Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782707144171
Code sériel : 1
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 154
Format : 125 x 190 mm

Très brève relation de la destruction des Indes

Roberto FERNANDEZ RETAMAR (Introduction)
Date de parution : 12/05/2004

Soixante ans après le premier voyage de Christophe Colomb, Bartolomé de Las Casas, religieux dominicain, rédige à l’usage du souverain espagnol un réquisitoire contre la colonisation dans les premiers territoires conquis d’Amérique : Cuba, Hispaniola (Saint-Domingue), les Antilles, le Mexique, la Nouvelle-Grenade…
Il dénonce les atrocités, la cupidité et le cynisme...

Soixante ans après le premier voyage de Christophe Colomb, Bartolomé de Las Casas, religieux dominicain, rédige à l’usage du souverain espagnol un réquisitoire contre la colonisation dans les premiers territoires conquis d’Amérique : Cuba, Hispaniola (Saint-Domingue), les Antilles, le Mexique, la Nouvelle-Grenade…
Il dénonce les atrocités, la cupidité et le cynisme des conquérants, la nocivité du système d’exploitation, du partage des terres et des hommes en encomiendas. Bartolomé de Las Casas ne sera pas écouté, et la « destruction des Indes » s’achèvera par la quasi-extermination des Indiens, avec pour conséquence l’importation d’esclaves d’Afrique.
Las Casas reste dans l’histoire de l’Amérique comme le premier défenseur des Indiens opprimés. Et son œuvre demeure un document unique, une source de première main, un réquisitoire parfois insoutenable.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782707144171
Code sériel : 1
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 154
Format : 125 x 190 mm

Ils en parlent

« Ce petit livre-là vous plante définitivement une épine dans le cœur. Avec quatre siècles d'avance, un rapport d'Amnesty International : même ton précis, même souci d'accumuler détails et exemples. »

TÉLÉRAMA

« Texte court et foudroyant où se dominicain dénonce l'holocauste perpétué au nom du Christ et de l'or, et témoigne le premier de la dignité du " sauvage ". »

L'EXPRESS

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ErnestLONDON Posté le 12 Juillet 2018
    Soixante ans après le premier voyage de Christophe Colomb, l’évêque Bartolomé de Las Casas publie à Séville un violent réquisitoire contre les crimes de la colonisation des territoires d’Amérique, destiné au futur souverain d’Espagne, Philippe II. Il dénonce avec virulence la cupidité, la fourberie, la barbarie et le cynisme des Espagnols responsables de la mort de plus de douze millions de personnes en quarante ans. (...) Ce témoignage de première main est un document historique exceptionnel. L’introduction de Roberto Fernandez Ratmar explique comment il a ensuite été utilisé pour répandre la « Légende Noire » anti-espagnol, arme idéologique destinée à masquer que la colonisation de l’Amérique permit l’accumulation primitive du capital et la naissance du capitalisme. Las Casas demeure au contraire l’une des rares voies anti-colonialistes du XVIè siècle.
  • PhilippeSAINTMARTIN Posté le 12 Novembre 2016
    Parce que c'est un réquisitoire, Bartolomé de Las Casas, théologien reconnu et proche de Charles Quint, n'a pas le choix quand il alerte sur le génocide amérindien : il faut émouvoir, ouvrir les yeux, pousser au repentir des chrétiens espagnols semant l'enfer sur des populations indiennes idéalisées, presque adamiques. De Las Casas est emphatique, volontairement répétitif, sa puissante et émouvante rhétorique insiste : il est urgent de convaincre car les chrétiens d'Amérique perdent leur âme en commettant l'inacceptable. Manichéenne, la plaidoirie de de Las Casas oppose un éden indien de vertu à des Espagnols cupides et destructeurs du paradis. Mais de Las Casas est un homme d'église : c'est de futurs chrétiens à convertir qu'il s'agit, il n'est pas question de respecter leur identité première : l'indien est l'Homme d'avant la faute, le conquistador est l'Homme d'après. Il n'empêche, de Las Casas écrit un minutieux et terrible témoignage des massacres des natives, et cette reconnaissance d'un génocide qui reste le plus important jamais perpétré participera largement à la reconstruction d'une identité culturelle indigène.
  • momotombo Posté le 22 Août 2015
    Témoignage poignant du premier défenseur des indiens d'Amérique face aux exactions des conquistadores. Digne de Zola ou Voltaire dans leur combat contre l'injustice.
  • frandj Posté le 9 Avril 2014
    Bartolomé de Las Casas est un personnage fascinant, car son rôle a été extraordinairement audacieux dans son siècle, le XVIème. Arrivé dans le Nouveau Monde aux débuts de l'implantation espagnole, il en est un témoin direct. Il observe tous les méfaits de la soldatesque, des aventuriers, des colons, des chercheurs d'or et de la majorité des ecclésiastiques (lui-même est ordonné prêtre). Tout prétexte est bon pour tuer, torturer, violer, piller, spolier, réduire en esclavage les Indiens. En fait, il n'y a même pas besoin de prétextes. Ces crimes sont motivés notamment par la cupidité, la volonté d'évangéliser de force, mais aussi le libre cours laissé au sadisme des envahisseurs. Las Casas en est scandalisé et il tente, sur place et en Espagne, de s'opposer aux violences; mais son action, très isolée, n'est pas couronnée de succès. La "Très brève relation de la destruction des Indes", rédigée assez tard (en 1542), est un pamphlet virulent contre la colonisation entreprise par les Espagnols. Las Casas dénonce les exactions inouïes subies par les Indiens, dans les Caraïbes, mais aussi en Amérique Centrale et du Sud. (Quoique les époques soient très différentes, on peut penser au comportement des SS allemands en URSS ou des... Bartolomé de Las Casas est un personnage fascinant, car son rôle a été extraordinairement audacieux dans son siècle, le XVIème. Arrivé dans le Nouveau Monde aux débuts de l'implantation espagnole, il en est un témoin direct. Il observe tous les méfaits de la soldatesque, des aventuriers, des colons, des chercheurs d'or et de la majorité des ecclésiastiques (lui-même est ordonné prêtre). Tout prétexte est bon pour tuer, torturer, violer, piller, spolier, réduire en esclavage les Indiens. En fait, il n'y a même pas besoin de prétextes. Ces crimes sont motivés notamment par la cupidité, la volonté d'évangéliser de force, mais aussi le libre cours laissé au sadisme des envahisseurs. Las Casas en est scandalisé et il tente, sur place et en Espagne, de s'opposer aux violences; mais son action, très isolée, n'est pas couronnée de succès. La "Très brève relation de la destruction des Indes", rédigée assez tard (en 1542), est un pamphlet virulent contre la colonisation entreprise par les Espagnols. Las Casas dénonce les exactions inouïes subies par les Indiens, dans les Caraïbes, mais aussi en Amérique Centrale et du Sud. (Quoique les époques soient très différentes, on peut penser au comportement des SS allemands en URSS ou des soldats japonais en Chine, pendant la seconde guerre mondiale). C'est une hallucinante litanie d'atrocités que l'auteur nous oblige à lire. Mais il insiste surtout sur le fait que les populations indigènes étaient d'un naturel extraordinairement pacifique, ne cherchant jamais à provoquer l'envahisseur. En ce qui concerne l'effondrement démographique des tribus indiennes, Las Casas cite des chiffres effroyables et, par exemple, évalue à quatre millions le nombre d'indigènes exterminés au Mexique par les conquistadors. Le fait que, dans son ensemble, les ecclésiastiques espagnols aient fermé les yeux sur les massacres (ou les aient même approuvés) est évidemment une circonstance aggravante. A ce sujet, une anecdote est rapportée: avant d'être brûlé vif, un chef indien, pressé de se convertir sur-le-champ, déclare qu'il préfère aller en enfer plutôt qu'au paradis où il risquerait de retrouver ses persécuteurs ! Quel est mon avis, en refermant cet ouvrage ? D'abord, quoique bref, le livre est pénible à lire, en raison de son sujet qui est terrible. Mais je m'interroge aussi sur l'exactitude du rapport de l'auteur. Comme je ne suis pas historien, j'ai essayé de me documenter un peu pour y voir plus clair. Il semble que personne n'a le droit de mettre en doute le comportement criminel des conquérants. Cependant, on peut penser que l'auteur exagère le nombre des personnes massacrées par les armes. En fait, la désertification rapide des territoires conquis peut s'expliquer également par la mortalité effroyable des indigènes, soit qu'ils aient été contaminés par les microbes importés par les Européens, soit qu'ils aient été extirpés hors de leur milieu naturel (beaucoup ont été obligés de travailler dans des mines). Une autre question: tous les Indiens étaient-ils vraiment des « agneaux », comme l'écrit l'auteur ? j'en doute. Par exemple, la civilisation aztèque pratiquait systématiquement les sacrifices humains, mais Las Casas n'en fait pas mention ! Par contre, on peut supposer que la plupart des Indiens étaient très naïfs, incapables d'imaginer la fourberie et la méchanceté des Espagnols. Quoi qu'il en soit, ce livre rappelle qu'un génocide n'existe pour nous que s'il n'a pas été volontairement "oublié" par l'Histoire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • penotpascal Posté le 10 Juin 2013
    Bartolomé de Las Casas est un religieux qui le premier a dénoncé les exactions des espagnols lors de la conquête de l'Amérique. C'est un formidable plaidoyer contre la destruction des indiens. C'est un petit livre très facile à lire et qui 60 ans après la découverte de l'Amérique nous montre les méfaits des européens en Amérique du Sud
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !