Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266295963
Code sériel : 12368
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 128
Format : 108 x 177 mm

Dom Juan

Date de parution : 28/03/2019
LES GRANDS TEXTES DU XVIIe SIÉCLE -
En 1664, Dom Juan déchaîne le scandale et soulève les passions. Molière a déjà ridiculisé la société de son temps, précieux, marquis, médecins, dévots. Le personnage de Dom Juan, figure exemplaire de l’impiété et de l’athéisme, lui offre un sujet plus dangereux encore. Ce...
LES GRANDS TEXTES DU XVIIe SIÉCLE -
En 1664, Dom Juan déchaîne le scandale et soulève les passions. Molière a déjà ridiculisé la société de son temps, précieux, marquis, médecins, dévots. Le personnage de Dom Juan, figure exemplaire de l’impiété et de l’athéisme, lui offre un sujet plus dangereux encore. Ce grand seigneur est le diable en personne. Il blasphème, méprise ses créanciers, étincelle d’esprit et de méchanceté. Il séduit mille femmes, pour les humilier après. À ses côtés, son valet, Sganarelle, est terrorisé par son insolence, son aisance, son cynisme.

Aujourd’hui encore, le génie et le miracle de Molière, dont la voix s’élève chaque soir dans tous les théâtres du monde, nous fait rire et frémir.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266295963
Code sériel : 12368
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 128
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • UneVieDesLivres Posté le 17 Août 2020
    Drôle, ironique, truffée de sous-entendus, cette pièce m'a fait passer un très bon moment, en compagnie d'un protagoniste qu'on adore détester !
  • Ostrigo Posté le 11 Août 2020
    Il est bien dommage qu’aujourd’hui Dom Juan ne soit reconnu que comme un collectionneur de femmes, car dans la pièce ce-dernier est beaucoup plus que cela : c’est un philosophe, derrière lequel Molière semble divulguer quelques-unes de ses pensées, et qui aurait même pu plaire au XXème siècle ! Dans sa quête de séduire le plus de femmes possible, Dom Juan et son valet Sganarelle vont devoir traversés plusieurs épreuves approchant même du surnaturel de temps à autre. Il y a les gags habituels de Molière : soufflets, quiproquos, travestissements… Qui aujourd’hui ont un peu plus de mal à faire rire qu’à l’époque. Pourtant ce qui est aussi très intéressant dans cette pièce ce sont les réflexions des personnages : sur la médecine, sur la religion, sur la mort… Une pièce efficace de Molière qui en plus d’être légèrement comiques apporte une réelle dimension philosophique intéressante surtout pour l’époque ! Malheureusement, comme toujours avec Molière pour moi, le langage ancien et le dénouement presque inutile ne réussissent pas à me convaincre entièrement.
  • bdelhausse Posté le 23 Mai 2020
    Quand on lit une pièce de Molière deux choses se produisent (en ce qui me concerne). D'abord, on est frustré parce que la lecture rend mal l'atmosphère et l'ambiance, la dynamique, cette virevolte inhérente aux pièces de Molière. Ensuite viennent les images des pièces subies, vues et revues au collège ou ç l'athénée. Des réminiscences de nos années à user "nos fonds de culotte" sur les bancs de l'école. Car Molière, pour moi, est synonyme d'école... Dom Juan, on le connaît sans même l'avoir lu ni vu. Ce séducteur pour qui la lutte est plus importante que le butin. Une femme est à séduire. Et une fois que c'est fait, par le mensonge et la flagornerie, Dom Juan la laisse tomber... non, en fait, elle est déjà remplacée qu'elle n'est même pas encore séduite, mais dès que Dom Juan sait que l'affaire est faite. Dans la pièce, se côtoient les habituels ressorts comiques de Molière, la situation, les quiproquos, les saillies et autres gestes surjoués qui font le plaisir des spectateurs. Dom Juan ignore les conseils de tout le monde. Sganarelle, ou le père de Dom Juan, voire Elvire, une jeune fille séduite et qui se destine au couvent par dépit... viennent... Quand on lit une pièce de Molière deux choses se produisent (en ce qui me concerne). D'abord, on est frustré parce que la lecture rend mal l'atmosphère et l'ambiance, la dynamique, cette virevolte inhérente aux pièces de Molière. Ensuite viennent les images des pièces subies, vues et revues au collège ou ç l'athénée. Des réminiscences de nos années à user "nos fonds de culotte" sur les bancs de l'école. Car Molière, pour moi, est synonyme d'école... Dom Juan, on le connaît sans même l'avoir lu ni vu. Ce séducteur pour qui la lutte est plus importante que le butin. Une femme est à séduire. Et une fois que c'est fait, par le mensonge et la flagornerie, Dom Juan la laisse tomber... non, en fait, elle est déjà remplacée qu'elle n'est même pas encore séduite, mais dès que Dom Juan sait que l'affaire est faite. Dans la pièce, se côtoient les habituels ressorts comiques de Molière, la situation, les quiproquos, les saillies et autres gestes surjoués qui font le plaisir des spectateurs. Dom Juan ignore les conseils de tout le monde. Sganarelle, ou le père de Dom Juan, voire Elvire, une jeune fille séduite et qui se destine au couvent par dépit... viennent l'enjoindre à la prudence, au repentir, aux remords... mais Dom Juan n'en fait qu'à sa tête. Il en vient à mentir, se parjurer, et même accepter de dîner avec la statue du Commandeur... qu'il a tué en duel peu avant. Ce volet fantastique est une manière fort adéquate, un brin facile, de clore la pièce, au son de Sganarelle se rendant compte que ses gages ne lui seront jamais payés...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Jeanmarc30 Posté le 30 Avril 2020
    Dom Juan ou Le festin de pierre était au programme du bac littéraire l'année où j'ai découvert cette pièce de théâtre. Encore aujourd'hui, je suis marqué par le scandale qui caractérise cette œuvre, d'autant plus que le professeur de français qui nous enseignait l'histoire et les contours de cette pièce insistait sur son côté comique ! Parce que le fameux Dom Juan n'est autre qu'un imposteur, un homme qui n'a de cesse de courtiser et séduire les femmes pour mieux les abandonner, un homme de la haute société qui défie le Ciel et qui l'apprendra à ses dépens, malgré les appels répétés de son fidèle valet Sganarelle, qui pour sa part verra au final partir en fumée ses gages ... Bref, je n'ai pas particulièrement apprécié l'œuvre ni la représentation théâtrale à laquelle j'ai pu assister. Pour l'anecdote, il faut avoir à l'esprit que cette pièce se démarque fortement dans le répertoire de Molière et qu'en son temps, elle a été officieusement censurée en raison de la part de scandale évoqué car il y avait matière en ce sens : un homme révolté contre le système d'alors, multipliant à foison les conquêtes amoureuses, refusant de se repentir et finissant par subir le... Dom Juan ou Le festin de pierre était au programme du bac littéraire l'année où j'ai découvert cette pièce de théâtre. Encore aujourd'hui, je suis marqué par le scandale qui caractérise cette œuvre, d'autant plus que le professeur de français qui nous enseignait l'histoire et les contours de cette pièce insistait sur son côté comique ! Parce que le fameux Dom Juan n'est autre qu'un imposteur, un homme qui n'a de cesse de courtiser et séduire les femmes pour mieux les abandonner, un homme de la haute société qui défie le Ciel et qui l'apprendra à ses dépens, malgré les appels répétés de son fidèle valet Sganarelle, qui pour sa part verra au final partir en fumée ses gages ... Bref, je n'ai pas particulièrement apprécié l'œuvre ni la représentation théâtrale à laquelle j'ai pu assister. Pour l'anecdote, il faut avoir à l'esprit que cette pièce se démarque fortement dans le répertoire de Molière et qu'en son temps, elle a été officieusement censurée en raison de la part de scandale évoqué car il y avait matière en ce sens : un homme révolté contre le système d'alors, multipliant à foison les conquêtes amoureuses, refusant de se repentir et finissant par subir le châtiment divin était peu dans les ordres ...
    Lire la suite
    En lire moins
  • besath Posté le 27 Mars 2020
    Classique parmi les classiques, j'ai relu avec bonheur cette pièce de Molière jouée pour la 1ère fois en 1665. Cette magistrale pièce où le dramaturge est, comme dans beaucoup de ses oeuvres, omniprésent, est absolument à lire et à relire! On sourit, on rit même parfois de la "fausse" malice de Dom Juan, de la naïveté des paysannes, de la grandeur d'âme d'Elvire, de la "fausse" bêtise de Sganarelle, des tribulations des uns et des autres. Un comique protéiforme sur des sujets sérieux afin de mieux faire passer ses idées. Molière a réussi là où beaucoup ont échoué. Et quelle modernité malgré les 4 siècles écoulés ...
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.