Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221145630
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 122 x 182 mm

Le Troisième Homme

suivi de Première désillusion

,

Graham GREENE (Auteur, Préface), Marcelle SIBON (Traducteur), Graham GREENE (Auteur, Préface)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 23/01/2020
« L’affaire [l’écriture du roman], comme beaucoup d’histoires d’amour, commença à la table d’un dîner et se poursuivit, nombre de migraines aidant, en beaucoup de lieux : Vienne, Venise, Ravello, Londres, Santa Monica. » Graham Greene.

En 1949, Harry Lime disparaît mystérieusement à Vienne, triste décor de ruines enneigées encore marqué par la Seconde Guerre mondiale. Un ancien ami, Rollo Martins, décide d’enquêter et découvre qu’Harry était en réalité un trafiquant de drogues sans foi ni loi. Le récit est ponctué par la recherche d’un «...

En 1949, Harry Lime disparaît mystérieusement à Vienne, triste décor de ruines enneigées encore marqué par la Seconde Guerre mondiale. Un ancien ami, Rollo Martins, décide d’enquêter et découvre qu’Harry était en réalité un trafiquant de drogues sans foi ni loi. Le récit est ponctué par la recherche d’un « troisième homme », une ombre que l’on a du mal à percevoir.
Le Troisième Homme, qui compte parmi les plus célèbres romans policiers de Graham Greene, a été écrit comme un préambule au scénario du film de Carol Reed, tout comme Première désillusion, qui lui fait suite dans ce volume.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221145630
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 122 x 182 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Zernette Posté le 28 Août 2021
    Dans le Vienne de l'après guerre Johnny Martin doit y retrouver son ami d'enfance Harry Lime. A peine arrivé, il apprend la mort de celui ci. Est elle vraiment accidentelle? Ne croyant pas à l'accident, il mène sa propre enquête. C'est une rude tâche pour lui car dans ce Vienne morcelée entre les zones d'occupations, il ne sait en qui avoir confiance. Il aurait dû se douter que son enquête aurait des conséquences fâcheuses. Pour savoir lesquelles, il n'y a qu'une seule chose que vous puissiez faire, celle de vous installer pour lire ce livre exceptionnel du Grand Graham Greene
  • DomPuget Posté le 8 Mars 2021
    Ayant revu en DVD le film culte tiré de ce roman...J'ai été tenté de le lite ! le Troisième Homme est un roman noir dont on ne saisit pas tout de suite les faux-semblants et les manipulations. Il faut accepter de se laisser prendre par l'ambiance de cette Vienne d'après-guerre, dévastée et fantômatique, objet de tant de convoitises de la part des Occidentaux et des Russes, pour savourer pleinement cette courte nouvelle. le génie de Greene est de créer une atmosphère étouffante et mystérieuse de manière si concise... Pour ceux qui ont adoré comme moi, il faut absolument marcher sur les pas de Rollo Martins et de Harry Lime en haut de la grande roue du Prater ! ( dès que l'épidémie et le confinement le permettront )
  • PierrotDace Posté le 8 Août 2020
    Deux nouvelles "policières" qui peuvent se lire très rapidement mais qui ne m'ont pas laissé de "grande" impression. Dans "Le troisième homme" on suit une double enquête. La première, celle de Rollo Martins qui soupçonne un assassinat derrière la mort de son ami Harry Lime qui venait de l'inviter à Vienne. La seconde celle du colonel Calloway soupçonnant Martins d'être lié à Lime dans un réseau de trafiquants. Le tout se déroule dans le Vienne d'après guerre divisé en zones occupés par les différents vainqueurs de la guerre (comme à Berlin). Mais si le style est efficace, aucun suspens, aucune tension ne transparaissent dans la nouvelle. Pour reprendre le début de la préface, ce texte "ne fut non pas du tout écrit pour être lu, mais pour être vu". En effet on imagine aisément l'adaptation réalisée par Carol Reed, ou l'un de ces bons films policiers en noir et blanc des années 40, style "L'assassin habite au 21" de Clouzot. Malheureusement hormis ce rapprochement avec le cinéma, la lecture m'a presque ennuyé. Dans "La Première Désillusion" , seconde nouvelle, très brève, la sensation de noirceur qui ressort... Deux nouvelles "policières" qui peuvent se lire très rapidement mais qui ne m'ont pas laissé de "grande" impression. Dans "Le troisième homme" on suit une double enquête. La première, celle de Rollo Martins qui soupçonne un assassinat derrière la mort de son ami Harry Lime qui venait de l'inviter à Vienne. La seconde celle du colonel Calloway soupçonnant Martins d'être lié à Lime dans un réseau de trafiquants. Le tout se déroule dans le Vienne d'après guerre divisé en zones occupés par les différents vainqueurs de la guerre (comme à Berlin). Mais si le style est efficace, aucun suspens, aucune tension ne transparaissent dans la nouvelle. Pour reprendre le début de la préface, ce texte "ne fut non pas du tout écrit pour être lu, mais pour être vu". En effet on imagine aisément l'adaptation réalisée par Carol Reed, ou l'un de ces bons films policiers en noir et blanc des années 40, style "L'assassin habite au 21" de Clouzot. Malheureusement hormis ce rapprochement avec le cinéma, la lecture m'a presque ennuyé. Dans "La Première Désillusion" , seconde nouvelle, très brève, la sensation de noirceur qui ressort de l'ambiance chez Phillipe gardé par sa gouvernante et son époux est plus intéressante. Mais pas non plus au point de ressentir l'effroi de l'enfant devant le "conflit" des deux adultes... Content cependant d'avoir enfin découvert Graham Greene et curieux de lire un autre récit peut-être plus consistant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • PrinceEndymion Posté le 11 Juillet 2020
    À l'origine, Le Troisième homme est un texte rédigé par Graham Greene auquel on avait demandé de créer une histoire se déroulant dans une ville des pays occupés par les armées des puissances victorieuses, après la Seconde Guerre moniale. L'auteur choisit Vienne pour les besoins de son intrigue. Nous sommes au début de la Guerre Froide. La capitale de l'Autriche est occupée par les Russes, les Anglais et les Français. Le major Calloway, le narrateur, est chargé d'enquêter sur la mort du dénommé Harry Lime. Le britannique s'aventure dans une capitale déchirée par le conflit idéologique qui sépare les deux blocs dominants. Pour mener ses investigations, Calloway interroge Rollo Martins, romancier américain spécialisé dans les récits de Western, venu à Vienne pour revoir Harry Lime dont il était un ami de longue date. Voici un roman à la hauteur du génie d'Orson Welles à qui nous devons des monuments immarcescibles de l'âge d'or hollywoodien (La Dame de Shanghai, La splendeur des Amberson, Touch of evil et bien entendu, Citizen Kane). C'est un véritable labyrinthe qui s'offre au lecteur, avec des thèmes qui ne sont pas sans rappeler les écrits d'Albert Camus. Le roman aborde la thématique de la dénonciation :... À l'origine, Le Troisième homme est un texte rédigé par Graham Greene auquel on avait demandé de créer une histoire se déroulant dans une ville des pays occupés par les armées des puissances victorieuses, après la Seconde Guerre moniale. L'auteur choisit Vienne pour les besoins de son intrigue. Nous sommes au début de la Guerre Froide. La capitale de l'Autriche est occupée par les Russes, les Anglais et les Français. Le major Calloway, le narrateur, est chargé d'enquêter sur la mort du dénommé Harry Lime. Le britannique s'aventure dans une capitale déchirée par le conflit idéologique qui sépare les deux blocs dominants. Pour mener ses investigations, Calloway interroge Rollo Martins, romancier américain spécialisé dans les récits de Western, venu à Vienne pour revoir Harry Lime dont il était un ami de longue date. Voici un roman à la hauteur du génie d'Orson Welles à qui nous devons des monuments immarcescibles de l'âge d'or hollywoodien (La Dame de Shanghai, La splendeur des Amberson, Touch of evil et bien entendu, Citizen Kane). C'est un véritable labyrinthe qui s'offre au lecteur, avec des thèmes qui ne sont pas sans rappeler les écrits d'Albert Camus. Le roman aborde la thématique de la dénonciation : doit-on dénoncer un criminel lorsque ce dernier est votre ami ? Non, selon Anna. Oui, d'après Calloway qui informe Rollo Martins que des innocents meurent à cause du trafic que menait son ami. Ce cas de conscience dissimule en réalité une minutieuse analyse politique des rapports au temps de la Guerre Froide : Anna est une réfugiée politique, Rollo Martins est l'Américain qui ne comprend rien aux affaires européennes et préfère s'enivrer par l'alcool pour tout oublier, comme pour se tirer d'un mauvais rêve, tandis que Calloway est l'homme dévoué à son travail ainsi qu'à la cause pour laquelle il se bat. Dans l'édition parue aux éditions Robert Laffont, la nouvelle intitulée Première désillusion, également rédigée par Graham Greene, était incluse, puisqu'elle succédait au Troisième homme. Dans ce court récit, nous assistons à la prise de conscience de l'existence du Bien et du Mal d'un enfant qui découvre ce que sont les impostures, la tentation. Ce récit a d'ailleurs inspiré l'adaptation cinématographique The fallen Idol (L'idole déchue si nous traduisons littéralement le titre), réalisée par Carol Reed, et sortie en 1948. Philippe, le fils d'un ambassadeur, est confié aux bons soins de Baines avec lequel il développe une complicité, à tel point que le garçonnet fait de lui son héros. Toutefois, Mrs Baines, l'épouse du protecteur de Philippe, est une femme au caractère instable. Tantôt c'est une ménagère tout sucre tout miel, tantôt elle se mue en une impitoyable furie. La perspective du garçonnet oriente le récit et restitue habilement l'exaltation de sentiments comme l'épouvante, la colère, et surtout, le désenchantement, puisque Philippe découvre que Baines n'était pas le héros vertueux qu'il avait imaginé. Si l'intrigue repose essentiellement sur les tensions psychologiques, nous discernons des éléments qui rappellent les romans policiers de Greene. Cette nouvelle offre également une fine analyse des névroses qui se développent dans des lieux exigus, propices à des climats de tensions nerveuses.
    Lire la suite
    En lire moins
  • stcyr04 Posté le 28 Décembre 2019
    Lorsque je pars en voyage, toujours j'emporte un livre avec moi. On obvie ainsi aux petits désagréments obligés : attente à l'aéroport, trajet en train. le livre se doit d'être assez léger, on ne lira qu'à petites gorgées, de peur de galvauder une lecture plus roborative. Donc, ayant choisi comme destination Vienne, je me munissais du Troisième homme, en toute innocence, et quelle fût mon étonnement en découvrant que cette oeuvre avait pour cadre Vienne. La lecture vous offre parfois de ces surprises, de ces cocasseries inattendues, de ces passerelles entre la réalité et l'imaginaire, de ces intertextualités surprenantes. Cela dit, assez de moi. Nous sommes donc dans la capitale autrichienne, au lendemain de la dernière guerre mondiale, la ville est en partie détruite, fantomatique sous son manteau de neige. La ville est occupés par les alliés; américains, anglais, russes, et français ont chacun une partie de la ville sous leur responsabilité, et l'hypercentre, l'innerstadt, se voit chaque mois, sous la juridiction tournante, d'une des armées d'occupation. Les jeeps qui patrouillent sont occupées par un représentant de chaque armée. Plus le temps avance, moins les russes sont coopératifs. C'est donc dans ce cadre que nous est habillement raconté par un... Lorsque je pars en voyage, toujours j'emporte un livre avec moi. On obvie ainsi aux petits désagréments obligés : attente à l'aéroport, trajet en train. le livre se doit d'être assez léger, on ne lira qu'à petites gorgées, de peur de galvauder une lecture plus roborative. Donc, ayant choisi comme destination Vienne, je me munissais du Troisième homme, en toute innocence, et quelle fût mon étonnement en découvrant que cette oeuvre avait pour cadre Vienne. La lecture vous offre parfois de ces surprises, de ces cocasseries inattendues, de ces passerelles entre la réalité et l'imaginaire, de ces intertextualités surprenantes. Cela dit, assez de moi. Nous sommes donc dans la capitale autrichienne, au lendemain de la dernière guerre mondiale, la ville est en partie détruite, fantomatique sous son manteau de neige. La ville est occupés par les alliés; américains, anglais, russes, et français ont chacun une partie de la ville sous leur responsabilité, et l'hypercentre, l'innerstadt, se voit chaque mois, sous la juridiction tournante, d'une des armées d'occupation. Les jeeps qui patrouillent sont occupées par un représentant de chaque armée. Plus le temps avance, moins les russes sont coopératifs. C'est donc dans ce cadre que nous est habillement raconté par un certain Calloway, une sordide et mystérieuse histoire de marché noir de pénicilline, produit qui se fait rare en ces temps de rationnement. Assez curieusement cette longue nouvelle n'aurait pas dû voir le jour, il était d'abord et principalement question de faire un film, qui fut bel et bien réalisé. C'est donc une manière de script étoffé. La suspens est là, l'ambiance pesante de Vienne bien rendue. Suit une courte nouvelle intitulée fort à propos Première désillusion. Alors que ses parents sont partit en voyage, un jeune garçon de bonne famille reste seul dans une grande maison, avec pour seule compagnie un couple de domestiques. La femme est tantôt impérieuse, tantôt désagréablement servile. le mari qui éprouve une certaine sympathie pour l'enfant, se la coule douce. L'enfant va être confronté au dur univers des adultes, remplis de secrets inavouables, de mesquines cruautés et de soudaines violences. Il en restera marqué toute sa vie, et vivra en reclus pour s'épargner la vue de ses congénères. En résumé ce cours volume de cent cinquante page à bien rempli son office, distraire agréablement son lecteur des contingences désagréables dont le voyageur doit prendre son partit. Un bon Green qui n'engage à rien.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.