Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221196106
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Capitaine frites

Date de parution : 18/08/2016

Pour se sortir du cauchemar d’un divorce qualifié pudiquement de « difficile », Arthur décide de s’en aller loin, très loin de Paris. Il échoue à Yabaranga, la capitale chaotique d’un pays africain imaginaire. À suivre ce héros maladroitement flamboyant, le lecteur est rapidement pris dans un tourbillon de situations...

Pour se sortir du cauchemar d’un divorce qualifié pudiquement de « difficile », Arthur décide de s’en aller loin, très loin de Paris. Il échoue à Yabaranga, la capitale chaotique d’un pays africain imaginaire. À suivre ce héros maladroitement flamboyant, le lecteur est rapidement pris dans un tourbillon de situations poétiques, burlesques, ultra sensibles, et hilarantes.
Au fil des pages s’entremêlent un président domicilié dans une tour en chantier, une bande d’insupportables rastas blancs joueurs de djembé, des poissons géants, un Indien d’Amazonie cartésien et des miliciens durassiens… Tout cet assemblage baroque résistera-t-il à l’arrivée de Morgane, l’ex-femme d’Arthur, venue faire de la vie de ce pauvre garçon un enfer sous les tropiques ?

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221196106
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • cecilestmartin Posté le 28 Août 2019
    Un auteur découvert grâce à une critique très enthousiaste de Marina53. Comment décrire Capitaine Frites ? C’est difficile, disons que dès les premières lignes, on est irrésistiblement entraîné dans un univers baroque, un peu loufoque où le rythme et l’humour sont au diapason. Pas un paragraphe sans que le sourire, voire le franc éclat de rire, ne survienne. Alors, Arthur - le narrateur - est marié avec Morgane. Et comme dans la légende arthurienne, c’est une vraie sorcière !!! Une psychopathe qui n’a qu’un projet : détruire, anéantir le pauvre Arthur qui n’est pas assez ceci ou trop cela. Après quelques années d’une union dévastatrice pour lui, il parvient à la quitter. Il doit néanmoins mettre un continent entre eux pour sauver sa peau. Il est embauché par Motal, une multinationale (!) qui, pour se refaire une virginité dans un pays d’Afrique qu’elle a grandement contribué à piller, le sollicite pour qu’il introduise une espèce particulière de poissons, susceptibles de s’adapter et de prospérer dans les eaux du Yarabanga. Dans une Afrique réinventée, non exempte de clichés (mais c’est pour de rire !), Arthur - assisté par le fidèle Tiburce qui ne finit jamais ses phrases et de l’indien Roani, va aller... Un auteur découvert grâce à une critique très enthousiaste de Marina53. Comment décrire Capitaine Frites ? C’est difficile, disons que dès les premières lignes, on est irrésistiblement entraîné dans un univers baroque, un peu loufoque où le rythme et l’humour sont au diapason. Pas un paragraphe sans que le sourire, voire le franc éclat de rire, ne survienne. Alors, Arthur - le narrateur - est marié avec Morgane. Et comme dans la légende arthurienne, c’est une vraie sorcière !!! Une psychopathe qui n’a qu’un projet : détruire, anéantir le pauvre Arthur qui n’est pas assez ceci ou trop cela. Après quelques années d’une union dévastatrice pour lui, il parvient à la quitter. Il doit néanmoins mettre un continent entre eux pour sauver sa peau. Il est embauché par Motal, une multinationale (!) qui, pour se refaire une virginité dans un pays d’Afrique qu’elle a grandement contribué à piller, le sollicite pour qu’il introduise une espèce particulière de poissons, susceptibles de s’adapter et de prospérer dans les eaux du Yarabanga. Dans une Afrique réinventée, non exempte de clichés (mais c’est pour de rire !), Arthur - assisté par le fidèle Tiburce qui ne finit jamais ses phrases et de l’indien Roani, va aller d’aventure en aventure, se reconstruisant loin de Morgane et de sa tyrannie. C’était sans compter sur le fait que, pour son ex, la fin de l’emprise est insupportable ! Voilà donc Morgane qui débarque au Konghia : c’est une scène d’anthologie, disons-le. Bref, impossible de lui échapper. Le roman prend un nouveau tour et cela devient progressivement plus sombre jusqu’au dénouement. C’est carrément jubilatoire, je suis assez impressionnée de tant d’extravagance et de créativité. Notons aussi quelques illustrations qui rajoutent à la fantaisie de l’ensemble. Une bouffée d’oxygène bienvenue, à conseiller à tous ceux qui ont le moral en berne en cette dernière semaine d’août... mais aussi à tous ceux qui ne l’ont pas !! Merci aux Babeliotes pour cette découverte.
    Lire la suite
    En lire moins
  • generalmarechal Posté le 6 Mai 2019
    Le plus grinçant de cet auteur à mourir de rire ! Une Afrique pas si irréelle qu'elle en a l'air, peuplée de personnages aussi pathétiques qu'attachants, une histoire loufoque et une fin à se bidonner d'absurdité : c'est l'alchimie féconde d'Arnaud Le Guilcher !
  • koalas Posté le 1 Février 2019
    La frite, il l'a le capitaine Le Guilcher le bagou, la tchache, le sens de la dérision la trame toujours aussi foutraque et décontracte, la prose marrante, bidonnante et tout et tout mais là, c'est une barre en dessous Ne nous affolons pas, le pitch suit... Arthur quitte son nid douillet parisien pour fuir sa dulcinée, une harpie... Il atterrit en vrac dans un pays d'Afrique bizarroïde avec pour bagage des gros poiscailles qu'il élève presque seul. Les tamanoirs fourmillent, les mobylettes pétaradent en chœur et les rastas blancs font du bongo air planant sous l'œil du président perché, comme un corbac en haut de la tour Babibel, qui observe ses ouailles dans la peur de coup d'états perpétuels... Manquait plus que la furie vienne mettre son grain de sel... Pas loupé, elle débarque en débardeur régler ses comptes en grande pompe ou plutôt en talon aiguille sur place C'est du grand Ok Coral à l'africaine. A mon avis, moins bien que les précédents mais je l'aime aussi comme ça Capitaine frites...bien grillé !
  • Iboo Posté le 20 Septembre 2018
    Je ne sais plus lequel d'entre-vous a dit que : "Arnaud le Guilcher devrait être remboursé par la Sécurité Sociale !". C'est on ne peut plus exact. Je ne remercierai jamais assez ma Muppet Lolokili de m'avoir orientée vers cette thérapie sans effets secondaires indésirables. Comme tout le monde, et même si ce n'est pas fréquent, il peut m'arriver d'avoir un petit coup de mou. Et, dans ces moments-là, lire un Le Guilcher me remonte les tétines aussi efficacement que boire l'apéro sous ma glycine avec un bon pote un peu barré et pétri d'humour. Ce que j'aime dans les romans de le Guilcher, c'est qu'ils me font décoller. Ils m'emmènent ailleurs. Ailleurs et loin. Mais ne nous y trompons pas, ses histoires ne sont pas seulement perchées, elles ont du fond. Vraiment. Et son autre talent réside dans le fait que l'on ne prend conscience du "message" qu'une fois le livre refermé. Avec Arnaud le Guilcher, on sourit, on rit, on est étonnés, épatés et, beaucoup plus tard, on réfléchit. Une sorte de deuxième effet Kiss Cool. Je viens de me commander les deux derniers de sa bibliographie qu'il me reste à lire. À noter, par ailleurs, que ces deux derniers sont,... Je ne sais plus lequel d'entre-vous a dit que : "Arnaud le Guilcher devrait être remboursé par la Sécurité Sociale !". C'est on ne peut plus exact. Je ne remercierai jamais assez ma Muppet Lolokili de m'avoir orientée vers cette thérapie sans effets secondaires indésirables. Comme tout le monde, et même si ce n'est pas fréquent, il peut m'arriver d'avoir un petit coup de mou. Et, dans ces moments-là, lire un Le Guilcher me remonte les tétines aussi efficacement que boire l'apéro sous ma glycine avec un bon pote un peu barré et pétri d'humour. Ce que j'aime dans les romans de le Guilcher, c'est qu'ils me font décoller. Ils m'emmènent ailleurs. Ailleurs et loin. Mais ne nous y trompons pas, ses histoires ne sont pas seulement perchées, elles ont du fond. Vraiment. Et son autre talent réside dans le fait que l'on ne prend conscience du "message" qu'une fois le livre refermé. Avec Arnaud le Guilcher, on sourit, on rit, on est étonnés, épatés et, beaucoup plus tard, on réfléchit. Une sorte de deuxième effet Kiss Cool. Je viens de me commander les deux derniers de sa bibliographie qu'il me reste à lire. À noter, par ailleurs, que ces deux derniers sont, en fait, ses deux premiers. Mais bon... ce n'est pas la première fois que je fais les choses à contre sens. Ma seule petite contrariété est que j'avais réussi à me procurer les quatre autres en format broché et que ces deux-là ne sont édités qu'en format poche. M'enfin, je n'allais pas m'en priver à cause d'un petit problème d'asymétrie dans mes étagères.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Laurie_lucas Posté le 31 Décembre 2017
    Ce roman est une belle découverte. C’est typiquement le genre de lecture idéal pour passer un bon moment. C’est très drôle. Il y a de l’humour à revendre entre ces pages, des expressions hilarantes et des situations que ne vous laisserons pas de marbre. L’écriture de ce roman à la première personne nous plonge davantage dans l’univers complètement dingue d’Arthur. Les nombreuses descriptions nous permettent d’imaginer sans mal les différents lieux, personnages, ou encore les situations. En parlant de situations, certaines sont complètement loufoque et ce grain de folie de la part de l’auteur m’a beaucoup plu. Niveau personnages, il y en a tout un florilège, tous plus étonnants les uns que les autres. Tout ce que je peux vous dire c’est que certains d’entre eux vont mettre les nerfs d’Arthur à rude épreuve. Ce roman est très frais et aéré, autant dans son style d’écriture que dans sa mise en page. Chaque chapitre se compose de plusieurs petits paragraphes assez courts, ils rendent la lecture plus fluide et dynamique. Le petit plus qui m’a beaucoup plu et que j’ai trouvé original : les illustrations que l’on retrouve au début de chaque nouvelle partie et à la fin. C’est un roman à lire sans... Ce roman est une belle découverte. C’est typiquement le genre de lecture idéal pour passer un bon moment. C’est très drôle. Il y a de l’humour à revendre entre ces pages, des expressions hilarantes et des situations que ne vous laisserons pas de marbre. L’écriture de ce roman à la première personne nous plonge davantage dans l’univers complètement dingue d’Arthur. Les nombreuses descriptions nous permettent d’imaginer sans mal les différents lieux, personnages, ou encore les situations. En parlant de situations, certaines sont complètement loufoque et ce grain de folie de la part de l’auteur m’a beaucoup plu. Niveau personnages, il y en a tout un florilège, tous plus étonnants les uns que les autres. Tout ce que je peux vous dire c’est que certains d’entre eux vont mettre les nerfs d’Arthur à rude épreuve. Ce roman est très frais et aéré, autant dans son style d’écriture que dans sa mise en page. Chaque chapitre se compose de plusieurs petits paragraphes assez courts, ils rendent la lecture plus fluide et dynamique. Le petit plus qui m’a beaucoup plu et que j’ai trouvé original : les illustrations que l’on retrouve au début de chaque nouvelle partie et à la fin. C’est un roman à lire sans modération.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.