Lisez! icon: Search engine
Editions Héloïse D'Ormesson
EAN : 9782350875576
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 176
Format : 140 x 205 mm

Les enfants du secret

Date de parution : 01/10/2020
Noirceur des tourments sous la pureté de l’enfance
Paris, porte de la Chapelle. À quelques heures d’intervalle, deux hommes sont retrouvés défigurés, scarifiés, empreintes effacées. L’affaire s’annonce compliquée pour le commandant de la Crim’, Marie Tebert. Et elle vire au cauchemar lorsque la légiste succombe à une fièvre hémorragique après l’autopsie. Que cache le rituel autour de ces crimes ? Quel lien unissait les victimes aux profils si différents... Paris, porte de la Chapelle. À quelques heures d’intervalle, deux hommes sont retrouvés défigurés, scarifiés, empreintes effacées. L’affaire s’annonce compliquée pour le commandant de la Crim’, Marie Tebert. Et elle vire au cauchemar lorsque la légiste succombe à une fièvre hémorragique après l’autopsie. Que cache le rituel autour de ces crimes ? Quel lien unissait les victimes aux profils si différents ? Au fil de l’enquête, Marie et son équipe remontent la piste d’un scandale entre la Creuse et la Réunion. Un drame qui dépasse de loin tout ce qu’elle pouvait imaginer.
Avec Les Enfants du secret, Marina Carrère d’Encausse signe un polar implacable où les traumatismes de l’enfance enclenchent des bombes à retardement.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782350875576
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 176
Format : 140 x 205 mm

Ils en parlent

Marina Carrère d’Encausse nous livre un polar empreint de frisson mais aussi d’une grande émotion. Une enquête menée tambour battant.
Notre Temps
Un formidable polar que vous ne lâcherez pas !
Valérie Expert / Sud Radio

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • CAZAUX Posté le 24 Août 2021
    Ce roman relate , de manière chronologique, des faits portant sur la résolution de plusieurs enquêtes policières sur fond du scandale des enfants réunionnais arrachés à leur famille, dès la fin des années soixante, pour aider au repeuplement de certains départements, tels que la Creuse, le Tarn, le Gers, la Lozère et les Pyrénées Orientales. La trame du roman se tient, bien qu’elle soit un peu trop alambiquée. Le trafic des enfants réunionnais n’apparaît qu’à la fin du livre, au moment de l’épilogue qui semble avoir été un peu bâclé et qui aurait mérité d’être un peu plus étoffé. Cependant, le style d’écriture est fluide et rend le polar facile à lire. Les paragraphes sont courts et concis et l’on peut suivre aisément l’évolution des investigations très détaillées de l’équipe d’enquêteurs de la Crim’. Le lecteur est tenu en haleine au fil des pages le récit est palpitant. Un petit conseil : avant d’aborder la lecture du livre, ne pas regarder la dernière page du livre (chapitre 26 - trentième jour) qui nous dévoile l’identité de l’assassin…. Personnellement, cette dernière page me semble un peu superflue !
  • larepubliquedeslivres Posté le 10 Juillet 2021
    J’aime beaucoup Marina Carrère d’Encausse autant en qualité d’animatrice que d’autrice. J’ai lu chacun de ses romans, j’ai donc lu le dernier paru en 2020. Après deux romans contemporains engagés, l’autrice nous présente ici un thriller non moins engagé. Au niveau de l’histoire je n’en raconterai pas plus que le résumé car c’est un roman court, le risque de spoiler est donc grand. Je dois dire que l’autrice y ai aillé fort sur les crimes commis, je me suis dit comment quelqu’un peut faire ça à quelqu’un ? A quel point déteste-t-il cette personne au point de la défigurer ? Tout au long du roman j’ai cherché un lien entre le prologue et le reste de l’histoire. Je n’ai pas deviné l’identité du meurtrier avant Marie. Je n’aime pas beaucoup les thrillers, mais je dois dire que là je me suis laissée totalement embarquée dans l’histoire. Avec cette histoire j’ai découvert davantage une partie trop peu connue de la France, un dossier que celle ci voudrait bien enterré. L’autrice met ici en avant ce secret. La plume de l’autrice est fluide, travaillée juste ce qu’il faut. J’ai enchaîné les pages à une vitesse folle. L’autrice insère d’autres éléments à son enquête comme l’apparition... J’aime beaucoup Marina Carrère d’Encausse autant en qualité d’animatrice que d’autrice. J’ai lu chacun de ses romans, j’ai donc lu le dernier paru en 2020. Après deux romans contemporains engagés, l’autrice nous présente ici un thriller non moins engagé. Au niveau de l’histoire je n’en raconterai pas plus que le résumé car c’est un roman court, le risque de spoiler est donc grand. Je dois dire que l’autrice y ai aillé fort sur les crimes commis, je me suis dit comment quelqu’un peut faire ça à quelqu’un ? A quel point déteste-t-il cette personne au point de la défigurer ? Tout au long du roman j’ai cherché un lien entre le prologue et le reste de l’histoire. Je n’ai pas deviné l’identité du meurtrier avant Marie. Je n’aime pas beaucoup les thrillers, mais je dois dire que là je me suis laissée totalement embarquée dans l’histoire. Avec cette histoire j’ai découvert davantage une partie trop peu connue de la France, un dossier que celle ci voudrait bien enterré. L’autrice met ici en avant ce secret. La plume de l’autrice est fluide, travaillée juste ce qu’il faut. J’ai enchaîné les pages à une vitesse folle. L’autrice insère d’autres éléments à son enquête comme l’apparition de ces fièvres hémorragiques. L’autrice nous révèle les coulisses de la gestion d’un début de crise. Au niveau des personnages, j’ai beaucoup aimé l’enquêtrice Marie Tebert. C’est une femme forte, qui évoque plusieurs pistes pour trouver une piste plausible. Elle est une chef d’équipe qui veut que ses coéquipiers lui parle au moindre soucis, j’ai beaucoup aimé ce côté humain. Le petit bémol pour moi de ce roman est l’absence d’explication concernant la signature des crimes. J’aurai aimé plus d’explication pour le choix de cette signature. En bref, un roman court et rythmé qui fait apparaître différents éléments très intéressant notamment encore trop méconnu du public français. Un premier essai réussi en thriller pour l’autrice.
    Lire la suite
    En lire moins
  • AttrapeReves Posté le 18 Juin 2021
    Quand j'imagine le travail d'un médecin légiste, j'imagine quelque chose de méthodique, de précis, de froid, voire distant. Et c'est exactement mon ressenti après la lecture de ce roman. Les enfants du secret ne laisse aucune place aux sentiments, tout m'a semblé méthodique, froid, précis et distant. Deux hommes, laissés pour mort, sont retrouvés à quelques heures d'intervalles à Paris, Porte de la Chapelle. Défigurés, scarifiés, mutilés, impossible à identifier. C'est le début de l'enquête pour le Commandant Marie Tebert et son équipe. Une enquête menée tambours battants, chapitres courts, phrases concises, précises,sans fioritures. On n'est pas là pour bavasser ou admirer le paysage, on est là pour résoudre une enquête qui, au fil des pages, devient de plus en plus mystérieuse et ne trouvera d'explications qu'à la toute fin (qui vient somme toute assez rapidement vu qu'il n'y a que 170 pages dans ce roman). Ce roman me laisse un goût d'inachevé, j'aurais voulu m'attacher à Marie ou Antoine, trembler avec eux, rire avec eux, pleurer avec eux, mais quelque chose manque pour que les personnages prennent toute l'ampleur qu'ils auraient pu avoir.
  • laconteuse Posté le 30 Avril 2021
    Un excellent roman de Marina Carrère d'Encausse que j'ai pu découvrir dernièrement. Ce fut une première pour ma part et j'ai été conquise par la plume de l'autrice. Aux abords de Paris, par un petit matin, sont retrouvés deux corps complètement défigurés. Au premier abord, les victimes sont sans vies, mais à la surprise de l'équipe de police sur place, une des victimes est toujours vivante. L'enquête stagne, et Marie Tebert, espère que l'inconnu pourra livrer toutes les réponses à cette agression, dès qu'il sera sorti du coma artificiel. Dès les premiers mots, nous sommes plongés au coeur de l'histoire et le suspense est déjà bien présent. Quelques passages pourraient nous décourager, mais l'enquête repartait de plus belle. Au cours de l'enquête, un autre scandale verra le jour mais on y verra facilement une corrélation avec notre histoire principale. Pour ma part, la fin du roman m'a subjuguée. je ne m'y attendais pas du tout. Cela termine donc cette enquête policière de façon magistrale. Un court roman policier, sur fond de secret familial qui a tenu toutes ses promesses ! Un tout grand merci à Valentine et aux Editions Héloïse d'Ormesson pour ce coup de coeur !
  • zabeth55 Posté le 22 Mars 2021
    Un court polar rondement mené. Deux hommes ont été retrouvés atrocement mutilés, scarifiés. L'équipe du commandant Marie Tebert enquête. La médecin légiste meurt d'une fièvre hémorragique. Tout s'opacifie. Les complications s'enchaînent. Tout se lit rapidement et aisément. J'ai bien aimé le style, l'enchaînement des événements, l'ambiance de l'équipe policière. Et la fin est des plus surprenantes. Marina Carrère d'Encausse nous offre un bien agréable moment de lecture.
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés

Lisez maintenant, tout de suite !