Lisez! icon: Search engine
Le Dernier amant
Date de parution : 24/08/2023
Éditeurs :
Éditions Récamier

Le Dernier amant

Date de parution : 24/08/2023
Le dernier amant, c’est celui qui savait mais qui a continué. Un homme qui, sous prétexte d’aimer sa femme, l’a brutalisée des années durant jusqu’à finir en prison. Un homme... Le dernier amant, c’est celui qui savait mais qui a continué. Un homme qui, sous prétexte d’aimer sa femme, l’a brutalisée des années durant jusqu’à finir en prison. Un homme qui, sous prétexte d’aimer sa terre mère, l’a exploitée jusqu’à détruire ses écosystèmes. Deux tristes facettes d’un seul et même... Le dernier amant, c’est celui qui savait mais qui a continué. Un homme qui, sous prétexte d’aimer sa femme, l’a brutalisée des années durant jusqu’à finir en prison. Un homme qui, sous prétexte d’aimer sa terre mère, l’a exploitée jusqu’à détruire ses écosystèmes. Deux tristes facettes d’un seul et même être, coupable d’aveuglement, de négligence et de maltraitance, envers autrui et, finalement, envers lui-même.

À travers l’histoire de ce narrateur, Oscar Lalo superpose magistralement deux lectures de la violence : celle faite aux femmes et celle faite à la nature.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782385770013
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 304
Format : 140 x 205 mm
EAN : 9782385770013
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 304
Format : 140 x 205 mm

Ils en parlent

Négligence, maltraitance, aveuglement : Oscar Lalo interpelle le lecteur. Son écriture, lame aiguisée, est puissante, frappe fort et bouscule l’inconscient humain. Le lecteur rit souvent jaune tant l’ironie est omniprésente. Avec des chapitres très courts, des exemples nombreux et parlants, le malaise est de plus en plus persistant au fil des pages. "Le Dernier Amant", c’est autant une déclaration d’amour à notre mère la Terre qu’un énième cri d’alarme. 
Benoît Lacoste / Aux feuilles volantes

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Nathv 21/10/2023
    RL2023#7 J’avais rencontré Oscar Lalo au Livre sur la Place à Nancy l’an passé, l’y ai revu cette année et suis donc ravie d’avoir eu l’occasion de lire son nouveau roman « Le dernier amant » grâce à Babelio via sa Masse Critique et les éditions Récamier. Le narrateur de ce livre est un homme à deux facettes: celle du mari qui a brutalisé sa femme des années durant et celle de l’homme qui a épuisé sa terre mère. Ces deux facettes s’entremêlent dans la tête de cet homme et, clairement, dans le livre également. S’en suivent un nombre important de réflexions, de cogitations de ce narrateur, passant d’un sujet à l’autre selon les pages. J’avoue, qu’au départ, la construction du récit est assez chaotique pour le lecteur – j’ai personnellement eu des difficultés à rentrer dans l’histoire, sorte de logorrhée ininterrompue sur des sujets variés et multiples. Mais la plume d’Oscar Lalo fait la différence et sublime ces monologues, les mots sont justes, vrais et tellement bien manipulés, un pur bonheur littéraire !
  • Emiliec28 17/10/2023
    Tout d'abord un grand merci aux éditions récamier et à Babelio pour ce livre reçu dans le cadre de la masse critique de septembre. Encore une claque et une nouvelle remise en question pour moi. Oscar Lalo aborde ici la fin de notre espèce, il fait un pont entre la violence des hommes envers la nature et celles envers les femmes. De façon plutôt magistrale. La construction du livre est un peu difficile à expliquer, les mots m'échappent, je me rends compte que je l'explique mal en fait quand j'essaye de rendre compte de mon impression et de la structure mais c'est très intéressant et très intelligent. Étouffant, un peu à la manière de la construction d'Oppenheimer pour ceux qui ont vu le dernier film de Nolan. Peut-être un peu difficile d'accès pour qui ne s'intéresse ni à l'un ni à l'autre des sujets (écologie et violences envers les femmes) j'ai lu beaucoup de choses à travers les lignes et, aussi impliquée que je m'estimais déjà dans ces deux causes, je me suis sentie visée et minable. Je pourrais faire mieux. Et ça me donne envie de faire mieux. Mon esprit tourne à plein régime. La culpabilité m'étouffe, en ce sens je dirais que ce livre devrait être remis entre toutes les mains, surtout celles de nos dirigeants mais ont-ils encore un cœur pour s'en soucier ? Le désespoir me gagne ces dernières années, peut-être que ça me touche parce que j'ai déjà accepté que c'était un problème. Pour qui ne veut pas voir, si vivre dans l'illusion confortable qu'on peut encore être insouciant aujourd'hui vous est primordial, alors n'ouvrez surtout pas ce livre. Je sais que je ne pourrais pas me débarrasser de ce nouveau filtre. Je considère que c'est une bonne chose, je suis prête à sacrifier plus pour pouvoir regarder en face les générations qui vont suivre. Juste de pouvoir dire "pardon, j'ai essayé de faire de mon mieux." Vraiment un superbe travail qui aurait mérité plus de lumière au milieu de cette rentrée littéraire.Tout d'abord un grand merci aux éditions récamier et à Babelio pour ce livre reçu dans le cadre de la masse critique de septembre. Encore une claque et une nouvelle remise en question pour moi. Oscar Lalo aborde ici la fin de notre espèce, il fait un pont entre la violence des hommes envers la nature et celles envers les femmes. De façon plutôt magistrale. La construction du livre est un peu difficile à expliquer, les mots m'échappent, je me rends compte que je l'explique mal en fait quand j'essaye de rendre compte de mon impression et de la structure mais c'est très intéressant et très intelligent. Étouffant, un peu à la manière de la construction d'Oppenheimer pour ceux qui ont vu le dernier film de Nolan. Peut-être un peu difficile d'accès pour qui ne s'intéresse ni à l'un ni à l'autre des sujets (écologie et violences envers les femmes) j'ai lu beaucoup de choses à travers les lignes et, aussi impliquée que je m'estimais déjà dans ces deux causes, je me suis sentie visée et minable. Je pourrais faire mieux. Et ça me donne envie de faire mieux. Mon esprit tourne à plein régime. La culpabilité m'étouffe, en ce sens...
    Lire la suite
    En lire moins
  • LesLusdeSo 10/10/2023
    Lorsque j'ai débuté cette lecture, je ne m'attendais pas du tout à ça, à cette structure. C'est court, concis, comme s'il n'y avait pas de temps à perdre... Comme s'il y avait une urgence à cracher tous ces mots. Je ne sais quelle force a agit sur moi mais j'ai été complètement envoûtée. Enchaînant les pages sans pouvoir, ni même vouloir, m'arrêter. En effet, le style est unique. Inédit. Et ne ressemble en rien à ce que j'ai l'habitude de lire. Autant vous dire que c'est carrément inclassable. C'est bourré de figures de style. Métaphores, personnification, etc. Et tout cet ensemble donne un résultat vraiment singulier. Oscar Lalo nous parle de la Terre comme de sa femme. Il crie sa détresse de lui avoir fait si mal, dégueule sa violence en espérant, peut-être, se repentir. C'est parfois cru, ça bouscule. Dans tous les cas, c'est impossible de rester insensible.
  • Sagweste 28/09/2023
    L'Homme, l'homme, les hommes, le mari, ils sont tous et un seul. Et ils ont malmené, malmènent et malmèneront encore et encore notre Mère la Terre. L'auteur personnifie les hommes et la Terre, il engage un dialogue entre Lui, l'homme, et Elle, la femme, la mère, la Terre. Alors au début il faut bien rentrer dans son jeu car on pourrait se perdre facilement, mais globalement j'ai trouvé cela magnifique. Comparer l'Homme et la Terre comme un père et une mère. Le mal que le premier fait à sa femme. Il expose les malveillances voulues et non voulues, celles qui vont nous créer un avenir des plus glauques, et d'autres dont les conséquences n'ont pas été quantifiées. Oscar Lalo dresse un procès entre l'Homme, celui qui cause du tort et des violences conjugales à sa femme, mère de ses enfants, tout en essayant de se dédouaner de tout. Il se plait dans une position victimaire. Un exercice de style bien particulier, complétement différent du roman précédent avec lequel j'avais découvert l'auteur "Le Salon" en 2022. Pour autant, on retrouve sa "patte". Je suis sortie de ma zone de confort mais au fil de ma lecture je me disais bien souvent: "mais il a raison!". Très belle étude romancée! Enjoy!L'Homme, l'homme, les hommes, le mari, ils sont tous et un seul. Et ils ont malmené, malmènent et malmèneront encore et encore notre Mère la Terre. L'auteur personnifie les hommes et la Terre, il engage un dialogue entre Lui, l'homme, et Elle, la femme, la mère, la Terre. Alors au début il faut bien rentrer dans son jeu car on pourrait se perdre facilement, mais globalement j'ai trouvé cela magnifique. Comparer l'Homme et la Terre comme un père et une mère. Le mal que le premier fait à sa femme. Il expose les malveillances voulues et non voulues, celles qui vont nous créer un avenir des plus glauques, et d'autres dont les conséquences n'ont pas été quantifiées. Oscar Lalo dresse un procès entre l'Homme, celui qui cause du tort et des violences conjugales à sa femme, mère de ses enfants, tout en essayant de se dédouaner de tout. Il se plait dans une position victimaire. Un exercice de style bien particulier, complétement différent du roman précédent avec lequel j'avais découvert l'auteur "Le Salon" en 2022. Pour autant, on retrouve sa "patte". Je suis sortie de ma zone de confort mais au fil de ma lecture je me disais bien souvent:...
    Lire la suite
    En lire moins
  • nathavh 24/09/2023
    Une nouvelle maison d'éditions, Récamier, fait sa première rentrée avec Oscar Lalo, une plume que j'affectionne particulièrement depuis son tout premier roman. C'est un livre fort, un plaidoyer pour la sauvegarde de notre belle terre, qui dénonce les dérives de notre société. C'est une prise de conscience de notre narrateur, un éveil à son ignorance. "Le dernier amant" c'est l'homme qui sous le prétexte d'aimer sa femme, l'a brutalisée des années durant, c'est l'Homme qui sous le prétexte d'aimer sa terre mère, lui a pris ses ressources et a détruit son écosystème. Il prend aujourd'hui conscience du monde qu'il laisse à ses enfants, aux générations à venir qui découvriront un monde que l'on ne connaît pas encore par sa faute. C'est une double lecture qui nous est proposée sur la violence faite aux femmes mais aussi celle faite à notre planète. C'est fort, puissant. L'écriture est ciselée, poétique et nous met face à nos réalités. Un plaidoyer d'un grand réalisme dont le contenu pourrait se rapprocher de l'essai mais est plus que cela de par sa forme. C'est très réussi et captivant. On a tellement de signaux que personne n'écoute, on continue à consommer à outrance, victimes du capitalisme, quand comprendrons-nous qu'il faut pouvoir se remettre en question ? Changer nos habitudes et comportements ? Nos actes, nos actions ont un poids, comme ce que nous mangeons, la vie que l'on mène en virtuel via les réseaux au détriment de l'humain. La liberté n'est-elle pas ailleurs ? que de vouloir toujours accumuler plus de profit, et cultiver la culture de l'ignorance via les réseaux ? Ça claque, ça secoue, ça fait réfléchir et la forme est très belle. Lisez-en quelques extraits, c'est un récit tellement essentiel, un plume qui marque. Ma note : 9.5/10Une nouvelle maison d'éditions, Récamier, fait sa première rentrée avec Oscar Lalo, une plume que j'affectionne particulièrement depuis son tout premier roman. C'est un livre fort, un plaidoyer pour la sauvegarde de notre belle terre, qui dénonce les dérives de notre société. C'est une prise de conscience de notre narrateur, un éveil à son ignorance. "Le dernier amant" c'est l'homme qui sous le prétexte d'aimer sa femme, l'a brutalisée des années durant, c'est l'Homme qui sous le prétexte d'aimer sa terre mère, lui a pris ses ressources et a détruit son écosystème. Il prend aujourd'hui conscience du monde qu'il laisse à ses enfants, aux générations à venir qui découvriront un monde que l'on ne connaît pas encore par sa faute. C'est une double lecture qui nous est proposée sur la violence faite aux femmes mais aussi celle faite à notre planète. C'est fort, puissant. L'écriture est ciselée, poétique et nous met face à nos réalités. Un plaidoyer d'un grand réalisme dont le contenu pourrait se rapprocher de l'essai mais est plus que cela de par sa forme. C'est très réussi et captivant. On a tellement de signaux que personne n'écoute, on continue à consommer à outrance, victimes du...
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

La newsletter des éditions Récamier
Inscrivez-vous et recevez chaque mois l'actualité des éditions Récamier

Lisez maintenant, tout de suite !