Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221215043
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 144
Format : 1 x 215 mm

I Am Not Your Negro - Édition française

,

Pierre FURLAN (Traducteur)
Date de parution : 05/10/2017

« Ce que les Blancs doivent faire, c’est essayer de trouver au fond d’eux-mêmes pourquoi, tout d’abord, il leur a été nécessaire d’avoir un “nègre”, parce que je ne suis pas un “nègre”. Je ne suis pas un nègre, je suis un homme. Mais si vous pensez que je suis...

« Ce que les Blancs doivent faire, c’est essayer de trouver au fond d’eux-mêmes pourquoi, tout d’abord, il leur a été nécessaire d’avoir un “nègre”, parce que je ne suis pas un “nègre”. Je ne suis pas un nègre, je suis un homme. Mais si vous pensez que je suis un nègre, ça veut dire qu’il vous en faut un. » James Baldwin.

Dans ses dernières années, le grand écrivain américain James Baldwin a commencé la rédaction d’un livre sur l’Amérique à partir des portraits de ses trois amis assassinés, figures de la lutte pour les droits civiques : Medgar Evers, Malcolm X et Martin Luther King Jr. Partant de ce livre inachevé, Raoul Peck a reconstitué la pensée de Baldwin en s’aidant des notes prises par l’écrivain, ses discours et ses lettres. Il en a fait un documentaire – salué dans le monde entier et sélectionné aux Oscars – aujourd’hui devenu un livre, formidable introduction à l’oeuvre de James Baldwin. Un voyage kaléidoscopique qui révèle sa vision tragique, profonde et pleine d’humanité de l’histoire des Noirs aux États-Unis et de l’aveuglement de l’Occident.

« Attention, chef-d’oeuvre ! » La Croix (au sujet du film documentaire I Am Not Your Negro)

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221215043
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 144
Format : 1 x 215 mm
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • sandraboop Posté le 11 Juin 2020
    Je suis en demie teinte sur cette lecture et je ne pense pas avoir choisi le bon ouvrage. Dans le contexte actuel, j ai voulu lire ceux qui ont écrit sur la condition d'afroamericain et de leurs points de vue d'afroamericain. J'ai voulu m'écarter de l'histoire qu'on nous apprend dans les livres et du coup confronté une Histoire et un ressenti. Voila pourquoi j ai choisi "I'm not your negro" puisqu'il évoque Martin Luther King, Malcom X et Medgar Evers - que j'avoue ne pas connaitre. Pourquoi ? Pour me faire mon opinion, non manipulée, pour confronter les ressentis et nos filtres en tant que Blanche française. Alors pourquoi la demie teinte ? Il ne s agit pas d un écrit de bout en bout construit par James Baldwin. Il s'agit d un héritage transmis par sa sœur à un ecrivain/ metteur en scène Haïtien touché par la lutte "noire". Certes il s'agit des textes de Baldwin peu modifié mais assemblés et choisis et de fait, je me demande, ne l'ayant jamais lu, si cet agencement et le sentiment qui en découle auraient été les mêmes. Dès la préface on sent l'admiration de Raoul Peck pour Baldwin et son inimitié... Je suis en demie teinte sur cette lecture et je ne pense pas avoir choisi le bon ouvrage. Dans le contexte actuel, j ai voulu lire ceux qui ont écrit sur la condition d'afroamericain et de leurs points de vue d'afroamericain. J'ai voulu m'écarter de l'histoire qu'on nous apprend dans les livres et du coup confronté une Histoire et un ressenti. Voila pourquoi j ai choisi "I'm not your negro" puisqu'il évoque Martin Luther King, Malcom X et Medgar Evers - que j'avoue ne pas connaitre. Pourquoi ? Pour me faire mon opinion, non manipulée, pour confronter les ressentis et nos filtres en tant que Blanche française. Alors pourquoi la demie teinte ? Il ne s agit pas d un écrit de bout en bout construit par James Baldwin. Il s'agit d un héritage transmis par sa sœur à un ecrivain/ metteur en scène Haïtien touché par la lutte "noire". Certes il s'agit des textes de Baldwin peu modifié mais assemblés et choisis et de fait, je me demande, ne l'ayant jamais lu, si cet agencement et le sentiment qui en découle auraient été les mêmes. Dès la préface on sent l'admiration de Raoul Peck pour Baldwin et son inimitié aussi pour les "blancs". Je déteste devoir faire des catégories "couleur de peau" mais il n'empêche que c est l'objet du livre et des combats évoqués. Le racisme n a pas disparu en 2020 c'est malheureusement une évidence mais pour être équitable il fonctionne dans les 2 sens. Les mots de Peck ont bien failli me faire renoncer à la lecture tant j'imaginais le parti pris auquel j allais être confrontée et le doute sur la pensée réelle de l'auteur "compilé". Puis j ai lu. Enfin j ai découvert des textes courts , illustrées de photos d epoque. Des extraits d'interview et non l echange entier - et ça m a gênée. Au début du recueil (appelons le ainsi) Baldwin dit clairement des Blancs sont racistes mais tous les Blancs ne sont pas racistes. Ça dure 3 lignes. En revanche tous les autres extraits sont à charge contre les "Blancs" américains en general. J ai du mal à imaginer qu un homme censé ait vrillé à ce point. Je me dis que l integralite serait plus fidèle à la pensée de Baldwin notamment l interview croisée avec le philosophe Weiss. Peut-être je me trompe, peut-être est ce le reflet fidèle de sa pensée. J ai besoin de lire plus ... un autre livre qu'on m a conseillé pour me faire cette opinion. Car si une des phrases précisant que la violence est nécessaire au changement et à l'acceptation des "Noirs" reflète en effet sa pensee alors je ne comprendrai plus ... La violence entraîne la violence dans les 2 sens. ni pire ni meilleure quel que soit le camp. Moi je suis favorable à Luther King, à l'inclusion, à essayer de ne plus voir une couleur de peau, une religion, une orientation sexuelle etc comme un élément clivant ... j'aimerai être aveugle pour ne voir que le cœur et l'âme des gens.
    Lire la suite
    En lire moins
  • olivierpla Posté le 25 Septembre 2019
    Il s'agit ici dune retranscription du film documentaire de Raoul Peck, consacré à James Baldwin, ou plutôt à trois de ses amis assassinés, trois militants de la lutte pour les Droits Civiques aux États-unis dans les années cinquante: Medgar Evers, Malcolm X, et Martin Luther King. J'ai vu ce documentaire lorsqu'il est sorti, et je ne connaissais pas James Baldwin. Les propos qu'il tient et que dautres tiennent aussi dans les années soixante pour dénoncer la situation dans laquelle continue de se trouver les noirs sont toujours aussi actuels. Ne ne reste qu'à lire cet auteur. https://fr.vid.web.acsta.net/nmedia/33/17/04/11/17/19569610_hd_013.mp4
  • svecs Posté le 8 Juillet 2019
    J'avais entendu parler de James Baldwin à l'occasion de la sortie de ce documentaire, mais je n'avais jamais eu l'occasion de découvrir son travail. C'est chose faire, ou presque avec ce livre, qui est en fait une compilation d'extraits de textes et de documents qui servent de base au film de Raoul Peck. Ce dernier explique comment il a construit ce documentaire et ce livre qui le complète. Il voulait consacrer un long métrage à cet auteur essentiel et pourtant oublié, grand défenseur de la cause des noirs américains. Il ne trouvait pas l'accroche. Comment articuler son projet. Ce fut la soeur de James Baldwin qui lui apporta la clé, sous la forme d'une trentaine de feuillets. Des notes éparses pour un livre que Baldwin n'écrivit jamais. Un livre qui devait rendre hommage à 3 martyrs de la lutte pour les droits civiques : Medgar Evers, Malcolm X et Martin Luther King Jr. Mélange de fragments d'articles, d'interviews, de déclarations, de rapports, ce livre offre un portrait en creux de Baldwin et de son époque. Quelques documents photographiques, parfois d'une violence incroyable, comme ce cliché de Dorothy Counts, première noire admise dans une école blanche suivie par une foule hostile, complète... J'avais entendu parler de James Baldwin à l'occasion de la sortie de ce documentaire, mais je n'avais jamais eu l'occasion de découvrir son travail. C'est chose faire, ou presque avec ce livre, qui est en fait une compilation d'extraits de textes et de documents qui servent de base au film de Raoul Peck. Ce dernier explique comment il a construit ce documentaire et ce livre qui le complète. Il voulait consacrer un long métrage à cet auteur essentiel et pourtant oublié, grand défenseur de la cause des noirs américains. Il ne trouvait pas l'accroche. Comment articuler son projet. Ce fut la soeur de James Baldwin qui lui apporta la clé, sous la forme d'une trentaine de feuillets. Des notes éparses pour un livre que Baldwin n'écrivit jamais. Un livre qui devait rendre hommage à 3 martyrs de la lutte pour les droits civiques : Medgar Evers, Malcolm X et Martin Luther King Jr. Mélange de fragments d'articles, d'interviews, de déclarations, de rapports, ce livre offre un portrait en creux de Baldwin et de son époque. Quelques documents photographiques, parfois d'une violence incroyable, comme ce cliché de Dorothy Counts, première noire admise dans une école blanche suivie par une foule hostile, complète ce portrait d'un penseur et de son époque. Ce livre est édifiant et terrifiant. Il reste surtout d'une actualité brulante et permet de comprendre de l'intérieur ce que la ségrégation représentait, et représente toujours. Un des passages les plus marquants est la réaction de Baldwin lorsque Robert Kennedy prédisait que dans 40 ans, un noir serait président des USA. Loin d'y voir une victoire, Baldwin se rappelle surtout que cela fait 400 ans que les noirs sont en Amériques, et que cette annonce, qu'on pourrait penser progressiste, ne fait que rappeler à quel point ils sont restés une population de seconde zone. Indispensable et passionant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • valerieconter Posté le 1 Juin 2019
    un peu perdue car je n'arrivais pas à tout visualiser. j'ai complété ma lecture par le film
  • Tambichette Posté le 27 Avril 2019
    Am Not Your Negro prend à la gorge, l'écriture de James Baldwin si belle et limpide m'a énormément appris sur le rapport des noirs et des blancs aux États-Unis. Comment des dominateurs se comportent sans s'en rendre compte ? Comment la ségrégation détruit les rapports entre êtres humains ? D'une beauté simple d'artiste, James Baldwin m'a aussi rappelé qu'il ne faut pas beaucoup de mots à un écrivain pour serrer le coeur à un lecteur, seulement un assemblage poétique de 26 lettres.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Robert Laffont

    Les coups de cœur de l'été de l'équipe Robert Laffont

    Comme 80% des Français, vous emporterez sans doute dans vos valises un, voire plusieurs livres pour vous accompagner durant vos congés estivaux. Que vous partiez à la mer, à la montagne, en France, en Angleterre ou que vous restiez chez vous, les conseils de lecture de l'équipe Robert Laffont vous assureront de passer un super été !

    Lire l'article