RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Maigret et le tueur

            Omnibus
            EAN : 9782258097346
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Maigret et le tueur
            Maigret

            Date de parution : 22/11/2012

            Urgence psychiatrique - Antoine Batille, qui vient d'être assassiné de sept coups de couteau rue Popincourt, avait la manie de collecter des conversations à l'aide d'un magnétophone portatif, comme d'autres prennent des photographies.

            Urgence psychiatrique
            Antoine Batille, qui vient d'être assassiné de sept coups de couteau rue Popincourt, avait la manie de collecter des conversations à l'aide d'un magnétophone portatif, comme d'autres prennent des photographies. Il étudiait ainsi l'homme sur le vif pour faire des recherches psychologiques. Cette passion l'amenait à fréquenter certains...

            Urgence psychiatrique
            Antoine Batille, qui vient d'être assassiné de sept coups de couteau rue Popincourt, avait la manie de collecter des conversations à l'aide d'un magnétophone portatif, comme d'autres prennent des photographies. Il étudiait ainsi l'homme sur le vif pour faire des recherches psychologiques. Cette passion l'amenait à fréquenter certains bars et cafés louches. L'a-t-on tué parce qu'il a surpris une conversation compromettante ? L'assassin ne lui a pourtant pas dérobé son appareil.
            Adapté pour la télévision en 1978, dans une réalisation de Marcel Cravenne, avec Jean Richard (Commissaire Maigret), Hugues Quester (Horteau), Jean-Pierre Bacri (Mila), Annick Tanguy (Mme Maigret) et pour la télévision japonaise en 1978, sous le titre Keishi to rokuon mania, par Inoue Akira, avec Kinya Aikawa (Commissaire Maigret).
            Simenon chez Omnibus : les enquêtes du célèbre commissaire Maigret, et les très “noirs” Romans durs

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782258097346
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • dido600 Posté le 22 Avril 2018
              Publié en 1969. L'intrigue se déroule à Paris, en France. Antoine Batille, qui vient d'être assassiné de sept coups de couteau rue Popincourt, avait la manie de collectionner des conversations à l'aide d'un magnétophone portatif, comme d'autres prennent des photos. L'a-t-on tué parce qu'il a surpris une conversation compromettante ? En tout cas, l'écoute de la dernière cassette enregistrée par le jeune homme met la police sur la piste d'une bande de voleurs de tableaux dont quatre membres sont arrêtés. En perspective ce polar comporte deux intrigues puisque le meurtre du début entraîne la police vers une fausse piste qui est celle des voleurs de tableaux ; la deuxième partie, plus courte, s’attache à la peinture du cas pathologique du tueur et met l’accent sur la compréhension dont celui-ci a besoin. Un très bon roman de la littérature classique policière et compatible a' la renommé de George Simenon.
            • Woland Posté le 21 Septembre 2015
              Le seul véritable tueur en série que l'on peut recenser jusqu'ici dans la série des "Maigret" est celui, à motifs sexuels d'ailleurs, de "Maigret Tend Un Piège" . Que ce fût l'époque qui le voulût ainsi ou tout simplement par goût naturel, Simenon s'est peu intéressé à ce type de meurtriers. Il faut dire que, pour analyser, sans trop risquer de se tromper, les motifs qui font agir un tueur en série, il faut vraiment creuser longuement, profondément, douloureusement ... Dans "Maigret et le Tueur", l'auteur liégeois pose tout de même les bases d'une analyse de ce type. Un soir qu'il dîne avec sa femme chez les Pardon, la servante du médecin vient annoncer un client, "l'épicier italien", qui attend, tout affolé. Le temps d'enfiler un manteau et les deux hommes suivent le malheureux Pagliati qui leur raconte que, revenant du cinéma avec sa femme, ils ont été témoin d'un homme à terre qui, sous une pluie battante, en poignardait sauvagement un autre, rue Popincourt. En les voyant arriver, l'agresseur a paru avoir le réflexe, bien normal, de fuir mais non, il est revenu pour "achever" sa victime de trois autres coups. Pagliati a laissé le corps à la garde de... Le seul véritable tueur en série que l'on peut recenser jusqu'ici dans la série des "Maigret" est celui, à motifs sexuels d'ailleurs, de "Maigret Tend Un Piège" . Que ce fût l'époque qui le voulût ainsi ou tout simplement par goût naturel, Simenon s'est peu intéressé à ce type de meurtriers. Il faut dire que, pour analyser, sans trop risquer de se tromper, les motifs qui font agir un tueur en série, il faut vraiment creuser longuement, profondément, douloureusement ... Dans "Maigret et le Tueur", l'auteur liégeois pose tout de même les bases d'une analyse de ce type. Un soir qu'il dîne avec sa femme chez les Pardon, la servante du médecin vient annoncer un client, "l'épicier italien", qui attend, tout affolé. Le temps d'enfiler un manteau et les deux hommes suivent le malheureux Pagliati qui leur raconte que, revenant du cinéma avec sa femme, ils ont été témoin d'un homme à terre qui, sous une pluie battante, en poignardait sauvagement un autre, rue Popincourt. En les voyant arriver, l'agresseur a paru avoir le réflexe, bien normal, de fuir mais non, il est revenu pour "achever" sa victime de trois autres coups. Pagliati a laissé le corps à la garde de sa femme et couru carillonner chez le Dr Pardon, qui habite tout près. Le médecin constate d'énormes dégâts mais, pour l'instant, la victime, un jeune homme relativement bien habillé, portant un mini-magnétophone à une chaîne autour du cou, est encore vivante. Pas pour longtemps ... A première vue, il n'y a vraiment rien à comprendre. Déjà, le portefeuille n'a pas été volé, ce qui permet d'identifier tout de suite le mort, Antoine Batille, fils de famille dont tout le monde racontera bientôt à Maigret et ses hommes qu'il n'avait qu'une seule passion : se promener dans le métro, dans la rue, dans les bars ... pour enregistrer, sans qu'ils s'en rendent compte, ce que disaient ceux qu'il croisait. Evidemment, l'on finit vite par penser qu'il a enregistré sans le vouloir des paroles prononcées dans un bar par quelques malfrats évoquant un "coup" futur ou achevé et déjà recelé. Mais si tel est le cas, pourquoi, alors que le tueur est revenu achever Batille, ne lui a-t-il pas arraché le magnétophone ? Ce que l'on cherche se trouve peut-être sur une autre bande ? Mais non : c'est bien la bande qu'utilisait ce soir-là le jeune homme qui donne la clef de l'énigme. En tous cas, qui semble la donner. Sans le vouloir, Batille avait bel et bien enregistré quelques phrases évoquant un cambriolage dans une villa recelant d'assez belles toiles. Le chef du gang, Julien Vila, n'est pourtant pas du genre à tuer. Voler, oui. Tuer, non ... Très vite, Maigret sent que la piste Vila n'est pas la bonne ... Dans ce cas, c'est qu'il y en a une autre, comme dirait M. de La Palice. Mais laquelle ? Alors, au 36, sans se lasser, on passe et on se repasse, la, puis les bandes. Rien. Mais rien de rien. Pour une fois, c'est la presse qui va faire avancer l'affaire. Elle publie en effet des entrefilets en première page sur la mort du jeune Batille, qui était le fils d'une célébrité et, d'article en article, finit par donner le nom de Vila et de sa bande. Le résultat ne se fait pas attendre : le journal qui a titré la nouvelle reçoit une lettre, écrite à l'encre verte, et certifiant que Vila n'a rien à voir avec l'affaire de la rue Popencourt. L'auteur veut bien être un tueur mais il ne veut pas envoyer un innocent à la guillotine à sa place. Ah ! Là, Maigret, il le sent bien, tient enfin quelque chose. Entre deux bouffées de sa pipe, il s'empare de ce fil d'Ariane inespéré et il le déroule, tout doucement, nous guidant ainsi jusqu'au vrai et seul coupable et entreprenant, sans le savoir, une véritable analyse du tueur. Un tueur qui, lui-même, ne sait pas pourquoi il est "comme ça." Il sait seulement que, à certains moments, le désir monte en lui - le désir de tuer - et il doit lui obéir tout de suite. Aussi frappe-t-il au hasard, femme ou homme, peu importe. La notation sexuelle est discrètement sous-entendue dans la réponse du tueur à Maigret lorsque celui-ci lui demande pourquoi il est venu achever Batille : "Ce n'était pas pour l'achever," dit-il en substance. "Simplement, je n'avais pas encore atteint le moment de ma plénitude." Signalons d'ailleurs qu'il avoue de bonne grâce avoir assassiné pour la première fois quand il avait quatorze ans. Il en a ressenti du plaisir mais aussi une terreur abominable. Le tueur en série de Simenon , comme on le voit, n'est pas un banal. Ni intello, ni stupide, ça fait plus de trente ans qu'il cherche "pourquoi" et que, à sa façon, il souffre. Il ne plaide pas la folie mais il admet que, à ses yeux, quand il tue, il n'est plus lui-même. Tout en le restant. Comprendra qui pourra. Analyse passionnante, patiente aussi, bien différente de ce que font les Américains dans le genre, et qui cherche à retrouver, au fond du monstre, la parcelle, si infime mais encore palpitante, d'humanité. Le Tueur de Maigret est aussi passionnant à étudier, si j'ose dire, que celui qui le traque et que la traque elle-même. Dans ce genre de cas, et peut-être êtes-vous comme moi, je me dis toujours : "Et si, parmi mes proches, j'avais eu un parent de ce genre : cousin, frère, etc, etc ... Comment aurais-je réagi ? Aurais-je cherché à comprendre ? Aurais-je rompu tout net, trop horrifiée pour vouloir regarder la vérité en face ? ... Aurais-je pensé à la génétique ? ... Aurais-je ... ?" En particulier, bien sûr, si le proche en question s'était montré bon père de famille, bon frère ou cousin, etc, etc ... Les tueurs en série ayant subi un ou plusieurs traumatismes dans leur enfance et ayant souvent été des enfants-martyrs, sont et restent à part. Mais ceux qui ont été aimés, choyés, etc ... justement, c'est encore plus difficile de les comprendre, non ? Un excellent Maigret, solide, curieux, avec beaucoup de profondeur, qui ne se lit pas en une heure. Il faut revenir parfois en arrière, réfléchir par nous-même. C'est en bref un "Maigret" un peu à part - comme son Tueur. En tous cas, tel est mon avis. N'hésitez pas à venir nous en dire ce que vous, vous en aurez pensé, surtout ! ;o)
              Lire la suite
              En lire moins
            Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
            Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.