Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749151045
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 140 x 220 mm

De profundis

Collection : Romans
Date de parution : 25/08/2016
Dans un monde à la dérive, une femme en fuite, une fillette murée dans le silence, et une ancienne demeure habitée d'un secret.
Bruxelles, dans un avenir proche. Ebola III a plongé l’Europe dans le chaos : hôpitaux débordés, électricité rationnée, fanatismes exacerbés. Roxanne survit grâce au trafic de médicaments et pense à suivre le mouvement général : s’ôter joyeusement la vie. Mais son ex-mari succombe au virus, lui laissant Stella, une fillette... Bruxelles, dans un avenir proche. Ebola III a plongé l’Europe dans le chaos : hôpitaux débordés, électricité rationnée, fanatismes exacerbés. Roxanne survit grâce au trafic de médicaments et pense à suivre le mouvement général : s’ôter joyeusement la vie. Mais son ex-mari succombe au virus, lui laissant Stella, une fillette étrange dont elle ne s’est jamais occupée. Quand une bande de pillards assassine sa voisine, Roxanne part pour un hameau oublié, où l’attend une ancienne maison de famille. La mère et la fille pourront-elles s’adapter à ce mode de vie ancestral et à cette existence de recluses ?

Entre dystopie et conte fantastique, De profundis est un roman hors normes. Une plongée en enfer, doublée d’une fabuleuse histoire d’amour.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749151045
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

Un conte fantastique à couper le souffle.
Femme Actuelle

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Chalock_Holmes Posté le 10 Janvier 2020
    Une lecture fabuleuse ! L'histoire, terrible, dresse un futur pas si lointain, confronté à une épidémie mondiale dévastatrice (Ebola III). Bruxelles, premier lieu du récit, a perdu de son charme connu et ses Waffles pour devenir une ville surpeuplée, parsemée de cadavres contaminés, de trafiquants, d'escrocs, de survivants ... Une femme (Roxanne mais appelez-là Roxy), aux talents multiples dans l'art de survivre, qui pourtant n'aspire qu'au suicide comme beaucoup dans ce monde sans avenir, va voir son avenir bouleversé par une arrivée aussi soudaine qu'inattendue. Cette histoire est terrible, des passages sont particulièrement rudes, cruels mêmes. Très bien écrit et fluide, les mots sont aussi crus parfois que l'histoire peut paraître terrifiante. Mais ce serait sans compter le rythme d'écriture de l'auteur, qui sait aussi être drôle, et surtout un (autre) tournant dans la vie de cette héroïne des temps futurs. Passionnant du début à la fin. Il entre dans ma très petite pile de livres de chevet. Challenge Mauvais Genres 2020
  • Ophelien Posté le 12 Novembre 2019
    Roxanne vit dans un monde ravagé par le virus Ebola III. Elle habite Bruxelles et tente de survivre dans une ville dangereuse où tous côtoient la maladie et la mort. Elle profite limite du système puisqu'elle revend de faux médicaments censés soigner le virus. Mais soudain sa fille Stella va réapparaître dans sa vie. Sa fille qu'elle avait abandonnée. Elle va devoir réapprendre à être une mère et va devoir réfléchir à un autre futur pour elles deux. Elles vont alors déménager en campagne et vivre une vie plutôt calme, dans une vieille maison étrange. J'ai trouvé ce roman vraiment étrange. Au début je m'attendais clairement à un roman d'anticipation, de survie, mais on bascule assez rapidement vers quelque chose de plus surnaturel. Les genres se mélangent et j'avoue avoir été assez perturbée par cela. L'écriture est assez belle, même si des fois j'ai trouvé des passages plutôt vides et longs... Le passage à la campagne m'a ennuyée, sauf à la fin. Et l'histoire de fantôme m'a laissée sceptique. Je ne dirai pas que c'est mal fait je pense vraiment que pour moi le mélange de différents genres m'a trop perturbée. Le début m'a donné envie, vraiment, mais ça... Roxanne vit dans un monde ravagé par le virus Ebola III. Elle habite Bruxelles et tente de survivre dans une ville dangereuse où tous côtoient la maladie et la mort. Elle profite limite du système puisqu'elle revend de faux médicaments censés soigner le virus. Mais soudain sa fille Stella va réapparaître dans sa vie. Sa fille qu'elle avait abandonnée. Elle va devoir réapprendre à être une mère et va devoir réfléchir à un autre futur pour elles deux. Elles vont alors déménager en campagne et vivre une vie plutôt calme, dans une vieille maison étrange. J'ai trouvé ce roman vraiment étrange. Au début je m'attendais clairement à un roman d'anticipation, de survie, mais on bascule assez rapidement vers quelque chose de plus surnaturel. Les genres se mélangent et j'avoue avoir été assez perturbée par cela. L'écriture est assez belle, même si des fois j'ai trouvé des passages plutôt vides et longs... Le passage à la campagne m'a ennuyée, sauf à la fin. Et l'histoire de fantôme m'a laissée sceptique. Je ne dirai pas que c'est mal fait je pense vraiment que pour moi le mélange de différents genres m'a trop perturbée. Le début m'a donné envie, vraiment, mais ça s'est essoufflé ensuite. Pourtant je trouvais le personnage de Roxanne véritablement intéressant : une mère qui n'aime pas son rôle de mère, qui n'aime pas la vie mais est incapable de se tuer. Une femme torturée mais survivante jusqu'au bout. Stella aussi est très intrigante. Les personnages sont réussis mais c'est l'ambiance de tout cela qui m'a laissé un arrière goût étrange.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Annicklecture Posté le 8 Septembre 2019
    Voilà un roman qui m'a troublée de par son histoire. On démarre sur une vue d'anticipation, d'apocalypse, l'extinction des hommes est au bout de ce chemin, et, on se retrouve dans le surnaturel, le rêve peut-être, cette osmose qui va lier Roxane et Stella par un être d'ombre. C'est très léger ce changement, tout se fait en douceur, ce n'est pas brutal et c'est très original finalement. Un roman noir qui démarre sur les starting-blocks et qui finit son chemin un peu plus tranquillement. Des horreurs il y en a, des crimes, de la cruauté, mais aussi de l'amitié, de la fidélité et de l'amour. Tout ce mélange fait de ce livre qu'il est atypique, hors genre unique. L'écriture est très agréable et il se lit très facilement, sans se perdre, avec quelques rebondissements et des détails d'une société en devenir assez noire. - "D'autres errants hantent les bois autour du village. On ne les voit jamais mais on les devine, on sent leur présence furtive derrière les futaies; on sait leur envie d'un toit au-dessus de leur tête, d'un morceau de poulet, d'une main tendue…" Un extrait qui vous montre l'aspect décalé entre le début et la fin de ce paragraphe... Voilà un roman qui m'a troublée de par son histoire. On démarre sur une vue d'anticipation, d'apocalypse, l'extinction des hommes est au bout de ce chemin, et, on se retrouve dans le surnaturel, le rêve peut-être, cette osmose qui va lier Roxane et Stella par un être d'ombre. C'est très léger ce changement, tout se fait en douceur, ce n'est pas brutal et c'est très original finalement. Un roman noir qui démarre sur les starting-blocks et qui finit son chemin un peu plus tranquillement. Des horreurs il y en a, des crimes, de la cruauté, mais aussi de l'amitié, de la fidélité et de l'amour. Tout ce mélange fait de ce livre qu'il est atypique, hors genre unique. L'écriture est très agréable et il se lit très facilement, sans se perdre, avec quelques rebondissements et des détails d'une société en devenir assez noire. - "D'autres errants hantent les bois autour du village. On ne les voit jamais mais on les devine, on sent leur présence furtive derrière les futaies; on sait leur envie d'un toit au-dessus de leur tête, d'un morceau de poulet, d'une main tendue…" Un extrait qui vous montre l'aspect décalé entre le début et la fin de ce paragraphe : - "Le K-Way, qui était un vêtement de pluie autrefois, aussi peu pratique que seyant. Le grand point commun entre la capuche de ce K-Way et le niqab résidait dans le fait que, quand vous tourniez la tête, le tissu tout autour de votre visage ne suivait pas votre mouvement, vos yeux se retrouvaient donc décalés de l'ouverture dévolue, et vous étiez aveugle, le temps de retrouver une position bien axiale. Traverser la rue par exemple devenait un exercice des plus périlleux. Enfin, par les temps qui couraient, dans certains quartiers de Bruxelles, il valait mieux prendre le risque de se faire écraser que celui de se faire lapider. Je remercie Katia pour cette découverte hors norme qui m'a enchantée, et je le recommande chaudement.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Tristale Posté le 11 Août 2019
    RÉSUMÉ:"Bruxelles, dans un avenir proche. Ebola III a plongé l’Europe dans le chaos : hôpitaux débordés, électricité rationnée, fanatismes exacerbés. Roxanne survit grâce au trafic de médicaments et pense à suivre le mouvement général : s’ôter joyeusement la vie. Mais son ex-mari succombe au virus, lui laissant Stella, une fillette étrange dont elle ne s’est jamais occupée. Quand une bande de pillards assassine sa voisine, Roxanne part pour un hameau oublié, où l’attend une ancienne maison de famille. La mère et la fille pourront-elles s’adapter à ce mode de vie ancestral et à cette existence de recluses ? MON AVIS: Le début du roman nous décrit un monde post-apocalyptique que fuient Roxanne et la jeune Stella. Les débuts de cette vie rurale, difficile, sont compliqués pour ces deux être qui ne savent pas encore s'apprivoiser. Et le récit bascule alors dans le fantastique, l'onirique avec la révélation extraordinaire d'un secret enfouie depuis des siècles dans cette solide maison de famille. Entre le visible et l'invisible, l'un gagné par l'horreur du monde extérieur et l'autre apportant un apaisement et une aide inattendue, se tisse alors une toile où se mêlent l'amour et la mort. Un conte violent mais qui se veut... RÉSUMÉ:"Bruxelles, dans un avenir proche. Ebola III a plongé l’Europe dans le chaos : hôpitaux débordés, électricité rationnée, fanatismes exacerbés. Roxanne survit grâce au trafic de médicaments et pense à suivre le mouvement général : s’ôter joyeusement la vie. Mais son ex-mari succombe au virus, lui laissant Stella, une fillette étrange dont elle ne s’est jamais occupée. Quand une bande de pillards assassine sa voisine, Roxanne part pour un hameau oublié, où l’attend une ancienne maison de famille. La mère et la fille pourront-elles s’adapter à ce mode de vie ancestral et à cette existence de recluses ? MON AVIS: Le début du roman nous décrit un monde post-apocalyptique que fuient Roxanne et la jeune Stella. Les débuts de cette vie rurale, difficile, sont compliqués pour ces deux être qui ne savent pas encore s'apprivoiser. Et le récit bascule alors dans le fantastique, l'onirique avec la révélation extraordinaire d'un secret enfouie depuis des siècles dans cette solide maison de famille. Entre le visible et l'invisible, l'un gagné par l'horreur du monde extérieur et l'autre apportant un apaisement et une aide inattendue, se tisse alors une toile où se mêlent l'amour et la mort. Un conte violent mais qui se veut porteur d'espoir, une fable des temps moderne proche d'une réalité à peine fantasmée.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Shan_Ze Posté le 31 Mai 2019
    Dans un Bruxelles futur ravagé par un virus Ebola, Roxanne survit en vendant des médicaments. Mais un jour, son passé la rattrape, son mari vient de mourir et lui laisse Stella leur fille de neuf ans. Trouvant la ville trop dangereuse, elle s'enfuit avec sa fille dans la campagne profonde où elle vivait enfant. Ayant lu Today we live, j'ai trouvé pas mal de ressemblances avec ce dernier : Roxanne comme Mathias dans Today s'accroche à une fillette au comportement particulier. Stella ne parle pas ou peu, a des réactions mais est attachée à sa mère même si elle ne la connait peu et que celle-ci ne lui rend pas forcément. Aussi, les deux adultes des deux romans ne sont pas forcément des modèles pour l'enfant et se lient à l'enfant sur un coup de tête. Cependant alors que le premier avait pour contexte la seconde guerre mondiale, celui-ci se situe dans un futur apocalyptique en début de roman, on bascule ensuite dans le fantastique avec le fantôme de la maison qui pourrait s'exprimer en troisième voix. Je ne m'attendais pas à ce genre de roman qui bascule d'un genre à l'autre sur deux parties mais finalement, j'ai apprécié la vie à... Dans un Bruxelles futur ravagé par un virus Ebola, Roxanne survit en vendant des médicaments. Mais un jour, son passé la rattrape, son mari vient de mourir et lui laisse Stella leur fille de neuf ans. Trouvant la ville trop dangereuse, elle s'enfuit avec sa fille dans la campagne profonde où elle vivait enfant. Ayant lu Today we live, j'ai trouvé pas mal de ressemblances avec ce dernier : Roxanne comme Mathias dans Today s'accroche à une fillette au comportement particulier. Stella ne parle pas ou peu, a des réactions mais est attachée à sa mère même si elle ne la connait peu et que celle-ci ne lui rend pas forcément. Aussi, les deux adultes des deux romans ne sont pas forcément des modèles pour l'enfant et se lient à l'enfant sur un coup de tête. Cependant alors que le premier avait pour contexte la seconde guerre mondiale, celui-ci se situe dans un futur apocalyptique en début de roman, on bascule ensuite dans le fantastique avec le fantôme de la maison qui pourrait s'exprimer en troisième voix. Je ne m'attendais pas à ce genre de roman qui bascule d'un genre à l'autre sur deux parties mais finalement, j'ai apprécié la vie à la campagne, les moments de tendresse entre mère et fille, les souvenirs du fantôme. Un petit bémol avec les illuminés de la fin, qui m'ont dérangé et qui n'apportent que peu au roman, pour moi. Emmanuelle Pirotte peint des personnages troublants, dérangeants pour parler de la relation entre une mère et sa fille, d'un passé agité d'un spectre.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !