Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221122617
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe
John Lennon
Une vie
Date de parution : 04/09/2014
Éditeurs :
Robert Laffont
En savoir plus

John Lennon

Une vie

,

Date de parution : 04/09/2014

Né sous les bombes.
Enfant du divorce.  Tante Mimi.
Un gosse de Liverpool.  L’âme d’un chef.
Un groupe nommé les Beatles.
L’enfer de la Reeperbahn.
Quatre garçons dans le vent.  Signé Lennon / McCartney.
Beatlemania des...

Né sous les bombes.
Enfant du divorce.  Tante Mimi.
Un gosse de Liverpool.  L’âme d’un chef.
Un groupe nommé les Beatles.
L’enfer de la Reeperbahn.
Quatre garçons dans le vent.  Signé Lennon / McCartney.
Beatlemania des deux côtés de l’Atlantique.
Plus populaires que Jésus.
Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band.
Croquer la pomme. Yoko. Haute tension.
The dream is over....

Né sous les bombes.
Enfant du divorce.  Tante Mimi.
Un gosse de Liverpool.  L’âme d’un chef.
Un groupe nommé les Beatles.
L’enfer de la Reeperbahn.
Quatre garçons dans le vent.  Signé Lennon / McCartney.
Beatlemania des deux côtés de l’Atlantique.
Plus populaires que Jésus.
Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band.
Croquer la pomme. Yoko. Haute tension.
The dream is over. Le voyage en solitaire.
Plastic Ono Band. Give Peace a Chance.
Drogues et thérapies. Imagine.
New York.
L’opposant milliardaire. Lost weekend.
L’homme au foyer du Dakota Building.
Cinq coups de feu dans la nuit.

Après plusieurs années de recherche, ayant eu accès à des sources jusqu'alors inexploitées et recueilli les confidences inédites des principaux témoins, Philip Norman a réuni une masse d'informations nouvelles sur la vie maintes fois chroniquée du fondateur des Beatles. Monumental et passionnant, son livre s'impose comme LA biographie de référence - le livre le plus pénétrant, le plus humain, le plus complet jamais écrit sur John Lennon et la fresque de toute une époque.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221122617
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe
Robert Laffont
En savoir plus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ecceom 13/01/2022
    De manière assez paradoxale, ce livre de Philip Norman est formidable. Paradoxale car pour qui s'intéresse un peu aux Beatles, cette "vie" de Lennon a déjà tellement été diffusée, que tout est connu ou presque (j'ai quand même appris des choses et notamment sur la vie sentimentale de sa mère, Julia et plus incroyable encore, de sa tante Mimi). Paradoxale surtout parce que le portrait dressé par Norman est à la fois bienveillant et terrible. A la fin du livre, l'auteur semble étonné de la réaction négative de Yoko Ono à la lecture des épreuves. Soit il est très naïf, soit très hypocrite. Car le profil du John Lennon qui ressort de ces pages est plus ou moins celui d'un psychopathe tant il présente pratiquement tous les signes de ce trouble de la personnalité : - L'intolérance à la frustration : on lui a volé sa mère, son père, son groupe'Il ne supporte pas de ne plus être le premier... - L'absence de remise en question et le rejet de la faute sur les autres : il ne réussit pas à l'école car elle est inadaptée à son intelligence, il contribue largement à la fin des Beatles en introduisant Ono auprès des 3 autres dans des conditions... De manière assez paradoxale, ce livre de Philip Norman est formidable. Paradoxale car pour qui s'intéresse un peu aux Beatles, cette "vie" de Lennon a déjà tellement été diffusée, que tout est connu ou presque (j'ai quand même appris des choses et notamment sur la vie sentimentale de sa mère, Julia et plus incroyable encore, de sa tante Mimi). Paradoxale surtout parce que le portrait dressé par Norman est à la fois bienveillant et terrible. A la fin du livre, l'auteur semble étonné de la réaction négative de Yoko Ono à la lecture des épreuves. Soit il est très naïf, soit très hypocrite. Car le profil du John Lennon qui ressort de ces pages est plus ou moins celui d'un psychopathe tant il présente pratiquement tous les signes de ce trouble de la personnalité : - L'intolérance à la frustration : on lui a volé sa mère, son père, son groupe'Il ne supporte pas de ne plus être le premier... - L'absence de remise en question et le rejet de la faute sur les autres : il ne réussit pas à l'école car elle est inadaptée à son intelligence, il contribue largement à la fin des Beatles en introduisant Ono auprès des 3 autres dans des conditions suicidaires (on imagine la tête de Macca quand Yoko lui dit que son jeu de basse n'est pas juste), tout en leur reprochant de ne pas l'avoir acceptée, ses disque new-yorkais ne rencontrent pas le succès, c'est injuste...c'est lui contre le monde qui ne le comprend pas. - Il est irresponsable : il cherche en permanence à enfreindre les règles tout en se montrant d'un conformisme affligeant et d'une obstination infantile. Il se montre intransigeant et aveugle quand il s'agit de sauver l'empire financier des Beatles, il fraye avec des extrémistes et s'étonne d'avoir le FBI aux trousses, prône la révolution avec un permis de séjour, tout en vivant dans le luxe, se montre longtemps incroyablement misogyne, antisémite et homophobe, fait le salut nazi à un balcon devant la foule à Liverpool'. - Il est souvent dans l'indifférence ou la réponse inadaptée : il se moque cruellement de son ami Stu, il humilie sa femme Cynthia, il néglige Julian, il méprise Brian Epstein, voire George Martin, il a des réactions « anormales » par rapport à la maladie, la mort ou le handicap'Ne l'a t-il pas écrit : Comment puis-je avoir un sentiment, quand je ne sais pas si c'est un sentiment ? (How) Icing on the cake : il offre un parfait exemple de complexe œdipien : il regrette de ne pas avoir couché avec sa mère et menace de mort son père. La totale ! Et que dire de Yoko telle qu'elle apparaît dans le livre ? Philip Norman ne tarit pourtant pas d'éloges : artiste importante, musicienne accomplie... Pourtant, comment voir en elle autre chose qu'une artiste conceptuelle fumiste, exposant des petits mots, mettant en scène des happenings snobs et ridiculisant le Beatle en l'entraînant dans de puériles courses en sac et autres bed-in, l'orientant vers des albums aussi prétentieux que vains (unfinished 1 et 2, Wedding Album), abandonnant facilement sa "carrière" pour se transformer en femme d'affaires accomplie, tout s'appuyant en permanence sur des révélations de voyants et autres médiums' Et que dire de cet amour-passion effrayant ! En alignant les faits, Norman donne indirectement raison à tous ceux qui estiment que Yoko a châtré John Lennon et que depuis le début, elle a représenté un parfait substitut de la mère ("Mother Superior") et assouvi les fantasmes incestueux du Walrus. Et pourtant, cet homme au profil psychologique compliqué, destiné peut être à finir dans un anonymat qui aurait renforcé sa frustration pathologique, a su forcer le destin, se fondre dans un ensemble unique, révolutionner la musique et pondre quelques uns des titres les plus emblématiques des temps modernes. En tant qu'individu, il a su aussi évoluer, aimer, s'excuser ou pardonner, et être drôle et lucide, souvent. Dès lors, comment ne pas se poser la question : aurait-il été aussi influent s'il avait été moins perturbé ? On ne le saura jamais. En attendant, on peut penser qu'il s'est très tôt parfaitement cerné. John Lennon a t-il été autre chose que ce qu'il écrivait dans "Nowhere Man" : "Il est de nulle part...il ne sait pas où il va...Il est aussi aveugle qu'on peut l'être...n'est-t-il pas un peu comme toi et moi" ? Livre passionnant, impressionnant (près de 1200 pages), qui n'échappe pas toujours à la tentation de re-création romanesque, mais qui se dévore avec plaisir et sans ennui.
    Lire la suite
    En lire moins
  • eco 13/01/2014
    Excellent ouvrage de Philip Norman qui est un biographe que j'apprécie énormément. C'est de nouveau bien écrit et très complet. Pour vous donner une idée, on entame la vie de John Lennon au sein des Beatles qu'à partir du 2ème quart du livre. Évidemment on ne peut jamais donner aveuglément plein crédit au récit forcément subjectif qu'un auteur fait d'une personne, quelle qu'elle soit. Pourtant j'ai eu tendance à prendre la main tendue de Norman car il évite quasiment tout le temps le manichéisme, ce qui est important avec John Lennon qui est tout sauf fade. Il est des moments où il est vraiment détestable et d'autres où il force le respect. On apprend énormément de choses sur l'artiste, le musicien et surtout sur l'homme. Pas facile de garder les pieds sur terre quand on est porté aux nues depuis ses 22 ans et qu'on a le compte en banque un peu plus fourni que le mien (rires). Philip Norman a eu accès à des interlocuteurs privilégiés comme Yoko Ono qui semble ici loin de l'image de "briseuse de Beatles" qu'on lui a donné (et à mon avis qu'on lui donne toujours); on a même l'impression qu'elle se donne un... Excellent ouvrage de Philip Norman qui est un biographe que j'apprécie énormément. C'est de nouveau bien écrit et très complet. Pour vous donner une idée, on entame la vie de John Lennon au sein des Beatles qu'à partir du 2ème quart du livre. Évidemment on ne peut jamais donner aveuglément plein crédit au récit forcément subjectif qu'un auteur fait d'une personne, quelle qu'elle soit. Pourtant j'ai eu tendance à prendre la main tendue de Norman car il évite quasiment tout le temps le manichéisme, ce qui est important avec John Lennon qui est tout sauf fade. Il est des moments où il est vraiment détestable et d'autres où il force le respect. On apprend énormément de choses sur l'artiste, le musicien et surtout sur l'homme. Pas facile de garder les pieds sur terre quand on est porté aux nues depuis ses 22 ans et qu'on a le compte en banque un peu plus fourni que le mien (rires). Philip Norman a eu accès à des interlocuteurs privilégiés comme Yoko Ono qui semble ici loin de l'image de "briseuse de Beatles" qu'on lui a donné (et à mon avis qu'on lui donne toujours); on a même l'impression qu'elle se donne un peu le beau rôle face à un John Lennon hyper jaloux (tiens, ça me rappelle une chanson). Je continuerais écrire des heures tant j'aime la musique des Beatles mais je pense que je vais rapidement devenir chiant donc je vais arrêter… Bon, c'est une brique de quelques 830 pages qu'il faut se farcir mais si vous êtes curieux de la vie de John Lennon, c'est LE livre qu'il vous faut.
    Lire la suite
    En lire moins
  • zazy 23/12/2011
    Qui est réellement John Lennon ?? Sur les photos nous le voyons lunaire avec ces lunettes rondes cerclées de métal. Il semble doux et absent. Le portrait qu’en trace Philip Norman est très loin de cette image. Quel pavé, quelles recherches, quel beau travail !!!! John Lennon est élevé par sa tante Mimy après la séparation de ses parents, sa mère ayant été jugée un peu « immature » et, surtout, Mimy, ne voulait pas se séparer de John. Norman nous décrit un John batailleur, cherchant noise, ironique et moqueur, rebelle, toujours inquiet et peu sûr de lui. Il pouvait tout aussi bien se montrer très attachant…. Surtout lorsqu’il voulait faire céder sa tante et obtenir ce qu’il voulait. Nous le voyons, comme tous les enfants de cet âge, jouer aux cow-boys et aux indiens, mais sa préférence allait toujours vers le plus faible. Au fil des pages et de l’enfance de John Lennon, nous voyons apparaître the Strawberry Field, immense demeure gothique près de Woolton. Plus loin, Eleanor Rigny nom gravé sur une tombe (Eleanor Rigby, Epouse bien-aimée de Thomas Wood et petite-fille des susnommés…) Malgré la séparation de ses parents et le fait qu’il ait grandi loin d’eux, John n’a jamais... Qui est réellement John Lennon ?? Sur les photos nous le voyons lunaire avec ces lunettes rondes cerclées de métal. Il semble doux et absent. Le portrait qu’en trace Philip Norman est très loin de cette image. Quel pavé, quelles recherches, quel beau travail !!!! John Lennon est élevé par sa tante Mimy après la séparation de ses parents, sa mère ayant été jugée un peu « immature » et, surtout, Mimy, ne voulait pas se séparer de John. Norman nous décrit un John batailleur, cherchant noise, ironique et moqueur, rebelle, toujours inquiet et peu sûr de lui. Il pouvait tout aussi bien se montrer très attachant…. Surtout lorsqu’il voulait faire céder sa tante et obtenir ce qu’il voulait. Nous le voyons, comme tous les enfants de cet âge, jouer aux cow-boys et aux indiens, mais sa préférence allait toujours vers le plus faible. Au fil des pages et de l’enfance de John Lennon, nous voyons apparaître the Strawberry Field, immense demeure gothique près de Woolton. Plus loin, Eleanor Rigny nom gravé sur une tombe (Eleanor Rigby, Epouse bien-aimée de Thomas Wood et petite-fille des susnommés…) Malgré la séparation de ses parents et le fait qu’il ait grandi loin d’eux, John n’a jamais manqué d’amour et de tendresse : « Pensez à toutes ces chansons sur l’amour que John a écrites avant même d’avoir vingt et un ans, dit-elle. Comment aurait-il pu le faire s’il n’avait pas connu beaucoup d’amour dans sa vie » (commentaire de sa cousine Leila) Somme toute, c’était un petit garçon qui n’aimait pas l’école, préférant garder l’argent des dons pour le foyer du Docteur Bernardo, grand lecteur et bon dessinateur. Un myope qui refusait, comme beaucoup, ces affreuses lunettes. Bref, un gamin de l’après-guerre normal de la working-class. Arrive le temps de l’adolescence avec diverses formations musicales, petits contrats de quatre sous dans les kermesses et autres bars de Liverpool jusqu’à partir à Hambourg. Je n’ai pas encore terminé cet ouvrage, mais je pense que cette partie est la plus importante. Pour l’instant, je fais « relâche » avant l’overdose, mais je le reprendrai volontiers car, ce n’est ni ennuyeux ni roboratif, pas trop de dates…. Cela se lit comme un bon roman. Je tiens à remercier Libfly et les Editions le Points pour ce beau cadeau et cette belle ledture pas encore terminée. Un bel ouvrage en tout cas.
    Lire la suite
    En lire moins
  • cramsay 28/03/2011
    J'ai adoré ce livre. John Lennon a une vie très interresante. Même si des fois, il y a des bouts un peu long, c'est un bon résumé de ses 40 années de vie. De plus, John Lennon est une personne qui a une histoire très particulière avec beaucoup de choses à rencontrer.
  • aureliececile 26/02/2011
    Une très intéressante biographie de John Lennon. Dense mais très complète. J'ai particulièrement aimé l'objectivité de l'auteur qui n'hésite pas à écorner le mythe.
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.