Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266300452
Code sériel : 17754
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 592
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté

L'Américaine

Date de parution : 28/05/2020
Septembre 1961. Depuis le pont du bateau sur lequel elle a embarqué, Ruth tourne le dos à son île natale, la République dominicaine. En ligne de mire : New York. Elle en est sûre, bientôt elle sera journaliste comme l’était son père, Wilhelm. Très vite, elle devient une véritable New-Yorkaise... Septembre 1961. Depuis le pont du bateau sur lequel elle a embarqué, Ruth tourne le dos à son île natale, la République dominicaine. En ligne de mire : New York. Elle en est sûre, bientôt elle sera journaliste comme l’était son père, Wilhelm. Très vite, elle devient une véritable New-Yorkaise et vit au rythme du rock, de l’amitié, des amours et des bouleversements du temps : l’assassinat de Kennedy, la marche pour les droits civiques, les frémissements de la contre-culture…
Mais Ruth se cherche. Qui est-elle vraiment ? Dominicaine, née de parents juifs autrichiens ? Américaine d’adoption ? Dans cette période de doute, elle est entourée par trois femmes fortes et inspirantes : sa mère Almah en République dominicaine, sa tante Myriam à New York et sa marraine Svenja en Israël symbolisent son déchirement entre ses racines multiples. 

« Une fresque historique haletante. » LiRE

« Un portrait incroyablement juste. » Judy Manuzzi – Page des Libraires
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266300452
Code sériel : 17754
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 592
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« La saga qui nous transporte. »
Olivia de Lamberterie / ELLE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Jardinssecrets Posté le 6 Juillet 2020
    Magnifique ! C’est le premier mot qui me vient à l’esprit en fermant, très ému, ce superbe roman… Ruth, Almah, Arturo, Markus et tous les autres, décidément vont encore me manquer. J’avais beaucoup aimé “Les Déracinés”, premier volet de cette saga. Il a fallu que je me décide à ranger, à mettre un peu d’ordre dans ma PAL la semaine dernière pour retomber sur le second volet de Catherine Bardon “L’Américaine” que j’avais déjà cherché partout… Quel immense plaisir de retrouver les personnages, décrit avec finesse, qui m’avaient embarqués avec eux sur l’ile de la République Dominicaine. Ce second volet est recentré sur Ruth, la fille de Wilhelm et Almah et son départ vers une nouvelle vie. Nous sommes en 1961, Ruth a vingt ans, elle décide de partir s’installer à New York, pour étudier le journalisme à l’université de Columbia. Pendant le trajet, elle fait la rencontre d’Arturo, un Dominicain de son âge, qui lui aussi se rend à New York pour ses études… Mais seront-ils les bienvenus dans l’histoire américaine du début des années 60 ? Très vite Ruth aura du mal à s’intégrer et à trouver sa place dans ce nouveau monde en pleine effervescence. Elle cherche son identité. D’origine juive et autrichienne, née... Magnifique ! C’est le premier mot qui me vient à l’esprit en fermant, très ému, ce superbe roman… Ruth, Almah, Arturo, Markus et tous les autres, décidément vont encore me manquer. J’avais beaucoup aimé “Les Déracinés”, premier volet de cette saga. Il a fallu que je me décide à ranger, à mettre un peu d’ordre dans ma PAL la semaine dernière pour retomber sur le second volet de Catherine Bardon “L’Américaine” que j’avais déjà cherché partout… Quel immense plaisir de retrouver les personnages, décrit avec finesse, qui m’avaient embarqués avec eux sur l’ile de la République Dominicaine. Ce second volet est recentré sur Ruth, la fille de Wilhelm et Almah et son départ vers une nouvelle vie. Nous sommes en 1961, Ruth a vingt ans, elle décide de partir s’installer à New York, pour étudier le journalisme à l’université de Columbia. Pendant le trajet, elle fait la rencontre d’Arturo, un Dominicain de son âge, qui lui aussi se rend à New York pour ses études… Mais seront-ils les bienvenus dans l’histoire américaine du début des années 60 ? Très vite Ruth aura du mal à s’intégrer et à trouver sa place dans ce nouveau monde en pleine effervescence. Elle cherche son identité. D’origine juive et autrichienne, née en République Dominicaine, installée à New York, elle passe par le Mexique et ira même jusqu’à vivre dans un kibboutz en Israël, pour se trouver ! Catherine nous offre une synthèse très intéressante de la société américaine de cette époque. Les combats politiques qui émergent, Martin Luther King, Les Beatles, Les Kennedy,… Mais aussi et surtout la vie politique, très peu connue, en République Dominicaine, où s’enchainent chaos politiques et guerres civiles, et les américains qui ne veulent plus ce qui s’est déjà déroulé à Cuba ! Catherine est une vraie conteuse, j’ai retrouvé de nouveau tout son talent pour faire passer des émotions, faire vivre et aimer ses personnages. Le récit est fluide et agréable, les chapitres sont courts, rythmant un récit fort bien documenté, mais malgré l’aspect imposant du roman, j’aurai aimé qu’il y ai plus de pages encore pour ne pas, tous, les quitter aussi vite… Lu d’une traite. C’est un superbe portrait de nos héros, entrelacé entre la “petite” et la grande Histoire, que nous offre Catherine. Un beau roman que je recommande à tous. Mais, je vous conseille évidement de commencer par ”Les déracinés”… Le troisième volet, “Et la vie reprit son cours”, est sorti le 16/04/2020 chez le même éditeur, Éditions les escales. ÷÷÷÷÷÷÷ Extrait : « Les journées s’étiraient lentement dans un ennui confortable, les journées interminables de ciel et d’eau. Je n’avais rien à faire que méditer sur ma vie et mon avenir. Pour ne pas m’angoisser, je trouvais plus confortable de me replonger dans mon passé. Je passais des heures, alanguie dans une chaise longue, à regarder la mer en faisant défiler les séquences les plus réussies du film de mes jeunes années. C’était une manière de faire mes adieux à mon enfance à laquelle je tournais définitivement le dos. En fermant les yeux, je voyais une longue plage blonde où le bonheur n’en finissait pas de couler. Si j’avais peu de certitudes, une seule était totalement inébranlable : peu d’enfants avaient vécu une enfance aussi libre et heureuse que la nôtre, un long fleuve d’insouciance. Je gardais des années bénies de mon enfance le souvenir de la plus absolue félicité. Nous vivions hors du temps avec le sentiment que cela durerait toujours. »
    Lire la suite
    En lire moins
  • cami_mondo Posté le 2 Juillet 2020
    Quelle joie de retrouver Almah, Ruth, Frizzie et cette ambiance des déracinés que j’avais tant aimé ! Avec l’américaine, le lecteur plonge dans le New York des sixties et suit Ruth dans son émancipation. A 21 ans, fraîchement arrivée de sa République Dominicaine natale, Ruthie va découvrir la frénésie de New York, et ses personnages haut en couleur, et aux personnalités affirmées. Sur fonds de faits historiques qui ont marqué le monde, Catherine Bardon explore plusieurs thèmes à travers ce roman : le passage de l’enfance à l’âge adulte, le déracinement, la quête d’identité, et l’importance des origines. Elle confirme son talent de conteuse et on attend avec impatience son prochain roman. Un très bon moment de lecture ! Je vous recommande de lire avant les Déracinés, pour lequel j’avais eu un énorme coup de cœur.
  • Passemoilelivre Posté le 14 Juin 2020
    Second volet d’une trilogie(voire quadrilogie) , ce roman s’inscrit dans la suite de « les déracinés ». On y suit « Ruth », fille d’ Almah et Wilhelm de la fin de son adolescence, lorsqu’elle part pour les EtatsUnis pour y achever ses études jusqu’à son retour en République Dominicaine à 25ans. Plus intimiste et féminin que « les déracinés », on y retrouve la même construction narrative qui inscrit l’action dans le cadre et la temporalité des évènements réels concomitants. Cette suite n’a toutefois pas autant de souffle. Cette décélération permet à l’auteure de s’attarder plus sur la profondeur des personnages,mais s’arrêter à la lecture de l’acte 1 de cette saga suffit à mon avis à en apprécier l’intérêt.
  • Olivia-A Posté le 9 Juin 2020
    Après Les déracinés, nous voici de retour dans la famille Rosenheck, dont l’histoire est, pour notre plus grand plaisir, loin d’être terminée. Après Wilhelm et Almah, c’est désormais leur fille Ruth qui occupe le devant de la scène, alors qu’elle embarque sur un paquebot à destination de New York. Elle a vingt-et-un ans, la vie devant elle et l’envie de devenir journaliste. Loin des siens et de sa terre natale, la République Dominicaine, elle va réaliser à quel point il est difficile pour une fille d’exilés juifs, de trouver sa place. Dans ce second opus, Catherine Bardon s’attaque à la question de l’identité, question cruciale pour des générations entières de descendants d’exilés juifs ayant atterri dans divers pays, avec plus ou moins de succès. Avec la création d’Israël et la mondialisation qui commence, ces jeunes aux origines multiples voient le monde s’offrir à eux. Ruth, comme tant d’autres, est partagée entre son héritage autrichien, son enfance dominicaine idyllique et l’avenir qu’elle entrevoit aux Etats-Unis. Allemand, espagnol, anglais, tous les langues s’entremêlent jusqu’à ce qu’elle ne sache plus très bien qui elle est en réalité. Catherine Bardon décrit avec beaucoup de justesse ces questionnements intemporels de jeune femme en recherche d’elle-même,... Après Les déracinés, nous voici de retour dans la famille Rosenheck, dont l’histoire est, pour notre plus grand plaisir, loin d’être terminée. Après Wilhelm et Almah, c’est désormais leur fille Ruth qui occupe le devant de la scène, alors qu’elle embarque sur un paquebot à destination de New York. Elle a vingt-et-un ans, la vie devant elle et l’envie de devenir journaliste. Loin des siens et de sa terre natale, la République Dominicaine, elle va réaliser à quel point il est difficile pour une fille d’exilés juifs, de trouver sa place. Dans ce second opus, Catherine Bardon s’attaque à la question de l’identité, question cruciale pour des générations entières de descendants d’exilés juifs ayant atterri dans divers pays, avec plus ou moins de succès. Avec la création d’Israël et la mondialisation qui commence, ces jeunes aux origines multiples voient le monde s’offrir à eux. Ruth, comme tant d’autres, est partagée entre son héritage autrichien, son enfance dominicaine idyllique et l’avenir qu’elle entrevoit aux Etats-Unis. Allemand, espagnol, anglais, tous les langues s’entremêlent jusqu’à ce qu’elle ne sache plus très bien qui elle est en réalité. Catherine Bardon décrit avec beaucoup de justesse ces questionnements intemporels de jeune femme en recherche d’elle-même, nous immergeant pleinement dans les incertitudes de Ruth, à laquelle on s’identifie aisément. Ici encore, la famille Rosenheck se trouve au coeur des bouleversements politiques internationaux, notamment en République Dominicaine où la guerre civile fait rage. Les années 60 constituent l’âge d’or de l’interventionnisme américain, avec des « yankis » débarquant sans scrupules dans nombre de pays sud-américains pour installer une marionnette plus conciliante à la tête des états. Mêlant histoire et récit de vie, L’Américaine est donc une suite réussie au premier tome de la saga, que l’écriture toujours fluide de l’auteure rend agréable à dévorer, en rêvant d’ailleurs.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Didilit Posté le 16 Mai 2020
    Après les Déracinés, ce tome 2 m'a fait replonger dans cette histoire familiale. Je n'ai pas pu le lâcher et je pense très vite enchaîner le tome 3 qui sort très bientôt. Les personnages de cette saga familiale nous fait voyager à travers le monde et l'histoire. Un seul bémol toutefois. Quand je lis des pavés (plus de 500 pages), je me dis souvent que 100 ou 150 pages de moins n'auraient rien gâché ! Pour ce tome, c'est exactement l'inverse. Malgré ses 555 pages, il m'a semblait trop court. Le parcours de Ruth nous est bien conté et de façon passionnante mais j'aurais aimé en savoir encore plus et certains personnages secondaires aurait vraiment gagné à être plus présents par moment et plus étoffés. Je pense à Arturo mais surtout à Debbie! Sinon, un vrai beau moment de lecture!!!
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    5 sagas familiales à dévorer sous le parasol cet été

    Elles s’aiment et se déchirent, se cachent des secrets et se soutiennent… les familles sont multiples, intrigantes et passionnent souvent les écrivains. Bientôt en vacances ? Voici cinq sagas familiales à emporter dans votre valise. De quoi être toujours en bonne compagnie au bord de la piscine.

    Lire l'article