Lisez! icon: Search engine
Omnibus
EAN : 9782258096646
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

La vérité sur Bébé Donge

Romans durs

Date de parution : 14/11/2013

Une sensibilité à fleur de peau - Un dimanche d'août, dans sa maison de campagne de La Châtaigneraie, Mme Donge tente d'empoisonner son mari à l'arsenic.

Une sensibilité à fleur de peau
Un dimanche d'août, dans sa maison de campagne de La Châtaigneraie, Mme Donge tente d'empoisonner son mari à l'arsenic. Transporté en clinique tandis que sa femme est arrêtée, celui-ci, revenu à la vie, essaie de comprendre son geste…
Adapté pour le cinéma, par Henri Decoin, en...

Une sensibilité à fleur de peau
Un dimanche d'août, dans sa maison de campagne de La Châtaigneraie, Mme Donge tente d'empoisonner son mari à l'arsenic. Transporté en clinique tandis que sa femme est arrêtée, celui-ci, revenu à la vie, essaie de comprendre son geste…
Adapté pour le cinéma, par Henri Decoin, en 1952, avec Danielle Darrieux (Elisabeth Donge, dite Bébé), Jean Gabin (François Donge, son mari) et Jacques Castelot (Dr Jalabert).
Simenon en numérique : les enquêtes du célèbre commissaire Maigret, et les très “noirs” Romans durs

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258096646
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • SophieLesBasBleus Posté le 24 Avril 2020
    De Bébé Donge je ne connaissais que le film d'Henri Decoin, vu il y a bien longtemps et dont seul le visage à la beauté glacée de Danielle Darrieux me restait en mémoire. Heureusement car ainsi ma lecture n'a pas été parasitée par les images et le parti pris du film ! C'eût été dommage car j'ai découvert un roman d'une surprenante modernité tant dans la forme que dans les ressorts psychologiques mis en évidence par le récit. Celui-ci s'attache à un couple, François Donge et Eugénie, que tous nomment Bébé depuis toujours. Lui, chimiste, industriel à succès, absorbé par son travail et par ses nombreuses maîtresses et elle, "un pastel ! Un être aérien, immatériel, sorti d'un recueil de poésies" uniquement centrée sur son fils de 8 ans, sur ses toilettes et sur la tenue de la maison de campagne, donnent une apparence lisse à leurs relations dépourvues de passion comme - semble-t-il - d'amour. Aussi lorsque Bébé tente d'empoisonner son mari c'est la déflagration. Surtout qu'à aucun moment elle ne nie son acte, mais se dit incapable de l'expliquer face au juge. Sur son lit d'hôpital, François examine leurs années de mariage à la lueur de cette tentative... De Bébé Donge je ne connaissais que le film d'Henri Decoin, vu il y a bien longtemps et dont seul le visage à la beauté glacée de Danielle Darrieux me restait en mémoire. Heureusement car ainsi ma lecture n'a pas été parasitée par les images et le parti pris du film ! C'eût été dommage car j'ai découvert un roman d'une surprenante modernité tant dans la forme que dans les ressorts psychologiques mis en évidence par le récit. Celui-ci s'attache à un couple, François Donge et Eugénie, que tous nomment Bébé depuis toujours. Lui, chimiste, industriel à succès, absorbé par son travail et par ses nombreuses maîtresses et elle, "un pastel ! Un être aérien, immatériel, sorti d'un recueil de poésies" uniquement centrée sur son fils de 8 ans, sur ses toilettes et sur la tenue de la maison de campagne, donnent une apparence lisse à leurs relations dépourvues de passion comme - semble-t-il - d'amour. Aussi lorsque Bébé tente d'empoisonner son mari c'est la déflagration. Surtout qu'à aucun moment elle ne nie son acte, mais se dit incapable de l'expliquer face au juge. Sur son lit d'hôpital, François examine leurs années de mariage à la lueur de cette tentative de meurtre. Derrière la façade imperturbable que dresse Bébé face au monde, il commence à déceler les failles, les déceptions, les désillusions qui l'ont conduite au geste meurtrier. Ce faisant, il prend conscience de sa propre responsabilité dans la faillite de leur couple. Maintenue dans un état d'enfance par son surnom mais aussi par les principes de son mari, Bébé Donge n'avait pas d'autre choix que le meurtre pour se préserver de l'anéantissement. C'est paradoxalement en femme enfin libre qu'elle accepte l'emprisonnement. Simenon montre une virtuosité extraordinaire en jouant avec les fils du récit, les temporalités et les points de vue pour décortiquer l'évolution d'une femme, son silencieux enfermement dans la réalité d'un mariage décevant et son sursaut de révolte salutaire. La force du roman est décuplée par le choix du point de vue du mari qui glisse du rôle de victime à celui de bourreau. La narration est sèche, centrée sur des faits, des détails qui soudain prennent une importance démesurée, comme sous l'effet d'un zoom photographique. La véritable personnalité de Bébé Donge se révèle par dévoilements progressifs tout en gardant toujours une part de mystère, de secret. En révélant dès le début le nom de la coupable, l'auteur prend le contrepied des romans policiers habituels et débarrasse immédiatement le lecteur de la résolution de l'énigme. L'enquête, c'est François Donge qui la mène sur son couple, sur sa femme et sur lui-même. Mais le constat va au-delà de l'histoire des Donge et s'étend à une société entière qui cantonne la femme dans un rôle soumis et décoratif de "gardienne du foyer" alors que les maris s'auto-valorisent par leurs activités extérieures. Le prétexte de la frigidité est lui aussi remis en cause par Donge : n'est-ce pas lui qui a suscité le dégoût de son épouse ? Le roman a été écrit en 1940 mais son propos reste finalement très actuel ! Et cette lecture me conduit directement à la découverte impatiente des autres romans de Simenon !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Givry Posté le 20 Novembre 2019
    Bébé Donge, alias madame Donge, a tenté d'empoisonner son mari. Celui-ci s'en sort miraculeusement. Elle admet sans discussion sa tentative de meurtre, elle ne s'explique pas son geste, pourtant prémédité. Le mari est dans un premier temps anéanti, mais il ne ressent aucune colère. Voilà deux personnages dont l'attitude est bien mystérieuse. L'auteur fait de magnifiques allers - retours équivoques pour relater cette fameuse affaire. Il conduit ce court roman magistralement. En quelques phrases, une nouvelle énigme émerge, les questions fusent : pourquoi est-il là? Pourquoi y retourne-t-il ? Pourquoi est-il pressé ? J'ai été impressionnée par la qualité de cette écriture belle et désuette, qui m'évoque celle d'un Maupassant « moderne » de 1942, avec les expressions de l'époque. Pourquoi m'a-t-il été présenté comme un auteur mineur ? Parce qu'il écrivait des romans policiers ? Parce qu'il en écrivait tant que ses romans ne pouvaient être bons ? Ou parce qu'il a travaillé pendant la seconde guerre mondiale ? L'acteur Bruno Solo, invité récemment à une émission de radio, avait fait de cette histoire une présentation si enthousiaste que je me suis précipitée pour la lire. Merci à lui. Simenon est un écrivain génial, à continuer de découvrir, sans aucun risque d'ennui.
  • bookaddict02 Posté le 20 Mai 2019
    Un roman classé dans les policiers mais pour moi il s'agit plus d'un drame. Simenon nous raconte ici l'histoire d'une tentative d'empoisonnement . J'ai trouvé le roman intéressant surtout la remise en question du mari et le cheminement psychologique de la femme et le pourquoi du passage à l'acte.
  • mfrance Posté le 6 Février 2019
    Mais pourquoi diable ai-je attendu si longtemps pour découvrir "la vérité sur Bébé Donge" ? En effet, ce court roman, très sombre, est un véritable joyau noir, ciselé par Simenon, qui nous entraîne dans les arcanes de l'esprit des deux principaux protagonistes Bébé et son époux François. Quel est le mystère de ce couple si bizarrement assorti ? Qui est Bébé ? une empoisonneuse (ce qu'on apprend dès le début), une jeune femme frivole et frigide, ou la victime d'un mariage mal assorti ? Lui, un riche industriel, habitué à la réussite, à être obéi, taiseux et hautain. Elle, la presque gamine épousée à l'aube de ses 17 ans, très naïve et ignorant tout de l'amour. Eux, un couple apparemment heureux, vivant dans le confort bourgeois d'une reposante maison de campagne faite pour le calme, le bonheur domestique et la joie de vivre. Avec une grande économie de moyens doublée d'une précision d'horloger, Simenon décortique avec sûreté et sobriété les mécaniques complexes du coeur humain et nous en livre une analyse impressionnante de justesse et de dureté. A découvrir sans tarder, si ce n'est déjà fait !
Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.