RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La Rage

            12-21
            EAN : 9782823847437
            Code sériel : VIRT
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            La Rage

            Kamil BARBARSKI (Traducteur)
            Date de parution : 08/09/2016
            Poussé à bout, même un homme juste est capable du pire…
            Le procureur Teodore Szacki n’est pas au mieux de sa forme depuis qu’il a quitté Varsovie. Il se sent en perpétuel décalage, tant dans sa vie de couple que dans ses relations avec sa fille adolescente. Est-ce pour cela qu’un jour, il ne prend pas l’exacte mesure d’une plainte pour... Le procureur Teodore Szacki n’est pas au mieux de sa forme depuis qu’il a quitté Varsovie. Il se sent en perpétuel décalage, tant dans sa vie de couple que dans ses relations avec sa fille adolescente. Est-ce pour cela qu’un jour, il ne prend pas l’exacte mesure d’une plainte pour violences conjugales ? Avec des conséquences effroyables pour l’épouse battue…
            Ou bien est-il perturbé par une étrange enquête pour meurtre dont il a hérité — portant sur un squelette dont les os appartiendraient à plusieurs victimes… ?
            Teodore Szacki va vite se rendre compte que les deux affaires pourraient être liées. La piste d’un insaisissable redresseur de torts se dessine ; quelqu’un oeuvre dans l’ombre, visiblement déterminé à rendre la justice pour pallier l’incurie des services de police.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782823847437
            Code sériel : VIRT
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            12-21
            9.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • zakfm Posté le 26 Mars 2019
              Je découvre cet auteur polonais avec ce troisième et dernier tome des enquêtes du procureur Téodore Szacki. Très original, ce roman nous surprend jusqu’à la dernière page. Je ne vous en dit pas plus, sauf que je vais m’empresser de lire les deux premiers opus .
            • RLSblog Posté le 23 Mars 2019
              La Rage est l’un de ces romans qui dénoncent, qui prennent parti et donc qui font du bien. A travers une intrigue policière, l’écrivain Miloszewski nous parle des violences domestiques dans sa Pologne natale. On prend rapidement conscience que le sujet lui tient très à coeur et que ce problème gangrène la Pologne de façon inquiétante. Pour ce qui est du suspense, il est bien tenu et on se laisse happer dans cette histoire sordide de cadavre reconstitué. Néanmoins, j’ai quelquefois eu des problèmes de compréhension sur certaines scènes : qui parle ? pourquoi certains personnages font-ils ce qu’ils font ? d’où viennent-ils ? Je ne sais pas si cette lacune est dûe à la traduction ou à l’écriture originale, mais c’était parfois pénible de se dire “je ne comprends rien”. Ces petits épisodes n’étaient cependant pas très nombreux et La Rage est un roman à lire pour le message qu’il fait passer. Plus de chroniques littéraires sur :
            • VALENTYNE Posté le 2 Mars 2019
              J’avais déjà rencontré le procureur Teodore Szacki dans un « Fonds de vérité », un polar pas mal mais sans être exceptionnel . « La rage » est beaucoup plus marquant : Dans une ville polonaise de province, un cadavre (ou plutôt un squelette) est trouvé dans un ancien bunker. Tout le monde pense d’ailleurs que le squelette est un allemand resté là depuis la seconde guerre mondiale. Le squelette est donc envoyé non pas à la morgue mais à l’université dans une section recherche. Que nenni ! Le professeur Frankenstein (quelle riche idée ce nom) informe Szacki que le squelette est en fin de compte le corps d’un homme décédé il y a à peine une semaine ! Szacki va donc mener l’enquête et délaisse donc un peu ses autres tâches, il a également du mal à trouver sa place entre sa compagne et sa fille (la fille de Szacki) celle ci est ado et un peu rebelle … elle digère mal d’avoir abandonné sa vie à Varsovie pour arriver dans une petite ville de province. Au delà de l’histoire bien ficelée et captivante, j’ai été convaincue par les personnages : ils sont à la fois crédibles, fouillés avec des failles mais... J’avais déjà rencontré le procureur Teodore Szacki dans un « Fonds de vérité », un polar pas mal mais sans être exceptionnel . « La rage » est beaucoup plus marquant : Dans une ville polonaise de province, un cadavre (ou plutôt un squelette) est trouvé dans un ancien bunker. Tout le monde pense d’ailleurs que le squelette est un allemand resté là depuis la seconde guerre mondiale. Le squelette est donc envoyé non pas à la morgue mais à l’université dans une section recherche. Que nenni ! Le professeur Frankenstein (quelle riche idée ce nom) informe Szacki que le squelette est en fin de compte le corps d’un homme décédé il y a à peine une semaine ! Szacki va donc mener l’enquête et délaisse donc un peu ses autres tâches, il a également du mal à trouver sa place entre sa compagne et sa fille (la fille de Szacki) celle ci est ado et un peu rebelle … elle digère mal d’avoir abandonné sa vie à Varsovie pour arriver dans une petite ville de province. Au delà de l’histoire bien ficelée et captivante, j’ai été convaincue par les personnages : ils sont à la fois crédibles, fouillés avec des failles mais sans caricature. Il y a Szacki, son adjoint Falk, les suspects qui ont tous un truc à cacher, la jeune Viktoria, la psychiatre… tous convaincants… L’enquête est menée de façon très sérieuse et d’un seul coup au moment où on s’y attend le moins l’auteur réussit à faire rire ou sourire. En toile de fonds : on en apprend beaucoup sur la situation de la Pologne pendant et après la seconde guerre mondiale … Je n’ai qu’un seul reproche à faire à l’auteur et j'en profite pour l’interpeller en public : « Non mais ça va pas de faire « ça » à ton enquêteur fétiche : il est cuit maintenant Szacki ! et comment on va faire pour avoir un tome 4 avec cet enquêteur hors pair, hein ?…. ». fin de l’interpellation. Bon heureusement qu’il me reste le tome 1 à lire (les impliqués)… oui j’ai lu un tome 2 et 3 sans me rendre compte qu’il y avait un tome 1 …
              Lire la suite
              En lire moins
            • clairejeanne Posté le 23 Novembre 2018
              Prix Transfuge du meilleur polar étranger 2016 Dernier opus de la trilogie de Zygmunt Miloszewski, après "Les impliqués" et "Un fond de vérité", "La rage" continue d'explorer la vie de Teodore Szacki en Pologne et ses aventures de procureur rigoureusement honnête mais plutôt raide, courroucé souvent et assez compliqué... Très bien construit, fouillant le psychisme et le coeur de Szacki, un être tout en contradictions, ce troisième récit commence par un meurtre commis par... le procureur lui-même... stupeur du lecteur ! qui aura tout le reste du récit pour comprendre comment il a pu en arriver là. L'histoire commence par la découverte d'un squelette complet sur un lit, dans l'ancien abri antiaérien d'un hôpital ; nous sommes en novembre (2013), une saison particulièrement lugubre en Pologne semble-t'il, avec "des trucs dégueulasses qui tombent du ciel", dans la ville de Olsztyn, en Varmie, au Nord Est du pays, où officie maintenant notre magistrat. Peu intéressé, Szacki transmet ses ordres à la police et rentre chez lui retrouver la "grande mégère boudeuse" (sa compagne) et la "petite mégère boudeuse" (sa fille), qui, à son grand étonnement, semblent s'entendre à merveille quand il n'est pas là... Mais le professeur de médecine légale Ludwik Frankenstein (!) lui apprend de... Prix Transfuge du meilleur polar étranger 2016 Dernier opus de la trilogie de Zygmunt Miloszewski, après "Les impliqués" et "Un fond de vérité", "La rage" continue d'explorer la vie de Teodore Szacki en Pologne et ses aventures de procureur rigoureusement honnête mais plutôt raide, courroucé souvent et assez compliqué... Très bien construit, fouillant le psychisme et le coeur de Szacki, un être tout en contradictions, ce troisième récit commence par un meurtre commis par... le procureur lui-même... stupeur du lecteur ! qui aura tout le reste du récit pour comprendre comment il a pu en arriver là. L'histoire commence par la découverte d'un squelette complet sur un lit, dans l'ancien abri antiaérien d'un hôpital ; nous sommes en novembre (2013), une saison particulièrement lugubre en Pologne semble-t'il, avec "des trucs dégueulasses qui tombent du ciel", dans la ville de Olsztyn, en Varmie, au Nord Est du pays, où officie maintenant notre magistrat. Peu intéressé, Szacki transmet ses ordres à la police et rentre chez lui retrouver la "grande mégère boudeuse" (sa compagne) et la "petite mégère boudeuse" (sa fille), qui, à son grand étonnement, semblent s'entendre à merveille quand il n'est pas là... Mais le professeur de médecine légale Ludwik Frankenstein (!) lui apprend de drôles de choses sur son mort : le squelette est récent, c'est celui d'un homme d'une cinquantaine d'années, qui a subi une opération à la main quinze jours plus tôt... donc il ne date pas de la guerre. Le cadavre a du être brûlé par de la soude et tous les os n'appartiennent pas à la même personne. Szacki est ferré et entre ses soucis de père et le mystérieux mort, il ne prend pas la mesure de la détresse de la femme qui vient porter plainte contre son mari... Il risque de le payer très cher ! Chaque chapitre commence par un petit écrit sur ce qui se passe à ce moment-là en Pologne et dans d'autres pays ; bien qu'il y ait un peu de tout, le thème récurrent concerne les violences faites aux femmes et particulièrement les agressions domestiques. Comme dans ses autres polars, l'auteur ne fait pas que raconter une histoire policière ; il se fait tour à tour philosophe, historien, psy, humoriste, etc. mais reste toujours un écrivain talentueux, intelligent et imaginatif. Et même si son héros est moyennement sympa, on ne peut pas s'empêcher de s'attacher à lui ! Extrait p 19 : " Le procureur Teodore Szacki était persuadé que personne ne méritait la mort. Jamais. Personne, quelles que soient les circonstances, ne devrait priver un autre humain de sa vie, ni en violation de la loi ni selon ses principes. Il en était intimement persuadé depuis toujours, depuis aussi longtemps qu'il s'en souvenait, et maintenant, coincé au croisement des rues Zolnierska et Dworcowa, il sentait pour la première fois sa certitude vaciller."
              Lire la suite
              En lire moins
            • emmanuellevdaa Posté le 28 Février 2018
              Ce roman est un vrai bijou. Le début, calme, posé, à la limite de la longueur dosé juste avant le début de l'ennui, pose le cadre et ce qu'on pense être l'intrigue principale. On partage avec les personnages, on s'imprègne d'un climat mais aussi d'un décor, d'une mentalité. Le rappel à l'intrigue est distillée petit à petit. Et à mi roman tout s'emballe. On pense d'abord avoir raté un morceau car quelque chose nous échappe et très vite on comprend que l'intrigue "principale" du début n'était qu'un tout petit morceau d'un ensemble parfaitement bien pensé et magnifiquement développé. Comme un feu d'artifice le roman devient tout à coup impossible à lâcher. Comme je lis toujours plusieurs livres en même temps j'avoue l'avoir abandonné quelques jours mais lorsqu'on passe au second temps ... on lit le reste d'une traite. La finale est un peu plus classique mais pourra amener chez certains lecteurs des réflexions sur la justice dans tous les sens du terme. C'est vraiment un roman étonnant ! Merci pour ce bon moment !
            12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
            Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !