Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264077202
Code sériel : 5662
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 456
Format : 108 x 177 mm

Et frappe le père à mort

Paul DUNAND (Traducteur)
Date de parution : 17/06/2021
Dans le Londres de 1942, qui vibre au rythme du jazz, un fils brise le destin tracé par son père.
Après une énième dispute avec son père - un universitaire à la vie austère, Jeremy fugue et arpente un Londres ravagé par les bombardements nazis. Seul et fauché, révolté contre un monde qu’il juge étriqué, il survit grâce à sa passion pour la musique. Vissé à son piano dans un... Après une énième dispute avec son père - un universitaire à la vie austère, Jeremy fugue et arpente un Londres ravagé par les bombardements nazis. Seul et fauché, révolté contre un monde qu’il juge étriqué, il survit grâce à sa passion pour la musique. Vissé à son piano dans un bar enfumé, Jeremy réchauffe les nuits glacées des êtres brisés tout en rêvant de devenir un grand pianiste. Un soir, il fait la rencontre de Percy, un jazzman noir américain. Une rencontre qui bouleverse son existence… mais cette existence sera-t-elle comprise par père pétri de certitudes ?
Mené sur un rythme trépidant qui épouse la sensualité du jazz, ce roman interroge les tensions générationnelles avec un regard perçant et serein. Si chaque génération semble toujours perdue aux yeux de la précédente, une trêve est possible quand les pères et les fils reconnaissent qu’ils portent en eux un peu de la souffrance de l’autre.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264077202
Code sériel : 5662
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 456
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Davpunk Posté le 4 Novembre 2020
    John Wain n’a rien à voir avec John Wayne. C’était à dire. Mais cet auteur a sorti plusieurs livres fort, tel que celui-ci dont le titre laisse déjà entrevoir quelque chose de plus réussit que la moyenne… Jeremy est un jeune universitaire grand amateur de Jazz. mais son pére veut surtout e faire un spécialiste du grec. Quand Jeremy découvre le monde du piano-bar, et du Jazz, il commence à défier son pére et finit par s’en aller vivre une vie de musique et de rencontres… Voici donc la base d’une histoire qui fonctionne sur une ambiance bien singuliére : celle que l’on a facilement en tête lorsque l’on parle de Jazz donc. L’auteur en est fan et on le ressent tout au long de ce roman qui va commencer par mettre en avant la défiance d’un jeune homme envers son pére avant de se concentrer sur les conséquences pour la famille alors que Jeremy parcourt l’angleterre et croise Percy, un homme noir lui aussi amateur de musique. Et on se passionne ainsi pour tous les personnages, de Jeremy à Alfred, son pére, mais aussi Eleanor, sa tante, et donc Percy dans la derniére partie. Le rythme du roman oscille entre accélération... John Wain n’a rien à voir avec John Wayne. C’était à dire. Mais cet auteur a sorti plusieurs livres fort, tel que celui-ci dont le titre laisse déjà entrevoir quelque chose de plus réussit que la moyenne… Jeremy est un jeune universitaire grand amateur de Jazz. mais son pére veut surtout e faire un spécialiste du grec. Quand Jeremy découvre le monde du piano-bar, et du Jazz, il commence à défier son pére et finit par s’en aller vivre une vie de musique et de rencontres… Voici donc la base d’une histoire qui fonctionne sur une ambiance bien singuliére : celle que l’on a facilement en tête lorsque l’on parle de Jazz donc. L’auteur en est fan et on le ressent tout au long de ce roman qui va commencer par mettre en avant la défiance d’un jeune homme envers son pére avant de se concentrer sur les conséquences pour la famille alors que Jeremy parcourt l’angleterre et croise Percy, un homme noir lui aussi amateur de musique. Et on se passionne ainsi pour tous les personnages, de Jeremy à Alfred, son pére, mais aussi Eleanor, sa tante, et donc Percy dans la derniére partie. Le rythme du roman oscille entre accélération et moment plus lent, plus planant parait lui aussi trés musical. Parfaitement écrit, avec des tournures de phrases à la fois simples et mélodieuse, le roman s’applique aussi à dénoncer un monde dans lequel chacun vit sa vie à l’aune de ce qu’on lui a appris, sans pouvoir user de son coeur pour avancer. Jeremy avance avec son coeur, là où son pére voudrait qu’il utilise uniquement son intellect. On peut facilement se sentir proche de ce Jeremy qui n’a qu’une envie : gagner sa vie avec ce qu’il aime, et faire ce qu’il veut. Tout au long, on se laissera ainsi embarquer, plonger dans un livre dont on a pas envie de ressortir tant l’ambiance est unique, marquante, et le rend simplement unique…
    Lire la suite
    En lire moins
  • zazy Posté le 21 Août 2020
    Jeremy a perdu sa mère lorsqu’il était tout enfant. Depuis lors, il est élevé par son père Alfred et sa tante Eleanor. Alfred est professeur latin-grec dans une université et ne conçoit la vie pour son fils que comme la sienne, à savoir en dehors de toute éducation religieuse, et dans la religion du latin-grec. Son propre père était pasteur et Alfred a dû s’opposer à lui, au retour de la guerre 14-18 pour être universitaire. Le schéma se reproduit avec Jeremy qui ne supporte plus l’autorité paternelle. Lui, pianiste, ne voit que par le jazz alors qu’Alfred ne conçoit la musique que classique.  jouer ou écouter du jazz avait quelque chose de déshonorant, un peu comme la masturbation »Autre source de discorde, le grec l’ennuie profondément (je suis polie!), alors que pour le père, « un bon fils est un fils qui sait la grammaire grecque » Alfred, arc-bouté sur ses principes ne comprend plus Jeremy qui, par un beau jour de printemps part en vélo et, oh sacrilège ! ou Oh liberté ! Déchire son livre de grammaire grecque. Un gros poids en moins sur la poitrine et, d’un cœur allègre, pédale jusqu’à un club où se retrouve une faune populaire. Là, il joue... Jeremy a perdu sa mère lorsqu’il était tout enfant. Depuis lors, il est élevé par son père Alfred et sa tante Eleanor. Alfred est professeur latin-grec dans une université et ne conçoit la vie pour son fils que comme la sienne, à savoir en dehors de toute éducation religieuse, et dans la religion du latin-grec. Son propre père était pasteur et Alfred a dû s’opposer à lui, au retour de la guerre 14-18 pour être universitaire. Le schéma se reproduit avec Jeremy qui ne supporte plus l’autorité paternelle. Lui, pianiste, ne voit que par le jazz alors qu’Alfred ne conçoit la musique que classique.  jouer ou écouter du jazz avait quelque chose de déshonorant, un peu comme la masturbation »Autre source de discorde, le grec l’ennuie profondément (je suis polie!), alors que pour le père, « un bon fils est un fils qui sait la grammaire grecque » Alfred, arc-bouté sur ses principes ne comprend plus Jeremy qui, par un beau jour de printemps part en vélo et, oh sacrilège ! ou Oh liberté ! Déchire son livre de grammaire grecque. Un gros poids en moins sur la poitrine et, d’un cœur allègre, pédale jusqu’à un club où se retrouve une faune populaire. Là, il joue du piano en prenant la place du pianiste en retard. C’est une soirée de première ; première fois où il joue en public, première femme qui le fait danser, premier baiser, première cuite et première bagarre. Le voici de retour au bercail tout penaud et tuméfié. Mais la graine de la liberté est là. Il s’enfuit du collège pour ne plus revenir, sans donner aucune explication ni au recteur, ni à son père ou sa tante. Il fuit direction Londres. Une capitale dévastée, nous sommes en 1943. Là, il joue, fait des rencontres primordiales pour lui, se fait un nom petit-à-petit. L’amitié joue un très grand rôle. Un drôle de personnage débrouillard et roublard, Tim, lui sert de Pygmalion. Et puis, il y a Percy, son maître puis son égal, son ami le plus précieux, d’ailleurs présenté par Tim. John Wain raconte un thème fort connu, souvent sujet de livres, faie mourir le père pour exister. Son interprétation, très anglaise pour moi, ne donne pas dans le face-à-face violent, même si l’attitude du père peut paraître violente dans sa non-intervention lors de la disparition de son fils. L’émancipation de Jeremy se fait au rythme du jazz ; le livre donne la parole à Jeremy (principalement), Alfred et Eleanor. Chacun raconte, se raconte. « Selon lui (le père) il fallait choisir ; je ne pouvais pas quitter ma prime jeunesse et laisser la porte entrouverte derrière moi ; il fallait que je claque cette porte, ou que je rentre à la maison. Alors, je l’avais claquée ; et j’étais là, sans racines, sans histoire, sans mémoire. » La seconde guerre mondiale, tout comme la première, amène un changement des mœurs, de la vie quotidienne. Le conflit entre les générations en est un exemple . Quoique bien que plus je lis, plus je constate que « tuer le père » est une réalité aussi vieille que la nature humaine. En vieillissant, Jeremy se rend compte qu’il ressemble de plus en plus à son père, qu’il a les mêmes réactions. Oui, il se voue tout entier à la musique, travaillant sans cesse. Comme son père il ne choisit pas la carrière, mais le bien faire. Il a la même incompréhension face à ceux qui veulent aller dans une autre façon de jouer le jazz et je ne vous parle pas lorsqu’il entend la musique rock ! « Vous prenez le jazz et vous le simplifiez en vous rappelant que la plupart des adolescents s’intéressent plus au rythme qu’à la mélodie. Partant de ce principe, vous accentuez l’un et vous sacrifiez l’autre. Finalement vous obtenez une musique composée de neuf dixièmes de rythme et d’un dixième de mélodie, et cette mélodie se réduit à quelques phrases maintes fois répétées, sous forme de braillements ininterrompus ». La filiation se rappelle à lui, comme elle s’est rappelée à son père qui ressemblait à son propre père. Qu’on le veuille ou non, qu’on l’accepte ou pas, nous sommes et resterons les enfants de nos père et mère. Ce, démontré magistralement par John Wayne. Avec ce livre recommandé par Wilfrid, de la librairie Le Cyprès à Nevers, je découvre une nouvelle maison d’éditions. « Et frappe le père à mort entre dans le volet « Après la tempête » qui « entend proposer des auteurs qui, bien qu’éloignés dans le temps et l’espace, se retrouvent à être habités par une ambition commune : sonder les êtres après des périodes de conflits. »
    Lire la suite
    En lire moins
  • MadameTapioca Posté le 15 Juin 2020
    Comment un tel texte n’est pas plus connu en France? Comment un auteur quasi classique Outre-Manche est quasi inconnu ici? Mystère.... Merci aux Éditions du Typhon de nous donner enfin à découvrir John Wain. Associé au mouvement des « Jeunes hommes en colère » (mouvement de cinéastes et d’écrivains né vers le milieu des années 1950 dans une Angleterre révoltée, enragée et résolument à contre-courant d’un classicisme typiquement britannique), l’auteur a écrit une cinquantaine de titre et son œuvre est considérée comme l’une des plus importantes de la littérature britannique. « Et frappe le père à mort « est paru en 1962. • Vous avez surement grandi en pensant que la morale de vos parents n'était pas la vôtre ; nos enfants, normalement, ressentent aujourd’hui la même chose ; je crois que c’est ce que l’on appelle le conflit des générations. En tout cas c’est bien l’état d’esprit de Jeremy Coleman en 1942. Son père est un professeur austère, féru de grammaire grecque et bardé de principes moraux rigides. Il ne peut que désapprouver la préférence de son fils pour la musique jazz par rapport aux études. Après une dispute, Jeremy s'enfuit de chez lui, disparaissant dans les bas fonds de Londres en temps... Comment un tel texte n’est pas plus connu en France? Comment un auteur quasi classique Outre-Manche est quasi inconnu ici? Mystère.... Merci aux Éditions du Typhon de nous donner enfin à découvrir John Wain. Associé au mouvement des « Jeunes hommes en colère » (mouvement de cinéastes et d’écrivains né vers le milieu des années 1950 dans une Angleterre révoltée, enragée et résolument à contre-courant d’un classicisme typiquement britannique), l’auteur a écrit une cinquantaine de titre et son œuvre est considérée comme l’une des plus importantes de la littérature britannique. « Et frappe le père à mort « est paru en 1962. • Vous avez surement grandi en pensant que la morale de vos parents n'était pas la vôtre ; nos enfants, normalement, ressentent aujourd’hui la même chose ; je crois que c’est ce que l’on appelle le conflit des générations. En tout cas c’est bien l’état d’esprit de Jeremy Coleman en 1942. Son père est un professeur austère, féru de grammaire grecque et bardé de principes moraux rigides. Il ne peut que désapprouver la préférence de son fils pour la musique jazz par rapport aux études. Après une dispute, Jeremy s'enfuit de chez lui, disparaissant dans les bas fonds de Londres en temps de guerre, où il joue du jazz dans des boîtes de nuit tout en évitant la conscription. « Et frappe le père à mort » est l'histoire de la rébellion d'un fils contre des valeurs morales et un mode de vie dans lequel il ne se reconnaît pas. Refusant le schéma d'une vie toute tracée, Jeremy affirme son droit à déterminer son propre destin. • La narration à la première personne, à partir de trois points de vue différents, met en relief l’impossible dialogue entre les générations, la confrontation de deux conceptions opposées de la vie et la volonté de réconciliation qui couve. • Imprégné de jazz, ce roman d’apprentissage est un chef d’œuvre. J’en ai aimé l’histoire, la modernité du propos, la complexité des personnages et bien évidement l’écriture. Ce livre a reçu en début d’année le Prix Mémorable 2020, et « mémorable » est en effet l’adjectif idoine pour le qualifier. • Traduction de Paul Dunand révisée par les éditeurs
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…