Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221243671
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 84
Format : 110 x 177 mm

Notre-Dame

Odile DEMANGE (Traducteur)
Date de parution : 13/06/2019

« L’image de Notre-Dame en flammes m’a stupéfié et chaviré au plus profond de moi-même. Un bien inestimable mourait sous nos yeux. C’était aussi effarant que si le sol s’était mis à trembler sous nos pieds. » Ken Follett.
Dans ce court récit, Ken Follett raconte l’émotion qui l’a étreint...

« L’image de Notre-Dame en flammes m’a stupéfié et chaviré au plus profond de moi-même. Un bien inestimable mourait sous nos yeux. C’était aussi effarant que si le sol s’était mis à trembler sous nos pieds. » Ken Follett.
Dans ce court récit, Ken Follett raconte l’émotion qui l’a étreint lorsqu’il a appris le drame qui menaçait Notre-Dame de Paris, puis revient sur l’histoire de la cathédrale, de sa construction au rôle qu’elle a joué dans le destin de la nation française. Il évoque aussi l’influence qu’elle a exercée sur l’écriture des Piliers de la Terre, certainement le plus populaire de ses romans.

Les bénéfices de l'éditeur seront reversés à la Fondation du patrimoine.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221243671
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 84
Format : 110 x 177 mm
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • afriqueah Posté le 10 Décembre 2019
    - L’auteur des Piliers de la terre apprend le 15 avril 2019 que Notre -Dame est en feu. La flèche centrale, haute de quatre-vingt-quinze mètres, bascule sur le côté, le feu ravage un joyau que l’on croyait éternel, les flammes débordent des deux tours jumelles. Nous découvrions qu’elle était destructible, écrit Ken Follett, dans un petit fascicule dont les droits seront reversés à la Fondation du Patrimoine. Il remonte au temps de sa construction, en 1163, pour remplacer la vieille et trop petite église romane. Maurice de Sully veut ce qu’il y a de plus moderne pour Paris, est aidé en cela par « l’optimum climatique médiéval » et les excellentes récoltes qui s’ensuivent du réchauffement du climat entre 950 et 1250, ainsi que l’accroissement de la population. Construire une cathédrale nécessite des centaines d’hommes et de femmes qui campent autour de la construction, taillent la pierre, fabriquent le mortier et bâtissent. C’est dangereux, beaucoup de maçons sont morts en tombant des échafaudages, et quand on sait que les tours s’élèvent à soixante-neuf mètres, on comprend le danger de cet ouvrage de près d’un siècle. C’est onéreux aussi, et la construction de Notre Dame a connu des pénuries et... - L’auteur des Piliers de la terre apprend le 15 avril 2019 que Notre -Dame est en feu. La flèche centrale, haute de quatre-vingt-quinze mètres, bascule sur le côté, le feu ravage un joyau que l’on croyait éternel, les flammes débordent des deux tours jumelles. Nous découvrions qu’elle était destructible, écrit Ken Follett, dans un petit fascicule dont les droits seront reversés à la Fondation du Patrimoine. Il remonte au temps de sa construction, en 1163, pour remplacer la vieille et trop petite église romane. Maurice de Sully veut ce qu’il y a de plus moderne pour Paris, est aidé en cela par « l’optimum climatique médiéval » et les excellentes récoltes qui s’ensuivent du réchauffement du climat entre 950 et 1250, ainsi que l’accroissement de la population. Construire une cathédrale nécessite des centaines d’hommes et de femmes qui campent autour de la construction, taillent la pierre, fabriquent le mortier et bâtissent. C’est dangereux, beaucoup de maçons sont morts en tombant des échafaudages, et quand on sait que les tours s’élèvent à soixante-neuf mètres, on comprend le danger de cet ouvrage de près d’un siècle. C’est onéreux aussi, et la construction de Notre Dame a connu des pénuries et des arrêts nées du manque d’argent, de grèves, d’effondrements de terrain et de fissures repérées dans les pierres, d’où les arcs boutants « qui font aujourd’hui tout le charme de la vue coté est, évoquant une nuée d’oiseaux qui s’élève vers le ciel ». Et fut achevée en 1260. Victor Hugo, en 1831, après quatre mois et demi d’écriture où il s’est plongé « comme dans une prison » dira sa femme, produit son roman Notre-Dame de Paris. Il y décrit de façon prémonitoire l’incendie qui a eu lieu récemment : « au-dessus de la flamme les énormes tours, de chacune desquelles on voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel ». La révolution avait mis à mal le bâtiment, sa nef avait servi d’entrepôt de céréales, et le texte d’Hugo qui s’indigne des mutilations sert de détonateur en vue de sa reconstruction. Violet- Leduc est pressenti comme architecte, et c’est lui, passionné, qui, en 1844, remodèle, reconstruit les gargouilles et les chimères arrachées par les révolutionnaires, change les pierres abimées, remplace les vitraux brisés et les cloches fondues pour en faire des canons. Violet Leduc ajoute à cela une flèche résolument moderne, et l’une des critiques (nombreuses) qu’on lui fit fut que l’un des apôtres qui ornent la base de la flèche le représente lui et non Saint Thomas. Et en 1989, Ken Follett rencontre Jean Gimpel, l’auteur des « Bâtisseurs de cathédrales », et écrit les « Piliers de la terre », son chef d’œuvre. Il y raconte comment la construction d’une cathédrale attirait des gens de tous pays, et de tous niveaux sociaux. Clergé, aristocrates, agriculteurs, citadins apportent l’argent, beaucoup d’argent. « Des emplois furent créés, le commerce prit de l’essor, des marchés se développèrent, la migration internationale fut stimulée ». Nos rencontres avec les cathédrales sont du registre de l’émotion, du spirituel, et nous ensorcèlent par leur grâce et leur lumière. Et quand l’une d’elle brûle, nous pleurons, conclut Ken Follett. Charmant petit livre, court et suffisamment précis pour nous remémorer le tragique de ce 15 avril 2019. Et pour nous sortir de la polémique consistant à critiquer la volonté de reconstruire, puisque cette cathédrale avait été « remaniée » au XIX siècle.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Michelegrain Posté le 9 Novembre 2019
    Un survol historique rapide (peut-être trop ?) de Notre-Dame de Paris. L'auteur est bouleversé par le drame qui vient de toucher la cathédrale, cela se ressent. Je pense qu'il a écrit ce livre dans l'urgence du témoignage qu'il pensait, lui et sans doute aussi son éditeur, devoir apporter à la vieille cathédrale.
  • bfauriaux Posté le 26 Octobre 2019
    Le dernier Follett sur l'incendie de Notre Dame: roman court d'environ 755 pages ce livre se lit rapidement et on est transporté par les souvenirs du maitre qui nous livre un petit chef d'oeuvre à lire absolument !
  • Davalian Posté le 27 Septembre 2019
    Qui d’autre que Ken Follett pouvait écrire quelque chose de pertinent sur la cathédrale de Notre-Dame après le triste événement de 2019 ? Comment résister à l’appel de l’achat, même si l’on pressent le produit commercial à plein nez ? Et que dire allant à l’encontre de ce geste, forcément beau, de reverser les bénéfices pour la reconstruction ? Il n’y a rien à redire et résister n’est pas utile… Voici un récit, ou plutôt quelques réflexions que l’auteur du roman Les piliers de la terre livre sur la cathédrale de Paris. Il s’agit d’une sorte de témoignage réflexion illustré qui tient en environ 70 pages bien remplies et six chapitres de longueur variable. Ken Follett revient d’abord sur la manière dont il a vécu les événements de 2019, avant d’évoquer la construction, mais aussi Victor Hugo, Violet-le-Duc, la libération de Paris, sa rencontre avec Pierre Gimpel. Sans s’affranchir d’une modestie superfétatoire, il se pose comme l’auteur à succès qu’il est et qui tente de rendre hommage à un monument que l’on sait aujourd’hui, hélas, aussi, fragile. Une lecture qui parle à tout le monde, Français, adeptes de l’auteur, mais pas seulement,... Qui d’autre que Ken Follett pouvait écrire quelque chose de pertinent sur la cathédrale de Notre-Dame après le triste événement de 2019 ? Comment résister à l’appel de l’achat, même si l’on pressent le produit commercial à plein nez ? Et que dire allant à l’encontre de ce geste, forcément beau, de reverser les bénéfices pour la reconstruction ? Il n’y a rien à redire et résister n’est pas utile… Voici un récit, ou plutôt quelques réflexions que l’auteur du roman Les piliers de la terre livre sur la cathédrale de Paris. Il s’agit d’une sorte de témoignage réflexion illustré qui tient en environ 70 pages bien remplies et six chapitres de longueur variable. Ken Follett revient d’abord sur la manière dont il a vécu les événements de 2019, avant d’évoquer la construction, mais aussi Victor Hugo, Violet-le-Duc, la libération de Paris, sa rencontre avec Pierre Gimpel. Sans s’affranchir d’une modestie superfétatoire, il se pose comme l’auteur à succès qu’il est et qui tente de rendre hommage à un monument que l’on sait aujourd’hui, hélas, aussi, fragile. Une lecture qui parle à tout le monde, Français, adeptes de l’auteur, mais pas seulement, bref une lecture nécessaire, utile et agréable…
    Lire la suite
    En lire moins
  • beauscoop Posté le 25 Septembre 2019
    Cet essai écrit en hommage à notre belle Notre Dame est court et écrit avec des mots justes par le talentueux Ken Follett. Il ne faut pas se priver de le lire, documenté et bien illustré il apporte aussi quelques informations générales sur les cathédrales.
Plongez dans l'univers de Ken Follett
Interviews de l'auteur, dates de signatures, jeux concours… Ne manquez aucune actualité de Ken Follett !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par Robert Laffont

    Ken Follett raconte Notre-Dame

    Au lendemain de l'incendie survenu à Notre-Dame de Paris, Ken Follett raconte le lien qu'il entretient avec elle et revient sur son histoire dans un court récit illustré passionnant.

    Lire l'article