Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782823819144
Code sériel : 13310
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Le Secrétaire italien

Jacques MARTINACHE (Traducteur)
Date de parution : 16/10/2014
Tout commence lorsque Sherlock Holmes reçoit un télégramme de son frère Mycroft qui l’appelle à l’aide : proche conseiller de la reine Victoria, ce dernier craint pour la vie de la souveraine. En effet, deux de ses serviteurs ont été percés de plus de cinquante coups de poignard, exactement comme... Tout commence lorsque Sherlock Holmes reçoit un télégramme de son frère Mycroft qui l’appelle à l’aide : proche conseiller de la reine Victoria, ce dernier craint pour la vie de la souveraine. En effet, deux de ses serviteurs ont été percés de plus de cinquante coups de poignard, exactement comme le secrétaire italien de Marie Stuart, assassiné trois siècles auparavant. Et on sait que celle-ci a fini sans tête…
Il n’en faut pas plus à Holmes et à son fidèle Watson pour accourir sur les lieux du drame et démontrer que la force de déduction vient toujours à bout de l’inextricable quand il s’agit de défendre l’ordre, l’Empire et la reine.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823819144
Code sériel : 13310
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Davalian Posté le 15 Avril 2020
    Caleb Carr, l’auteur de L’aliéniste, adapté il y a quelques temps en série, avait initialement été sollicité afin de rédiger une nouvelle fantastique destinée à intégrer un recueil consacré à Sherlock Holmes. Se laissant porter par l’exercice, l’auteur est allé bien au-delà de la commande initiale. Cette ambivalence se retrouve clairement à la lecture de cette nouvelle qui n’en est pas vraiment une, sans vraiment être un roman. Le texte est à la fois long pour l’une et court pour l’autre. L’aspect fantastique est réduit à sa plus simple expression. Il va certes être question d’un fantôme, de manifestations étranges, de morts inquiétantes, mais tout cela reste au deuxième plan. La comparaison avec Le chien des Baskerville est peut-être fondée pour ce qui concerne le personnage de Sherlock ici présenté. Nous avons droit à un détective manipulateur, arrogant… et pas toujours bien inspiré. De son côté Watson fait des siennes et se révèle plus perspicace que de coutume, ce qui ne l’empêchera pas de commettre des erreurs qui confinent à la comédie (décidément ses traitements sont vraiment… originaux et toujours bien arrosés, santé !). Mycroft sera également de la partie. Hélas, nous avons ici affaire à une version assez éloignée... Caleb Carr, l’auteur de L’aliéniste, adapté il y a quelques temps en série, avait initialement été sollicité afin de rédiger une nouvelle fantastique destinée à intégrer un recueil consacré à Sherlock Holmes. Se laissant porter par l’exercice, l’auteur est allé bien au-delà de la commande initiale. Cette ambivalence se retrouve clairement à la lecture de cette nouvelle qui n’en est pas vraiment une, sans vraiment être un roman. Le texte est à la fois long pour l’une et court pour l’autre. L’aspect fantastique est réduit à sa plus simple expression. Il va certes être question d’un fantôme, de manifestations étranges, de morts inquiétantes, mais tout cela reste au deuxième plan. La comparaison avec Le chien des Baskerville est peut-être fondée pour ce qui concerne le personnage de Sherlock ici présenté. Nous avons droit à un détective manipulateur, arrogant… et pas toujours bien inspiré. De son côté Watson fait des siennes et se révèle plus perspicace que de coutume, ce qui ne l’empêchera pas de commettre des erreurs qui confinent à la comédie (décidément ses traitements sont vraiment… originaux et toujours bien arrosés, santé !). Mycroft sera également de la partie. Hélas, nous avons ici affaire à une version assez éloignée du personnage original. D’ailleurs, l’auteur lui fait vivre des heures assez difficiles et quelques passages amusants (quoique à la limite de la grossophobie). Malgré tout cela, l’éditeur se défend de produire un ouvrage humoristique. L’histoire proposée est sérieuse, malgré plusieurs passages plutôt cocasses. La trame est assez simple en fait et est terriblement terre-à-terre. Dommage que l’histoire manque d’ambition malgré toutes les pistes présentes ici. La plupart se sont pas exploitées ou demeurent sous-exploitées. L’ensemble est facile d’accès car le style de l’auteur est sublime. Le travail de traduction est clairement à la hauteur. Nous partons ici sur un roman court, facile à lire, qui nous offre beaucoup de temps avec Sherlock et Watson (notamment au travers d’une longue introduction), quitte à faire passer l’enquête au second plan. Au final cet apocryphe n’est pas la référence genre du genre, mais offre un bon compromis avec un pastiche.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Tatooa Posté le 28 Décembre 2016
    C'est toujours un très grand plaisir de retrouver Holmes et Watson, fut-ce en pastiches ou en "copies". Caleb Carr, dont j'ai lu "l'Aliéniste" et "L'ange des ténèbres", est un excellent auteur en ce qui concerne le Dr Kreitzler, son propre héros, qui officie plus ou moins dans les mêmes "temps", aux débuts de la psychologie. Il a le chic pour les intrigues tordues. Cependant, je l'ai trouvé moins à l'aise avec Sherlock Holmes. Si les personnages sont plutôt bien repris, l'intrigue quant à elle pèche un peu par sa simplicité et une résolution qui sied assez peu à Holmes. Enfin je n'ai pas trouvé ses explications aussi convaincantes que dans les C. Doyle. On saute très vite d'une conclusion à l'autre, d'un personnage à l'autre, dans une progression plutôt heurtée et pas si logique que ça, il manque vraiment le "truc" de C. Doyle qui arrivait à dérouler ses histoires sans que ça choque, ou que ça paraisse incohérent. Bref, c'est sympathique à lire pour retrouver Holmes, Watson et Mycroft, mais il manque vraiment la patte du maître.
  • Le_Bazar_de_Cyrielle Posté le 1 Octobre 2015
    J'ai complètement plongé dans cette histoire, je n'avais jamais lu d'aventure de Sherlock Holmes avant, donc c'était une découverte et je suis vraiment sous le charme. Une enquête très originale, qui mêle fantastique, histoire royale et manipulation. C'est très bien écrit, simple et l'auteur ne s'encombre pas de détails inutiles. Caleb Carr était déjà un de mes auteurs favoris et là ça se confirme.
  • dbarbieux Posté le 12 Mai 2012
    Très bon moment de lecture où il est difficile après avoir vu les films de ne pas voir les acteurs dans le rôle...
  • athena1 Posté le 25 Septembre 2010
    Après l'Aliéniste, voilà que je me lance dans la lecture du secrétaire italien. Qu'elle ne fut pas ma joie d'aborder une intrigue policière en partie fondée sur un des plus grands assassinats de l'histoire ou du moins le plus atroce. En effet, dans le secrétaire italien Caleb Carr rappelle au lecteur comment, Rizzio, secrétaire italien de Marie Stuart a été sauvagement assassiné d'une soixantaine de coups de couteau par les hommes de Darnley, le mari de Marie. Ce crime est d'autant plus terrible qu'il a été commis devant les yeux de cette dernière. Alors je dois dire que d'un point de vue historique ce bouquin m'a comblée. Le secrétaire italien c'est aussi Sherlock Holmes et le docteur Watson qui mènent l'enquête, une enquête qui débute suite à une énigme envoyée par Mycroft, le frère de Sherlock. Et tout ceci bien évidemment sur fond de décor d'une Angleterre victorienne dont je ne me lasserai jamais. Un seul bémol. L'intrigue est résolue trop brusquement, Caleb Carr nous prive du plaisir de partager pas à pas la découverte de la machination et du ou des assassins avec Holmes et Watson.
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !