En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Les Amants de l'été 44

        Presses de la cité
        EAN : 9782258150812
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 368
        Format : 140 x 225 mm
        Les Amants de l'été 44

        Collection : Terres de France
        Date de parution : 15/03/2018
        Gemma Harper est une jeune New-Yorkaise ambitieuse dont les certitudes vacillent à la mort de sa mère. C’est au cœur d’une Normandie inconnue que ses pas vont la guider à la découverte de ses origines cachées, liées à celles de Philippine, femme au destin romanesque durant la Seconde Guerre mondiale.
        2000, Gemma est une jeune New-Yorkaise vive, séduisante, pragmatique, travaillant avec passion dans l’entreprise familiale de produits alimentaires. A la mort de sa mère, elle découvre que sa « vraie » grand-mère était française ; elle décide alors de partir, seule, sur ses traces. Ce voyage à la recherche de... 2000, Gemma est une jeune New-Yorkaise vive, séduisante, pragmatique, travaillant avec passion dans l’entreprise familiale de produits alimentaires. A la mort de sa mère, elle découvre que sa « vraie » grand-mère était française ; elle décide alors de partir, seule, sur ses traces. Ce voyage à la recherche de ses origines la conduit en Normandie. En sillonnant la région, Pont-l’Evêque, Le Havre, Barfleur, Colleville, l’Américaine recueille les témoignages de ceux qui ont connu Philippine. Tout commence en 1944, quand, en faisant du marché noir à Deauville, la jeune Normande rencontre Ethan, un GI, cajun de Louisiane.
        Deux destins de femmes, deux continents, deux époques… L’une est en quête, la seconde se raconte. Gemma trouvera un nouveau sens à sa vie et comprendra comment Philippine a payé le prix de sa liberté. Avec en filigrane cette question douloureuse : pourquoi a-t-elle abandonné sa fille aux Etats-Unis ?
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782258150812
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 368
        Format : 140 x 225 mm
        Presses de la cité
        20.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • nathavh Posté le 10 Juin 2018
          Gemma est New Yorkaise, elle a 30 ans. Directrice commerciale de l'entreprise familiale dans la distribution de produits alimentaires, elle rêve en secret d'exporter des produits français de qualité mais son père ne l'entend pas de la même façon qu'elle. Nous sommes en octobre 2000, Gemma vient de perdre sa maman Lauren. Quelques jours après son décès, elle est contactée par un détective privé qui lui apprend que Philippine, sa grand-mère était française. Elle décide de partir en France à la recherche de ses origines. L'auteure nous emmène avec brio dans sa belle Normandie, direction Pont l'Evêque, Le Havre, Barfleur, Honfleur, Etretat... Nous allons enquêter avec Gemma et comprendre ce qui s'est passé là- bas. Cette partie est racontée à la troisième personne. En parallèle, Karine Lebert nous replonge dans la période d'août 44 à octobre 1945. Le débarquement vient d'avoir lieu, derniers moments de résistance à Pont l'Evêque, les alliés arrivent. On va vivre cette période racontée à la première personne par Philippine Lemonnier, âgée de 20 ans à l'époque. Son frère Olivier sera malencontreusement abattu par un soldat américain, une rancoeur importante va se développer à l'encontre des sauveurs qui seront vite considérés... Gemma est New Yorkaise, elle a 30 ans. Directrice commerciale de l'entreprise familiale dans la distribution de produits alimentaires, elle rêve en secret d'exporter des produits français de qualité mais son père ne l'entend pas de la même façon qu'elle. Nous sommes en octobre 2000, Gemma vient de perdre sa maman Lauren. Quelques jours après son décès, elle est contactée par un détective privé qui lui apprend que Philippine, sa grand-mère était française. Elle décide de partir en France à la recherche de ses origines. L'auteure nous emmène avec brio dans sa belle Normandie, direction Pont l'Evêque, Le Havre, Barfleur, Honfleur, Etretat... Nous allons enquêter avec Gemma et comprendre ce qui s'est passé là- bas. Cette partie est racontée à la troisième personne. En parallèle, Karine Lebert nous replonge dans la période d'août 44 à octobre 1945. Le débarquement vient d'avoir lieu, derniers moments de résistance à Pont l'Evêque, les alliés arrivent. On va vivre cette période racontée à la première personne par Philippine Lemonnier, âgée de 20 ans à l'époque. Son frère Olivier sera malencontreusement abattu par un soldat américain, une rancoeur importante va se développer à l'encontre des sauveurs qui seront vite considérés comme de nouveaux envahisseurs dans la région. La famille Lemonnier fabrique entre autre du cidre et du calva, c'est en faisant du marché noir à Deauville que Philippine rencontrera Ethan Reed un GI... Le thème abordé est celui des "war-brides" ou épouses de guerre. Leurs espoirs, leur déceptions.., l'envie de partir aux Etats-Unis voir si l'herbe est plus verte , de goûter aux rêves américains. Le destin de ces femmes qui espéraient tant mais pour qui beaucoup d'espoirs furent déçus. Elle nous parle aussi de sa belle Normandie d'aujourd'hui ou d'antan. Du peuple normand qui après avoir subi les privations de l'occupant allemand, n'a pas toujours bien supporté l'arrivée des alliés, le vivant comme une seconde occupation. On découvre les camps Philip Morris, Pall Mall... C'est un premier volet de l'histoire que nous propose ici Karine Lebert, je vous avoue que j'ai vraiment hâte de connaître la suite, elle est prévue je pense pour janvier prochain. Ma note : 8.5/10
          Lire la suite
          En lire moins
        • coquinnette1974 Posté le 7 Juin 2018
          Les amants de l'été 44 de Karine Lebert est le premier tome de sa nouvelle saga. Il m'a été envoyé par net galley et Les Presses de la cité. J'ignorais que c'était un premier tome, sans quoi je ne l'aurais pas demandé ! Je n'ai rien contre les sagas mais en général (à par pour certaines sagas fantastiques) je ne lis que le premier tome et je ne sais donc jamais comment ça se termine ! Du coup, à moins que tous les tomes soient sortis et que je les lise à suite, j'évite les séries à tomes. Les amants de l'été 44 est un roman nous faisant découvrir les war-brides, (les épouses de guerre). J'ai trouvé ça intéressant mais une petite chose m'a dérangée. J'ai trouvé le style de l'auteure assez plat. Cela manque de pep's par moment. Les personnages sont intéressants, mais j'ai eu du mal à accrocher ici et là. Et le fait qu'il y ai d'autres tomes à venir m'a fait un peu ronchonner, j'avoue. Du coup, je mets trois étoiles. J'ai aimé mais sans plus et je ne pense pas en garder un grand souvenir.
        • LeCasRolane Posté le 16 Mai 2018
          Vous connaissez maintenant, je pense, ma passion pour les livres historiques. Et je dois être honnête avec vous : cela faisait longtemps que je n’avais pas eu un coup de cœur comme celui-ci ! 😀 Dans « Les Amants de l’été 44 », nous suivons deux personnages : Gemma Harper, entrepreneuse new-yorkaise intéressée par les produits de la gastronomie française, et Philippine Lemmonier, jeune normande de 20 ans à qui les guerres mondiales ont ravagé la jeunesse. Assez rapidement, on comprend le lien entre ces deux femmes. Bien que la différenciation est clairement faite et rendue plus efficace par l’utilisation de la 3e personne du singulier pour Gemma et la 1ère pour Philippine, on a déjà notre esprit de détective qui se met en alerte. Au niveau du style de Karine Lebert, on retrouve un peu le même principe que le cinéma : on montre mais on explique pas. Je m’explique (redondant, non ?) : l’auteure nous décrit les mouvements et les actes des personnages mais sans réelles explications, ce qui rajoute de l’émotion quand on comprend vraiment ce qui se passe. De plus, un autre aspect relie ce style d’écriture au cinéma : rien dans l’image créée n’est laissée au hasard. Philippine... Vous connaissez maintenant, je pense, ma passion pour les livres historiques. Et je dois être honnête avec vous : cela faisait longtemps que je n’avais pas eu un coup de cœur comme celui-ci ! 😀 Dans « Les Amants de l’été 44 », nous suivons deux personnages : Gemma Harper, entrepreneuse new-yorkaise intéressée par les produits de la gastronomie française, et Philippine Lemmonier, jeune normande de 20 ans à qui les guerres mondiales ont ravagé la jeunesse. Assez rapidement, on comprend le lien entre ces deux femmes. Bien que la différenciation est clairement faite et rendue plus efficace par l’utilisation de la 3e personne du singulier pour Gemma et la 1ère pour Philippine, on a déjà notre esprit de détective qui se met en alerte. Au niveau du style de Karine Lebert, on retrouve un peu le même principe que le cinéma : on montre mais on explique pas. Je m’explique (redondant, non ?) : l’auteure nous décrit les mouvements et les actes des personnages mais sans réelles explications, ce qui rajoute de l’émotion quand on comprend vraiment ce qui se passe. De plus, un autre aspect relie ce style d’écriture au cinéma : rien dans l’image créée n’est laissée au hasard. Philippine est française ; Ethan est américain. Dans le début des années 50 aux USA, notre société actuelle se développe en devenant de plus en plus capitaliste. Cependant, cette société qui grandit est vraiment différente de la France que connaît notre héroïne. Le mélange des cultures est assez amusant. Les deux origines des personnages rajoute certes du piquant au thème, qui est la Seconde Guerre Mondiale. Vue dans beaucoup de livres, donc peut paraître barbant. Mais en fait pas du tout ! D’une part, nous avons ce mélange de deux pays. D’autre part, nous avons l’explication, je dois l’avouer assez rare dans les livres que j’ai déjà lus, des war brides, ces femmes qui se marient avec des soldats et partent pour un nouveau départ. Dans le contexte de ce roman, les war brides sont des femmes normandes qui se marient aux GI’s, américains donc. Ainsi, on découvre un angle de la guerre assez original et peu découvert dans d’autres bouquins. Ainsi, comme on peut s’en douter, la fin consiste à présenter Philippine qui embarque sur un bateau pour rejoindre l’Amérique. Mais le livre s’arrête sur le moment où elle arrive aux USA. La suite dans un prochain épisode ? Et bien oui ! En effet, les derniers mots du livre sont « Fin du premier volume ». Bien que j’espérais un suspens un peu plus grand pour un premier tome de saga, il n’en reste pas moins qu’il existe toute une partie de la vie de Philippine que Gemma, et donc le lecteur, ne connaît pas encore.
          Lire la suite
          En lire moins
        • paulmaugendre Posté le 13 Mai 2018
          Suite au décès prématuré de sa mère, de maladie probablement car elle était dépressive et un décès par un excès de médicaments n’est pas inenvisageable, Gemma Harper est fort étonnée d’apprendre que sa grand-mère était Française, Normande de surcroit. Gemma est à trente ans directrice du service commerciale de l’entreprise familiale dont l’activité principale réside en la vente de produits alimentaires. Ses frères occupent eux aussi des postes de responsabilité, placés sous la coupe de leur père, un sexagénaire intransigeant. Quelques jours plus tard, Gemma reçoit une enveloppe émanant d’un détective privé. Il lui précise qu’il a enquêté sur les origines de Lauren, la mère décédée, à sa demande et qu’elle serait elle-même la fille d’une Normande dont la trace a disparu. Gemma prend rendez-vous avec le détective, dans un quartier populaire qu’elle découvre, et elle se retrouve en possession de quelques documents qui l’incitent à partir sur place à la découverte de ses ancêtres maternels. Elle décide donc de se rendre en Normandie à la recherche d’une famille Lemonnier, patronyme courant dans cette province, et après quelques laborieuses démarches arrive enfin à Pont-l’Evêque où résident encore Gilles, un frère de sa grand-mère Philippine et ses enfants. Ils vivent dans un manoir, habitation... Suite au décès prématuré de sa mère, de maladie probablement car elle était dépressive et un décès par un excès de médicaments n’est pas inenvisageable, Gemma Harper est fort étonnée d’apprendre que sa grand-mère était Française, Normande de surcroit. Gemma est à trente ans directrice du service commerciale de l’entreprise familiale dont l’activité principale réside en la vente de produits alimentaires. Ses frères occupent eux aussi des postes de responsabilité, placés sous la coupe de leur père, un sexagénaire intransigeant. Quelques jours plus tard, Gemma reçoit une enveloppe émanant d’un détective privé. Il lui précise qu’il a enquêté sur les origines de Lauren, la mère décédée, à sa demande et qu’elle serait elle-même la fille d’une Normande dont la trace a disparu. Gemma prend rendez-vous avec le détective, dans un quartier populaire qu’elle découvre, et elle se retrouve en possession de quelques documents qui l’incitent à partir sur place à la découverte de ses ancêtres maternels. Elle décide donc de se rendre en Normandie à la recherche d’une famille Lemonnier, patronyme courant dans cette province, et après quelques laborieuses démarches arrive enfin à Pont-l’Evêque où résident encore Gilles, un frère de sa grand-mère Philippine et ses enfants. Ils vivent dans un manoir, habitation aussi répandue dans la vallée d’Auge que les châteaux dans le Bordelais, et tiennent une ferme, fabriquant beurre et fromages ainsi que cidre et Calvados. Gemma a décidé de s’installer dans une chambre d’hôtel à Deauville, ce qui va lui permettre de sillonner la région. Autant profiter de ses vacances tout en effectuant ses recherches. Si elle n’obtient aucun renseignement de la part de son grand-oncle Gilles, elle trouve du soutien auprès de son cousin Lucas qui va l’aider, lui suggérant quelques pistes ou personnes susceptibles de l’aider. Et c’est ainsi que Gemma va se rendre de Pont-l’Evêque au Havre, à Barfleur ou encore Etretat. Malgré les remontrances et mises en garde de son père, d’autant qu’il n’accepte pas la proposition de Gemma de prospecter pour l’importation de produits français. Si la narration consacrée à Gemma est rédigée à la troisième personne, celle concernant Philippine l’est à la première personne. Philippine narre comment elle a fait la connaissance d’Ethan, un soldat américain originaire de la Louisiane, un cajun qui s’exprime en français et dont elle tombe amoureuse. Tout commence quand tout devrait finir, en août 1944, à Pont-l’Evêque, petite ville de la vallée d’Auge que les Allemands quittent peu à peu sans lâcher le morceau. Les soldats américains s’installent, et l’un d’eux pensant avoir affaire à un soldat allemand abat Olivier, le frère de Philippine. Les Américains s’érigent en nouveaux envahisseurs, et la mort d’Olivier n’arrange rien. Et tandis que leurs cantines sont pleines d’aliments, les Français se plaignent, manquant de beurre, de pain, de viande, de charcuterie, de charbon. J’ai lu dans Le Pays d’Auge le témoignage d’une Rouennaise disant qu’elle souffre davantage de la faim aujourd’hui que durant l’Occupation. Pourtant elle désire se marier avec Ethan, et ils se rencontrent en cachette, un camp américain étant installé sur leurs terres. Elle va même se marier avec lui contre l’avis de ses parents, mais en attendant sa majorité. C’est ainsi qu’elle va nous raconter ses pérégrinations, ses désillusions, ses attentes, son mariage, son passage à Gonfreville-l’Orcher ou camp Philip Morris, l’un des fameux camps-cigarette américains, en tant que War-bride, puis son départ en compagnie de quelques autres femmes vers New-York. La suite sur le blog ci-dessous :
          Lire la suite
          En lire moins
        • Dominique84 Posté le 30 Mars 2018
          C’est un récit croisé de deux femmes, à deux époques sur deux continents avec un lien filial les unit, Gemma est la petite-fille de Philippine. L’histoire de Philippine débute en août 44 à Pont-l’Evêque. La ville est transformée en brasier, les bombardements redoublent avec l’arrivée des Alliés. Le manoir où elle habite avec ses parents et ses frères a été réquisitionné par les GI’s qui l’ont transformé en infirmerie. Philippine va vite tomber sous le charme d’Ethan, un jeune soldat américain venu de Louisiane. Mais leurs amours seront impossibles parce qu’Olivier, le frère cadet de Philippine a été tué par un GI (un regrettable accident) et depuis, toute la famille voue une haine féroce à l’égard des Américains. Mais les sentiments seront les plus forts et Philippine quittera la France un beau jour d’octobre 45 pour rejoindre l’homme qu’elle aime et le père de l’enfant qu’elle porte. C’est cette histoire qu’apprendra bien années plus tard sa petite-fille Gemma à l’occasion de la mort de sa mère Lauren. Gemma est directrice commerciale dans la florissante entreprise familiale située New York. Gemma est heureuse, épanouie, elle aime son travail et le dynamisme qui se dégage de sa ville. A peine remise de... C’est un récit croisé de deux femmes, à deux époques sur deux continents avec un lien filial les unit, Gemma est la petite-fille de Philippine. L’histoire de Philippine débute en août 44 à Pont-l’Evêque. La ville est transformée en brasier, les bombardements redoublent avec l’arrivée des Alliés. Le manoir où elle habite avec ses parents et ses frères a été réquisitionné par les GI’s qui l’ont transformé en infirmerie. Philippine va vite tomber sous le charme d’Ethan, un jeune soldat américain venu de Louisiane. Mais leurs amours seront impossibles parce qu’Olivier, le frère cadet de Philippine a été tué par un GI (un regrettable accident) et depuis, toute la famille voue une haine féroce à l’égard des Américains. Mais les sentiments seront les plus forts et Philippine quittera la France un beau jour d’octobre 45 pour rejoindre l’homme qu’elle aime et le père de l’enfant qu’elle porte. C’est cette histoire qu’apprendra bien années plus tard sa petite-fille Gemma à l’occasion de la mort de sa mère Lauren. Gemma est directrice commerciale dans la florissante entreprise familiale située New York. Gemma est heureuse, épanouie, elle aime son travail et le dynamisme qui se dégage de sa ville. A peine remise de la mort de sa mère, elle reçoit la lettre d’un détective privé engagé par celle-ci. Lauren lui avait demandé d’enquêter sur sa mère française dont on lui avait caché l’existence pendant plus de 60 ans. Pourquoi tant de mystère ? Pourquoi cette femme l’avait-elle abandonnée aux Etats Unis ? Où était-elle à présent ? Une énigme que Gemma, bousculée dans ses certitudes de working-woman new-yorkaise, voudra résoudre le plus rapidement possible. Et c’est ainsi qu’elle nous entraîne sur les traces de sa grand-mère française partie du Havre pour New York en octobre 45 et qui semble s'être volatilisée. Karine Lebert dont le talent de conteuse n’est plus à démontrer (j’ai déjà chroniqué ses romans, ICI pour le dernier en date) sait une fois encore nous faire découvrir à travers une trame romanesque très bien maîtrisée, un pan d’histoire méconnu. Ici elle relate l'histoire de Philippine qui, comme 200 000 européennes, a quitté sa famille et son pays par amour pour un GI à la fin de la Seconde Guerre Mondiale ; 200 000 femmes qu'on a appelé des "War Brides". Je la remercie pour sa charmante dédicace et conseille fortement ce roman qui à la fois m’a appris une page d’histoire et m’a promenée dans les magnifiques paysages normands de Pont-L’Evêque, Honfleur, Deauville, Trouville... Mention spéciale pour le choix de la photo de couverture, superbe !
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        "Un très beau roman qui part en quête des origines familiales d’une jeune femme…"
         
        Les Chroniques de Madoka
        Toute l'actualité de la collection Terres de France
        Découvrez des histoires riches des couleurs de nos régions et des saveurs d'antan pour de magnifiques moments de lecture.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com