Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264055439
Code sériel : 4517
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 108 x 177 mm

L'héritage impossible

Jean RENAUD (Traducteur)
Date de parution : 19/01/2012

Suite au terrible secret révélé au clan des Neshov, la fratrie se disloque dans de pesants non-dits. Jusqu’au jour, funeste, où ils doivent faire face, ensemble. Dans une chaleur suffocante, Torunn, héritière malgré elle de la ferme familiale et des guerres silencieuses du passé, dénouera leurs destins – traçant une...

Suite au terrible secret révélé au clan des Neshov, la fratrie se disloque dans de pesants non-dits. Jusqu’au jour, funeste, où ils doivent faire face, ensemble. Dans une chaleur suffocante, Torunn, héritière malgré elle de la ferme familiale et des guerres silencieuses du passé, dénouera leurs destins – traçant une vie nouvelle.

Anne B. Ragde convoque tous les démons de la terre norvégienne pour conter cette saga des Neshov cruellement magnifique. 

Traduit du norvégien
par Jean Renaud

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264055439
Code sériel : 4517
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ya2meufs_qui_lisentetvoyagent Posté le 7 Juillet 2020
    Dans ce troisième tome de la saga des Neshov, c'est la mélancolie la tristesse, voire la dépression qui domine. Torunn s'interroge sur son destin à la ferme, après la mort tragique de son père et tous les chapitres qui la concernent sont du coup plombés par sa culpabilité, son apathie, son inclination à l'auto destruction. Heureusement, il y a le couple Erlend et Krumme pour apporter une touche d'humour bienvenue. Mais il n'empêche que la tonalité générale est bien sombre et c'est la raison pour laquelle, on a mis que 3/5, une moins bonne note au roman que les autres de la saga. Après c'est juste un ressenti, la qualité d'écriture est toujours aussi belle et on finit le récit avec la hâte de savoir ce qui va arriver à cette famille norvégienne si atypique.
  • shirley230173 Posté le 5 Mars 2020
    J'ai l'impression de les connaître ...Torunn la citadine, Erlend l'excentrique, Margido le discret, Krumme le bon vivant a ventre rond et puis le vieux ;-) Et pourtant je n'ai jamais vécu en milieu agricole ;-) J'y ai compris toute la rudesse de cette vie, la difficulté pour une citadine de s'y intégrer... J'ai vraiment beaucoup aimé cette trilogie qui à priori n'aurait sans doute jamais attiré mon attention si on ne me l'avait conseillée... Par contre, je ne m'attendais pas à cette fin... mais je n'en dirai pas plus il vous faudra les lire ;-) C'est un peu ce que disais le "dicton" tout à l'heure j'ai l'impression en refermant mon livre de quitter mes amis ;-) c'est bon signe donc ..
  • NathalC Posté le 13 Septembre 2019
    Ce tome est plombant. On retrouve les personnages des tomes précédents. Le "grand-père" négligé, le frère croque-mort insipide, le jeune frère homosexuel euphorique, et Torunn complètement amorphe. Ce qui ressort pour moi de cette histoire ? L'alcool (bière, snap, champagne, cognac), les tartines suédoises et une canicule insupportable à 26°C !! Bof...
  • VeroClaire Posté le 15 Mars 2019
    Ce roman est fidèle aux deux premiers. On reprend avec plaisir le cours de l'histoire, autour de Torunn qui a reprit la ferme suite au décès de son père. Elle se retrouve confrontée à la gestion de la porcherie, à s'occuper de son grand-père… la charge est bien lourde. Autour d'elle, mais sans prendre vraiment de place de souteneurs, ses deux oncles Margido et Erlend gravitent. Margido est pris par ses projets de déplacement de son entrepôt de cercueils à Neshov. Erlend et Krumme sont absorbés par leur projet de paternité et d'installer un lieu de villégiature pour toute la famille dans les silos de Neshov. Personne ne prend en compte la charge qui pèse sur les frêles épaules de Torunn. Seul Kai Roger, qui l'aide à la porcherie, essai de la soutenir mais sans arriver à l'atteindre. Un drame se profile à nouveau dans cette famille...
  • ConfidencesLitteraires Posté le 7 Mars 2019
    Ce troisième tome est à la fois plus triste et plus captivant que les précédents. Je vois enfin où nous mène l’auteure, avec ses quatre personnages si différents et la vieille ferme. Ce tome aborde de plein fouet la culpabilité engendrée par le suicide d’un proche et la pression familiale. Torunn essaie de reprendre l’élevage de porcs de son père. Malgré sa bonne volonté et l’aide d’un professionnel, difficile de s’improviser fermière… J’ai bien aimé que les personnages évoluent et qu’on voie mieux leur personnalité. Après deux tomes à tout porter sur ses épaules, Torunn craque. Après deux tomes à apporter du scintillant à l’histoire, Erlend se révèle un poil narcissique. Quant à Margido, ses réflexions sont de plus en plus intéressantes ; il commence à comprendre qu’il doit agir pour aider les autres et être heureux, au lieu d’attendre dans sa vie un peu étriquée. En mettant en parallèle la vie d’agriulteur.rice, une vie « banale » et une vie luxueuse, l’auteure arrive bien à nous faire comprendre à quel point la première demande des sacrifices et est incomprise des autres gens. Pour certains, une vie sans week-ends libres est inimaginable. Pour d’autres, c’est simplement le fait de ne pas pouvoir faire... Ce troisième tome est à la fois plus triste et plus captivant que les précédents. Je vois enfin où nous mène l’auteure, avec ses quatre personnages si différents et la vieille ferme. Ce tome aborde de plein fouet la culpabilité engendrée par le suicide d’un proche et la pression familiale. Torunn essaie de reprendre l’élevage de porcs de son père. Malgré sa bonne volonté et l’aide d’un professionnel, difficile de s’improviser fermière… J’ai bien aimé que les personnages évoluent et qu’on voie mieux leur personnalité. Après deux tomes à tout porter sur ses épaules, Torunn craque. Après deux tomes à apporter du scintillant à l’histoire, Erlend se révèle un poil narcissique. Quant à Margido, ses réflexions sont de plus en plus intéressantes ; il commence à comprendre qu’il doit agir pour aider les autres et être heureux, au lieu d’attendre dans sa vie un peu étriquée. En mettant en parallèle la vie d’agriulteur.rice, une vie « banale » et une vie luxueuse, l’auteure arrive bien à nous faire comprendre à quel point la première demande des sacrifices et est incomprise des autres gens. Pour certains, une vie sans week-ends libres est inimaginable. Pour d’autres, c’est simplement le fait de ne pas pouvoir faire une soirée déjantée le samedi soir sans qu’une femme de ménage vienne le lendemain à 9h pour faire disparaître les tristes vestiges de la veille… J’ai dévoré ce tome aussi vite que les autres. Une vraie bouffée d’air norvégien ! Je ne vais pas résister bien longtemps à l'envie de dénicher le tome 4...
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…