Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221124314
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

La Marque de Windfield

Jean Rosenthal (traduit par)
Collection : Best-sellers
Date de parution : 11/10/2012

1866. Un jeune élève du collège de Windfield, non loin de Londres, se noie lors d'une escapade qui tourne au drame. Plusieurs garçons sont témoins de l'événement. Parmi eux, Edward Pilaster, l'héritier de la fortune des Pilaster, une richissime dynastie de banquiers, Hugh Pilaster, un cousin pauvre d'Edward, et Micky...

1866. Un jeune élève du collège de Windfield, non loin de Londres, se noie lors d'une escapade qui tourne au drame. Plusieurs garçons sont témoins de l'événement. Parmi eux, Edward Pilaster, l'héritier de la fortune des Pilaster, une richissime dynastie de banquiers, Hugh Pilaster, un cousin pauvre d'Edward, et Micky Miranda, fils d'un grand propriétaire terrien d'Amérique du Sud.
Ce tragique accident - mais s'agit-il d'un accident ? - et les secrets qui l'entourent vont marquer à jamais ces trois garçons. Leurs destins ne cesseront plus de s'entrecroiser au fil des rivalités amoureuses et des luttes impitoyables pour s'assurer le contrôle de la banque.
Bureaux lambrissés d'acajou des grands temples de la finance... Bas-fonds où gentlemen s'encanaillent dans le jeu ou la débauche...
En faisant le récit haletant des passions qui déchirent cette famille, Ken Follett redonne vie à la fascinante Angleterre victorienne. Dans toute sa splendeur. Dans toute sa noirceur.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221124314
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Magali_Belgique Posté le 2 Novembre 2021
    curieuse de lire un Ken Follet qui n'évoque pas "mon" époque qu'est le Moyen-âge, mais mon autre époque de prédilection qu'est l'ère victorienne. Et comme pour les piliers de la terre, j'ai été happée, entrainée, transportée, en colère, ravie, enchantée...plein de personnages attachants et repoussants qu'on adore aimer ou détester. Sans spoiler, je ne pouvais m'arrêter tant que les "méchants" ne seraient pas punis, du reste, impossible de lâcher ce roman qui peint si bien les mœurs et coutumes de cette époque. Une réussite totale qu'on est triste de terminer, je recommande vivement !
  • MaggyM Posté le 3 Juillet 2021
    1866, un plan d'eau près du collège de Windfield, 5 adolescents de la bonne société prennent du bon temps. Fin de journée, l'un sera mort, un autre orphelin. Jusqu'en 1890, le destin des 4 survivants s'entremêleront, surtout pour le pire. Quatre destins marqués par les intrigues, l'argent, les femmes, le pouvoir, les banqueroutes, la haine, l'amour... Ken Follet nous plonge dans la seconde moitié du 19e siècle, au cœur de la bourgeoisie anglaise, à l'époque où le secteur bancaire s'organise, où l'Amérique du Sud se cherche, où le commerce international prend ses marques, où l'argent et le rang social sont encore pour un temps un gage de confiance. J'ai dévoré ce roman qui est étiqueté thriller mais que j'aurais plutôt classé comme roman social. L'auteur a pris soin de poser les bases du contexte bien que le lecteur soit projeté dans le vif du sujet dès les premières pages. Ne s'attardant pas en descriptions inutiles, Ken Follet parvient subtilement mais très efficacement à nous représenter l'époque dans laquelle l'intrigue se situe. Et très vite, on s'y voit dans cette Angleterre victorienne; les clubs pour hommes et leurs cigares, les lupanars et leurs dentelles défraîchies, les maisons de maître et leurs bibelots, les... 1866, un plan d'eau près du collège de Windfield, 5 adolescents de la bonne société prennent du bon temps. Fin de journée, l'un sera mort, un autre orphelin. Jusqu'en 1890, le destin des 4 survivants s'entremêleront, surtout pour le pire. Quatre destins marqués par les intrigues, l'argent, les femmes, le pouvoir, les banqueroutes, la haine, l'amour... Ken Follet nous plonge dans la seconde moitié du 19e siècle, au cœur de la bourgeoisie anglaise, à l'époque où le secteur bancaire s'organise, où l'Amérique du Sud se cherche, où le commerce international prend ses marques, où l'argent et le rang social sont encore pour un temps un gage de confiance. J'ai dévoré ce roman qui est étiqueté thriller mais que j'aurais plutôt classé comme roman social. L'auteur a pris soin de poser les bases du contexte bien que le lecteur soit projeté dans le vif du sujet dès les premières pages. Ne s'attardant pas en descriptions inutiles, Ken Follet parvient subtilement mais très efficacement à nous représenter l'époque dans laquelle l'intrigue se situe. Et très vite, on s'y voit dans cette Angleterre victorienne; les clubs pour hommes et leurs cigares, les lupanars et leurs dentelles défraîchies, les maisons de maître et leurs bibelots, les rues de Londres et leurs fiacres... impossible de ne pas les ressentir tant le style de l'auteur est immersif. Le fait que le roman soit divisés en parties nous faisant faire des bonds en avant dans le temps est un mécanisme redoutable pour insuffler un rythme soutenu au récit et éviter ainsi les longueurs. Et quel plaisir de découvrir l'évolution des personnages sans devoir tout connaître dans le détail. Tout m'a semblé crédible dans ce roman et Ken Follet n'a pas cédé à la caricature pour créer ses personnages. Chacun a ses failles, aucun n'est totalement blanc ou totalement noir, tout est nuance et c'est la raison pour laquelle on rentre très vite en empathie avec certains d'entre eux. Même s'il est évident que ce sont les personnage de Hugh et de Maisie qui sont supposés retirer leur épingle du jeu, l'auteur a pris soin de croquer correctement chacun des protagonistes, même les secondaires, voire les figurants comme certains domestiques. Bref, une première incursion pour moi dans l'univers de Ken Follet: une réussite. Je me réjouis d'avance de savoir que quatre autres de ses romans m'attendent sagement dans ma PAL.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Evysev Posté le 9 Juin 2021
    Je me laisse toujours embarquée dans les histoires de Ken Follett. L' écriture fluide, les rebondissements, une intrigue bien ficelée. Cette fois nous sommes plongés dans le Londres des années 1870 dans le monde de la banque, des trafics d influence ,des coups bas et des meurtres. J ai beaucoup aimé même si les personnages sont un peu caricaturaux . Je recommande, un bon moment de lecture.
  • Annette55 Posté le 14 Avril 2021
    Après les lectures des «  Piliers de la terre » et la trilogie de «  La chute des géants » qui m'avait été offerte —- celle là —— je découvre avec retard cette oeuvre que l'on m'a prêtée . Vu le nombre de critiques je ferai court : me voilà aux prises avec la formidable aisance de l'auteur , je dirai , habituelle, même si certains personnages sont décrits d'une façon un peu trop manichéenne, les bons et les méchants....... Mais cela n'empêche en rien la vigueur et le souffle .... Sinon, sur fond d'incroyables rebondissements , une documentation fouillée , c'est un roman historique ,sorte de thriller politico- financier ——la peinture vigoureuse des dessous de la société aristocratique anglaise de la fin du XIX ° siècle ,dévoilant , sans temps mort , le destin mêlé des Pilaster au sein de l'Angleterre victorienne , ( 1866 à 1892 )à partir d'un tragique accident et ses conséquences, mais en était - ce un ? : Rivalités amoureuses , liaisons cachées, complots ignobles , amants maudits , mauvais coups , malfaisances , anges et démons, jeux de pouvoir, rumeurs , avidité ,cupidité , naïveté aussi——monde impitoyable des affaires : celui des riches dépravés faisant la pluie... Après les lectures des «  Piliers de la terre » et la trilogie de «  La chute des géants » qui m'avait été offerte —- celle là —— je découvre avec retard cette oeuvre que l'on m'a prêtée . Vu le nombre de critiques je ferai court : me voilà aux prises avec la formidable aisance de l'auteur , je dirai , habituelle, même si certains personnages sont décrits d'une façon un peu trop manichéenne, les bons et les méchants....... Mais cela n'empêche en rien la vigueur et le souffle .... Sinon, sur fond d'incroyables rebondissements , une documentation fouillée , c'est un roman historique ,sorte de thriller politico- financier ——la peinture vigoureuse des dessous de la société aristocratique anglaise de la fin du XIX ° siècle ,dévoilant , sans temps mort , le destin mêlé des Pilaster au sein de l'Angleterre victorienne , ( 1866 à 1892 )à partir d'un tragique accident et ses conséquences, mais en était - ce un ? : Rivalités amoureuses , liaisons cachées, complots ignobles , amants maudits , mauvais coups , malfaisances , anges et démons, jeux de pouvoir, rumeurs , avidité ,cupidité , naïveté aussi——monde impitoyable des affaires : celui des riches dépravés faisant la pluie et le beau temps ...déchirements et luttes sans fin pour le contrôle d'une banque .—— Enlevé , haletant, passionnant, jamais pesant aidé par une fin à la hauteur . Merci à Reine ...
    Lire la suite
    En lire moins
  • fb1643 Posté le 8 Avril 2021
    Comme d'habitude chez Ken Follett, ce roman se base sur un gros travail de documentation, ici sur l'Angleterre victorienne... Mais comme souvent, les personnages sont trop monolithiques... Les gentils sont ... gentils, à être "braves" au sens méridional (je détaille ?). Les méchants, rien ne les rachète et on s'étonne qu'il n'y ait pas un "sévère mais juste" pour leur claquer le museau.. Oui, certes il arrive une grosse contrariété à cette ordure de Micky Miranda, mais infligée par Augusta Pilaster, aussi vicieuse que lui... Mais bon: quand on s'est régalé avec "Les piliers de la Terre", on devient exigeant...
Plongez dans l'univers de Ken Follett
Interviews de l'auteur, dates de signatures, jeux concours… Ne manquez aucune actualité de Ken Follett !