Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259282628
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 720
Format : 140 x 225 mm

Le souffle du mort

Les Batãmmariba (Togo, Bénin)

Collection : Terre humaine
Date de parution : 20/02/2020
Un témoignage unique sur le patrimoine de l’immatériel. Un livre essentiel sur la pensée spirituelle de l’un des peuples les plus méconnus d’Afrique.
Un livre essentiel sur la pensée spirituelle de l’un des peuples les plus méconnus de l’Afrique noire : les Batãmmariba, au nord du Togo et du Bénin. Peuple fier, aux traditions de guerre et de chasse, il se reconnaît dans l’acte de construire des forteresses disséminées dans des montagnes d’une... Un livre essentiel sur la pensée spirituelle de l’un des peuples les plus méconnus de l’Afrique noire : les Batãmmariba, au nord du Togo et du Bénin. Peuple fier, aux traditions de guerre et de chasse, il se reconnaît dans l’acte de construire des forteresses disséminées dans des montagnes d’une saisissante beauté. La nuit appartient aux forces de la terre qui s’incarnent dans certains arbres, pierres, sources… avec lesquelles se lient les défunts. Au cours d’un rite de deuil, chacun se met à l’écoute du silence de la nuit, comme le Voyant aux sens en éveil. La mort est conjurée, détournée, afin que le souffle du défunt acquière la force de former un nouvel enfant. C’est à de tels instants que les Batãmmariba puisent leur vitalité.
Au cours de huit missions en solitaire au Togo, Dominique Sewane a partagé leur existence quotidienne dans des conditions extrêmes. Elle a eu le privilège d’assister à leurs cérémonies les plus secrètes et d’approcher les «maîtres du savoir». Le lecteur participe à ses doutes, ses appréhensions, mais aussi à la révélation qu’est pour un Occidental une réflexion d’une rare profondeur sur le mystère de la mort, donnant raison à cette pensée du grand philosophe russe Léon Chestov : «Tout ce qui a été créé de meilleur et de plus fort, de plus important et de plus profond dans tous les domaines de la création, prend sa source dans la méditation sur la mort et dans la frayeur qu’elle inspire.»
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259282628
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 720
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • miriam Posté le 7 Avril 2012
    j’ai lu le mot « Batammariba », vu les silhouettes au sommet de la Tata….Le livre n’est pas resté longtemps en attente sur ma table de nuit. Il m’a accompagnée pendant plusieurs semaines.Je me suis trouvée fascinée. Il a hanté mes pensées. La première fois que j‘ai entendu parlé de Bétammaribé, c’était à la sortie du parc de la Pendjari. et il nous avait quittés à la Cascade de Tanougou. ILnous avait montré les campements démontables des Peuls et leurs troupeaux. J’avais senti une nuance de mépris de ce sédentaire pour les nomades. « Je suis Bétammaribé » avait il affirmé. C’est ensuite, en lisant Hampâté Bâ que j’avais découvert l’immense fierté et la noblesse des Peuls. Quelques jours plus tard, nous avions visité le pays Somba de Natitingou à Boukoumbé. Curieuse expérience que cette expédition à la recherche des Tatas Sombas, ces magnifiques forteresses de terre dans l’Atakora. Pourquoi étions nous si mal perçues ? C’est seulement après l’intercession de Maurice que nous avions été invitées dans une tata et chaleureusement accueillies. L’ »auberge » de Maurice nous avait aussi beaucoup plu. Comprendre ce qui s’était passé ce soir là… comprendre pourquoi nous étions si étrangères… Ce... j’ai lu le mot « Batammariba », vu les silhouettes au sommet de la Tata….Le livre n’est pas resté longtemps en attente sur ma table de nuit. Il m’a accompagnée pendant plusieurs semaines.Je me suis trouvée fascinée. Il a hanté mes pensées. La première fois que j‘ai entendu parlé de Bétammaribé, c’était à la sortie du parc de la Pendjari. et il nous avait quittés à la Cascade de Tanougou. ILnous avait montré les campements démontables des Peuls et leurs troupeaux. J’avais senti une nuance de mépris de ce sédentaire pour les nomades. « Je suis Bétammaribé » avait il affirmé. C’est ensuite, en lisant Hampâté Bâ que j’avais découvert l’immense fierté et la noblesse des Peuls. Quelques jours plus tard, nous avions visité le pays Somba de Natitingou à Boukoumbé. Curieuse expérience que cette expédition à la recherche des Tatas Sombas, ces magnifiques forteresses de terre dans l’Atakora. Pourquoi étions nous si mal perçues ? C’est seulement après l’intercession de Maurice que nous avions été invitées dans une tata et chaleureusement accueillies. L’ »auberge » de Maurice nous avait aussi beaucoup plu. Comprendre ce qui s’était passé ce soir là… comprendre pourquoi nous étions si étrangères… Ce livre devait donner l’explication. Dès l’introduction, j’ai été attirée on seulement par le sujet mais aussi par l’auteur. . J’ai beaucoup aimé la façon dont elle se met en scène dans son étude. L’observateur n’est jamais neutre dans une telle enquête. Cela m’a plu que ce soit le regard d’une femme. J’ai aussi apprécié son ambition de faire paraître ses travaux dans cette Collection Terre Humaine en compagnie en Jacques Lacarrière et de Mahmout Makal. Ambition d’être un écrivain avant tout plutôt qu’une universitaire . Et de ce fait, la lecture est très agréable. Je n’imaginais pas la complexité de la religion animiste des Batammariba. Chez ces hommes restés longtemps nus et considérés comme « primitifs » le respect du savoir non écrit des Anciens est fondamental. Importance du nom, nom prononcé ou interdit, complexité des généalogies et des réincarnations. Extrême sophistication des cérémonies et en même temps tolérance inimaginable. Poésie. Alors que toute mystique me rebute habituellement j’ai lu jusqu’au bout cette analyse très fine de leur religion.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…