RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Brutale

            Pocket
            EAN : 9782266279871
            Code sériel : 17102
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 432
            Format : 108 x 177 mm
            Brutale

            Date de parution : 08/02/2018
            Le jour, Lise Lartéguy est flic au Bastion, le nouveau 36. Méthodes expéditives, close-combat, la belle frise souvent les limites de la légalité.
            La nuit, elle enfile son casque de moto et libère sa Bête intérieure. Cette Bête qui la fait souffrir. Brutale. Très brutale.
            Dans son viseur : des égorgeurs de...
            Le jour, Lise Lartéguy est flic au Bastion, le nouveau 36. Méthodes expéditives, close-combat, la belle frise souvent les limites de la légalité.
            La nuit, elle enfile son casque de moto et libère sa Bête intérieure. Cette Bête qui la fait souffrir. Brutale. Très brutale.
            Dans son viseur : des égorgeurs de jeunes vierges, qui n’hésitent pas à mitrailler des gendarmes à l’arme lourde. Son frère, Camille, fait partie des victimes. De quoi réveiller le Monstre qui est en elle…
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266279871
            Code sériel : 17102
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 432
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            7.90 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « C'est nerveux, décalé, implacable. Il y a du Tarantino de la première heure chez Bosco ! »
            Marc Fernandez, chroniqueur LCI

            « Sexy, radical et sanglant, mais aussi beau, tendre et lyrique. »
            nyctalopes.com

            « Un polar musclé entre Marchal et Verneuil. Une réussite ! »
            Benoît Minville, auteur de Rural noir, libraire Fnac Défense

            « Brutale ? C’est sombre et désespéré, sale et poussiéreux, sexy, ultra-violent, radical et sanglant, mais aussi beau, tendre et lyrique. Un putain de polar ! »
            Unwalkers

            « Bosco ? Une vraie bombe. Les phrases claquent, on s’en prend plein la gueule… »
            Black Novel

            « À chacun de ses romans, Jacques-Olivier Bosco développe des aventures effrénées, afin d’aller toujours plus loin et plus fort dans le suspense et l’action. Avec Brutale, une fois de plus, il confirme son talent d’auteur de polars trépidants. »
            Le blog de Claude Le Nocher
             

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • chroniquesdepapiers Posté le 8 Octobre 2018
              Un mot fort qui annonce direct la couleur. Aucune concession, ça va cogner dur. La tendresse, on oublie, place au Krav-Maga et toute sa panoplie pour dégommer du vilain d’une main tout en se curant le nez de l’autre. Et ce n’est pas la subtile touche de sensualité de la couverture qui va tromper son monde, car Brutale porte bien son nom : efficace, nerveux, chargé de violence comme un bon coup de pied dans les roubignoles. Bosco ne fait pas dans la finesse. Ce roman transpire une incroyable énergie : ça percute, ça bastonne (putain oui!), les os craquent et le sang repeint les murs, mais c’est placé avec une telle sauvagerie que ça en devient amusant. L’auteur fait tout son possible pour imposer un rythme d’enfer à son histoire ; une bande-son bien métal en arrière-plan, des combats à la pelle et un taux d’adrénaline proche de l’overdose. Pour un peu on croirait lire le scénario du dernier Luc Besson. Mais c’est justement cela qui m’a plu ; cette électricité qui parcoure chaque mot du récit, qui insuffle à chaque page des contractions dans les nerfs, prêts à recevoir une nouvelle décharge. Mais ça ne s’arrête pas là !... Un mot fort qui annonce direct la couleur. Aucune concession, ça va cogner dur. La tendresse, on oublie, place au Krav-Maga et toute sa panoplie pour dégommer du vilain d’une main tout en se curant le nez de l’autre. Et ce n’est pas la subtile touche de sensualité de la couverture qui va tromper son monde, car Brutale porte bien son nom : efficace, nerveux, chargé de violence comme un bon coup de pied dans les roubignoles. Bosco ne fait pas dans la finesse. Ce roman transpire une incroyable énergie : ça percute, ça bastonne (putain oui!), les os craquent et le sang repeint les murs, mais c’est placé avec une telle sauvagerie que ça en devient amusant. L’auteur fait tout son possible pour imposer un rythme d’enfer à son histoire ; une bande-son bien métal en arrière-plan, des combats à la pelle et un taux d’adrénaline proche de l’overdose. Pour un peu on croirait lire le scénario du dernier Luc Besson. Mais c’est justement cela qui m’a plu ; cette électricité qui parcoure chaque mot du récit, qui insuffle à chaque page des contractions dans les nerfs, prêts à recevoir une nouvelle décharge. Mais ça ne s’arrête pas là ! JOB offre un boulevard monstrueux à toutes les formes de clichés que l’on puisse imaginer trouver dans le genre. Ce serait trop long (et inutile) de les énumérer. Là aussi, on adhère ou pas. J’ai adhéré. C’est du grand n’importe quoi assumé jusqu’au bout, et l’intrigue est portée disparue dès le départ. John Wick a trouvé son pendant féminin, et c’est plutôt pas mal. Oh que oui ! Lise est terriblement dangereuse, férocement sexy. J’ai pourtant eu du mal à l’apprécier, le drame. Peut-être une pointe de misogynie, que sais-je ? Je ne comprenais pas ce besoin d’agressivité, tout le temps, partout. Bon, j’ai toujours pas compris, mais ce sentiment de lassitude face à une énième écorchée de la vie n’a pas trop duré, heureusement. Ça pète tellement dans tous les sens qu’on y prête plus trop attention en fait. Le final, c’est clairement la cerise sur le gâteau. Toute cette hargne animale compressée sur quelques pages, comme si l’auteur jetait ses dernières cartouches dans la bataille, manière de démontrer que le réservoir n’est pas encore vide. C’est grandiloquent, ridicule, mais ça fait du bien de débrancher les neurones.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Bigalow Posté le 11 Mai 2018
              J'ai pris un sacré coup de poing en lisant Brutale. C'est une accroche très cliché, mais j'assume totalement. Thriller survitaminé qui va à 100 à l'heure, il est difficile de s'ennuyer pendant la lecture. Et ça part dans tous les sens, peut-être un peu trop d'ailleurs. Entre mafia tchétchène, combats illégaux, sacrifices de vierges, c'est parfois un peu coton de s'y retrouver. D'autant que l'héroïne, Lise, a aussi légèrement tendance à agir de façon impulsive. On nous la présente comme une femme en proie à des pulsions violentes, et de ce côté-là, pas de doute, on est servi. Céder à la violence oui, mais elle le fait contre les criminels, même si ses actes ont parfois des conséquences graves pour son entourage. A ce niveau, j'ai aimé le fait que la psychologie de Lise soit traitée, entre ses doutes, ses interrogations, et ses résolutions, car le personnage ne verse ainsi pas trop dans le cliché du psychopathe totalement inconscient. L'action est donc bien présente, et ça casse des nez, ça brise des jambes, bref Brutale n'y va pas de main morte. Justement, c'est à ce niveau que je mettrai une légère critique, sur le fait que l'action prend un peu trop le... J'ai pris un sacré coup de poing en lisant Brutale. C'est une accroche très cliché, mais j'assume totalement. Thriller survitaminé qui va à 100 à l'heure, il est difficile de s'ennuyer pendant la lecture. Et ça part dans tous les sens, peut-être un peu trop d'ailleurs. Entre mafia tchétchène, combats illégaux, sacrifices de vierges, c'est parfois un peu coton de s'y retrouver. D'autant que l'héroïne, Lise, a aussi légèrement tendance à agir de façon impulsive. On nous la présente comme une femme en proie à des pulsions violentes, et de ce côté-là, pas de doute, on est servi. Céder à la violence oui, mais elle le fait contre les criminels, même si ses actes ont parfois des conséquences graves pour son entourage. A ce niveau, j'ai aimé le fait que la psychologie de Lise soit traitée, entre ses doutes, ses interrogations, et ses résolutions, car le personnage ne verse ainsi pas trop dans le cliché du psychopathe totalement inconscient. L'action est donc bien présente, et ça casse des nez, ça brise des jambes, bref Brutale n'y va pas de main morte. Justement, c'est à ce niveau que je mettrai une légère critique, sur le fait que l'action prend un peu trop le pas sur l'intrigue. Comme si cette dernière n'était qu'un prétexte pour mettre en scène des actes de violence commis par un personnage quasi-invincible. Mais bon, je ne suis pas pisse-froid, le livre ne se revendique pas plus compliqué qu'il n'est, j'ai passé un bon moment de détente, et je ne m'attendais pas à plus.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Cindol Posté le 10 Mai 2018
              Brutale, tel est le titre de ce roman mais tel est aussi le nom qui s'associe le mieux à l'héroïne de cette histoire. Héroïne qui m'a un peu déçu durant ma lecture, non pas qu'elle ne soit pas assez charismatique ou que je ne l'ai pas aimé, mais c'est que je n'arrivais pas à la cerner et ça m'a beaucoup gêné. En revanche, et c'est ce qui peut paraître paradoxal, je m'y sui attaché et j'ai envie de plus la découvrir. J'espère vraiment que je pourrais la retrouver dans de prochaines aventures car j'ai beaucoup aimé le style d'écriture de l'auteur que je découvre. Les personnages secondaires ne sont pas pour autant oublié et ils ont bien tous leur place dans ce scénario. Je ne pense pas, et surtout je n'espère pas, que le fait de ne pas avoir lu les précédents romans de Jacques-Olivier Bosco soit préjudiciable mais il est évident qu'avant que son petit dernier ne sorte en format Poche, certains romans donc evidemment "Le cramé" finissent dans notre bibliothèque. Comme si pour nous le nombre d'auteurs à suivre ne suffisait pas assez comme ça, voilà que la découverte de cet auteur vient à en grossir un peu plus... Brutale, tel est le titre de ce roman mais tel est aussi le nom qui s'associe le mieux à l'héroïne de cette histoire. Héroïne qui m'a un peu déçu durant ma lecture, non pas qu'elle ne soit pas assez charismatique ou que je ne l'ai pas aimé, mais c'est que je n'arrivais pas à la cerner et ça m'a beaucoup gêné. En revanche, et c'est ce qui peut paraître paradoxal, je m'y sui attaché et j'ai envie de plus la découvrir. J'espère vraiment que je pourrais la retrouver dans de prochaines aventures car j'ai beaucoup aimé le style d'écriture de l'auteur que je découvre. Les personnages secondaires ne sont pas pour autant oublié et ils ont bien tous leur place dans ce scénario. Je ne pense pas, et surtout je n'espère pas, que le fait de ne pas avoir lu les précédents romans de Jacques-Olivier Bosco soit préjudiciable mais il est évident qu'avant que son petit dernier ne sorte en format Poche, certains romans donc evidemment "Le cramé" finissent dans notre bibliothèque. Comme si pour nous le nombre d'auteurs à suivre ne suffisait pas assez comme ça, voilà que la découverte de cet auteur vient à en grossir un peu plus la liste.... ;) Très belle découverte que je recommande à celles et ceux qui aiment avoir du rythme dans leur lecture. Là, vous allez être servi!!! mai - 426
              Lire la suite
              En lire moins
            • jadorelalecturecom Posté le 21 Avril 2018
              Ouah quelle bombe ce polar ! J'ai adoré ce style et ces personnages taillés au couteau. Des écorchés vifs, il n'y a aucun autre mot pour les qualifier. Où est le bien ? Où est le mal ? La limite est devenue plus que ténue dans cette histoire. Le bouquin est violent, dur. C'est à mon sens du vrai polar et dans mon imagination, je le voyais en tournant les pages toujours plus vite, tout à fait adapté à l'écran. Tout y est : violence, armes lourdes, trafiquants russes, trafic humain, flics borderline... Un parallèle avec "Braquo" et "Mafiosa" Mais Lise Lartéguy, malgré ses excès incontrôlables de violence reste une personnage ultra-attachant. C'est inhabituel dans les chroniques mais j'étais accroc à cette lecture comme je peux le devenir avec quelques séries télévisées que j'affectionne particulièrement. Et je dirais que "Brutale" m'a souvent fait pensé aux flics de Braquo, l'excellente série écrite et créée par Olivier Marchal.  Et en même temps, les incursions de personnages corses ont forcément fait écho dans ma mémoire avec une autre série que j'adorais, à savoir "Mafiosa".  Alors vous l'aurez compris, j'ai été conquise par la plume de Jacques-Olivier Bosco et je ne vais pas m'arrêter en si bon chemin... Ouah quelle bombe ce polar ! J'ai adoré ce style et ces personnages taillés au couteau. Des écorchés vifs, il n'y a aucun autre mot pour les qualifier. Où est le bien ? Où est le mal ? La limite est devenue plus que ténue dans cette histoire. Le bouquin est violent, dur. C'est à mon sens du vrai polar et dans mon imagination, je le voyais en tournant les pages toujours plus vite, tout à fait adapté à l'écran. Tout y est : violence, armes lourdes, trafiquants russes, trafic humain, flics borderline... Un parallèle avec "Braquo" et "Mafiosa" Mais Lise Lartéguy, malgré ses excès incontrôlables de violence reste une personnage ultra-attachant. C'est inhabituel dans les chroniques mais j'étais accroc à cette lecture comme je peux le devenir avec quelques séries télévisées que j'affectionne particulièrement. Et je dirais que "Brutale" m'a souvent fait pensé aux flics de Braquo, l'excellente série écrite et créée par Olivier Marchal.  Et en même temps, les incursions de personnages corses ont forcément fait écho dans ma mémoire avec une autre série que j'adorais, à savoir "Mafiosa".  Alors vous l'aurez compris, j'ai été conquise par la plume de Jacques-Olivier Bosco et je ne vais pas m'arrêter en si bon chemin pour découvrir ses autres écrits. Sans tarder, je plongerai dans la suite des aventures de Lise avec "Coupable". Il me tarde !!!
              Lire la suite
              En lire moins
            • rapha511 Posté le 3 Avril 2018
              Après avoir lu et entendu des avis coups de poing sanglants sur ce livre, je me suis empressé de découvrir cette histoire. Larteguy est une fliquette violente avec évidemment un passé lourd et des relations familiales complexes...et bien malheureusement j'ai eu le sentiment de rencontrer une "Lisbeth Salander" en plus douce. En moins coriace, alors je suis un brin déçue et je reste sur ma fin, faim... Je tenterais néanmoins de me procurer la suite de ses aventures avec le bien nommé 'coupable' Affaire à suivre donc...
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.