RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Sous l'emprise des ombres

            Presses de la cité
            EAN : 9782258118058
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Sous l'emprise des ombres

            Santiago ARTOZQUI (Traducteur)
            Collection : Sang d'Encre
            Date de parution : 12/03/2015
            La suite des aventures surnaturelles du détective Charlie Parker, aux prises avec la communauté d’une petite ville maléfique.
             
            Alors que le Collectionneur, qui a tué l’un de ses proches, court toujours, le détective Charlie Parker doit s’occuper d’une nouvelle affaire : un SDF de Boston s’est suicidé après avoir tenté de prendre contact avec lui pour retrouver sa fille héroïnomane. Sa dernière destination connue étant la petite ville... Alors que le Collectionneur, qui a tué l’un de ses proches, court toujours, le détective Charlie Parker doit s’occuper d’une nouvelle affaire : un SDF de Boston s’est suicidé après avoir tenté de prendre contact avec lui pour retrouver sa fille héroïnomane. Sa dernière destination connue étant la petite ville de Prosperous dans le Maine, Charlie Parker décide de s’y rendre. Bien vite, il découvre que la ville est bâtie sur un sol « sacré » et qu’elle est régie par une secte adoratrice d’un dieu païen, qui organise chaque année un sacrifice humain... La fille du SDF a été tuée en tentant de s’enfuir et le Conseil des Anciens, mené d’une main de fer par Hayley Connier, la matriarche de la ville, exige qu’une nouvelle victime soit trouvée. Charlie Parker est en danger de mort… Angel et Louis, ses amis, doivent entrer en scène.
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782258118058
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Presses de la cité
            12.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • chriscoolos Posté le 22 Janvier 2018
              Peut être est-ce le fait que ce soit le 12ème de la série et qu'il faut avoir lu les autres tomes avant mais toujours est-il que la fin de la lecture de ce roman me laisse perplexe. Les personnages sont intéressants(peut être que pour certains leurs passé est décrit dans les tomes précédents), l'histoire aussi mais la fin me laisse un sentiment de baclé. [masquer] On sait que les amis de Parker viennent pour tout cramer, exploser, et finalement rien ne nous est expliqué enfin si juste le début. On nous parle d'un Dieu affamé régulièrement et finalement on ne le voit que trop peu, et même à la fin on ne sait pas si les explosions ont suffi à le tuer ou non... Le loup qui rôde autour de la ville ne me semble servir à rien au final. Je pensais que cela aiderait le personnage principal à retrouver la piste de la fille de Jude mais au final non[/masquer] Bref, une lecture certes agréable mais qui n'est pas un coup de coeur et qui ne me laisse qu'un sentiment d'inachevé.
            • hayame Posté le 30 Décembre 2017
              Cela faisait longtemps, que je n'avais pas retrouvé Charlie Parker, et il m'a manqué. C'est un tel bonheur de le lire !! il m'a rendu heureuse le temps de cette lecture et là je vais être malheureuse un moment, le temps de trouver mes auteurs préférés
            • Tatooa Posté le 15 Décembre 2017
              Et me revoilà avec le 12ème roman d'une de mes séries "thrillers fantastiques" préférées. (L'autre étant les Pendergast de Preston et Child). J'ai déjà relu les deux séries une fois, et qui me connait sait que ça n'arrive quasiment jamais que je relise mes livres. Cela faisait longtemps, trop longtemps que je n'avais pas retrouvé Charlie Parker, l'anti-héros héros quand même tout cassé, et il m'a manqué. Alors le plaisir des retrouvailles a été à la mesure du manque. Mais commençons par le commencement. Je ne le dirai semble-t-il JAMAIS ASSEZ : IL FAUT LIRE LES "Charlie Parker" dans l'ordre chronologique de ses aventures, du 1 jusqu'au 13 maintenant, pour avoir la pleine mesure du talent de l'auteur. Je ne sais pas s'il avait pensé à tout ce qu'il mettrait dans cette série dès le départ, mais il se trouve qu'elle est pleine d'intrigues et de ramifications fantastiques que peu d'auteurs arrivent à injecter pleinement dans leurs livres. J'en ai rêvé, Connolly l'a fait. Et on sent qu'on s'approche de la fin, dans ce tome-ci. Si chaque tome nous montre une enquête différente, toutes sont liées par une toile inextricable de causes et conséquences aux portées plus profondes que ce... Et me revoilà avec le 12ème roman d'une de mes séries "thrillers fantastiques" préférées. (L'autre étant les Pendergast de Preston et Child). J'ai déjà relu les deux séries une fois, et qui me connait sait que ça n'arrive quasiment jamais que je relise mes livres. Cela faisait longtemps, trop longtemps que je n'avais pas retrouvé Charlie Parker, l'anti-héros héros quand même tout cassé, et il m'a manqué. Alors le plaisir des retrouvailles a été à la mesure du manque. Mais commençons par le commencement. Je ne le dirai semble-t-il JAMAIS ASSEZ : IL FAUT LIRE LES "Charlie Parker" dans l'ordre chronologique de ses aventures, du 1 jusqu'au 13 maintenant, pour avoir la pleine mesure du talent de l'auteur. Je ne sais pas s'il avait pensé à tout ce qu'il mettrait dans cette série dès le départ, mais il se trouve qu'elle est pleine d'intrigues et de ramifications fantastiques que peu d'auteurs arrivent à injecter pleinement dans leurs livres. J'en ai rêvé, Connolly l'a fait. Et on sent qu'on s'approche de la fin, dans ce tome-ci. Si chaque tome nous montre une enquête différente, toutes sont liées par une toile inextricable de causes et conséquences aux portées plus profondes que ce que certains personnages de la série en voient (notamment les agents "officiels" de police et du FBI...). Mon homme et moi adorons cette série. Avec un risque, ici aussi. Celui d'être déçus par la fin, bien évidemment. En tous les cas nous n'avons pas été déçus par ce tome-ci, qui est fouillé, très bien documenté (Connolly s'inspire toujours de lieux, de sectes ayant existé... il faut lire ses postfaces.), historiquement passionnant en plus d'être un pages-turner haletant. On retrouve en plus à la fois Charlie Parker et mes personnages "secondaires principaux" adorés, Louis et Angel, tueurs à gages gays et qui, étrangement, apportent humour et légèreté à l'ambiance, tout en étant complètement cinglés. La fin de ce tome est un feu d'artifice, que d'aucuns trouveront peut-être un peu exagéré, mais perso, j'adore les auteurs qui ont les c****** d'aller jusqu'au bout du bout de leur idée ! Bref, j'adore cette série ! Mais si vous vous y mettez, commencez par le commencement ! A savoir "Tout ce meurt"...
              Lire la suite
              En lire moins
            • Eskalion Posté le 20 Février 2016
              C’est toujours avec un énorme plaisir que je retrouve John Connolly à l’occasion de la parution d’un nouveau roman. J’ai une affection toute particulière pour cet écrivain que j’ai chroniqué à plusieurs reprises depuis 5 ans, qui manie avec une certaine maestria l’art de l’intrigue conjugué à celui de l’illusion. Car John Connolly fait partie de ces auteurs insaisissables, qui jusqu’au bout parviennent à duper leurs lecteurs avec des faux-semblants, courtisant souvent l’univers fantastique sans jamais véritablement concrétiser sous sa plume, ce flirt en un mariage des genres. Avec « Sous l’emprise des ombres » nous retrouvons Charlie Parker le personnage fétiche de l’auteur. S’il n’est pas nécessaire d’avoir lu ses précédents livres pour s’aventurer dans celui-ci, je ne peux que vous en recommander toutefois la lecture, ne serait-ce que pour découvrir l’univers si particulier de cet écrivain et assister à l’évolution de ce personnage iconoclaste dans la littérature policière. Dans ce nouveau roman tout commence par la mort d’un homme, celui d’un SDF. L’homme s’est suicidé. Or, peu de temps avant son geste ultime, celui-ci avait essayé de rentrer en contact avec Charlie Parker afin qu’il retrouve sa fille héroïnomane, partie semble-t-il pour Prosperus, une petite ville du Maine, et qui depuis ne... C’est toujours avec un énorme plaisir que je retrouve John Connolly à l’occasion de la parution d’un nouveau roman. J’ai une affection toute particulière pour cet écrivain que j’ai chroniqué à plusieurs reprises depuis 5 ans, qui manie avec une certaine maestria l’art de l’intrigue conjugué à celui de l’illusion. Car John Connolly fait partie de ces auteurs insaisissables, qui jusqu’au bout parviennent à duper leurs lecteurs avec des faux-semblants, courtisant souvent l’univers fantastique sans jamais véritablement concrétiser sous sa plume, ce flirt en un mariage des genres. Avec « Sous l’emprise des ombres » nous retrouvons Charlie Parker le personnage fétiche de l’auteur. S’il n’est pas nécessaire d’avoir lu ses précédents livres pour s’aventurer dans celui-ci, je ne peux que vous en recommander toutefois la lecture, ne serait-ce que pour découvrir l’univers si particulier de cet écrivain et assister à l’évolution de ce personnage iconoclaste dans la littérature policière. Dans ce nouveau roman tout commence par la mort d’un homme, celui d’un SDF. L’homme s’est suicidé. Or, peu de temps avant son geste ultime, celui-ci avait essayé de rentrer en contact avec Charlie Parker afin qu’il retrouve sa fille héroïnomane, partie semble-t-il pour Prosperus, une petite ville du Maine, et qui depuis ne lui avait plus donné de nouvelles. Pour Parker la concordance des temps s’accorde mal. Pourquoi un homme passerait-il les dernières semaines de sa vie à accumuler un peu d’argent pour pouvoir se payer les services d’un détective si c’est finalement pour se balancer au bout d’une corde avant même d’avoir pu revoir sa fille ? Dans le quartier où tout le monde connaissait Jude pour sa générosité et sa détermination, son suicide reste d’ailleurs incompréhensible. Parker va donc prendre l’affaire à son compte car l’autopsie du SDF va rapidement confirmer les soupçons qui pèsent sur cette mort aussi brutale qu’inexpliquée. Dès lors celui-ci n’aura plus le choix que de se rendre à Prosperus, sur les traces de cette jeune femme disparue et remonter le fil d’une histoire qui lui échappe encore. dsdcLà-bas, c’est à un autre monde que Parker va se confronter. Celui d’une bien étrange communauté religieuse, descendante d’un groupe ayant fui l’Angleterre et ses persécutions au siècle dernier. Une communauté qui vit en totale autarcie, dont les croyances en un dieu païen entretiennent la méfiance des bourgades alentours, avec lesquelles d’ailleurs ils n’ont que peu de contacts. Sur place, personne ne semble se souvenir de cette jeune femme dont leur parle le détective, et c’est au mieux à l’indifférence et à la méfiance, au pire à la défiance agressive que se heurte Parker, à commencer par celle du shérif des lieux. Pourtant, dans la ville voisine, les langues se délient plus facilement, et notamment celle de Euclid Danes, qui voue une haine farouche aux habitants de Prosperus, qu’il considère comme une secte malfaisante. C’est lui qui va donner à Parker les éléments nécessaires qui vont le mettre définitivement sur la piste de la vérité. Mais celui-ci va être semé d’embuches, et les morts vont commencer à croiser son chemin. Un livre de John Connolly n’est jamais un roman ordinaire. Si l’intrigue semble au départ des plus classiques, celle-ci prend très vite une tournure qui surprend toujours le lecteur, y compris celui rôdé à l’univers de l’auteur. Et c’est souvent à des êtres maléfiques, à des forces hors du commun que l’auteur met son personnage en confrontation. « Sous l’emprise des ombres » n’échappe pas à la règle, avec sa galerie de portraits particulièrement sombres des habitants de cette petite communauté qui vit en autarcie sous la poigne sévère d’une matriarche décidée à la tête de son Conseil, à préserver jalousement leurs coutumes d’un autre âge, dont le sacrifice humain semble être le fondement. Au-delà de l’intrigue du roman c’est dans une dimension plus large de lutte constante entre le Bien et le Mal que s’inscrit l’action de Parker. Un Mal qui prend un visage diffèrent à chacune de ses aventures, dont chaque roman est la pièce d’un ensemble unique qui donne une œuvre romanesque remarquable de maîtrise et d’efficacité. Encore une fois John Connolly fait entendre sa voix singulière d’auteur irlandais, pétris de l’univers féerique et fantastique de son pays, qu’il sait si brillamment mélanger au noir de sa plume pour nous offrir un roman encore une fois passionnant à lire.
              Lire la suite
              En lire moins
            Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
            Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.