En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Aeternia

        Pocket
        EAN : 9782266260497
        Code sériel : 7205
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 448
        Format : 108 x 177 mm
        Aeternia

        Stéphane DESA (Direction de collection)
        Date de parution : 10/11/2016
        À Kyrenia, la guerre de religion fait rage. Et tous les coups sont bons pour établir son emprise sur la ville du savoir et de la culture qui connaît ses plus sombres heures.
        Un duel dans l'arène devait pourtant mettre fin au carnage et instaurer un des deux cultes au frontispice...
        À Kyrenia, la guerre de religion fait rage. Et tous les coups sont bons pour établir son emprise sur la ville du savoir et de la culture qui connaît ses plus sombres heures.
        Un duel dans l'arène devait pourtant mettre fin au carnage et instaurer un des deux cultes au frontispice de Kyrenia. Le Corbeau contre Leth Marek, le culte de la Grande Déesse et celui d'Ochin ont leur champion respectif. Du moins avaient. Car Leth est assassiné.
        C'est Desmeon qui mettra sa hache et ses talents guerriers au service du Prophète. Mais avant que ne débute l'ultime combat, les stratagèmes et les ambitions de chacun vont faire régner le chaos et la loi du sang.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266260497
        Code sériel : 7205
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 448
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        8.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Arweeeen Posté le 23 Janvier 2018
          Après avoir lu "Le puits des mémoires", j'ai beaucoup aimé cette duologie, qui ne fait que confirmer que Gabriel Katz aime jouer avec nos nerfs... Ne vous attachez pas trop aux personnages, conseil d'amis !
        • OmbreBones Posté le 18 Janvier 2018
          Difficile de résumer en quelques mots la chronique d'un second tome, que je trouve même au-dessus du premier alors qu'il était déjà très bon. J'ai adoré, cette saga est pour moi un véritable coup de cœur. De la très bonne fantasy à la française, servie par une plume dynamique et par une intrigue intelligente qui nous sort de notre zone des conforts. Les personnages sont tous attachants, tous intéressants, et cette fin, mon dieu #9829; Parfaite. Gabriel Katz a énormément de talent ! Aeternia est, à mes yeux, un must-read de la fantasy francophone.
        • Cranberries Posté le 19 Décembre 2017
          Souvenez-vous, en mai dernier je venais vous livrer ma chronique du premier tome d'Aeternia et je vous en faisais l'éloge dans une chronique pour le moins passionnée. Mais si le premier tome m'avait à la fois étonnée et frustrée, son successeur m'a littéralement retournée comme une crêpe. Le premier roman se terminait avec la mort ô combien horrible de Leth Marek, laissant le culte d'Ochin orphelin de son champion à la veille d'un duel décisif. C'est donc à Desmeon que revient le devoir de défendre Ochin et ses fidèles, mais le jeune guerrier n'est pas au bout de ses surprises. Ainsi, si je premier tome mettait grandement en valeur Leth Marek, on se concentre cette fois sur le personnage atypique qu'est Desmeon. Nous en apprenons plus sur la vie et le passé de l'énigmatique Danseur, et ce pour notre plus grand plaisir. Dez, c'est le genre de personnage auquel on accroche dès son apparition dans un roman. Il est frondeur, sûr de lui et un brin hautain, mais c'est là tout ce qui fait son charme justement. Ca et le sarcasme dont il ne se départit jamais. Rassurez-vous, nous retrouvons également les personnages emblématiques du premier tome, tel que Varian qui continue son ascension vers le patriarcat, mais... Souvenez-vous, en mai dernier je venais vous livrer ma chronique du premier tome d'Aeternia et je vous en faisais l'éloge dans une chronique pour le moins passionnée. Mais si le premier tome m'avait à la fois étonnée et frustrée, son successeur m'a littéralement retournée comme une crêpe. Le premier roman se terminait avec la mort ô combien horrible de Leth Marek, laissant le culte d'Ochin orphelin de son champion à la veille d'un duel décisif. C'est donc à Desmeon que revient le devoir de défendre Ochin et ses fidèles, mais le jeune guerrier n'est pas au bout de ses surprises. Ainsi, si je premier tome mettait grandement en valeur Leth Marek, on se concentre cette fois sur le personnage atypique qu'est Desmeon. Nous en apprenons plus sur la vie et le passé de l'énigmatique Danseur, et ce pour notre plus grand plaisir. Dez, c'est le genre de personnage auquel on accroche dès son apparition dans un roman. Il est frondeur, sûr de lui et un brin hautain, mais c'est là tout ce qui fait son charme justement. Ca et le sarcasme dont il ne se départit jamais. Rassurez-vous, nous retrouvons également les personnages emblématiques du premier tome, tel que Varian qui continue son ascension vers le patriarcat, mais également Nessirya, Synden et Annoa, qui n'ont pas encore dévoilé tous leurs atouts. Peut à peu, Dez va en apprendre plus sur le culte d'Ochin, et ce qu'il découvrira le laissera assez peu indifférent. Le lecteur quant à lui va en prendre plein les mirettes ! Gabriel Katz nous démontre ici à quel point il maitrise son histoire, de la trame principale aux petites énigmes internes, le fourbe balade son lecteur beaucoup plus que nécessaire, mais c'est tellement grisant de se laisser mener comme cela de temps à autres. On va donc de révélations en révélations et de surprises en surprises, tout en tremblant d'effroi à chaque page en imaginant ce que l'auteur sadique a bien pu trouver pour malmener notre pauvre petit coeur de lecteur sensible. Je vous le dis, ce roman va vous retourner comme une crêpe et vous laisser haletant et pantelant, à vous demander ce qui à bien pu se passer au cours des derniers chapitres que vous aurez dévorés. En parlant des chapitres, ceux-ci s'enchainent de plus en plus aisément à mesure que l'on évolue dans l'histoire. Comme pour le premier tome, ils sont courts et vont droit au but, ce qui donne une lecture très rythmée et agréable à suivre. Et puis vient la fin. L'ultime révélation que personne n'avait vu venir et qui met en lumière tous les tenants et les aboutissants de ce diptyque enflammé. On a presque envie de rire et de pleurer en même temps face à cette révélation, qui est d'une cruelle simplicité. En conclusion, j'ai été plus que conquise par ma découverte d'Aeternia et du sadisme de son auteur. Tellement que je compte bien dévorer le reste de ses écrits pour me faire une idée encore plus précise de ce dont est capable Gabriel Katz. Je pense pouvoir affirmer que je ne serais pas déçue !
          Lire la suite
          En lire moins
        • levadee Posté le 1 Novembre 2017
          J'ai adoré ce deuxième tome! On découvre davantage certains personnages un peu survolés lors du premier tome.
        • LesFantasydAmanda Posté le 11 Octobre 2017
          --- Un nouveau héros… --- Souvenez-vous : nous étions restés sur une fin incroyable lors du dénouement de La Marche du Prophète. Attention néanmoins : pour ceux qui voudraient éviter le spoil, je vous déconseille de lire ce qui va suivre, ainsi que le synopsis. Comme je le disais, le final du premier tome avait de quoi surprendre. En débutant L’Envers du monde, je me suis tout de suite demandé quel héros allait prendre la relève de Leth Marek. J’ai aussitôt pensé à Desmeon – choix logique, vous en conviendrez – et mes soupçons se sont révélés fondés. Le combattant à l’humour douteux est ainsi sorti de l’ombre pour se retrouver au premier plan, endossant le rôle de champion pour les fidèles d’Ochin et de héros pour le lecteur. Un choix téméraire de la part de l’auteur, il faut le reconnaître… qui s’est avéré payant me concernant ! Là où Leth Marek manquait un peu de personnalité, Desmeon en est – un peu trop ! – rempli. Mais s’il m’a parfois énervée dans le premier numéro, j’ai appris à l’accepter, à l’aimer même, curieuse de connaître son passé. Gabriel Katz a d’ailleurs fini par lever le voile sur celui-ci, un passage intéressant que... --- Un nouveau héros… --- Souvenez-vous : nous étions restés sur une fin incroyable lors du dénouement de La Marche du Prophète. Attention néanmoins : pour ceux qui voudraient éviter le spoil, je vous déconseille de lire ce qui va suivre, ainsi que le synopsis. Comme je le disais, le final du premier tome avait de quoi surprendre. En débutant L’Envers du monde, je me suis tout de suite demandé quel héros allait prendre la relève de Leth Marek. J’ai aussitôt pensé à Desmeon – choix logique, vous en conviendrez – et mes soupçons se sont révélés fondés. Le combattant à l’humour douteux est ainsi sorti de l’ombre pour se retrouver au premier plan, endossant le rôle de champion pour les fidèles d’Ochin et de héros pour le lecteur. Un choix téméraire de la part de l’auteur, il faut le reconnaître… qui s’est avéré payant me concernant ! Là où Leth Marek manquait un peu de personnalité, Desmeon en est – un peu trop ! – rempli. Mais s’il m’a parfois énervée dans le premier numéro, j’ai appris à l’accepter, à l’aimer même, curieuse de connaître son passé. Gabriel Katz a d’ailleurs fini par lever le voile sur celui-ci, un passage intéressant que j’ai pris plaisir à lire. Il y a juste un léger détail qui me chiffonne. Je suppose que c’est Desmeon qu’on a voulu représenter sur la couverture. Dans ce cas… où est le tatouage qui est censé lui couvrir le dos ? --- …et d’anciens personnages que l’on redécouvre --- Si j’ai apprécié de voir le personnage de Synden évoluer au fil de péripéties inattendues, je ne peux pas en dire autant de celui de Nessirya, que je n’ai pas réussi à cerner et dont les motivations m’ont paru nébuleuses. Froide et calculatrice, elle semble pourtant tenir à Desmeon – de la plus étrange des manières, certes ! Pour être honnête, je m’interroge sur son utilité dans le récit ; était-elle seulement destinée à faire avancer l’intrigue ? Si oui, c’est regrettable car, en fin de compte, son double jeu manque de crédibilité. --- Une tournure inespérée --- Alors que dans La Marche du Prophète, l’histoire tournait en rond par moments, ici les combats vont bon train. Cela aurait aussi pu être lassant à force, mais le tout était ingénieusement contrebalancé par les (més)aventures de Desmeon et de Synden. En résumé, contrairement au premier volet, je me suis sentie directement concernée par l’histoire. Un revirement de situation auquel je ne m’attendais plus, mais qui a été le bienvenu. Tourner les pages a été d’une facilité déconcertante, la plume exceptionnelle de Gabriel Katz achevant de me faire passer un très bon moment. En effet, quand tout est réuni – personnages, intrigue et écriture -, ça ne peut que fonctionner. Dommage qu’il ait fallu attendre le second tome pour cela… Quant à la fin, assez abrupte je dois dire, elle m’a plu sans pour autant m’émerveiller, car elle laisse de nombreuses questions en suspens, notamment au sujet d’Aeternia, ce qui a dû en frustrer plus d’un, à mon avis !
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « En bref, un deuxième tome en tout point parfait : on rit, on pleure, on hurle, on grogne… Et, surtout, on savoure : Gabriel Katz clôture en beauté un diptyque simplement succulent, que je ne peux que vous recommander. Amateurs de fantasy, de bons mots et d’intrigues de haut vol, ne boudez pas plus longtemps votre plaisir : Aeternia est fait pour vous ! »
        Les lectures de bouch.fr
         « De la fantasy comme on l'aime, avec du sang, de la magie (juste ce qu'il faut) du sang et des pointes d'humour qui relève le tout, à la perfection. » Margaud Liseuse, blog et booktubeuse
        « L'Envers du monde clôt ce diptyque sur une note sombre et désabusée : les dessous de la religion, ce n'est clairement pas beau à voir. » Lectures trollesques, blog
        « J'ai été emportée par ce roman, grâce à l'excellent style de Gabriel Katz et l'action qui s'enchaîne tambour battant, sans temps mort. Puisque les bases ont déjà été posées avec succès dans le premier volet, l'auteur n'a plus qu'à dérouler son intrigue, jusqu'aux dernières lignes qui m'ont laissée bouche bée. Quelle fin ! » Les lectures de Doris, blog
         
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.