Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266296113
Code sériel : 12587
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 128
Format : 108 x 177 mm

L'Illusion comique

Date de parution : 25/06/2019
LES GRANDS TEXTES DU XVIISIÈCLE

La scène est quelque part en Touraine, dans la grotte du magicien Alcandre, qu’un père vient consulter sur le sort de son fils disparu. La grotte se métamorphose alors en théâtre et le jeune homme apparaît sur scène en serviteur rusé du bouillant capitaine Matamore… La...
LES GRANDS TEXTES DU XVIISIÈCLE

La scène est quelque part en Touraine, dans la grotte du magicien Alcandre, qu’un père vient consulter sur le sort de son fils disparu. La grotte se métamorphose alors en théâtre et le jeune homme apparaît sur scène en serviteur rusé du bouillant capitaine Matamore… La fantasmagorie commence, pièce follement originale tout en reflets et jeux de miroir que Corneille lui-même qualifiait d’« étrange monstre » et d’« extravagante galanterie ».
Après quelques comédies à succès, l’avocat rouennais écrit le chef-d’œuvre de sa période baroque. Depuis cette année 1636, L’Illusion comique résume en deux heures tout le mystère et tout le miracle du théâtre, sa magie et ses artifices. Entre la farce et le drame, la réalité et la féerie, elle en révèle toute la mécanique émotionnelle dans un climat de rêve et d’éclatante poésie.


@ Disponible chez 12-21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266296113
Code sériel : 12587
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 128
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • bfauriaux Posté le 13 Novembre 2019
    Exeptionnelle ! Moins connu peut etre que les glorieuses du maitre cette peie merite d'etre decouverte ! Quel rythme ! Que de rebondissements ! Splendide rien à dire un livre à ne pas manquer !
  • pleasantf Posté le 26 Juillet 2019
    J'avoue avoir un peu de mal avec cette pièce atypique de Corneille. La fin de l'acte V dévoile le pot aux roses et on découvre que les aventures des uns et des d'autres n'étaient que du théâtre. Bien. Mais au delà de cette astucieuse construction illusionniste destinée à 'vendre' les bienfaits du théâtre à une époque où cet art commençait s'extirper de la culture populaire pour être apprécié de l'élite du royaume, comment comprendre les actes II, III, IV et V ? Les personnages sont inconstants et une même scène les voient passer d'un registre émotionnel à un autre, d'une idée à son contraire. Certes c'est baroque, et c'est donc en quelque sorte la théorie de la relativité avant l'heure, relativité appliquée aux conduites et sentiments humains. Dans ce méli-mélo généralisé, on trouve ainsi des idées détonantes, notamment sur les rapports homme-femme. Mais personnellement je n'ai pas bien saisi ce que voulait nous dire Corneille au delà de la capacité du théâtre à représenter l'éventail complet des rapports humains. Et j'ai oscillé entre plusieurs modes de lecture sans vraiment savoir à quoi m'en tenir : ironique, tragique, cocasse, emphase purement littéraire, romantique, alignement de clichés théâtraux vus comme des archétypes...... J'avoue avoir un peu de mal avec cette pièce atypique de Corneille. La fin de l'acte V dévoile le pot aux roses et on découvre que les aventures des uns et des d'autres n'étaient que du théâtre. Bien. Mais au delà de cette astucieuse construction illusionniste destinée à 'vendre' les bienfaits du théâtre à une époque où cet art commençait s'extirper de la culture populaire pour être apprécié de l'élite du royaume, comment comprendre les actes II, III, IV et V ? Les personnages sont inconstants et une même scène les voient passer d'un registre émotionnel à un autre, d'une idée à son contraire. Certes c'est baroque, et c'est donc en quelque sorte la théorie de la relativité avant l'heure, relativité appliquée aux conduites et sentiments humains. Dans ce méli-mélo généralisé, on trouve ainsi des idées détonantes, notamment sur les rapports homme-femme. Mais personnellement je n'ai pas bien saisi ce que voulait nous dire Corneille au delà de la capacité du théâtre à représenter l'éventail complet des rapports humains. Et j'ai oscillé entre plusieurs modes de lecture sans vraiment savoir à quoi m'en tenir : ironique, tragique, cocasse, emphase purement littéraire, romantique, alignement de clichés théâtraux vus comme des archétypes... ? C'est probablement un peu de tout cela et je finis par comprendre pourquoi Corneille trouvait sa pièce monstrueuse. Un peu trop pour moi.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LeScribouillard Posté le 26 Juin 2018
    Corneille qui fait du Molière, avec de l'action, de l'aventure, de la romance, et tout ça dans une seule pièce, qu'est-ce qu'il faut demander de plus ? On en arrive à une sacrée pièce baroque, complètement représentative de son mouvement, avec de la complexité, des rebondissements comme on n'en verra par la suite plus que dans "De capes et de crocs", de la magie... Alors oui, c'est écrit en vers. Oui, la fameuse mise en abyme tellement évoquée n'apparaît que brièvement à l'issue d'un coup de théâtre : mais d'une, on pourrait considérer que les sortilèges d'Alcandre en sont une autre, car c'est bien là aussi une pièce dans la pièce ; et de deux, n'empêche, pour l'époque où il fallait soit adapter les mythes grecs, soit reprendre toute la clique de la commedia dell'arte, une pièce qui brouille autant tous les registres, il fallait le faire. L'auteur dit qu'elle lui semble un peu trop patchwork ; pourtant, elle reste cohérente d'un bout à l'autre, et ce en mêlant harmonieusement des registres qui semblaient pourtant antagonistes. Héroïque, tragédie, comédie, tout est là-dedans, avec en plus la quête d'un père pour retrouver son fils. Un de ces plaisirs de la lecture... Corneille qui fait du Molière, avec de l'action, de l'aventure, de la romance, et tout ça dans une seule pièce, qu'est-ce qu'il faut demander de plus ? On en arrive à une sacrée pièce baroque, complètement représentative de son mouvement, avec de la complexité, des rebondissements comme on n'en verra par la suite plus que dans "De capes et de crocs", de la magie... Alors oui, c'est écrit en vers. Oui, la fameuse mise en abyme tellement évoquée n'apparaît que brièvement à l'issue d'un coup de théâtre : mais d'une, on pourrait considérer que les sortilèges d'Alcandre en sont une autre, car c'est bien là aussi une pièce dans la pièce ; et de deux, n'empêche, pour l'époque où il fallait soit adapter les mythes grecs, soit reprendre toute la clique de la commedia dell'arte, une pièce qui brouille autant tous les registres, il fallait le faire. L'auteur dit qu'elle lui semble un peu trop patchwork ; pourtant, elle reste cohérente d'un bout à l'autre, et ce en mêlant harmonieusement des registres qui semblaient pourtant antagonistes. Héroïque, tragédie, comédie, tout est là-dedans, avec en plus la quête d'un père pour retrouver son fils. Un de ces plaisirs de la lecture que seul le maximalisme permet.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Doryenis Posté le 20 Juin 2018
    Corneille nous présente ici un des plus grands chefs d'œuvres du mouvement Baroque bien que Corneille soit un auteur très majoritairement classique. Cette comédie est comme le dit la dédicace à Mademoiselle M.F.D.R : un "étrange monstre" (ici prodige). "Le premier acte n'est qu'un Prologue" comparé aux trois suivants qui "font une comédie imparfaite" et au dernier à l'aspect tragique. Le mélange des registres, des genres, la question de l'Illusion et du déguisement font de cette œuvre une pièce baroque. Elle est une double mise en abyme du théâtre, faisant son éloge. Lecture recommandée si vous aimez le Baroque et Shakespeare par exemple dont on retrouve de nombreux aspects évidemment.
  • ManonReal Posté le 18 Janvier 2018
    Pridamant est un homme qui cherche son fils depuis dix ans. Il rencontre alors un magicien du nom d'Alcandre, qui l'invite dans sa grotte pour lui montrer la vie que mène son fils. Qu'elle n'est pas sa surprise lorsqu'il découvre que le monde qui l'entoure est un théâtre au sein duquel son fils fait partie des comédiens! Pridamant est heureux, le lecteur aussi! Une belle pièce de Corneille qui a son mérite ;)
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.