Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782355221453
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 140 x 205 mm

Jouir

En quête de l'orgasme féminin

Maïa MAZAURETTE (Préface), Aude SECHERET (Traducteur)
Collection : ZONES
Date de parution : 03/10/2019
Libérée, la sexualité des femmes d’aujourd’hui ? On serait tenté de croire que oui. Pourtant, plus de 50 % d’entre elles se disent insatisfaites, que ce soit à cause d’un manque de désir ou de difficultés à atteindre l’orgasme. Si tant de femmes ordinaires sont concernées, peut-être qu’elles n’ont rien... Libérée, la sexualité des femmes d’aujourd’hui ? On serait tenté de croire que oui. Pourtant, plus de 50 % d’entre elles se disent insatisfaites, que ce soit à cause d’un manque de désir ou de difficultés à atteindre l’orgasme. Si tant de femmes ordinaires sont concernées, peut-être qu’elles n’ont rien d’anormal et que ce n’est pas à la pharmacie qu’il faut aller chercher la solution. Le remède dont elles ont besoin est plus certainement culturel, et passe par une réorientation de notre approche androcentrée du sexe et du plaisir.
Tour à tour reportage, essai et recueil de réflexions à la première personne, cet ouvrage enquête sur les dernières découvertes scientifiques ayant trait à l’orgasme féminin. On y apprend ainsi qu’une chercheuse en psychologie clinique a recours à la méditation de pleine conscience pour traiter les troubles à caractère sexuel. On y découvre aussi diverses façons dont les femmes choisissent de redéfinir leur sexualité. Cette aventure aux confins de la jouissance nous emmène jusqu’au festival Burning Man, où l’orgasme féminin est donné à voir sur scène, ou encore dans le cabinet feutré d’une thérapeute qui propose de soigner les traumatismes liés au viol à l’aide de massages sensuels.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355221453
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 140 x 205 mm

Ils en parlent

Ça veut dire quoi, jouir ? Est-ce que toutes les femmes ont les mêmes orgasmes ? Pourquoi a-t-on attendu si longtemps avant de savoir à quoi ressemblait un clitoris ? Pourquoi dit-on que les femmes sont compliquées ? Quelle place leur jouissance a-t-elle dans la culture ? Pourquoi l’orgasme serait-il le graal de toute relation sexuelle ? Quand Sarah Barmak commence à dérouler le fil de ces questions, elle se rend compte qu’une interrogation mène à une autre. Que de nombreuses femmes ont envie de parler et de lire sur le sujet. […] La journaliste se lance donc dans sa propre enquête qui mène à ces 200 pages tour à tour instructives, drôles ou émouvantes dans lesquelles elle rencontre des adeptes de la méditation orgasmique, des scientifiques, des médecins, des femmes qui jouissent dix fois et d’autres qui n’y arrivent pas… Et où elle démonte les mythes les plus tenaces sur la supposée complexité du plaisir féminin.
Pauline Le Gall / Cheek Magazine

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Despagesetdeslettres Posté le 6 Novembre 2020
    Jouïr, en quête de l’orgasme féminin est le premier livre que je lis sur le sujet. Inutile de dire que j’ai donc été convaincue par les premières pages de cet essai qui explique la méconnaissance totale des gens, de manière générale, et même du corps médical face aux organes et au plaisir féminins. J’ai bien aimé le fait que le début du livre commence par des témoignages des premières concernées, cela permet de se rendre compte de l’ampleur des questions que les femmes se posent, sans forcément en parler. Globalement, j’ai appris des choses sur plusieurs niveaux :anatomique, historique, sociologique… J’ai trouvé le style très accessible. J’ai bien aimé les passages qui expliquent comment le sexe, qui est censé être l’une des activités censées faire oublier la pression est devenue un domaine de pression supplémentaire et ceux qui évoquent l’influence du porno et ses dommages. Ainsi, je trouve que le livre est une bonne base mais j’aurais aimé que cela aille encore plus loin, que certains points soient plus détaillés. Ceci étant dit, je comprends la difficulté face à laquelle l’autrice s’est retrouvée : l’absence ou presque, de données et de document sur le sujet. Mais j’aurais aimé toutefois comprendre davantage... Jouïr, en quête de l’orgasme féminin est le premier livre que je lis sur le sujet. Inutile de dire que j’ai donc été convaincue par les premières pages de cet essai qui explique la méconnaissance totale des gens, de manière générale, et même du corps médical face aux organes et au plaisir féminins. J’ai bien aimé le fait que le début du livre commence par des témoignages des premières concernées, cela permet de se rendre compte de l’ampleur des questions que les femmes se posent, sans forcément en parler. Globalement, j’ai appris des choses sur plusieurs niveaux :anatomique, historique, sociologique… J’ai trouvé le style très accessible. J’ai bien aimé les passages qui expliquent comment le sexe, qui est censé être l’une des activités censées faire oublier la pression est devenue un domaine de pression supplémentaire et ceux qui évoquent l’influence du porno et ses dommages. Ainsi, je trouve que le livre est une bonne base mais j’aurais aimé que cela aille encore plus loin, que certains points soient plus détaillés. Ceci étant dit, je comprends la difficulté face à laquelle l’autrice s’est retrouvée : l’absence ou presque, de données et de document sur le sujet. Mais j’aurais aimé toutefois comprendre davantage comment le plaisir féminin a été mis de côté après avoir occupé une importance particulière il y a quelques siècles, par exemple.
    Lire la suite
    En lire moins
  • parcequecmoi Posté le 30 Octobre 2020
    Dans la préface de Maïa Mazaurette, on apprend que le titre original est « CLOSER», mot qui désigne le moment ultime où les femmes atteignent l’orgasme. Sa traduction en « JOUIR », mot unique également, simple et parlant, est tout aussi percutant. Une très belle enquête d’une journaliste canadienne sur un sujet toujours tabou en 2019 : l’orgasme féminin. Appuyée par une grande documentation et de nombreuses références, l’auteure nous livre un monumental essai sur la jouissance féminine. La forme narrative qui relate de nombreuses interviews, témoignages, et expériences diverses rend cet essai vivant et informatif. Menée avec vivacité et curiosité, cette étude nous transporte de la peur du plaisir à son expression sous toutes ses formes en passant par la négation délibérée de la sexualité féminine à travers les âges. Sarah Barmak recherche avec légèreté et obstination des réponses auprès des femmes, des scientifiques, des médecins, des psychiatres, des psychologues et autres gourous en tous genre. Cette exploration historique sans pudeur et sans concession est extrêmement drôle, déculpabilisante et rafraichissante ! On y retrouve décortiqués, tous les clichés culturels sur les femmes : passives, sans libido, frigides, complexes… sur le contrôle de leur corps par la société, par leurs partenaires. Il... Dans la préface de Maïa Mazaurette, on apprend que le titre original est « CLOSER», mot qui désigne le moment ultime où les femmes atteignent l’orgasme. Sa traduction en « JOUIR », mot unique également, simple et parlant, est tout aussi percutant. Une très belle enquête d’une journaliste canadienne sur un sujet toujours tabou en 2019 : l’orgasme féminin. Appuyée par une grande documentation et de nombreuses références, l’auteure nous livre un monumental essai sur la jouissance féminine. La forme narrative qui relate de nombreuses interviews, témoignages, et expériences diverses rend cet essai vivant et informatif. Menée avec vivacité et curiosité, cette étude nous transporte de la peur du plaisir à son expression sous toutes ses formes en passant par la négation délibérée de la sexualité féminine à travers les âges. Sarah Barmak recherche avec légèreté et obstination des réponses auprès des femmes, des scientifiques, des médecins, des psychiatres, des psychologues et autres gourous en tous genre. Cette exploration historique sans pudeur et sans concession est extrêmement drôle, déculpabilisante et rafraichissante ! On y retrouve décortiqués, tous les clichés culturels sur les femmes : passives, sans libido, frigides, complexes… sur le contrôle de leur corps par la société, par leurs partenaires. Il ne s’agit ni d’un guide ni d’un traité sur la sexualité, mais d’une réflexion sur le droit des femmes à l’épanouissement sexuel au même titre que l’égalité homme/femme, le droit à l’autodétermination et le consentement. Donc un sujet non seulement d’actualité mais aussi d’urgence absolue ! C’est peut-être l’un des aspects les plus intéressants du livre, cette absence de contrainte, de conseil, cette ouverture à des expériences variées relatées sans jugement de valeur, avec une grande bienveillance. Une lecture rapide grâce à une écriture fluide, abordable, qui marque constamment notre intérêt grâce à des mots simples et clairs et aussi parfois de l’humour. Des exemples, des faits avérés, des témoignages parcourent cet essai pour mieux nous démontrer et nous parler du plaisir féminin. Des chiffres parfois hallucinants, des propos relatés par des femmes qui font frémir, pas de solution miracle décrite mais des chemins à suivre, des choses à essayer, un mental à trouver, des éléments bien plus précieux. Cet essai ouvre la réflexion sur les domaines les plus divers comme l’anatomie, la pornographie, les LGBT, le yoga, ou encore la méditation sans aucune injonction particulière. Il « décoiffe » comme on dit ! Il dérange aussi ! Alors oui, ça parle de sexe, d’éjaculation féminine, d’orgasme, de plaisir, de clitoris, de nudité, de simulation, de masturbation, de massage sensuel, de libido, de frigidité, mais sans jamais une once de vulgarité. Et au final, l’auteure insiste pour nous dire que nous sommes toutes normales, malgré nos différences, et que le sexe est ce que l’on en fait. Génial, non ? Cet essai aurait mérité la note de 21/20. Ce n’est pas l’ouvrage en lui-même qui justifie cette note bien sûr mais tout simplement parce que ce sujet, cette enquête, j’aurai aimé pouvoir la lire il y a 30 ans ou encore pouvoir la faire lire à ma fille, mes nièces, mes amies et surtout parce qu’il est urgent de libérer la parole et rattraper des siècles de retard, d’inhibition et d’obscurantisme, d’avoir davantage d’ouvrages disponibles pour banaliser ce thème. Cet ouvrage ne peut que devenir une vraie référence sur le sujet. C’est pour moi un livre résolument féministe à offrir à toutes les femmes !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Littecritiques Posté le 22 Septembre 2020
    Au XXIème siècle, à une époque toute particulière où les voix se délient sur la sexualité, plus particulièrement sur la notion de consentement ; la sexualité consentie des femmes n’apparaît pourtant pas totalement libérée. Reste encore tabou pour une femme de parler de ses désirs, tabou que lève et abat cet essai. Le titre de cet ouvrage est plus qu’explicite : Jouir. En quête de l’orgasme féminin. Les termes « en quête » ont été séparés d’un espace pour signifier que l’auteure s’apprête à explorer les différentes voies permettant aux femmes de parvenir à l’orgasme ; mais ils auraient très bien pu être collés car il s’agit aussi d’une enquête au sens strict tant le livre explore ces voies, les met à l’épreuve et recueille des témoignages. C’est avant tout de ça qu’il s’agit : un essai scientifique, un essai qui explore, explique, critique. Lire ce livre, c’est lire sur un sujet trop peu abordé sous un angle scientifique et sociologique : ne vous attendez surtout pas à autre chose, et c’est là tout l’intérêt. Aucun embarras ne doit vous envahir quand vous sortez ce livre dans les transports en commun pour en continuer la lecture ou lorsqu’on vous interroge sur vos... Au XXIème siècle, à une époque toute particulière où les voix se délient sur la sexualité, plus particulièrement sur la notion de consentement ; la sexualité consentie des femmes n’apparaît pourtant pas totalement libérée. Reste encore tabou pour une femme de parler de ses désirs, tabou que lève et abat cet essai. Le titre de cet ouvrage est plus qu’explicite : Jouir. En quête de l’orgasme féminin. Les termes « en quête » ont été séparés d’un espace pour signifier que l’auteure s’apprête à explorer les différentes voies permettant aux femmes de parvenir à l’orgasme ; mais ils auraient très bien pu être collés car il s’agit aussi d’une enquête au sens strict tant le livre explore ces voies, les met à l’épreuve et recueille des témoignages. C’est avant tout de ça qu’il s’agit : un essai scientifique, un essai qui explore, explique, critique. Lire ce livre, c’est lire sur un sujet trop peu abordé sous un angle scientifique et sociologique : ne vous attendez surtout pas à autre chose, et c’est là tout l’intérêt. Aucun embarras ne doit vous envahir quand vous sortez ce livre dans les transports en commun pour en continuer la lecture ou lorsqu’on vous interroge sur vos derniers livres lus : vous lisez un livre bien documenté sur le plaisir féminin. C’est un livre plaisant à lire car, à chaque chapitre, l’auteure se base d’abord sur du factuel. Exemple de la méditation orgasmique qu’elle a elle-même essayée avant de l’aborder d’un point de vue plus technique. Il s’agit aussi d’un livre qui interroge et bouscule sur la manière qu’a notre société d’aborder ces questions : quand on parle de l’égalité femme-homme, celle-ci passe aussi par la question de la sexualité. Elle met en exergue le sexisme ambiant de notre société, les tabous autour du plaisir féminin et les pratiques médicales ancestrales mais aussi actuelles qui font peser sur les épaules des femmes, des sujets qui relèvent du couple. A cet égard, je pense au fait que la perte de libido, qu’elle soit d’ailleurs masculine ou féminine, pèse sur les épaules des femmes seulement : soit qu’elle ne fasse pas assez d’effort pour séduire l’homme, soit qu’elle n’arrive pas à dissocier son esprit de son corps pendant une relation (et oui, c’est toute la complexité de la femme, pleine et entière !). C’est un livre nécessaire aussi pour les femmes qui, bien trop souvent, n’en savent que trop peu sur elles-mêmes : leurs désirs, leur sexualité et même leurs propres corps. En outre, c’est un ouvrage qui décomplexe et déculpabilise : toutes les femmes sont normales car la normalité n’existe pas en matière de sexualité : celles qui adorent le sexe, celles que cela émoustille moins, celles qui ont été meurtries, etc. Il s’agit d’un livre éminemment bienveillant et accessible à toutes et à tous (j’insiste sur le masculin !). C’est un livre à mettre entre toutes les mains pour comprendre et laisser plus de place au plaisir féminin, ô combien complexe, pour s’exprimer.
    Lire la suite
    En lire moins
  • liliaza Posté le 19 Mai 2020
    Je ne n’aurais pas été spontanément vers ce livre en librairie. La dernière fois que j’ai lu une étude sociologique sur la sexualité, je devais avoir 22 ans (j’en ai 32 maintenant.) Mais grâce à Netgalley, je peux découvrir de nouvelles choses et je suis très contente d’avoir jeté un coup d’œil dans d’autres rubriques. En un second temps, je me suis demandé si je devais faire une chronique sur ce livre. Un sujet comme ça, sur mon blog? Est-ce que j’allais trouver les mots justes et réussir à donner mon avis? À vous de juger. Ce qui m’a fait "passer le cap" c’est de me souvenir que, dans cet essai, l’autrice met en avant quelque chose de primordial : la culture du silence. On ne parle pas de la sexualité féminine et encore moins de l’orgasme féminin. Alors voilà je vous parle de ce livre qui m’a fait beaucoup réfléchir sur la condition féminine et sur ma propre conception de la sexualité. Jouir c’est une étude à la fois sociologique, psychologique, historique et même philosophique par moment. On en a pour tous les goûts. Il serait trompeur d’aborder ce livre comme un manuel qui va vous apporter la solution pour... Je ne n’aurais pas été spontanément vers ce livre en librairie. La dernière fois que j’ai lu une étude sociologique sur la sexualité, je devais avoir 22 ans (j’en ai 32 maintenant.) Mais grâce à Netgalley, je peux découvrir de nouvelles choses et je suis très contente d’avoir jeté un coup d’œil dans d’autres rubriques. En un second temps, je me suis demandé si je devais faire une chronique sur ce livre. Un sujet comme ça, sur mon blog? Est-ce que j’allais trouver les mots justes et réussir à donner mon avis? À vous de juger. Ce qui m’a fait "passer le cap" c’est de me souvenir que, dans cet essai, l’autrice met en avant quelque chose de primordial : la culture du silence. On ne parle pas de la sexualité féminine et encore moins de l’orgasme féminin. Alors voilà je vous parle de ce livre qui m’a fait beaucoup réfléchir sur la condition féminine et sur ma propre conception de la sexualité. Jouir c’est une étude à la fois sociologique, psychologique, historique et même philosophique par moment. On en a pour tous les goûts. Il serait trompeur d’aborder ce livre comme un manuel qui va vous apporter la solution pour avoir un orgasme à tous les coups. Alors oui on peut trouver des "trucs et astuces", des idées mais ce n’est vraiment pas pour ça qu’il faut lire cet essai. C’est pour son côté historique, pour sa façon d’appréhender la chose. Je classerai presque ce roman dans la catégorie feel-good. En le lisant, on se dit : "tiens j’ignorais cela", "ça explique tout". Mais plus important on se dit : "je ne suis pas seule." Toutes les types de femmes sont évoquées. On se retrouve forcément dans l'une d'entre elle. Un gros point fort de cet essai est qu’il n’y a pas de jugement porté sur les hommes. L’autrice n’est pas là pour dire : "bouh les hommes sont méchants. Ils n’ont rien compris à ce que veulent les femmes". Je n’ai pas ressenti de méchanceté ou un surcroit de féminisme là-dedans. L’autrice essaie d’être la plus objective possible. Nous le savons. C’est impossible mais elle essaie de s’approcher au plus près du possible. J’ai appris énormément de choses. L’autrice passe de la place du clitoris dans les études scientifiques, aux différentes techniques évoquées par des masseurs à l’histoire du twerk! Les témoignages sont légion et illustrent bien les propos. Un chapitre est traité pour répondre à une question que vous vous êtes peut être posé mais pas moi. Une phrase que quelqu’un a dite à l’autrice. "Pourquoi tu écris ce livre alors qu’il y a tant de femmes qui ont des problèmes beaucoup plus urgents?" Je ne vous mettrai pas sa réponse bien sûr. Ce serait trop long. Je vous laisse méditer dessus.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Etoilelivresque Posté le 8 Mai 2020
    Dans cet essai, l’autrice tente d’aborder un sujet encore tabou aujourd’hui : l’orgasme féminin. A l’heure où beaucoup vantent l’égalité homme / femme, nous restons confrontés à des problèmes d’informations sur l’organisme féminin. Si le plaisir masculin est valorisé, dès le plus jeune âge, du côté des femmes, c’est une autre histoire : c’est à elle même de chercher des informations sur le sujet la plupart du temps. A travers des faits historiques, des enquêtes sociologiques et des regroupements avec des femmes, l’autrice tente d’expliquer pourquoi les hommes jouissent plus que les femmes dans les couples hétérosexuel. Les données, chiffres et analyses sont percutants et donnent encore plus de sens à la lutte féministe.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER ZONES
Et rentrez dans la communauté des lecteurs de Zones !