Lisez! icon: Search engine
Nathan
EAN : 9782092492093
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 64
Format : 142 x 210 mm

Court toujours - J'entends des pas derrière moi... - Roman ado

Collection : Court Toujours
Date de parution : 02/09/2021
Court toujours, une collection de romans courts à lire ou à écouter en moins d’une heure.
Résumé : « J’entends des pas derrière moi. Des pas qui claquent sur le bitume. Depuis le dernier carrefour, c’est sûr. Je ne rêve pas. Quelqu’un me suit. Tic-tic-tic-tic. TAC TAC. Je vais crever d’une crise cardiaque. Le type doit porter des talonnettes ou des chaussures de vieux, genre mocassins. »
Dina, une...
Résumé : « J’entends des pas derrière moi. Des pas qui claquent sur le bitume. Depuis le dernier carrefour, c’est sûr. Je ne rêve pas. Quelqu’un me suit. Tic-tic-tic-tic. TAC TAC. Je vais crever d’une crise cardiaque. Le type doit porter des talonnettes ou des chaussures de vieux, genre mocassins. »
Dina, une adolescente de 16 ans, rentre chez elle à pied après une soirée. Elle est seule, il fait nuit, il fait froid et il pleut. Elle marche le plus vite possible mais a le sentiment d’être suivie et ses pensées s’affolent : Pourquoi est-elle rentrée seule ? Qui veut s’en prendre à elle ? Et surtout, pourquoi a-t-on toujours peur quand on est une fille ?

Quand on veut, où l'on veut ! 1 roman, 3 versions. Avec ce livre, vous pouvez écouter la version audio et lire la version numérique gratuitement via l’appli Nathan Live. Des récits initiatiques intenses et percutants, qui racontent un moment-charnière de la vie d’un ou d’une ado d’aujourd’hui.
 
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782092492093
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 64
Format : 142 x 210 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • SamSam42 Posté le 21 Décembre 2021
    Dina rentre de soirée, seule, dans la nuit. Elle a beau être une jeune fille qui se veut forte et courageuse, la peur l’étreint. Cette peur que toutes les femmes, jeunes ou moins jeunes connaissent quand il est tard est qu'il faut rentrer chez soi. Écris à la première personne, on partage ces quelques minutes de marche qui semblent interminables quand l'angoisse nous couvre de son manteau. Dina questionne cette peur : comment elle lui a été inculquée, pourquoi elle est si présente,... et passe de de la frayeur à la colère puis à l'incompréhension et à nouveau à la colère, puis la frayeur, etc. C'est un court roman dans lequel chacune d'entre nous peut se reconnaître mais le message à retenir et simple. Nous n'avons pas à avoir HONTE, ce n'est pas à nous d'avoir PEUR. Un texte vibrant de rage et universel.
  • EsseG71 Posté le 3 Octobre 2021
    Parce que sa meilleure amie l'a laissée tomber au dernier moment, Dina rentre seule chez elle après une soirée. Dans son quartier pourtant très chic, seule la nuit les quelques minutes de retours se transforment en cauchemar pour Dina. Une unité de temps pour ce roman, les quelques minutes du retour à pieds de Dina chez elle. Des minutes qui lui semblent durer des heures alors qu'elle se fait tout un tas de scenarii d'agressions possibles. Mais en même temps, une réflexion sur l'éducation, celle des filles à qui on apprend à avoir peur, et celle des garçons à qui on apprend à être des prédateurs. Pas déçue par l'ambiance qui règne dans ce pourtant très court roman au titre révélateur, mais qui met la boule au ventre en accompagnant Dina.
  • Mirabilia Posté le 26 Septembre 2021
    Rentrer chez soi, le soir, seule. Et avoir peur. Qui n'est pas rentré.e tard le soir seul.e en imaginant le pire à chaque virage ? Dans ce court roman, on partage ce court trajet avec l'héroïne... court trajet qui semble si long. L'adolescente a peur, imagine, scénarise. Mais, parfois, c'est à raison que nous avons peur. Comment faire la différence entre l'imaginaire et le risque réel ? Ce court roman se lit d'une traite, en pressant le pas pour vite arriver. Voilà une lecture bien vivante qui se dévore rapidement.
  • Boom Posté le 2 Septembre 2021
    ... J'ai frissonné aux côtés de Dina. J'ai reconnu cette arrière goût amer, ces mains moites et cette boule au ventre. J'ai prié pour elle, qu'elle soit saine et sauve, sans jamais être certaine que ce n'était pas sa fin... L'autrice m'a emporté dans cette histoire d'à peine quelques pages et m'a laissé songeuse en refermant l'ouvrage. Je ne peux que vous recommander d'accompagner la jeune fille sur son trajet de retour et de partager sa peur. Je vous invite également à penser à elle la prochaine fois que vous verrez une femme seule ou que vous le serez : soyons solidaire et arrêtons d'avoir peur pour nos vies juste parce que nous sommes des femmes.
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés