Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782823862072
Façonnage normé : EFL3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Real Account - tome 01 - extrait offert

,

Collection : Extraits gratuits
Date de parution : 17/08/2017
Quand les réseaux sociaux prennent le contrôle de votre destin ! Avec Real Account, vous ne pourrez plus tricher sans le payer de votre vie !
 
Au-delà d'Internet, il y a Real Account, aka ReA. Le Japon entier ne jure plus que par ce réseau social qui rythme l'existence de chaque habitant de l'archipel.
Ataru Kashiwagi n'échappe pas à la règle, et ReA lui a permis de s'inventer une vie en ligne sans rapport avec la réalité....
Au-delà d'Internet, il y a Real Account, aka ReA. Le Japon entier ne jure plus que par ce réseau social qui rythme l'existence de chaque habitant de l'archipel.
Ataru Kashiwagi n'échappe pas à la règle, et ReA lui a permis de s'inventer une vie en ligne sans rapport avec la réalité. Une double identité qu'il gère sans problème jusqu'à ce qu'il se retrouve pris en otage par le réseau. Il n'est pas le seul: 10 000 personnes sont ainsi prisonnières de ReA et de sa mascotte. Et cette dernière a mis au point un jeu qui laisse peu de chances de survie aux participants.
Que le massacre commence ...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823862072
Façonnage normé : EFL3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • bdelhausse Posté le 19 Décembre 2019
    Un jeu/réseau social qui absorbe les individus qui meurent dans la vraie vie s'ils meurent dans le réseau social... ce n'est pas l'idée novatrice du siècle. C'est traité et retraité depuis de nombreuses années, voire décennies. Ce réseau, c'est le Real Account, ou Rea. La manière dont le tout est abordé mérite de s'y attarder. Le maître de cérémonies est une sorte d'émoticone qui semble dépourvu d'émotions et énonce ses sentences de mort de manière presque comique. Ou tragi-comique. D'abord, les followers d'un personnage qui meurt dans le Rea vont également mourir... D'emblée, tous les followers vont se désolidariser du personnage prisonnier du Rea... Mais si le personnage arrive à zéro follower... il meurt aussi. Dilemne cornélien. J'ai adoré ces scènes et l'intensité de la réflexion sur le sens du follow et de l'attachement à l'autre. Ensuite, un jury va évaluer la beauté du personnage. Celui-ci est en même temps appelé à évaluer sa propre beauté. Trois choix: beau, moche, ordinaire... Si le choix de l'individu est le même que celui du jury, il survit. Sinon il meurt, et ses folowers aussi. Mais l'émoticone va trouver dans Ataru Kashiwagi un redoutable adversaire, à même d'utiliser le Rea à ses propres fins, c-à-d survivre. Et Ataru,... Un jeu/réseau social qui absorbe les individus qui meurent dans la vraie vie s'ils meurent dans le réseau social... ce n'est pas l'idée novatrice du siècle. C'est traité et retraité depuis de nombreuses années, voire décennies. Ce réseau, c'est le Real Account, ou Rea. La manière dont le tout est abordé mérite de s'y attarder. Le maître de cérémonies est une sorte d'émoticone qui semble dépourvu d'émotions et énonce ses sentences de mort de manière presque comique. Ou tragi-comique. D'abord, les followers d'un personnage qui meurt dans le Rea vont également mourir... D'emblée, tous les followers vont se désolidariser du personnage prisonnier du Rea... Mais si le personnage arrive à zéro follower... il meurt aussi. Dilemne cornélien. J'ai adoré ces scènes et l'intensité de la réflexion sur le sens du follow et de l'attachement à l'autre. Ensuite, un jury va évaluer la beauté du personnage. Celui-ci est en même temps appelé à évaluer sa propre beauté. Trois choix: beau, moche, ordinaire... Si le choix de l'individu est le même que celui du jury, il survit. Sinon il meurt, et ses folowers aussi. Mais l'émoticone va trouver dans Ataru Kashiwagi un redoutable adversaire, à même d'utiliser le Rea à ses propres fins, c-à-d survivre. Et Ataru, en fervent humaniste, altruiste, va partager ses déductions et astuces. C'est bien foutu. OK, pas révolutionnaire. Mais les réflexions sur les réseaux sociaux, leur place dans nos vies, leur impact, etc., tout cela est bien vu. La dimension sociétale, quasi philosophique du manga est claire et salutaire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MangAstra Posté le 18 Avril 2019
    Real Account est un Survival gamme sur le thème des réseaux sociaux. Lorsqu'on se penche sur la couverture, on peut apercevoir le logo Facebook ou le F est remplacé par le numéro du tome. On voit également les twitters du scénariste et du dessinateur. J'ai analysé tous les titres proposés chez les éditions Kurokawa, les livres sont nombreux et il y a du choix. La sous-jaquette est très fournie en détail, on peu remarqué une page bonus ou le scénariste à penser à remercier du fond du cœur toutes les équipes qui ont travaillé sur son manga ainsi que ces nombreux lecteurs comme ça famille, ces amies et nous-mêmes. Real Account est un titre réfléchi qui a réussi à éveiller ma curiosité. L'idée d'insérer les followers dans l'intrigue est très intéressante sachant qu'ils peuvent aussi être en danger. Je vais vous parler de mon ressenti sur Marble qui est un personnage intriguant par son visage souriant assez particulier qui ressemble à un smiley même s'il est en colère son visage maintient le même sourire. C'est un personnage étonnant qui apporte de la violence à la série. Le héros de la saga paraît pour l'instant intelligent et méthodique malgré les différentes situations oppressante. On ressent très bien les émotions que... Real Account est un Survival gamme sur le thème des réseaux sociaux. Lorsqu'on se penche sur la couverture, on peut apercevoir le logo Facebook ou le F est remplacé par le numéro du tome. On voit également les twitters du scénariste et du dessinateur. J'ai analysé tous les titres proposés chez les éditions Kurokawa, les livres sont nombreux et il y a du choix. La sous-jaquette est très fournie en détail, on peu remarqué une page bonus ou le scénariste à penser à remercier du fond du cœur toutes les équipes qui ont travaillé sur son manga ainsi que ces nombreux lecteurs comme ça famille, ces amies et nous-mêmes. Real Account est un titre réfléchi qui a réussi à éveiller ma curiosité. L'idée d'insérer les followers dans l'intrigue est très intéressante sachant qu'ils peuvent aussi être en danger. Je vais vous parler de mon ressenti sur Marble qui est un personnage intriguant par son visage souriant assez particulier qui ressemble à un smiley même s'il est en colère son visage maintient le même sourire. C'est un personnage étonnant qui apporte de la violence à la série. Le héros de la saga paraît pour l'instant intelligent et méthodique malgré les différentes situations oppressante. On ressent très bien les émotions que ce soit le soulagement, le stresse, l'inquiétude ou bien la peur, tout est très bien détaillé grâce au talent du dessinateur. Les dessins sont extrêmes, il n'y a aucune limite. J'ai un avis assez mitigé au niveau des vignettes, car quand il ne se passe pas grand-chose comme par exemple l'introduction, les vignettes me paraissent trop classiques pourtant une fois lancées dans le vif du sujet, le dessinateur s'amuse à montrer la violence grâce à des vignettes plutôt originaux. Pour moi Real Account concorde avec mes attentes sur le genre. C'est un manga très bien construit qui se lit rapidement de plus il est plaisant et demande beaucoup de réflexion. On se pose beaucoup de questions durant ce tome. Qui est la mascotte ? Pourquoi agir ainsi ? Je pense qu'il veut se sentir supérieur en nous démontrant que la vie ou le physique qu'on s'invente sur les réseaux n'a rien à voir avec la vraie vie et le dévoiler aux grands jours est un divertissement pour lui. Malgré mes opinions, je me demande toujours jusqu’où, il va aller. Si j'étais à leur place qu'est que j'aurais fait ? Contacté mes amies pour leur dire de ne pas se désabonner ? Es vraiment des personnes qui tiennent à moi ? À quel point un follower peut tenir à quelqu'un face à la mort. Combien d'abonné, je vais perdre ? Combien d'abonnés retournent leurs vestes ? Voilà les questions que se posent les personnages de la série et qu'on se pose également au fil des pages. C'est là qu'on voit la vraie facette des gens et que le monde n'est que superficiels. Je suis très contente d'avoir lu ce livre et je compte m'acheter la suite des aventures. En conclusion : Real Account est un excellent titre auquel j'achèterais la suite le plus vite possible.
    Lire la suite
    En lire moins
  • pennybooksful Posté le 19 Février 2019
    Au même titre que Dead Tube (que je n'ai pas encore commencé), Real Account me tentait car il parle de la technologie et de l'Internet de nos jours. J'avais très envie de découvrir comment un site comme Facebook pouvait se tourner contre nous. Et il faut dire que je n'ai pas été déçu par ce premier tome. Il est criant de vérité. J'ai adoré voir comment les followers que l'on chérit tous beaucoup (bon, ok pas tout le monde !) peuvent se retourner contre nous. Sans oublier que l'on ne peut pas vraiment les contrôler et qu'ils font ce qu'ils veulent, se désabonner notamment et que cela peut avoir des conséquences plus ou moins importantes. D'autres notions comme la beauté et les retouches que l'on peut apporter à nos photos et nos selfies sont mis en avant et c'est des choses que j'ai vraiment apprécié. Ce tome fait réfléchir et se poser les bonnes questions sur nous et notre relation avec Internet et l'image que l'on donne ou veux donner. Le résumé parle de massacre et c'est clairement le mot. J'ai eu l'impression qu'il y avait un nombre beaucoup trop important de morts dans la première partie. Cela m'arrange aussi et c'est... Au même titre que Dead Tube (que je n'ai pas encore commencé), Real Account me tentait car il parle de la technologie et de l'Internet de nos jours. J'avais très envie de découvrir comment un site comme Facebook pouvait se tourner contre nous. Et il faut dire que je n'ai pas été déçu par ce premier tome. Il est criant de vérité. J'ai adoré voir comment les followers que l'on chérit tous beaucoup (bon, ok pas tout le monde !) peuvent se retourner contre nous. Sans oublier que l'on ne peut pas vraiment les contrôler et qu'ils font ce qu'ils veulent, se désabonner notamment et que cela peut avoir des conséquences plus ou moins importantes. D'autres notions comme la beauté et les retouches que l'on peut apporter à nos photos et nos selfies sont mis en avant et c'est des choses que j'ai vraiment apprécié. Ce tome fait réfléchir et se poser les bonnes questions sur nous et notre relation avec Internet et l'image que l'on donne ou veux donner. Le résumé parle de massacre et c'est clairement le mot. J'ai eu l'impression qu'il y avait un nombre beaucoup trop important de morts dans la première partie. Cela m'arrange aussi et c'est un choix tout à fait compréhensible, étant donné qu'il y avait pas moins de 10 000 personnes réuni, il faut donc faire un tri. Mais cela n'est pas pour autant gore ou quoi que ce soit du même genre, on voit du sang, oui, mais ça s'arrête ici. J'adore le principe d'avoir plusieurs mini-jeux, à l'image de ce que l'on peut retrouver sur les réseaux sociaux que l'on côtoie. En conclusion, je suis très contente d'avoir commencé cette saga de manga. Elle fait réfléchir, propose un personnage intéressant et sympathique, prêt à aider les autres. La fin me donne envie de me jeter sur le deuxième tome et d'enchaîner avec tout les autres, j'espère que cela va continuer de la sorte !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Hiromichi Posté le 26 Juillet 2018
    Dans un monde où le réseau social « Real Account » est le plus utilisé au Japon, 10 000 de ses utilisateurs se retrouvent un jour piégés. Il semblerait que leurs esprits soient enfermés dans le réseau alors que leurs corps sont endormis dans le monde réel. Notre héros, Ataru, est un garçon plutôt solitaire pas très à l’aise avec les personnes réelles, même s’il est très proche de la seule famille qui lui reste, sa petite sœur Yuri. On se retrouve ainsi dans un manga survival. Les utilisateurs vont devoir passer différentes épreuves pour survivre, car les règles sont simples, s’ils meurent dans ReA, ils meurent dans la vraie vie. Mais ce n’est pas tout, car s’ils meurent, tous leurs followers meurent également, et s’ils n’ont plus aucun follower, les joueurs meurent en solitaire. Ce premier volume ne semble pas vraiment original, surtout que le héros est assez classique, un garçon pas trop sociable, mais pas méchant et qui veut sauver tout le monde. C’est un petit justicier en herbe, qui va essayer de se battre contre le système, alors qu’il pourrait mourir par la simple volonté de Marble (la mascotte de ReA). On ne comprend pas vraiment comment il survit -... Dans un monde où le réseau social « Real Account » est le plus utilisé au Japon, 10 000 de ses utilisateurs se retrouvent un jour piégés. Il semblerait que leurs esprits soient enfermés dans le réseau alors que leurs corps sont endormis dans le monde réel. Notre héros, Ataru, est un garçon plutôt solitaire pas très à l’aise avec les personnes réelles, même s’il est très proche de la seule famille qui lui reste, sa petite sœur Yuri. On se retrouve ainsi dans un manga survival. Les utilisateurs vont devoir passer différentes épreuves pour survivre, car les règles sont simples, s’ils meurent dans ReA, ils meurent dans la vraie vie. Mais ce n’est pas tout, car s’ils meurent, tous leurs followers meurent également, et s’ils n’ont plus aucun follower, les joueurs meurent en solitaire. Ce premier volume ne semble pas vraiment original, surtout que le héros est assez classique, un garçon pas trop sociable, mais pas méchant et qui veut sauver tout le monde. C’est un petit justicier en herbe, qui va essayer de se battre contre le système, alors qu’il pourrait mourir par la simple volonté de Marble (la mascotte de ReA). On ne comprend pas vraiment comment il survit - surtout grâce à la chance - ne serait-ce que lorsqu’il passe la première épreuve. Mais outre ces singularités, la lecture de ce premier tome est très agréable. C’est dynamique et entraîne de nombreuses interrogations : est-ce du réel, de la fiction, de la magie ou de la technologie ? Comment notre héros est arrivé à cet endroit ? Et puis, la fin éveille vraiment notre curiosité ! Que ce soit d’un point de vue narratif ou graphique, ce premier tome est simple et efficace. On entre dans le récit et on y adhère, en particulier grâce aux nombreuses interrogations soulevées.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ferou Posté le 15 Janvier 2018
    Je n’ai pas l’habitude de chroniquer les mangas, c’est un fait, donc je m’excuse pour la possible piètre qualité de cette dernière. Cependant je me suis engagée auprès de Babelio à le faire, je vais donc prendre mon courage à deux mains et essayer de vous faire quelque chose de bien ! Real account est un manga que j’ai trouvé percutant. Autant par le point de vu qu’il défend : Les dérives que pourraient engendrer notre addiction aux téléphones et aux RS, que par ses dessins. J’ai beaucoup aimé l’argumentaire déroulé ici. En effet, on rejoint Ataru, un jeune lycéen qui cache son adhésion au réseau social REA pour pouvoir continuer à rester anonyme en son sein. Ainsi ses camarades ne le trouvent pas et il continue à avoir de nombreux amis en ligne. Cependant, un événement va tout changer ! REA devient vivant, REA devient un jeu. Ataru comme un bon nombre des utilisateurs de ce réseau va être aspiré dans un « monde parallèle », dans le réseau REA où il va devoir affronter plusieurs épreuves pour survivre. Vous avez bien lu : « survivre ». Chacune de ses épreuves est une sorte de jeu de popularité ou... Je n’ai pas l’habitude de chroniquer les mangas, c’est un fait, donc je m’excuse pour la possible piètre qualité de cette dernière. Cependant je me suis engagée auprès de Babelio à le faire, je vais donc prendre mon courage à deux mains et essayer de vous faire quelque chose de bien ! Real account est un manga que j’ai trouvé percutant. Autant par le point de vu qu’il défend : Les dérives que pourraient engendrer notre addiction aux téléphones et aux RS, que par ses dessins. J’ai beaucoup aimé l’argumentaire déroulé ici. En effet, on rejoint Ataru, un jeune lycéen qui cache son adhésion au réseau social REA pour pouvoir continuer à rester anonyme en son sein. Ainsi ses camarades ne le trouvent pas et il continue à avoir de nombreux amis en ligne. Cependant, un événement va tout changer ! REA devient vivant, REA devient un jeu. Ataru comme un bon nombre des utilisateurs de ce réseau va être aspiré dans un « monde parallèle », dans le réseau REA où il va devoir affronter plusieurs épreuves pour survivre. Vous avez bien lu : « survivre ». Chacune de ses épreuves est une sorte de jeu de popularité ou de remise en question qui aura pour récompense de survivre jusqu’à la prochaine épreuve ou de mourir dans d’atroces souffrances et grandes effusions de sang. Le pire étant que ces jeux sont visibles par le monde entier et que les spectateurs sont invités à participer (on retrouve ici les dérives de la télé réalité autre sujet génialement traité). Je ne vous en dirai pas plus sur ces fameuses épreuves puisque tout cela risquerait de vous gâcher le plaisir de la découverte. L’autre bon point ce sont les dessins, ou la plume du mangaka, j’ai beaucoup apprécié sa finesse, son souci du détail et sa représentation sanglante des conséquences de ces jeux. Le gore est bien présent, mais par petites touches, ce qui rend ces scènes encore plus effroyables. Les mises à mort sont sanglantes et spectaculaires. Un régal pour les yeux des publics avertis. J’ai beaucoup apprécié les personnages suivis lors de ce premier tome, leurs personnalités sont intéressantes et ils se remettent régulièrement en question. Les réflexions qui font avancer ce roman, nous montre la voie vers une utilisation plus raisonnée des réseaux, vers une utilisation moins abusive du jugement d’autrui. Ce sont de beaux messages qu’ils font passés. En bref, un premier tome sympathique qui laisse présager une suite encore meilleure et que j’espère pouvoir découvrir. Une saga qui promet d’être sanglante tout en proposant une réflexion approfondie sur notre utilisation et les dérives des réseaux sociaux.
    Lire la suite
    En lire moins
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !