Lisez! icon: Search engine
À Paraître
Comme si nous étions des fantômes
Élodie Leplat (traduit par)
Date de parution : 19/09/2024
Éditeurs :
10/18
En savoir plus
10.10 €
Date de parution: 19/09/2024
À Paraître

Comme si nous étions des fantômes

Élodie Leplat (traduit par)
Date de parution : 19/09/2024
1919 : les armes se sont tues. Pas les morts.
Lauréat du Prix Polars Pourpres Découvertes.
Trois mois après la fin de la Première Guerre mondiale, une jeune Anglaise, Amy Vaneck, arrive à Amiens afin d’en apprendre davantage sur l’homme qu’elle aime, Edward Haslam, porté disparu... Trois mois après la fin de la Première Guerre mondiale, une jeune Anglaise, Amy Vaneck, arrive à Amiens afin d’en apprendre davantage sur l’homme qu’elle aime, Edward Haslam, porté disparu dans les tranchées. Les champs de bataille désolés de la Somme sont désormais silencieux. Ne restent sur place que quelques... Trois mois après la fin de la Première Guerre mondiale, une jeune Anglaise, Amy Vaneck, arrive à Amiens afin d’en apprendre davantage sur l’homme qu’elle aime, Edward Haslam, porté disparu dans les tranchées. Les champs de bataille désolés de la Somme sont désormais silencieux. Ne restent sur place que quelques hommes qui se livrent à la tâche difficile de rassembler les dépouilles et d’essayer de les identifier. Parmi eux, le capitaine Mackenzie, un survivant hanté par les fantômes de ses frères d’arme, qu’il ne peut se résoudre à abandonner sans sépulture. Amy compte sur lui pour l’aider dans sa tâche, mais le climat change brutalement lorsque les hommes de Mackenzie retrouvent treize cadavres dissimulés dans un tunnel au fond d’une tranchée. Celle où Edward a été vu pour la dernière fois. Il apparaît bientôt que ces crimes d’une sauvagerie inhumaine n’ont rien à voir avec les combats, ni avec l’armée allemande. Amy et Mackenzie se mettent alors à la recherche d’un psychopathe pour qui les atrocités commises sur les champs de bataille n’ont peut-être été qu’un début…

« Un impressionnant polar, plein de mystère et de suspense. » Le Figaro magazine
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264083784
Code sériel : 5998
Façonnage normé : POCHE
10/18
En savoir plus
10.10 €
Date de parution: 19/09/2024
EAN : 9782264083784
Code sériel : 5998
Façonnage normé : POCHE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Scriba 28/04/2024
    Une plongée en enfer d'après guerre lorsque les armées recherchent, identifient et enterrent leurs morts. La jeune Amy recherche son fiancé disparu et met à jour une affaire de meurtres, malgré elle. On ne lâche pas ce roman : écriture fluide, sujet historique, dénouement totalement inattendu. Un très bon roman !
  • mimipinson 08/04/2024
    La première guerre mondiale n’a pas fini d’inspirer les écrivains, et ces derniers ne sont pas en reste pour se renouveler par rapport à leurs ainés tant il y aurait à dire. Ici l’auteur s’inspire librement de son grand-père pour offrir une fresque historique dans laquelle le suspense prend une large place. Nous sommes à la fin du conflit, à l’heure où les belligérants se doivent d’identifier, autant que faire se peut, leurs morts afin de leur offrir une sépulture digne de leur engagement, et sacrifice au service de leurs nations. Le nord, de la France où se déroule l’action, et l’est en savent quelque chose quand s’étendent à perdre de vue les croix blanches alignées sur des terres soigneusement entretenues. Amy, est une jeune fille de très bonne famille. Elle s’est éprise pu avant la guerre d’un jeune homme, instituteur et musicien à ses heures, mais hélas pas assez bien pour elle selon les critères de sa famille. Il s’engage, et sera porté disparu. C’est sans compter sur la ténacité d’Amy qui portée par son amour brulant, part sur les champs de batailles à la recherche de son amoureux. Les pieds dans la glaise des tranchées encore fumantes, jonchées de cadavres, et de morceaux de corps, elle s’obstine, et part à la recherche de tous ceux qui auraient pu à un moment donné croiser le chemin d’Edward. Seulement voilà, non seulement on n’y découvre pas que des cadavres de guerre, et puis Amy fait la connaissance de personnes qui n’ont pas tout à fait les mêmes intérêts qu’elle. A ce stade de mon avis, je n’en dirai pas d’avantage, si ce n’est que ce ne sera qu’à la toute dernière page que le lecteur aura la clé de l’énigme. Entre temps, c’est sous un angle original et surtout mal connu que nous allons cheminer entre ce qui se passe sur le terrain, les flash-backs et quelques lettres, nous enfoncer dans les méandres assez peu reluisant d’une des plus grandes boucheries de notre monde moderne ; on ne se contentait pas d’envoyer au feu nos jeunes hommes, on les droguait pour leur donner du courage. J’ai beaucoup aimé la trame historique, et l’angle de point de vue ; j’ai apprécié le travail que l’auteur a fait sur ses personnages, en particulier Amy et par ricochet le rôle des femmes durant ce conflit, véritables héroïnes de l’ombre. En outre, l’auteur a bien su faire ressortir l’ambiance crasse et morbide de l’époque. Il faut souligner à ce stade le beau travail de traduction d’Elodie Leplat. En revanche je reste un peu sur ma faim sur le côté thriller du roman qui n’a m’a que moyennement convaincue. La première guerre mondiale n’a pas fini d’inspirer les écrivains, et ces derniers ne sont pas en reste pour se renouveler par rapport à leurs ainés tant il y aurait à dire. Ici l’auteur s’inspire librement de son grand-père pour offrir une fresque historique dans laquelle le suspense prend une large place. Nous sommes à la fin du conflit, à l’heure où les belligérants se doivent d’identifier, autant que faire se peut, leurs morts afin de leur offrir une sépulture digne de leur engagement, et sacrifice au service de leurs nations. Le nord, de la France où se déroule l’action, et l’est en savent quelque chose quand s’étendent à perdre de vue les croix blanches alignées sur des terres soigneusement entretenues. Amy, est une jeune fille de très bonne famille. Elle s’est éprise pu avant la guerre d’un jeune homme, instituteur et musicien à ses heures, mais hélas pas assez bien pour elle selon les critères de sa famille. Il s’engage, et sera porté disparu. C’est sans compter sur la ténacité d’Amy qui portée par son amour brulant, part sur les champs de batailles à la recherche de son amoureux. Les pieds dans la glaise des tranchées encore fumantes, jonchées de cadavres, et...
    Lire la suite
    En lire moins
  • olivierverstraeteRCV99FM 26/03/2024
    Quand vous êtes natifs ou habitant dans les Hauts de France et que vous déambulez dans les villes et leurs cimetières du côté du Pas de Calais, de la Somme ou de l'Aisne, vous êtes alors familiers à voir, visiter, peut-être arpenter ces cimetières militaires aux stèles alignées sur des mètres et des mètres avec le nom, quand il a été identifié, du soldat tombé au combat et qui se voit inhumer bien loin de sa terre natale. Lieux de recueillement, tourisme commémoratif, ces lieux entretenus au cordeau sont aussi des lieux de mémoire rendant hommage à ces milliers de soldats. Mais quelle a été l'action des pays pour pouvoir attribuer un nome et une sépulture décente à ces combattants, quelle que soit leur nationalité ? Dans "Comme si nous étions des fantômes" paru chez Sonatine, Philip Gray nous en dévoile les contours. En 1919, les champs de bataille ne sont plus le théâtre de guerre mais plutôt des charniers quasi à ciel ouvert. Amy Vanneck vient d'Angleterre sur ces terrains pour tenter de trouver son amoureux Edward Aslan, officier avec qui elle entretenait une correspondance. Elle se rend sur les lieux, convaincue e trouver trace de son capitaine. Elle y rencontre d'autres soldats comme le néo zélandais Mc Kenzie qui, avec son bataillon, tente de retrouver et nommer les dépouilles. Amy se met en quête d'Edward avec l'aide du capitaine mais ses investigations vont mettre à jour et exhumer d'autres faits qui pourraient ternir l'image héroïque de certains... Philip Gray s'inspire de la vie de son grand-père pour composer ce premier roman associant histoire, investigation et quête pour retrouver l'être aimé, dans un contexte post conflit. L'auteur nous plonge dans ce travail de restauration et de volonté de rendre hommage à celles et ceux qui se sont battus, bien loin de chez eux. Thème très peu abordé dans la fiction. Le film garden of stone l'avait effleuré mais pas sous l'angle de ce sacerdoce mené pour redonner hier un nom à des restes trouvés sur le champ de bataille. Ce livre est d'une richesse historique impressionnante pour qui s'intéresse à la période mais pas sous un angle militaire ou stratégique mais plutôt celui de la condition de vie de ces soldats chair à canon , comment ils garderont la volonté de se battre, grâce aux narcotiques, les "pilules à marcher". Une centaines de pages en moins n'aurait pas nui à la qualité du roman, au contraire. "Comme si nous étions des fantômes" mérite néanmoins votre intérêt. Philip Gray parvient à captiver son lectorat sur cette quête éperdue sans être mielleuse d'Amy et sur les champs de bataille qu'elle explore. Quand vous êtes natifs ou habitant dans les Hauts de France et que vous déambulez dans les villes et leurs cimetières du côté du Pas de Calais, de la Somme ou de l'Aisne, vous êtes alors familiers à voir, visiter, peut-être arpenter ces cimetières militaires aux stèles alignées sur des mètres et des mètres avec le nom, quand il a été identifié, du soldat tombé au combat et qui se voit inhumer bien loin de sa terre natale. Lieux de recueillement, tourisme commémoratif, ces lieux entretenus au cordeau sont aussi des lieux de mémoire rendant hommage à ces milliers de soldats. Mais quelle a été l'action des pays pour pouvoir attribuer un nome et une sépulture décente à ces combattants, quelle que soit leur nationalité ? Dans "Comme si nous étions des fantômes" paru chez Sonatine, Philip Gray nous en dévoile les contours. En 1919, les champs de bataille ne sont plus le théâtre de guerre mais plutôt des charniers quasi à ciel ouvert. Amy Vanneck vient d'Angleterre sur ces terrains pour tenter de trouver son amoureux Edward Aslan, officier avec qui elle entretenait une correspondance. Elle se rend sur les lieux, convaincue e trouver trace de son capitaine....
    Lire la suite
    En lire moins
  • nadinelouis001 16/02/2024
    Inspiré de son histoire familiale, ce roman de 500 pages signé du Britannique Philip Gray au début captivant est un peu trop long à mon goût, et a fini par me plonger dans l'ennui. La guerre des tranchées dans la Somme, un peu reléguée au second plan par Verdun a connu son lot de désastres et d'inhumanité. Après les quatre années de folie des hommes, la guerre ne s'arrête pas pour autant car ceux qui sont sortis vivants des combats doivent retourner ces champs de ruines pour retrouver et identifier ceux qui ne retourneront jamais dans leur pays, attendus par leurs parents. Parmi ceux là, Miss Vanneck (Amy) part à la recherche dans un no man's land réservé aux hommes de celui qu'elle aime.
  • missparker18 09/02/2024
    Roman bien intriguant : pendant la guerre 14-19, des crimes sur des chinois notamment ont été commis et sont découverts après la guerre. C'est à la fois un roman policier et un roman historique, où l'auteur en profite pour nous raconter un peu la vie des tranchées et surtout le travail à la fin de la guerre sur les terrains des batailles, celui de retrouver les corps des soldats morts et de chercher leur identité pour permettre aux familles de faire leur deuil. C'est pourquoi l'auteur nous fait suivre Amy, qui cherche à retrouver le corps de son petit-ami, en ayant un faible espoir qu'il soit finalement encore en vie, peut-être en déserteur... J'ai suivi avec intérêt l'histoire qui garde son intrigue jusqu'à la fin.
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…