RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La Rage

            Pocket
            EAN : 9782266279574
            Code sériel : 17063
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 576
            Format : 108 x 177 mm
            La Rage

            Kamil BARBARSKI (Traducteur)
            Date de parution : 14/09/2017
            Cap au nord-est de la Pologne, à Olsztyn. C’est là que le procureur Teodore Szacki officie désormais. Ce nouveau fief est le théâtre d’une enquête tortueuse qui va sortir Szacki de l’ennui. Un cadavre brûlé par des armes chimiques et composé d'ossements provenant de plusieurs victimes est retrouvé sur un... Cap au nord-est de la Pologne, à Olsztyn. C’est là que le procureur Teodore Szacki officie désormais. Ce nouveau fief est le théâtre d’une enquête tortueuse qui va sortir Szacki de l’ennui. Un cadavre brûlé par des armes chimiques et composé d'ossements provenant de plusieurs victimes est retrouvé sur un chantier. Absorbé par cette affaire, le procureur ne prend pas la pleine mesure d’une plainte déposée pour violences conjugales. Mis en cause par sa hiérarchie, Szacki, poussé à bout, va alors connaître la rage, celle des justiciers assoiffés de vengeance…

            « Nouveau maître du polar polonais au ton voisin d'un Ian Rankin, Zygmunt Miloszewski équilibre parfaitement suspense, noirceur et drôlerie. » Arnaud Gonzague – Le Monde des Livres

            « Héros aux aspérité multiples, à la fois drôle et dépressif, altruiste et désagréable, idéaliste et pragmatique, le procureur Szacki est un personnage très attachant. » Abel Mestre – Le Monde des Livres

            Cet ouvrage a reçu le prix Transfuge du meilleur polar étranger 2016
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266279574
            Code sériel : 17063
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 576
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            8.30 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Nouveau maître du polar polonais au ton voisin d’un lan Rankin, Zygmunt Miloszewski équilibre parfaitement suspense, noirceur et drôlerie.» Arnaud Gonzague – L’Obs

            « Grâce à une écriture alerte, teintée d’ironie, et à une intrigue extrêmement bien ficelée, à la construction cinématographique, l’auteur ne sombre jamais dans la démonstration manichéenne. Héros aux aspérités multiples, à la fois drôle et dépressif, altruiste et désagréable, idéaliste et pragmatique, le procureur Szacki est un personnage très attachant. » Abel Mestre – Le Monde des Livres

            « Miloszewski possède le don d’oser toutes les fantaisies sans renier sa noirceur ni perdre de sa puissance : par le biais des aventures d’un grand procureur il s’est révélé un grand écrivain.» Elise Lépine – Transfuge

            « La Rage qui clôt radicalement les aventures du procureur, aborde d’une manière franche la question récurrente et taboue en Pologne des violences conjugales. Ça fait très mal. Et ce n’est pas fini. » Françoise Dargent – Le Figaro Littéraire

             

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • lehibook Posté le 25 Mai 2019
              La douche polonaise vaut l’écossaise ! En effet le lecteur est soumis à l’alternance de l’horreur des crimes évoqués (et quelle imagination !!!) et l’humour constant et corrosif avec lequel l’auteur les narre ! De plus au-delà des embardées déroutantes de l’intrigue se dessine une réflexion sur la violence non déniée de profondeur et un panorama de la Pologne actuelle peu politiquement correct . Un auteur vraiment à suivre ….
            • fanculo Posté le 19 Mai 2019
              C'est le premier roman de Miloszewski que je lis et je suis agréablement surprise. Teodor Szacki est procureur. II est installé dans la ville depuis un an avec sa fille et sa compagne. Olsztyn en Varmie une ville sans attrait grise et froide , pluvieuse.mais on sans humour il nous fait part de la fierté de la ville:les cinq lacs qui l'entoure. Lors de travaux dans un sous sol, des ouvriers découvrent un squelette dans une pièce datant de la guerre. Le procureur Teodore Szacki est appelé. Le squelette qu'il decouvre lui semble vieux, il pense que c'est un allemand datant de la guerre. Mais après l'examen des techniciens. Il s'avère bien plus récent une à deux semaines environ. D'autre part il semble trop parfait même les très petits os sont là . Après un examen plus approfondi il s'avère que le squelette a été reconstituer à partir de plusieurs donneur. L'enquête démarre assez lentement on y devine de ieux secret de famille, des hommes violents, des femmes passives. Mais l'enquête s'emballe lorsque le procureur se trouve mêlé à l'histoire malgré lui sa fille a été enlevée. La morale et l'envie de faire justice le taraude. En... C'est le premier roman de Miloszewski que je lis et je suis agréablement surprise. Teodor Szacki est procureur. II est installé dans la ville depuis un an avec sa fille et sa compagne. Olsztyn en Varmie une ville sans attrait grise et froide , pluvieuse.mais on sans humour il nous fait part de la fierté de la ville:les cinq lacs qui l'entoure. Lors de travaux dans un sous sol, des ouvriers découvrent un squelette dans une pièce datant de la guerre. Le procureur Teodore Szacki est appelé. Le squelette qu'il decouvre lui semble vieux, il pense que c'est un allemand datant de la guerre. Mais après l'examen des techniciens. Il s'avère bien plus récent une à deux semaines environ. D'autre part il semble trop parfait même les très petits os sont là . Après un examen plus approfondi il s'avère que le squelette a été reconstituer à partir de plusieurs donneur. L'enquête démarre assez lentement on y devine de ieux secret de famille, des hommes violents, des femmes passives. Mais l'enquête s'emballe lorsque le procureur se trouve mêlé à l'histoire malgré lui sa fille a été enlevée. La morale et l'envie de faire justice le taraude. En debut de chapitres les flash bacs relatant la vie quotidienne:infos, meteo, anniversaire...permettent la mise en place d'un cadre temporel au récit. Et les personnages hauts en couleur que sont la psychologue et le docteur Frankeinsten alléger l'ambiance du roman. Livre que j'ai aimé et que je conseille.
              Lire la suite
              En lire moins
            • zakfm Posté le 26 Mars 2019
              Je découvre cet auteur polonais avec ce troisième et dernier tome des enquêtes du procureur Téodore Szacki. Très original, ce roman nous surprend jusqu’à la dernière page. Je ne vous en dit pas plus, sauf que je vais m’empresser de lire les deux premiers opus .
            • RLSblog Posté le 23 Mars 2019
              La Rage est l’un de ces romans qui dénoncent, qui prennent parti et donc qui font du bien. A travers une intrigue policière, l’écrivain Miloszewski nous parle des violences domestiques dans sa Pologne natale. On prend rapidement conscience que le sujet lui tient très à coeur et que ce problème gangrène la Pologne de façon inquiétante. Pour ce qui est du suspense, il est bien tenu et on se laisse happer dans cette histoire sordide de cadavre reconstitué. Néanmoins, j’ai quelquefois eu des problèmes de compréhension sur certaines scènes : qui parle ? pourquoi certains personnages font-ils ce qu’ils font ? d’où viennent-ils ? Je ne sais pas si cette lacune est dûe à la traduction ou à l’écriture originale, mais c’était parfois pénible de se dire “je ne comprends rien”. Ces petits épisodes n’étaient cependant pas très nombreux et La Rage est un roman à lire pour le message qu’il fait passer. Plus de chroniques littéraires sur :
            • VALENTYNE Posté le 2 Mars 2019
              J’avais déjà rencontré le procureur Teodore Szacki dans un « Fonds de vérité », un polar pas mal mais sans être exceptionnel . « La rage » est beaucoup plus marquant : Dans une ville polonaise de province, un cadavre (ou plutôt un squelette) est trouvé dans un ancien bunker. Tout le monde pense d’ailleurs que le squelette est un allemand resté là depuis la seconde guerre mondiale. Le squelette est donc envoyé non pas à la morgue mais à l’université dans une section recherche. Que nenni ! Le professeur Frankenstein (quelle riche idée ce nom) informe Szacki que le squelette est en fin de compte le corps d’un homme décédé il y a à peine une semaine ! Szacki va donc mener l’enquête et délaisse donc un peu ses autres tâches, il a également du mal à trouver sa place entre sa compagne et sa fille (la fille de Szacki) celle ci est ado et un peu rebelle … elle digère mal d’avoir abandonné sa vie à Varsovie pour arriver dans une petite ville de province. Au delà de l’histoire bien ficelée et captivante, j’ai été convaincue par les personnages : ils sont à la fois crédibles, fouillés avec des failles mais... J’avais déjà rencontré le procureur Teodore Szacki dans un « Fonds de vérité », un polar pas mal mais sans être exceptionnel . « La rage » est beaucoup plus marquant : Dans une ville polonaise de province, un cadavre (ou plutôt un squelette) est trouvé dans un ancien bunker. Tout le monde pense d’ailleurs que le squelette est un allemand resté là depuis la seconde guerre mondiale. Le squelette est donc envoyé non pas à la morgue mais à l’université dans une section recherche. Que nenni ! Le professeur Frankenstein (quelle riche idée ce nom) informe Szacki que le squelette est en fin de compte le corps d’un homme décédé il y a à peine une semaine ! Szacki va donc mener l’enquête et délaisse donc un peu ses autres tâches, il a également du mal à trouver sa place entre sa compagne et sa fille (la fille de Szacki) celle ci est ado et un peu rebelle … elle digère mal d’avoir abandonné sa vie à Varsovie pour arriver dans une petite ville de province. Au delà de l’histoire bien ficelée et captivante, j’ai été convaincue par les personnages : ils sont à la fois crédibles, fouillés avec des failles mais sans caricature. Il y a Szacki, son adjoint Falk, les suspects qui ont tous un truc à cacher, la jeune Viktoria, la psychiatre… tous convaincants… L’enquête est menée de façon très sérieuse et d’un seul coup au moment où on s’y attend le moins l’auteur réussit à faire rire ou sourire. En toile de fonds : on en apprend beaucoup sur la situation de la Pologne pendant et après la seconde guerre mondiale … Je n’ai qu’un seul reproche à faire à l’auteur et j'en profite pour l’interpeller en public : « Non mais ça va pas de faire « ça » à ton enquêteur fétiche : il est cuit maintenant Szacki ! et comment on va faire pour avoir un tome 4 avec cet enquêteur hors pair, hein ?…. ». fin de l’interpellation. Bon heureusement qu’il me reste le tome 1 à lire (les impliqués)… oui j’ai lu un tome 2 et 3 sans me rendre compte qu’il y avait un tome 1 …
              Lire la suite
              En lire moins
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.