Lisez! icon: Search engine
Nouveauté
La librairie ambulante, Christopher Morley: un livre classique américain enfin traduit en français
Oscar Lalo (traduit par)
Date de parution : 08/02/2024
Éditeurs :
Éditions Récamier
Nouveauté

La librairie ambulante, Christopher Morley: un livre classique américain enfin traduit en français

Oscar Lalo (traduit par)
Date de parution : 08/02/2024
La Librairie ambulante est un délicieux roman d’aventures, un voyage incroyable.
Roger Mifflin, vendeur charismatique, sage et farceur, traverse la Nouvelle-Angleterre à bord de sa célèbre librairie ambulante, chariot de fortune renfermant un immense trésor : des livres de toutes sortes,... Roger Mifflin, vendeur charismatique, sage et farceur, traverse la Nouvelle-Angleterre à bord de sa célèbre librairie ambulante, chariot de fortune renfermant un immense trésor : des livres de toutes sortes, allant de Shakespeare au livre de cuisine. Avec sa philosophie singulière et ses yeux brillants, le petit homme à la... Roger Mifflin, vendeur charismatique, sage et farceur, traverse la Nouvelle-Angleterre à bord de sa célèbre librairie ambulante, chariot de fortune renfermant un immense trésor : des livres de toutes sortes, allant de Shakespeare au livre de cuisine. Avec sa philosophie singulière et ses yeux brillants, le petit homme à la barbe rousse parvient à transmettre le coeur et l’âme du monde du livre sans limite d’âge ni de culture.

Un jour pourtant, il décide de vendre sa librairie ambulante à une certaine Helen McGill qui, du haut de ses trente-neuf ans, est plus que lasse de s’occuper de son frère Andrew et de leur ferme, particulièrement depuis qu’Andrew est devenu écrivain à succès. Lorsque Roger apparaît avec sa librairie ambulante, il ne faut pas longtemps à Helen pour en faire l’acquisition et préparer son bagage. Après tout, ne mérite-t-elle pas enfin de vivre sa propre aventure ?

La Librairie ambulante est un hymne à la littérature et à ses pouvoirs, à la liberté et à l’émancipation. 

Christopher Morley est un écrivain américain (1890-1957). Auteur de plus d’une centaine de romans, d’essais et de poèmes, il est principalement connu aujourd’hui pour ses deux premiers romans, La Librairie ambulante (Parnassus on Wheels, 1917) et La Librairie hantée (The Haunted Bookshop, 1919), qui sont des classiques de la littérature anglo-saxonne.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782385770389
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
EAN : 9782385770389
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Cassiopee42 10/02/2024
    Ce petit livre est paru en 1917. À part la lettre introductive écrite par l’auteur, il est rédigé à la première personne et c’est une femme qui s’exprime. Elle s’appelle Helen, économise pour essayer de s’acheter une voiture. Elle vend les œufs de ses poules, ses confitures et elle s’occupe du quotidien de son frère et d’elle-même dans la ferme qu’ils habitent en Nouvelle-Angleterre. Elle a trente-neuf ans et une vie assez morne : cuisine, ménage, couture, rangements …. Son frangin, Andrew, ancien homme d’affaires, a maintenant réussi et a un peu prix la grosse tête. Il se montre un tantinet méprisant avec elle. Un jour, une espèce de roulotte s’arrête devant leur demeure. Elle est seule et discute avec l’homme qui la conduit. Le véhicule est aménagé en « librairie ambulante ». Le propriétaire sillonne les routes avec son cheval, son chien et ses livres qu’il vend au gré de ses rencontres. Il voudrait se poser pour écrire, raconter les anecdotes qu’il a vécues. Il a pour projet de faire affaire avec Andrew en espérant qu’il fasse l’acquisition du convoi. Helen, elle, a une envie de rébellion, elle a ras le bol de servir de bonne. Un coup de folie, une envie de fantaisie ? Voilà que la transaction est signée. L’un vend, l’autre achète et les deux filent sur la route. Lui pour lui faire découvrir le métier, l’autre pour l’apprendre. Une lettre est déposée sur la table pour qu’Andrew soit informé. Le lecteur va suivre les premiers pas de la future libraire mais rien ne sera vraiment facile pour elle. Ce roman est un petit bijou au charme suranné (déjà la couverture donnait le ton), à l’atmosphère exquise. Un récit avec de l’humour, de la sagesse, une pépite littéraire bien traduite (merci à Oscar Lalo) au phrasé pas si désuet qu’on pourrait le penser vu la première date de parution. J’ai trouvé l’écriture très poétique et très évocatrice. Quand Helen parle du vendeur, c’est délicieux à lire. « Déconcertée, j’observais ce petit coquin un tantinet ratatiné. Je découvrais une nouvelle facette de cet aimable idéaliste. Il y avait en lui, à côté de son doux amour des livres, un grain de diablerie intrépide. » C’est une femme attachante qui va se découvrir en cheminant. On la voit évoluer, prendre de l’assurance, s’émanciper. Et à cette époque, ce genre de comportement, c’est une vraie révolution ! On verra comment certains s’y prennent pour entraver ses velléités d’indépendance. Le texte est parsemé de références littéraires, elles sont très bien introduites. Les arguments pour conseiller les futurs acheteurs sont fins, drôles, raffinés. « Un homme qui a quelques bons livres chez lui rend sa femme heureuse, donne à ses enfants un bon départ dans la vie et est susceptible d’être lui-même un meilleur citoyen. » Cette lecture a été une parenthèse enchantée, une bulle de délicatesse. Les scènes et les relations entre les uns et les autres sont décrites avec une plume teintée de pureté. Je ne sais pas vraiment comment définir ce ressenti. C’est une histoire simple mais très belle, qui n’a pas besoin finalement d’être « décortiquée »,analysée, il faut la lire tout simplement et se laisser porter par l’émotion qu’elle procure….. Ce petit livre est paru en 1917. À part la lettre introductive écrite par l’auteur, il est rédigé à la première personne et c’est une femme qui s’exprime. Elle s’appelle Helen, économise pour essayer de s’acheter une voiture. Elle vend les œufs de ses poules, ses confitures et elle s’occupe du quotidien de son frère et d’elle-même dans la ferme qu’ils habitent en Nouvelle-Angleterre. Elle a trente-neuf ans et une vie assez morne : cuisine, ménage, couture, rangements …. Son frangin, Andrew, ancien homme d’affaires, a maintenant réussi et a un peu prix la grosse tête. Il se montre un tantinet méprisant avec elle. Un jour, une espèce de roulotte s’arrête devant leur demeure. Elle est seule et discute avec l’homme qui la conduit. Le véhicule est aménagé en « librairie ambulante ». Le propriétaire sillonne les routes avec son cheval, son chien et ses livres qu’il vend au gré de ses rencontres. Il voudrait se poser pour écrire, raconter les anecdotes qu’il a vécues. Il a pour projet de faire affaire avec Andrew en espérant qu’il fasse l’acquisition du convoi. Helen, elle, a une envie de rébellion, elle a ras le bol de servir de bonne. Un coup de folie,...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Waterlyly 09/02/2024
    Helen vit des jours paisibles à la ferme, en compagnie de son frère Andrew, devenu un grand écrivain. Pourtant, elle se sent à l’étroit. Lorsque Roger Mifflin arrive à la ferme avec l’intention de vendre sa librairie ambulante à Andrew, pour Helen, c’en est trop. En effet, elle est convaincue d’être délaissée et que cette sensation ne fera que s’accroître si son frère accède à acheter cette librairie. Elle va donc décider de l’acquérir elle-même, et partira sur les routes en compagnie de Roger, afin de s’accoutumer à ce nouveau quotidien. En voilà un roman au charme suranné, et que j’ai dévoré tant les aventures d’Helen et de Roger m’ont subjuguée. J’ai beaucoup aimé ce portrait féminin qui va s’épanouir peu à peu, au fil de ses rencontres et de ses déambulations afin de vendre des livres à la population. Les personnages sont très bien esquissés, et les aventures s’enchaînent tout au fil des pages. Les références littéraires sont bien évidemment nombreuses, puisque la littérature est le fil rouge de l’histoire. Il s’agit d’une lecture idéale pour tous les amoureux de la littérature. Au travers du parcours d’Helen, le lecteur pourra suivre sa réelle évolution et son épanouissement au travers de la vente des livres, mais également au travers des dialogues enrichissants qu’elle aura l’occasion de tenir avec Roger. La plume de l’auteur est tout en douceur. Le traducteur, Oscar Lalo, a su restituer à ce texte toute la sensibilité et l’humour dont il est teinté. J’ai beaucoup apprécié cette traduction, ainsi que les petites notes explicatives qui permettent au lecteur d’en apprendre énormément. Un roman tendre et délicat, dans lequel la littérature sera le fil rouge d’une grande aventure qui débutera pour la protagoniste. Une réussite à découvrir.Helen vit des jours paisibles à la ferme, en compagnie de son frère Andrew, devenu un grand écrivain. Pourtant, elle se sent à l’étroit. Lorsque Roger Mifflin arrive à la ferme avec l’intention de vendre sa librairie ambulante à Andrew, pour Helen, c’en est trop. En effet, elle est convaincue d’être délaissée et que cette sensation ne fera que s’accroître si son frère accède à acheter cette librairie. Elle va donc décider de l’acquérir elle-même, et partira sur les routes en compagnie de Roger, afin de s’accoutumer à ce nouveau quotidien. En voilà un roman au charme suranné, et que j’ai dévoré tant les aventures d’Helen et de Roger m’ont subjuguée. J’ai beaucoup aimé ce portrait féminin qui va s’épanouir peu à peu, au fil de ses rencontres et de ses déambulations afin de vendre des livres à la population. Les personnages sont très bien esquissés, et les aventures s’enchaînent tout au fil des pages. Les références littéraires sont bien évidemment nombreuses, puisque la littérature est le fil rouge de l’histoire. Il s’agit d’une lecture idéale pour tous les amoureux de la littérature. Au travers du parcours d’Helen, le lecteur pourra suivre sa réelle évolution et son épanouissement au travers de la vente...
    Lire la suite
    En lire moins
  • LaVieenLivresdeFrancoise 09/02/2024
    "Dignes amis, ma calèche contient De nombreux livres nouveaux et anciens Les livres, ces meilleurs amis de l'homme..." Voilà une histoire au charme enchanteur qui m'a transportée, le temps d'une lecture, dans un autre monde. Un moment hors du temps, le long des chemins. Un instant hors du monde, lors d'un périple romanesque Aux accents de conte féérique Une histoire qui donne envie de sourire à la vie! Quel rêve que de parcourir les routes Faire mille et une rencontres Parler de l'amour des livres Transmettre sa passion! Roger Mifflin et sa librairie ambulante Helen McGill et sa ferme à gérer Considérée comme "une machine à pains et gâteaux" par son frère Une rencontre improbable, telle une douce allégorie L'envie d'écrire son roman pour l'un Le désir de s'émanciper pour l'une En route pour un voyage incroyable! J'ai dévoré cette histoire le sourire aux lèvres Une ode aux livres, aux libraires et au pouvoir de la littérature Une ode à la liberté, à l'indépendance d'une femme qui prend son destin en main et décide de vivre sa propre aventure! "Un bon livre, on doit y entendre un coeur qui bat". Mon coeur a battu pour ces deux aventuriers ébouriffants Leur humour, leur extravagance Leur amour d'autrui, leurs expressions amusantes Leurs aventures rocambolesques Leurs conversations livresques passionnantes "Lorsque vous vendez un livre à quelqu'un, vous ne lui vendez pas seulement une livre de papier, d'encre et de colle - vous lui vendez une nouvelle vie. L'amour, l'amitié, l'humour et une croisière en mer la nuit - il y a tout , de la terre aux cieux, dans un livre!" Voilà ce que Roger dixit Le Professeur et Helen m'ont vendu! Et oui, il y a tout dans ce livre là! Et dire qu'il a été écrit en 1917! Je l'ai adoré! Un sourire aux lèvres, je le referme Et je m'en vais par les chemins Avec une roulotte, un chien et un cheval pour compagnons Tout en douceur..."Dignes amis, ma calèche contient De nombreux livres nouveaux et anciens Les livres, ces meilleurs amis de l'homme..." Voilà une histoire au charme enchanteur qui m'a transportée, le temps d'une lecture, dans un autre monde. Un moment hors du temps, le long des chemins. Un instant hors du monde, lors d'un périple romanesque Aux accents de conte féérique Une histoire qui donne envie de sourire à la vie! Quel rêve que de parcourir les routes Faire mille et une rencontres Parler de l'amour des livres Transmettre sa passion! Roger Mifflin et sa librairie ambulante Helen McGill et sa ferme à gérer Considérée comme "une machine à pains et gâteaux" par son frère Une rencontre improbable, telle une douce allégorie L'envie d'écrire son roman pour l'un Le désir de s'émanciper pour l'une En route pour un voyage incroyable! J'ai dévoré cette histoire le sourire aux lèvres Une ode aux livres, aux libraires et au pouvoir de la littérature Une ode à la liberté, à l'indépendance d'une femme qui prend son destin en main et décide de vivre sa propre aventure! "Un bon livre, on doit y entendre un coeur qui bat". Mon coeur a battu pour ces deux aventuriers ébouriffants Leur humour, leur extravagance Leur amour d'autrui, leurs expressions amusantes Leurs aventures rocambolesques Leurs conversations livresques passionnantes "Lorsque vous vendez un livre à quelqu'un,...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Pixie-Girl 07/02/2024
    Tout d'abord, merci à Babelio de m'avoir permis de découvrir ce livre tout bonnement génial. Nous suivons l'histoire de Melle Helen McGill qui au détour d'une rencontre, décide de prendre son indépendance en achetant une librairie ambulante. Rien de particulier me direz vous, sauf que l'histoire d'Helen McGill se déroule dans les années 1900, une époque où une femme était dépendante de son père, son frère ou son mari.... Et c'est là tout le cœur de l'histoire. Helen a un frère Andrew qui vit sa vie comme il l'entend. D'abord fermier, il se met à écrire et devient auteur a succès parcourant les états unis au gré des demandes laissant Helen a sa vie de femme célibataire, la ferme et la bonne tenue du logie jusqu'au jour où elle croise Mr Mifflin et sa librairie ambulante. L'histoire avant-gardiste d'une femme du siècle dernier qui s'emencipe et qui prends enfin son envole dans sa folle course de découverte du monde.
  • AliceFee 30/01/2024
    Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Librairie Ambulante ? "J'avais mis ce livre dans ma wishlist en anglais après ma lecture de The Bookseller's Tale (avec à peu près un million d'autres) alors ce fut une excellente surprise que de le voir sortir en français. Pour ajouter à ma chance, je l'ai reçu lors de la dernière masse critique Babelio." Dites-nous en un peu plus sur son histoire... "Helen McGill a 39 ans et lorsqu'elle voit arriver devant sa ferme une librairie ambulante qu'un petit homme roux souhaite vendre à son frère, elle sait que ce dernier va accepter et partir à l'aventure en lui laissant tout gérer une fois de plus. Alors pour que ça n'arrive pas, elle ne voit qu'une solution, le devancer en l'achetant elle-même..." Mais que s'est-il exactement passé entre vous ? "Le plus étonnant avec ce roman, c'est de savoir qu'il a été écrit en 1917. Le propos est résolument moderne, n'a pas vraiment vieilli, et l'auteur a fait de son héroïne une femme forte, qui sait ce qu'elle veut, et surtout ce qu'elle ne veut plus. Malgré son caractère volontaire, je l'ai trouvé également étonnamment touchante et l'humour est le liant de cette histoire. Quelle agréable balade dans l'Amérique rurale j'aurais faite en sa compagnie, sans oublier la jument Peg et le chien Bock bien sûr. Quant à la place de la littérature dans ce court roman, c'est la cerise sur le gâteau. Un petit mot sur la couverture qui, je le sais, fait son petit effet. Personnellement, je ne l'aime pas tellement, dans un style trop vu, on a déjà fait mieux à mon goût et surtout, je trouve qu'elle ne colle pas trop à l'ambiance du roman, le summum étant le choix d'une calèche plutôt qu'une roulotte. J'ai peur que cela induise certains lecteurs en erreur et qu'ils soient déçus du contenu, ce qui serait franchement dommage." Et comment cela s'est-il fini ? "J'espère sincèrement que les éditions Récamier publieront également les autres romans de Christopher Morley, au quel cas, je serai au rendez-vous."Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Librairie Ambulante ? "J'avais mis ce livre dans ma wishlist en anglais après ma lecture de The Bookseller's Tale (avec à peu près un million d'autres) alors ce fut une excellente surprise que de le voir sortir en français. Pour ajouter à ma chance, je l'ai reçu lors de la dernière masse critique Babelio." Dites-nous en un peu plus sur son histoire... "Helen McGill a 39 ans et lorsqu'elle voit arriver devant sa ferme une librairie ambulante qu'un petit homme roux souhaite vendre à son frère, elle sait que ce dernier va accepter et partir à l'aventure en lui laissant tout gérer une fois de plus. Alors pour que ça n'arrive pas, elle ne voit qu'une solution, le devancer en l'achetant elle-même..." Mais que s'est-il exactement passé entre vous ? "Le plus étonnant avec ce roman, c'est de savoir qu'il a été écrit en 1917. Le propos est résolument moderne, n'a pas vraiment vieilli, et l'auteur a fait de son héroïne une femme forte, qui sait ce qu'elle veut, et surtout ce qu'elle ne veut plus. Malgré son caractère volontaire, je l'ai trouvé également étonnamment touchante...
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Lisez!, la Newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés