s'il existe réellement des Tartares, ni s'il y en a eu autrefois, ni si le danger existe de les voir surgir, au galop, de ce désert où l'on use ses yeux et sa vie à scruter l'horizon.»Marcel Brion

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221128077
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Myriam3 Posté le 8 Septembre 2020
    Fort Bastiani, citadelle au coeur d'un désert de pierre. Drogo Giovanni, alors dans la fleur de l'âge, y est affecté d'office. Décidé à partir le plus tôt possible afin de se rapprocher de la ville et des jeunes filles, il se laisse malgré lui entraîner dans l'attente d'ennemis potentiels, les Tartares, supposés apparaître un beau jour à l'horizon de ce désert infini. Les jours, puis les semaines, passent animés par les imperceptibles mouvements perçus un jour entre les pierres. Comment quitter le fort alors que l'heure de gloire pourrait être si proche? Peu à peu, Drogo perd contact avec sa ville natale et ses amis d'enfance qui ont continué leur vie de leur côté. On retrouve dans ce roman ce qui faisait la richesse du recueil de nouvelles Le K, dont notamment l'absurdité de la vie et l'ironie qui s'en dégage. Tout ça en fait un récit profondément déprimant mais intriguant également. L'écriture est magnifique, les paysages envoûtants... la philosophie qui s'en dégage donne à méditer sur notre manière d'imprimer la vie en nous.
  • oliviersavignat Posté le 23 Juillet 2020
    Comment un roman dont le personnage principal est le temps qui passe et l'ennui qui s'en dégage, pourrait susciter la ferveur des lecteurs ? Mystère de la littérature. Il n'en reste pas moins que le désert des Tartares demeure une oeuvre immense dont les influences, qui vont de Zangra de Brel au Trône de fer, tissent des ramifications sans fins. Au cours du roman, on est aspiré par cette vacuité qui peuple le récit et qui paradoxalement lui donne son sens. L'existence est vaine et pourtant sans cette vanité elle ne serait rien. Et quand on s'en rend compte, quand le personnage s'en rend compte, sa réaction est autant inattendue que sublime. Un chef d’œuvre impérissable, oui mais qui ne doit pas faire oublier les nouvelles de Buzzati, peut-être moins puissantes, mais tout aussi saisissantes, comme autant de variations sur un thème, ce thème obsédant de la fuite du temps et de son (non)sens.
  • CrockandRoll Posté le 3 Juillet 2020
    Lorsqu'il débute sa carrière militaire l'officier Drogo découvre le fort Bastiani, caserne de sa première affectation. Cette fortification est le vestige du temps où la menace de l'invasion des Tartares était de l'ordre du probable. Qu'est-ce qui maintient les hommes et ce fort aux abords du désert des Tartares ? Quel peut-être le destin d'un jeune officier dans ce monde rempli d'orgueilleux ? Dino Buzzati se confronte dans cet ouvrage à l'immobilisme dans le temps qui passe, à l'infortune des opportuns. Ecrit dans un style lancinant, le désert des Tartares transporte et questionne le lecteur face aux choix à opérer pour soit dans l'océan des possibles d'un monde où l'existence de valeurs partagées permet de faire tenir avec force des institutions qui peuvent apparaître futiles.
  • Meps Posté le 19 Juin 2020
    Il y a les livres et les genres qu'on croit aimer... et il y a ceux qui se revelent à nous à travers les lectures qu'on se trouve avoir fortement apprécié. Quand je vois que certains se plaignent par rapport à ce livre de l'absence de rythme, que rien ne se passe réellement, que tout se traîne... Quand je vois qu'a contrario j'ai parmi mes lectures coup de coeur des livres comme La Montagne magique de Thomas Mann ou L'automne du patriarche de Garcia Marquez, qui ne sont pas caractérisés par leurs rebondissements à outrance... Je me dis que ce desert des Tartares a du m'appeler du fond de sa desolation, pour me faire en garder le bord aux côtés de Drogo. Car avec son style à la fois épuré et soigneusement étudié, c'est à accompagner son héros dans l'attente que nous invite Buzatti. L'auteur sait qu'on attend tous que quelque chose nous arrive... On essaie de se placer au bon endroit au bon moment mais on ne maitrise pas toujours grand chose. C'est donc une métaphore particulièrement saisissante que nous offre ici l'auteur transalpin. Une réflexion profonde sur le temps qui passe, nous dépasse et nous laisse démuni quand on... Il y a les livres et les genres qu'on croit aimer... et il y a ceux qui se revelent à nous à travers les lectures qu'on se trouve avoir fortement apprécié. Quand je vois que certains se plaignent par rapport à ce livre de l'absence de rythme, que rien ne se passe réellement, que tout se traîne... Quand je vois qu'a contrario j'ai parmi mes lectures coup de coeur des livres comme La Montagne magique de Thomas Mann ou L'automne du patriarche de Garcia Marquez, qui ne sont pas caractérisés par leurs rebondissements à outrance... Je me dis que ce desert des Tartares a du m'appeler du fond de sa desolation, pour me faire en garder le bord aux côtés de Drogo. Car avec son style à la fois épuré et soigneusement étudié, c'est à accompagner son héros dans l'attente que nous invite Buzatti. L'auteur sait qu'on attend tous que quelque chose nous arrive... On essaie de se placer au bon endroit au bon moment mais on ne maitrise pas toujours grand chose. C'est donc une métaphore particulièrement saisissante que nous offre ici l'auteur transalpin. Une réflexion profonde sur le temps qui passe, nous dépasse et nous laisse démuni quand on se rend compte que si nous attendions quelque chose, lui ne nous a pas attendu. Et le plus ironique, c'est que pour apprécier pleinement l'ouvrage, il faut soi-même être disposé à attendre... sans rien attendre. Sans doute une lecture proche d'un confinement imposé plus que choisi a bien trouvé son moment pour ce genre de réflexion... Alors il y a plusieurs rebondissements... Pas de ceux des thrillers qui supposent que nous suspendions notre incrédulité pour vraiment nous plonger dans l'histoire... mais suffisants pour apprecier un dénouement peut-etre prévisible mais en totale coherence avec le propos. Voyageur à la recherche d'une oasis, mesurez bien surtout votre capacité à affronter le désert, meme littéraire. Comme le desert géographique et concret, il nous apprend avant tout quelque chose sur nous-mêmes.
    Lire la suite
    En lire moins
  • gaelimberdis Posté le 12 Juin 2020
    En lisant ce livre m'est revenu la chanson Zangra de Brel. Tout est là : le passage du temps, l'ennui ou la lassitude: Je m'appelle Zangra et je suis lieutenant Au fort de Belonzio qui domine la plaine D'où l'ennemi viendra qui me fera héros En attendant ce jour je m'ennuie quelquefois Alors je vais au bourg voir les filles en troupeaux Mais elles rêvent d'amour et moi de mes chevaux Je m'appelle Zangra et déjà capitaine Au fort de Belonzio qui domine la plaine D'où l'ennemi viendra qui me fera héros En attendant ce jour je m'ennuie quelquefois Alors je vais au bourg voir la jeune Consuelo Mais elle parle d'amour et moi de mes chevaux Je m'appelle Zangra maintenant commandant Au fort de Belonzio qui domine la plaine D'où l'ennemi viendra qui me fera héros En attendant ce jour je m'ennuie quelquefois Alors je vais au bourg boire avec don Pedro Il boit à mes amours et moi à ses chevaux Je m'appelle Zangra je suis vieux colonel Au fort de Belonzio qui domine la plaine D'où l'ennemi viendra qui me fera héros En attendant ce jour je m'ennuie quelquefois Alors je vais au bourg voir la veuve de Pedro Je parle enfin d'amour mais elle de mes chevaux Je m'appelle Zangra hier trop vieux général J'ai quitté Belonzio qui domine la plaine Et l'ennemi... En lisant ce livre m'est revenu la chanson Zangra de Brel. Tout est là : le passage du temps, l'ennui ou la lassitude: Je m'appelle Zangra et je suis lieutenant Au fort de Belonzio qui domine la plaine D'où l'ennemi viendra qui me fera héros En attendant ce jour je m'ennuie quelquefois Alors je vais au bourg voir les filles en troupeaux Mais elles rêvent d'amour et moi de mes chevaux Je m'appelle Zangra et déjà capitaine Au fort de Belonzio qui domine la plaine D'où l'ennemi viendra qui me fera héros En attendant ce jour je m'ennuie quelquefois Alors je vais au bourg voir la jeune Consuelo Mais elle parle d'amour et moi de mes chevaux Je m'appelle Zangra maintenant commandant Au fort de Belonzio qui domine la plaine D'où l'ennemi viendra qui me fera héros En attendant ce jour je m'ennuie quelquefois Alors je vais au bourg boire avec don Pedro Il boit à mes amours et moi à ses chevaux Je m'appelle Zangra je suis vieux colonel Au fort de Belonzio qui domine la plaine D'où l'ennemi viendra qui me fera héros En attendant ce jour je m'ennuie quelquefois Alors je vais au bourg voir la veuve de Pedro Je parle enfin d'amour mais elle de mes chevaux Je m'appelle Zangra hier trop vieux général J'ai quitté Belonzio qui domine la plaine Et l'ennemi est là je ne serai pas héros
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.