Lisez! icon: Search engine

La Mariée rouge

Omnibus
EAN : 9782258117198
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 132 x 198 mm
La Mariée rouge

Date de parution : 02/04/2015
Un road-movie détonant dans la campagne bretonne, brutal et ironique - suivi, pour se remettre, par six nouvelles offrant toute la palette du talent d'Hervé Jaouen.
La Mariée rouge suivi de 6 nouvelles : 'Le disparu de Men-Diaoul', 'Une trop fine mouche', 'Abus de phosphore', 'Interrogation écrite', 'Stang fall', 'L'argent de la quête'.
Un couple de jeunes, dans une cavale nihiliste et suicidaire, croise le chemin d'un trio de ferrailleurs, d'un commando d'autodéfense et d'une noce, dans le...
La Mariée rouge suivi de 6 nouvelles : 'Le disparu de Men-Diaoul', 'Une trop fine mouche', 'Abus de phosphore', 'Interrogation écrite', 'Stang fall', 'L'argent de la quête'.
Un couple de jeunes, dans une cavale nihiliste et suicidaire, croise le chemin d'un trio de ferrailleurs, d'un commando d'autodéfense et d'une noce, dans le fin fond de la campagne bretonne ; une épopée tragique et ultraviolente qui se termine dans le sang, servie par la prose grinçante d'Hervé Jaouen. Ce roman fit grand bruit lors de sa parution en 1979, en pleine vogue du néo-polar français lancé par A.D.G., Jean-Patrick Manchette et Jean Vautrin, entre autres, et qui se caractérisait par le soin apporté à l'écriture.
Ce roman, qui bénéficie d'un avant-propos de l'auteur et de deux préfaces signées Pierre Magnan et Jean-Baptiste Baronian, est suivi par six nouvelles choisies par l'auteur, pas toutes policières mais noires, aujourd'hui introuvables.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258117198
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 132 x 198 mm
Omnibus

Ils en parlent

"Il y a chez Jaouen une richesse stylistique, un appétit de narration, une gourmandise des mots qui réjouissent."
Le Soir

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • HORUSFONCK Posté le 13 Septembre 2016
    Un polar bien saignant, qui met en scène une noce qui finit très mal. Du Jaouen comme on l'aime.
  • Kanelbulle Posté le 28 Juillet 2015
    Hervé Jaouen nous présente dans La Mariée rouge plusieurs nouvelles, dont le point commun est d'avoir pour cadre la Bretagne, mais aussi de mêler une tonalité policière à une autre, beaucoup plus gore. La première nouvelle, qui donne son titre au recueil, décrit l’itinéraire et la rencontre de quatre groupes de personnes (les participants à une noce, un employé de banque, trois petits voyous du cru et un couple de fugitifs). Le ton est vraiment haletant, même si j'ai regretté que l'ouvrage se lise aussi vite ! Tout (décors intérieurs, paysages, personnages) est minutieusement décrit et permet au lecteur d'être immergé dans ces histoires où tout dérape. Âmes sensibles, s'abstenir !
  • Fortuna Posté le 22 Juin 2015
    Un mariage dans les traditions se déroule au fond de la campagne bretonne. Nous sommes à la fin des années 70. Quelques kilomètres plus loin un couple de jeunes voyous en mal de sensations fortes croise trois ferrailleurs plus ou moins dégénérés. Et jaillit l'idée d'un mauvais coup gratuit. Juste pour s'amuser. L'épopée va virer au drame. Le jeune couple quittant la fête au milieu de la nuit pour savourer sa nuit de noces va tomber dans les griffes des cinq compères et subir humiliation, le viol puis l'assassinat de la mariée. Peu de suspense, on connaît le crime et les coupables dès le début. Un employé d'assurance alerté par le marié en fuite, voulant jouer les justiciers, intervient et se trouve également assassiné après avoir occis les ferrailleurs. Et pour finir des policiers empotés. Une course poursuite va s'engager qui s'achèvera tragiquement pour les deux jeunes délinquants... Violence gratuite, personnages sans consistance, destinées dérisoires, sont au service d'une vision plutôt cynique et sans espoir de l'humanité. Ce ton sied mieux aux nouvelles qui sont très réussies. Ces six textes courts révèlent en effet le talent de l'auteur qui a tendance à s'enliser dans le roman, mais ce n'est que mon avis... Merci aux éditions Omnibus et... Un mariage dans les traditions se déroule au fond de la campagne bretonne. Nous sommes à la fin des années 70. Quelques kilomètres plus loin un couple de jeunes voyous en mal de sensations fortes croise trois ferrailleurs plus ou moins dégénérés. Et jaillit l'idée d'un mauvais coup gratuit. Juste pour s'amuser. L'épopée va virer au drame. Le jeune couple quittant la fête au milieu de la nuit pour savourer sa nuit de noces va tomber dans les griffes des cinq compères et subir humiliation, le viol puis l'assassinat de la mariée. Peu de suspense, on connaît le crime et les coupables dès le début. Un employé d'assurance alerté par le marié en fuite, voulant jouer les justiciers, intervient et se trouve également assassiné après avoir occis les ferrailleurs. Et pour finir des policiers empotés. Une course poursuite va s'engager qui s'achèvera tragiquement pour les deux jeunes délinquants... Violence gratuite, personnages sans consistance, destinées dérisoires, sont au service d'une vision plutôt cynique et sans espoir de l'humanité. Ce ton sied mieux aux nouvelles qui sont très réussies. Ces six textes courts révèlent en effet le talent de l'auteur qui a tendance à s'enliser dans le roman, mais ce n'est que mon avis... Merci aux éditions Omnibus et à Masse critique de m'avoir permis la découverte de cet auteur policier breton.
    Lire la suite
    En lire moins
  • cilijoya Posté le 12 Juin 2015
    Je suis bretonne, et pourtant, je connais peu Hervé Jaouen n'ayant lu que L'Adieu au Connemara et Le Testament des McGovern...ce n'est pas faute d'en avoir entendu parler ! Un grand merci à Babelio et aux éditions Omnibus de m'avoir permis de découvrir cette édition augmentée de La Mariée rouge. J'avais repéré ce titre dans le guide des 100 polars incontournables il y a quelques années et puis, il est resté dans ma liste de livres à lire jusqu'à cette dernière opération masse critique. La Mariée rouge est le premier roman d'Hervé Jaouen, et alors là...pour un premier roman, qui plus est écrit dans les années 1970...ça dépote ! C'est noir, sanglant, gore, ultraviolent, grinçant, je comprends mieux le surnom d'Orange mécanique à la bretonne et l'électrochoc que ça a pu représenter dans le milieu du polar à l'époque. L'écriture grinçante d'Hervé Jaouen sert parfaitement l'intrigue. Plusieurs histoires s'y entrechoquent, celle d'un couple de paumés qui vont partir dans une dérive violente (et oui, - par - ça fait +...ou une explosion d'électrons, ou un court-circuit !), celle d'une bande de fachos qui vont vouloir aller casser du jeune et celle d'une noce bien arrosée à la campagne. L'histoire est crue,... Je suis bretonne, et pourtant, je connais peu Hervé Jaouen n'ayant lu que L'Adieu au Connemara et Le Testament des McGovern...ce n'est pas faute d'en avoir entendu parler ! Un grand merci à Babelio et aux éditions Omnibus de m'avoir permis de découvrir cette édition augmentée de La Mariée rouge. J'avais repéré ce titre dans le guide des 100 polars incontournables il y a quelques années et puis, il est resté dans ma liste de livres à lire jusqu'à cette dernière opération masse critique. La Mariée rouge est le premier roman d'Hervé Jaouen, et alors là...pour un premier roman, qui plus est écrit dans les années 1970...ça dépote ! C'est noir, sanglant, gore, ultraviolent, grinçant, je comprends mieux le surnom d'Orange mécanique à la bretonne et l'électrochoc que ça a pu représenter dans le milieu du polar à l'époque. L'écriture grinçante d'Hervé Jaouen sert parfaitement l'intrigue. Plusieurs histoires s'y entrechoquent, celle d'un couple de paumés qui vont partir dans une dérive violente (et oui, - par - ça fait +...ou une explosion d'électrons, ou un court-circuit !), celle d'une bande de fachos qui vont vouloir aller casser du jeune et celle d'une noce bien arrosée à la campagne. L'histoire est crue, la violence et la médiocrité des personnages sont saisissantes. Certains romans des années 70-80 me paraissent parfois un peu gentillets, les films d'horreur, la télé-réalité, internet étant passés par là. Ici, ce n'est pas le cas.Tous les ingrédients du bon polar noir sont réunis. L'écriture est ciselée et suffisamment distanciée pour ne pas tomber dans le trash ou la vulgarité. L'ombre de la robe blanche de la mariée flotte tout au long de l'histoire et les 6 nouvelles sont tout aussi grinçantes et savoureuses. Ames sensibles s'abstenir, amateurs de polars noirs, d'humour grinçant, de prose acerbe, courez-y !
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.